AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207253627
Éditeur : Denoël (27/05/2002)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 49 notes)
Résumé :
En rapportant au public les enquêtes de Sherlock Holmes, le Dr Watson a évoqué une soixantaine d'affaires dont il n'a jamais relaté le détail.
Un silence d'autant plus surprenant que ces "untold stories" semblent avoir été parmi les plus insolites et les plus difficiles que le célèbre détective ait été amené à résoudre.
Ce sont les ellipses, ainsi que certains mystères qui parsèment la carrière de Holmes, que René Reouven a entrepris d'explorer.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  07 août 2017
Une chose est sure c'est que René Reouven maîtrise son sujet.
Pour avoir lu des "vrais" Sherlock Holmes de Conan Doyle, je me suis quasiment retrouvée dans les textes originaux.
L'auteur reprend des histoires écrites par Conan Doyle pour en créer d'autres, et franchement tout colle au mieux.
J'ai vraiment adorée les descriptions londoniennes ou parisiennes, très détaillées et qui nous plonge directement dans ses lieux et dans cette époque.
J'ai également beaucoup apprécié les touches d'humour qui ponctuent le texte et qui font souvent monter le sourire aux lèvres.
Sans parler des autres personnages connus que l'on retrouve dans les différents récits tels que Poe (j'ai adoré les nouvelles entourant cet auteur), ou Wells avec son docteur Moreau.
Pour tous les fans de Sherlock Holmes je conseillerais les yeux fermés cet énorme pavé de 1000 pages : c'est un vrai régal.
Un grand merci à Davalian et à sa critique.. sans lui je serais passé à côté de ce recueil ;)
Commenter  J’apprécie          565
Philemont
  13 octobre 2014
Le cycle de Sherlock Holmes de René REOUVEN ce n'est pas moins de 3 romans et 2 recueils de nouvelles, auxquels sont adjointes 3 nouvelles éparses. Ces histoires sont structurées en deux parties, en premier lieu « Celles que Watson a évoquées sans les raconter », en second lieu « Celles que Watson n'a jamais osé évoquer ». Nous reprenons cette structure dans cette chronique, en partant du principe que les personnages de Holmes et Watson sont connus de tout un chacun (au besoin la documentation est abondante sur Internet) ; par ailleurs, les histoires originales étant libres de droit, on peut les lire en ligne et/ou les télécharger à volonté, par exemple sur Ebooks libres et gratuits ; c'est à la production de ce groupe que je fais référence quand je cite une des histoires originales (quand il s'agit d'une nouvelle je cite également le recueil dans lequel elle est incluse).
Celles que Watson a évoquées sans les raconter
Les amateurs savent que le canon est constitué de soixante enquêtes de Sherlock Holmes rapportées par le docteur Watson, lequel accompagne le détective à peu près en toutes circonstances. Ils savent aussi que dans le fil de ces histoires Watson a été amené à évoquer d'autres affaires sans pour autant en donner le détail. C'est à elles que René REOUVEN s'intéresse ici.
L'Assassin du boulevard (1985) est un roman qui fait très clairement référence à « la traque et l'arrestation de Huret, l'assassin du Boulevard - une prouesse qui valut à Holmes une lettre autographe de remerciement du Président français et la Légion d'honneur » (Le pince-nez en or, in le retour de Sherlock Holmes). Indirectement REOUVEN utilise aussi ce qui est évoqué dans L'interprète grec (Les mémoires de Sherlock Holmes) quant à l'ascendance française du détective. Il exploite surtout les divers indices laissés ça et là par DOYLE entre la « mort » de Holmes mise en scène dans le dernier problème (Les mémoires de Sherlock Holmes) et sa réapparition dans La maison vide (Le retour de Sherlock Holmes). Pour l'occasion il fait du détective le narrateur principal dans le cadre d'une intrigue au sein des milieux anarchistes français du début des années 1890. Celle-ci est remarquablement construite, telle une mécanique de précision dans laquelle les références historiques sont tout aussi riches que les références holmésiennes. On y appréciera également la finesse de l'humour de REOUVEN dans sa peinture de l'administration publique de l'époque.
Premier recueil de nouvelles dans le recueil, le Bestiaire de Sherlock Holmes (1987) exploite le fait qu'au fil des aventures de Sherlock Holmes, DOYLE a constitué un véritable bestiaire. On pense bien sûr au fort connu Chien des Baskerville, mais d'autres espèces, autres que canines, ont été évoquées au fil des aventures du détective. Il en est ainsi du cormoran qui est associé à une histoire de politicien et de phare dans La pensionnaire volée (Les archives de Sherlock Holmes), et qui se veut une histoire d'espionnage en pleine Première Guerre mondiale sous la plume de REOUVEN. Cité dans le vampire du Sussex (Les archives de Sherlock Holmes), le rat géant de Sumatra sème la terreur dans les bas-fonds londoniens en 1887. Quant au « ver mystérieux que la science ignorait », il est cité dans le problème du pont de Thor (Les archives de Sherlock Holmes), s'avère tout aussi géant que le rat suscité et a des effets étonnants sur la personnalité d'un homme connu pour sa propension à s'emporter à la moindre contrariété. Enfin, la sangsue citée dans le pince-nez en or (Le retour de Sherlock Holmes) se caractérise aussi par son gigantisme et par la mort particulièrement horrible d'un banquier américain.
On l'aura peut-être compris, le rat, le ver et La sangsue ont une véritable unité en mettant en scène des espèces à la taille démesurée ; elles trouvent leur origine dans les agissements d'un certain Docteur Moreau, ce que Holmes démontre en se faisant narrateur le temps de ces trois nouvelles. C'est d'ailleurs synthétisé par l'affaire de la Compagnie de Hollande et de Sumatra, évoquée par Watson dans Les Propriétaires de Reigate (Les mémoires de Sherlock Holmes), laquelle est l'objet du bref épilogue de ce recueil, brillant exercice de style où se mêlent imagination fertile, faits historiques et connaissance pointue des littératures de l'imaginaire du XIXème siècle.
Les Passe-temps de Sherlock Holmes (1989) réunit trois nouvelles qui ont pour point commun d'être des intrigues historiques ayant des échos dans le présent des années 1894-1895. Citée dans le pince-nez en or (Le retour de Sherlock Holmes), La tragédie des Addleton trouve son origine au XVIème siècle, dans l'ascendance d'un certain William Shakespeare, et dans la réalité de son talent. La mort subite du cardinal Tosca est évoquée dans Peter le Noir (Le retour de Sherlock Holmes) et va conduire Holmes à dévoiler l'identité cachée d'un pape ayant vécu au Xème siècle, ce qui s'avère tout simplement insupportable pour certains courants conservateurs de l'Eglise Catholique. La persécution spéciale enfin conduit Holmes à se référer à l'oeuvre de Goethe et à la mort de Gérard de Nerval dans le cadre d'une enquête pour le compte de la famille d'un magnat du tabac ; initialement elle est évoquée par Watson dans La cycliste solitaire (Le retour de Sherlock Holmes). Moins structuré que le précédent recueil, et donc moins abouti, Les passe-temps de Sherlock Holmes démontre néanmoins, s'il en est encore besoin, que René REOUVEN a des connaissances historiques pointues et qu'il sait les utiliser dans des intrigues policières aussi fouillées que divertissantes.
La première partie des Histoires secrètes de Sherlock Holmes s'achève sur deux nouvelles éparses. C'est d'abord le drame ténébreux qui se déroula entre les frères Atkinson de Trincomalee (1989), un drame familial conduisant à une usurpation d'identité entre frères jumeaux ; si elle est amusante, elle se montre un peu trop facile par rapport au reste de la production pour être véritablement impérissable ; elle trouve sa source dans Un scandale en Bohême (Les aventures de Sherlock Holmes) et Watson y laisse la parole à Holmes. C'est ensuite les Histoires secrètes de 1887 (1992) qui conte l'histoire d'une vaste escroquerie à l'assurance sous le couvert d'une société philanthropique ; elle est citée dans Les cinq pépins d'orange (Les aventures de Sherlock Holmes) et est surtout notable pour croiser pour la première fois les routes du détective et du colonel Moran, associé du Professeur Moriarty, les deux étant traditionnellement considérés comme les pires ennemis de Holmes.
Celles que Watson n'a jamais osé évoquer
La démarche adoptée par René REOUVEN dans la seconde partie des Histoires secrètes de Sherlock Holmes est fondamentalement différente de celle qui a présidé à la première. Ici il n'y a pas de références explicites ou sibyllines à rechercher dans le canon ; l'auteur préfère s'adonner à un exercice de style dans lequel la mise en scène s'articule avant tout autour de personnages historiques bien réels qui auraient influencés Arthur Conan DOYLE dans la composition de son cycle de Sherlock Holmes.
C'est tout particulièrement vrai du roman Élémentaire, mon cher Holmes (1982). Pour sa première incursion dans l'univers holmésien, REOUVEN avait tout simplement décidé d'évacuer les personnages imaginaires au profit d'hommes bien réels, à commencer par Robert Louis STEVENSON qui, dans le prologue, se voit contraint par sa femme de détruire un manuscrit qu'elle juge trop malsain ; si le doute subsiste sur la réalité de cette destruction, toujours est-il que la seconde version de ce manuscrit donne lieu peu de temps après à la publication de L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde. S'en suit une structure tripartite où REOUVEN met en scène et explique à sa façon trois affaires de tueurs en série bien connues des années 1888 à 1892, et qui sont depuis entrées dans l'imaginaire collectif. le point commun entre les trois c'est bien sûr un étrange manuscrit dont la lecture conduirait à la folie meurtrière ; mais c'est aussi la mise en scène de protagonistes ayant un lien plus ou moins direct avec l'univers holmésien. C'est par exemples Arthur Conan DOYLE lui-même, ses sources d'inspiration tels le docteur Joseph Bell (son ami ayant inspiré le personnage de Holmes), Alfred Wood (son secrétaire qui aurait inspiré le personnage de Watson), ou encore un certain Jules Bonnot (son chauffeur qui lui permet d'établir un nouveau lien avec les milieux anarchistes français de l'époque).
La mécanique ainsi développée par René REOUVEN est brillante. Ses références historiques, littéraires et holmésiennes sont innombrables et érudites tout en venant servir un imaginaire extrêmement divertissant. Incontestablement, avec ce roman, on est en présence du meilleur des Histoires secrètes de Sherlock Holmes.
On ne peut pas en dire autant à propos du Détective volé (1988), second roman de cette partie. Dans celui-ci REOUVEN fait voyager dans le temps les personnages de Holmes et Watson grâce à un nouvel emprunt à Herbert George WELLS. Ils sont d'abord envoyés dans le Paris de 1834 par leur auteur (car ils ont conscience d'être des personnages de fiction), pour enquêter sur l'identité réelle du chevalier Dupin, personnage créé par Edgar Allan POE, et source d'inspiration avouée de DOYLE pour le personnage de Holmes ; pour cela ils travailleront en collaboration avec un certain Vidocq et éclaireront de leur esprit analytique les enjeux politiques de la lettre volée, l'une des trois nouvelles dans lesquelles POE a mis en scène Dupin. Dans la seconde partie du roman ils se retrouvent à Baltimore en 1849 pour enquêter sur la mort suspecte de POE lui-même ; ce faisant ils y trouvent les clés de l'affaire Mary Rogers qui inspira l'auteur américain pour son Mystère de Marie Roget, autre nouvelle de la trilogie « Dupin ». le roman s'achève alors sur un paradoxe temporel certes astucieux, mais qui rend vraiment artificielle cette rencontre entre personnages de fiction. Surtout il vient souligner le caractère décousu de ce roman et finalement le fait qu'il n'est vraiment pas convaincant, en dépit de la richesse de ses références.
Et le recueil de s'achever sur une nouvelle composée de deux lettres adressées au rédacteur en chef du Strand Magazine, l'éditeur d'Arthur Conan DOYLE. Signées d'une part de James Moriarty, d'autre part de Sébastian Moran, elles révèlent que La Plus grande machination du siècle (1990) ne serait pas forcément de leur fait, démystifiant ainsi les « plus grands ennemis » de Sherlock Holmes, et l'intéressé lui-même...Ce récit épistolaire vient conclure le cycle de Sherlock Holmes selon REOUVEN à la manière d'un clin d'oeil. Ce n'est pas forcément impérissable mais c'est plein d'humour et finalement parfaitement adapté à son rôle d'épilogue aux Histoires secrètes de Sherlock Holmes de René REOUVEN.
Au final ces Histoires secrètes de Sherlock Holmes sont d'une lecture extrêmement plaisante. Elles sont à la fois érudites, divertissantes et pleines d'humour. L'écriture de REOUVEN est parfaitement ciselée et dans de nombreux textes les connaisseurs de l'oeuvre originale de DOYLE s'y croiront réellement. A ce titre les histoires que « Watson a évoquées sans les raconter » sont bluffantes, en particulier les nouvelles composant le bestiaire de Sherlock Holmes. Quant à « Celles que Watson n'a jamais osé évoquer », elles sont l'occasion d'un imaginaire bien plus personnel de la part de l'auteur, lequel confine à l'excellence avec son roman Élémentaire, mon cher Holmes. C'est d'ailleurs ce texte qui marquait sa première incursion dans l'univers holmésien et qui lui valut le Prix mystère de la critique en 1983 (sous le pseudonyme Albert DAVIDSON). Comme on le sait c'est également la première incursion de René REOUVEN dans ma bibliothèque personnelle, mais ce n'est probablement pas la dernière.
Lien : http://philemont.over-blog.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Davalian
  25 juillet 2017
1 132 pages, les récits apocryphes de René Reouven réunis en seul tome : les amateurs peuvent remercier les éditons Denöel, pour cette idée remarquable. Ce pavé regroupe trois romans et onze nouvelles. Voilà de quoi occuper un bon moment, d'autant que la qualité est au rendez-vous.

Le découpage retenu n'est pas très judicieux. Les écrits ne sont pas classés de manière chronologique, mais en deux ensembles : d'abord les histoires qui s'inspirent d'une référence glissée dans le Canon puis les autres… s'il manque de lisibilité, le classement n'entraîne toutefois pas de mauvaise surprise pour le lecteur. Les adeptes pourront également regretter une préface trop courte qui fait l'éloge de l'auteur et ne revient que sur ses oeuvres les plus marquantes. Dommage, car les explications sont judicieuses et apportent quelque-chose à l'oeuvre.

Force est de constater que les écrits de René Reouven sont travaillés et habilement mis en scène. Si l'on excepte La plus grande machination du siècle (qui apporte au demeurant un éclairage insolite sur le dernier problème) puis les participations anecdotiques de Mycroft dans le cormoran, l'auteur se consacre à Sherlock et à Watson. Autrement dit, nous avons une approche fidèle de l'esprit du Canon, qui ne s'encombre guère de personnages qui ont pu être repris par des trop nombreux continuateurs moins inspirés.

L'auteur parvient à apporter sa touche personnelle, du neuf (les voyages sont ici nombreux), en variant les points de vue (Sherlock prend plusieurs fois la plume) et les situations. Tout cela est inspiré et dynamique tout en restant sérieux : du grand art, du très grand art !

L'assassin du boulevard reste sans doute le meilleur roman : voici Sherlock plongé dans l'univers de Messieurs les ronds de Cuir de Georges Courteline. Confronté à l'administration, le voici qu'il éprouvera une peur comparable à celle qui fut la sienne devant le chien des Baskerville !

Élémentaire mon cher Holmes est long et ne fait pas intervenir Sherlock et pour cause, quoique en y réfléchissant bien... ! L'histoire est complexe car elle permet de croiser Stevenson, l'ombre d'Arthur Conan Doyle, Jack l'éventreur dans une intrigue complexe et hautement immersive. Les récits enchâssés et la diversité des points de vue sont aussi remarquables que l'intrigue est prenante. Bravo !

Le détective volé laissera l'occasion au grand détective de croiser son destin avec celui de Poe. Les amateurs de littérature policière seront comblés malgré un paradoxe temporel résolu d'une manière qui pourrait presque laisser croire à un pastiche, presque…. La lettre volée est le prétexte pour revenir sur un complot dans une époque peu mise en avant dans ce type de littérature (la Monarchie de Juillet), permettant notamment la participation de Vidocq. L'enquête sur la mort de Poe est plus classique bien qu'elle révèle de belles surprises. Ce roman se révèle donc être lui aussi une belle réussite.

Le bestiaire regroupe plusieurs nouvelles : une histoire d'espionnage (Le cormoran), une enquête lié aux Baskerville (le ver) prolongée par la sangsue et conclue par Les singuliers de Grice Patterson dans l'île d'Uffa. Si l'épilogue est un brin décevant, il offre à Sherlock une confrontation avec un ennemi aussi redoutable que nouveau, s'inspirant de la littérature de H. G. Wells. La référence au rat de Sumatra connaîtra ici une explication convaincante d'autant qu'elle sert d'introduction aux trois autres nouvelles…

Les passe-temps de Sherlock se révèlent forcément intéressants : des recherches historiques sur l'origine de Shakespeare (la tragédie des Addleton), une enquête sur fond de religion et d'antisémitisme qui se transforme en message de tolérance (la mort subtile du cardinal Tosca), ainsi qu'une intrigue sur fond de littérature approchant Nerval et Goethe (la persécution spéciale).

Seules deux nouvelles se révèlent moins passionnantes que les autres. La première est courte et prévisible (Le drame ténébreux qui se déroule entre les frères Atkinson de Trincomalee) et la seconde, introduction aux histoires secrètes, n'est qu'une traque à la fraude à l'assurance, bien menée mais cousue de fil blanc.

Comment passer à côté d'un tel trésor ? Un coffre qui regroupe autant de joyaux… Sans vraiment l'avouer, l'auteur parvient à nous faire croire que toutes ses histoires sont directement issues de la malle qui intrigue tant les holmesiens. Si le style d'Arthur Conan Doyle n'est pas toujours appliqué à la lettre, l'esprit de l'oeuvre est ici sublimé par des références à l'histoire, à la littérature et… à Paris !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
KiriHara
  04 novembre 2016
JE viens vous parler du recueil de l'ensemble des écrits "holmésiens" de l'excellent écrivain René Reouven, "Histoires secrètes de Sherlock Holmes" 1100 pages de pur bonheur tant l'homme est passionné et respectueux de l'oeuvre originelle. Loin de se contenter d'utiliser le personnage de Sherlock Holmes ou même de le faire revivre, il l'explique, le décortique, le manipule, le déplace, dans le temps et dans l'espace, l'amplifie, utilisant toutes les petites phrases en suspens dont Sir Arthur Conan Doyle a saupoudré ses histoires. Un petit mot dans une nouvelle du canon et Reouven en fait toute une histoire.
Mieux encore, Reouven utilise le paradoxe littéraire pour faire raconter à Watson des histoires que Sir Arthur Conan Doyle aurait poussé les détectives à avoir, les déplaçant dans le temps et dans l'espace afin de leur faire rencontrer Vidocq, le docteur Jekyll et Jack l'éventreur ou expliquer la mort d'Edgar Alan Poe. Plus fort encore, Reouven explique et justifie les paradoxes de l'oeuvre de Doyle. Vous vouliez savoir pourquoi le Docteur Watson est blessé à l'épaule dans la toute première nouvelle et par la suite c'est une balle dans la jambe qui lui vaut une pension ? Reouven vous l'expliquera.
Pour finir, le recueil se termine par une double lettre écrite au magazine publiant à l'époque les oeuvres de Doyle par le Professeur Moriarty, enfin, celui qui se fit passer pour le Professeur Moriarty et expliquer la fausse mort de Sherlock Holmes.
Puis, quand on lit et qu'on écrit, parfois, on est aigri, c'est pour la rime en "i". On découvre alors ses lacunes, on jalouse le talent ou plutôt on l'envie. Et, parfois, on comprend ou pense comprendre les tics littéraires qui nous animent.
Ainsi, décrire des lieux ou des personnages, voilà qui n'est pas mon fort et, à la lecture de Reouven, j'envie le talent qu'il avait pour l'art de la description.
Bref, vous l'aurez compris, Sherlock Holmes et moi c'est une histoire qui dure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          47
Mestrale
  12 août 2013
Le jour où j'ai découvert ces "histoires secrètes" j'ai réellement eu l'impression que ces "untold stories" auraient pu naître sous la plume de Conan Doyle lui-même. Pour moi c'est vraiment le plus beau compliment quel'on puisse faire à un pastiche de Sherlock Holmes !
Ce livre je l'ai dévoré, re-lu et il figure en bonne place dans ma petite collection de livres holmésiens !
A conseiller à tous ceux qui ont un jour été frustré de ne pas pouvoir en apprendre davantage sur le rat de sumatra, l'affaire du cormoran et du politicien et tant d'autres histoires que Conan Doyle ne nous a jamais dévoilé.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
DavalianDavalian   20 juillet 2017
- Impossible ! décréta Wood, haussant les épaules. Nous sommes à la fin du XIXème siècle, Cream ! Le temps des grimoires et des sorciers n'est plus. A qui voulez-vous faire croire cela ?
Cream répondit gravement :
- A tous ceux qui connaissent la véritable puissance de l'écriture. A tous ceux qui savent que le talent d'exprimer les choses peut être plus dangereux que toutes les drogues, plus pernicieux que toutes les incantations , lorsque l'écrivain est habité par l'esprit du verbe, par l'esprit de Dieu... ou du Diable, au choix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DavalianDavalian   17 juillet 2017
- Le sadisme n'exclut pas la cupidité, n'est-ce pas ?
- Mais mon cher ! s'écria-t-il, le sommet de l'Art dans le Mal, c'est justement de conjuguer plaisir et profit !
- Le plaisir étant, en ce qui vous concerne, la souffrance des autres ?
Il me regarda, les lèvres tremblantes, fit, d'une voix rauque :
- Je plains ceux qui ignorent ce délice, monsieur Holmes, et je suis sûr qu'ils seraient beaucoup plus nombreux à le goûter si seulement ils l'essayaient une fois...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lyokolyoko   03 août 2017
Holmes m'a toujours soutenu que le destin est un maître joueur d'échec, et qu'il s'amuse à annoncer ses coups avec une perfide délectation, sinon avec humour.
Commenter  J’apprécie          260
lyokolyoko   01 août 2017
Sans doute a-t-elle pris son homonymie pour une descendance, sans réaliser que les pays anglo-saxons comptent autant de Bacon que d'oeufs.
Commenter  J’apprécie          280
gorjussgorjuss   27 octobre 2018
Je me présentai à la direction des Dons et Legs vers les trois heures. Sinistre bâtiment, en vérité, façade grise et sans relief surmontée d’un drapeau dépenaillé insensible à la brise du premier printemps. Sous la voûte parcourue de courants d’air qui ouvrait rue Vaneau, je m’adressai à un gnome solennel, coiffé d’une monumentale casquette galonnée. Il me prodigua des explications extrêmement confuses, dont je me promis d’arguer éventuellement pour justifier mes errances et mes indiscrétions. Il fallait, en tout cas, monter un escalier…
Je me trouvai bientôt perdu dans un labyrinthe obscur aux relents de catacombe, qu’éclairaient d’étroites fenêtres ou, de loin en loin, des quinquets agonisant d’un gaz trop mesuré ; pénombre blafarde résonnant de bruits furtifs, accablée de silences soudain rompus par des voix aussitôt assourdies et comme effrayées par leurs propres éclats. Je pensai irrésistiblement à certaines ruelles crépusculaires de Spitalfield ou de Limehouse, dont des assassins obstinés, hantés par l’esprit du crime, ont fait leur terre d’élection. Mais qui, dans cette paisible retraite administrative, pouvait avoir l’idée de tuer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de René Réouven (1) Voir plusAjouter une vidéo

Amis de Sherlock Holmes
Il existe en France 350 associations des amis de Sherlock Holmes qui jouent au détective. - reconstitution d'un des roman de Conan Doyle en habits d'époque et simulation de meurtre. - PE d'une conférence. - ITW Pierre BARNIER : "les gens sont fascinés par Holmes et d'autres aiment l'aspect criminel de l'oeuvre". - ITW René REOUVEN : "Sherlock Holmes est sorti du...
autres livres classés : pasticheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1562 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre