AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355041849
Éditeur : Rue du Monde (04/11/2011)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 138 notes)
Résumé :
Imaginez un jeu révolutionnaire, totalement virtuel mais en temps réel.
Un jeu où l'on pleure, où l'on saigne, à travers un autre soi-même. Un jeu où tout peut arriver, même mourir. Une énigme absolue où il faut tout découvrir, y compris le but du jeu... Ce jeu existe : il s'appelle La Cité. Comme dix millions de Terriens, Thomas a eu la chance de pouvoir entrer dans La Cité. Et tout a changé... Peu à peu, il a rencontré les amis que La Cité lui destinait, Ar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
-loly-
  21 décembre 2011
Je remercie les éditions Rue du monde et Babelio qui m'ont fait confiance lors de l'opération Mass Critique et m'ont permis de découvrir ce roman. Merci également pour le poster et le petit mot à l'intérieur du livre qui m'ont vraiment fait plaisir.
La couverture est assez simple mais j'aime beaucoup les lettres qui forment le titre. le résumé m'a vraiment donné envie de découvrir ce roman et par la même occasion une édition et un auteur que je ne connaissais pas. le papier est de bonne qualité et le caractère d'imprimerie est gros.
Nous rencontrons Thomas, un jeune adolescent qui vie avec son père depuis la mort de sa mère. Il mène une vie plutôt ordinaire. Un jour, il apprend avec son meilleur ami Jonathan qu'un nouveau jeu révolutionnaire va être commercialisé. Les deux garçons décident d'acheter ce jeu virtuel. Dès que le colis est arrivé chez lui Thomas ne pense qu'a l'essayer. Il crée son profil en répondant à de nombreuses questions mais aussi en total liberté. Dans la CITE, c'est vous qui choisissez votre apparence, celle dont vous avez toujours rêvé. Puis il entre dans le jeu et découvre cet univers parallèle, un jeu où l'on vit en temps réel mais avec un autre que soi-même. Un jeu où l'on pleure, où l'on rit, où l'on saigne. Mais aussi un jeu où l'on peut mourir et où tout peut arriver. Très vite Thomas ne peut plus se passer de LA CITE. Il s'y ait fait des amis, ensemble ils ont trouvé leurs pouvoirs et ils veulent découvrir les règles de ce jeu. Mais les adolescents vont découvrir que les amis deviennent vite des ennemis. Tout s'accélère, le jeu et la réalité se mélange et il est bien difficile de les dissocier. Et si ce jeu n'était pas un jeu?
J'avais hâte de pourvoir le commencer et je dois dire que je n'ai pas été déçu. J'ai été transportée dans l'univers de Thomas et moi aussi je ne pouvais plus décrocher de LA CITE.
Les personnages ont tous deux apparences: celle dans le jeu et celle dans la vrai vie. On peut donc comparer comment ils sont et comment ils voudraient être. Thomas est le seul personnage dont nous partageons totalement les ''deux vies''. On est donc plus proche de lui. Les autres personnages gardent une partie de mystère. Ils ne sont pas vraiment décris et nous ne savons rien sur leur vie réelle. le personnage de Jules César m'a fait sourire. Il est surprenant de voir un personnage portant ce nom dans un roman mais on s'y habitue vite.
J'aime beaucoup le concept du jeu, où il faut découvrir soi-même les règles, où l'on choisi qui on veut être... Une part de mystère reste sur le jeu car nous ne connaissons pas qui l'a créé et comment il a pu mettre au point une technologie aussi élevée.
L'histoire est très bien construite. le style est fluide, vraiment très facile à lire. Seul petit point négatif: j'ai regretté que ce tome soit si court. Seulement 200 pages en grosse écriture, j'aurai aimé en avoir un peu plus. J'ai hâte de lire la suite avec un deuxième tome qui s'annonce prometteur.
Pour conclure, une très belle lecture un peu trop courte à mon goût mais qui reste captivante et innovante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Gr3nouille2010
  21 décembre 2011
Un livre parlant d'un jeu virtuel réaliste ne pouvait que me plaire. Mais je ne pensais pas que j'allais autant aimer ! Je voudrais tout d'abord remercier Babelio & les éditions Rue du monde pour ce partenariat car c'est un énorme coup de coeur !
Thomas - alias Harry dans La Cité - a la chance de pouvoir participer à un jeu virtuel en temps réel très sélecte. Tout le monde n'aura pas la chance de pouvoir y jouer. Dès qu'il reçoit tout l'équipement, il l'essaye avant le lancement officiel, comme tous les autres joueurs, pour se familiariser à l'environnement de la Cité. Il va de rencontres en rencontres, de découvertes en découvertes. Car rien n'est indiqué. Tout le monde devra découvrir la règle du jeu lui-même. Il n'est pas seul à s'y être inscrit, son meilleur ami aussi. Mais La Cité a beaucoup d'emprise sur la vie réelle, la vie de Thomas va vite basculer..
Mon résumé n'est pas tip top par rapport à ce qu'il se passe vraiment dans l'histoire mais il se passe tellement de chose que c'est dur de ne pas trop en dévoiler ! Je ne sais même pas par où commencer tellement tout se bouscule dans ma tête quand j'essaie de parler de ce livre.
On n'entre pas tout de suite dans le vif du sujet, on apprend d'abord à connaître un peu Thomas ; ce qu'il aime, ce qu'il fait.. Mais dès qu'il reçoit tout le matériel pour jouer, tout s'enchaine assez vite. Dans un premier temps, il ne se passe pas grand chose car il découvre La Cité & d'autres joueurs mais ça commence déjà à être captivant. Thomas est vite devenu accroc au jeu & il en est de même pour nous ! Pour ma part, c'est plus le jeu en lui-même qui m'a intéressé que les personnages mais ça ne gâche rien ! On y trouve son plaisir partout. Il y a toujours de nouvelles découvertes à faire puisque les règles ne sont pas expliquées. Comme Thomas & les autres, on a envie de tout comprendre, de tout trouver mais ce n'est pas si simple & ce premier tome ne nous fournit aucune réponse ! On ne sait pas ce que fait réellement la lumière blanche à ceux qui enfreignent certaines petites règles, comme parler de la vie réelle dans La Cité. Enfin, pour tout, on ne sait rien de ce qu'il se passe, il y a plein de choses étranges qui nous laissent dans le flou & nous poussent à lire encore plus. J'ai donc hâte de lire le deuxième tome pour avoir des réponses à mes questions & savoir ce que Thomas a compris puisqu'apparemment il a compris quelque chose.. J'avoue, le suspense est très dur à supporter de ce côté-là.. Je risque donc de le relire encore & encore d'ici la sortie du second tome !
Thomas est adolescent comme tous les adolescents de notre époque : accroc aux nouvelles technologies. Mais ça le rend bien plus crédible face à son envie récurrente de jouer à La Cité. Car, en effet, ce jeu prend de plus en plus de place dans sa vie, à tel point que ses notes scolaires baissent & que tout le monde le trouve absent, déconnecté de la réalité.
On n'en apprend pas beaucoup sur les autres personnages car le narrateur est Thomas mais je suppose qu'on en apprendra plus par la suite.
Ceux qui jouent ou ont joué à World of Warcraft (ou autres, mais je ne connais pas d'autres jeux qui ont autant d'impact sur la vie réelle..) comprendront alors ce que l'on ressent lorsqu'on lit La Cité. Impossible de décrocher & de poser le livre tellement on est pris par l'histoire, comme si on jouait réellement nous même. L'auteur a très bien su montrer l'indépendance qu'on peut avoir face aux jeux vidéos car on ressent la même chose. Lorsque j'ai terminé le livre, je suis restée sur ma faim, j'avais envie de découvrir plus, de continuer l'aventure. Nocif comme livre finalement, car on ne pense plus qu'à ça. À La Cité, à ses secrets. Un livre surprenant & intriguant où se marient aventures, amitiés & morales.
Mon plus gros coup de coeur de l'année !
Lien : http://laviedeslivres.cowblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
orbe
  21 décembre 2012
Thomas plonge dans un nouveau jeu virtuel. Il découvre la Cité. Aucune règle n'existe, tout semble possible. Seule interdiction : communiquer à l'extérieur. Thomas reste connecté de nombreuses heures et explore peu à peu la ville. Il y fait des rencontres et va peu à peu remarquer que chacun détient certains pouvoirs dans ce monde.
Mais des rumeurs commencent à circuler sur les forums...il est dit qu'on peut y mourir ! Quel est donc le but de ce jeu? Dans la vraie vie, les notes scolaires de Thomas commencent à chuter...puis s'est sa vie entière qui menace de basculer.
Un roman d'aventure intéressant sur le thème des mondes virtuels et de la place qu'ils laissent au réel. Mais c'est aussi une enquête puisque le héros nous fait voyager avec lui dans la Cité et comprendre progressivement les dangers qu'elle recèle ainsi que ses objectifs.L'écriture est agréable et le livre facile à lire. A découvrir.

Lien : http://0z.fr/vmXbK
Commenter  J’apprécie          200
Saiwhisper
  08 août 2016
Contrairement à ce que je pensais, cette lecture m'a laissée avec une pointe de déception... La quatrième de couverture annonçait un récit prometteur et divertissant, tandis que les critiques sur la toile donnaient vraiment envie de s'attaquer à cette saga... Et pourtant, j'ai trouvé le récit de "La lumière blanche" court et redondant et l'écriture de Karim Ressouni-Demigneux très simple... En outre, je pensais que ce roman s'adressait surtout aux grands ados ! Or, un sixième peut aisément le lire s'il n'a pas peur de parcourir 230 pages...
C'est assez rare, mais ce qui m'a déplu le plus, c'est le style d'écriture de l'auteur. Je l'ai trouvé concis, peu développé et sans grand rythme. Hormis certains lieux, le reste était comme survolé. J'aurais souhaité un peu plus de description, surtout au niveau des personnages car on se cantonne à une brève description physique (cheveux, visage, carrure). Même les scènes d'action sont très rapides, alors qu'elles pourraient être largement développées afin de maintenir le lecteur en haleine ! Hélas, les phrases sont beaucoup trop courtes et vont rapidement à l'essentiel. On passe trop vite à autre chose. C'est ce qui fait que je n'ai pas pu m'attacher aux personnages, ni à ce qu'il arrivait à notre jeune héros.
Pourtant, l'univers s'annonçait riche et prenant ! Dans ce premier tome, on suit le quotidien de Thomas, un ado, qui va découvrir un nouveau jeu : La Cité. Mieux que Les Sims, que GTA ou d'autres jeux vidéos, La Cité est capable de créer une ville entière en 3D où la vie se déroule en temps réel. Les avatars sont uniques : chaque joueur doit passer des tests et divers questionnaires afin de façonner un avatar à son image avec sa personnalité. Seules quelques caractéristiques physiques peuvent être modifiées. J'avoue avoir admiré tout le travail de l'auteur : le jeu donne clairement envie ! D'autant plus que les joueurs ne connaissent pas le but du jeu. C'est à eux de le découvrir en interagissant avec les autres. Un système de traduction instantanée permet à tout le monde d'échanger sans avoir à se heurter à la barrière de la langue. (Combien de fois ai-je rêvé qu'un tel système existe dans certains MMORPG...) Ainsi, j'ai adoré suivre Thomas lorsqu'il découvrait les règles, puis ses premières heures dans le jeu. C'était un véritable régal ! D'autant plus qu'un petit groupe va se former (Arthur, Liza et JC) et va se découvrir des pouvoirs... Quel dommage que mon enthousiasme se soit essoufflé... Très vite, mon ressenti vis-à-vis de la plume de l'auteur a fait surface. Certaines scènes me frustraient : j'avais envie d'en savoir plus ! Alors que d'autres comme le spectacle de magie ne m'intéressaient pas vraiment... Ajoutons à cela un effet de redondance avec des scènes qui se ressemblent un peu trop entre elles ainsi qu'une fin qui laisse le lecteur plein de questions et vous aurez un petit aperçu de ma déception.
Par contre, j'ai aimé le fait que Karim Ressouni-Demigneux mette en avant l'addiction des jeux vidéos. En effet, Thomas passe beaucoup de temps dans La Cité au point de ne plus dormir autant qu'avant, de négliger ses cours, sa famille ou ses vrais amis (pas les virtuels), d'oublier sa passion (la magie) et d'être sans arrêt dans la lune. Il passe son temps sur le jeu... Et lorsque son père le lui confisque, il surfe sur internet afin d'avoir des informations sur La Cité : forums, facebook, sites en tout genre, etc. Il ne quitte pas cet univers un seul instant ! C'est ce qu'il arrive fréquemment, que l'on soit jeune ou non... Pour ma part, j'aime beaucoup jouer sur console ou sur des jeux en ligne. Il fut un temps, j'ai même été comme Thomas : une gameuse qui passait son temps sur un MMORPG. Je trouve donc important de mettre en avant l'effet d'une addiction (qui, rappelons-le, ne concerne pas que les jeux : tout est sujet à une addiction... Cigarettes, alcool, TV, nourriture, sport, etc.).
Malgré ma note et mon ressenti, je pense me pencher sur les autres tomes disponibles à la médiathèque, car la saga permet à chaque protagoniste de s'exprimer (comme la série "U4" ou "Blue Cerises"). Ainsi, si dans le premier tome on suit Thomas, le second va narrer l'histoire de Liza. Les trois autres seront racontés par JC, Jonathan et Arthur. D'après ce que j'ai lu, ce dernier révèlerait beaucoup de choses et permettrait au lecteur de tout comprendre. Il me semble que l'on peut lire les quatre premiers livres dans l'ordre que l'on souhaite (à vérifier), cependant il vaut mieux lire "La Bulle" en dernier...

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
kllouche
  03 décembre 2011
Avec une image de couverture et une présentation de l'éditeur aussi réussites, je suis tombée de haut dès que je me suis plongée dans les premières pages.
Le concept du livre m'a vraiment emballée : Thomas, jeune homme de quinze ans, découvre l'univers d'un jeu électronique, la Cité. Ce jeu consiste a évolué dans un monde totalement virtuel mais en temps réel. Les participants ne connaissent pas leur but, ils doivent découvrir par eux-mêmes en quoi consiste cette énigme. Accompagnés de ses amis virtuels, Arthur, Lisa et Jules César, il va apprendre à maîtriser son corps et ses pouvoirs dans cet univers. Mais, il va vite se rendre compte que sa vie virtuelle le rattrape dans la vie réelle, son copain de lycée, Jonathan, devenant vite son ennemi.
L'idée qui fonde le récit est donc convaincante mais ne parvient pas à me convaincre tant j'ai été gênée par le style d'écriture de l'auteur. Dès le début et ça persiste tout le long de l'histoire. Les phrases sont en grande majorité très courtes, parfois mal construites. J'ai noté beaucoup de maladresses au niveau de la syntaxe. La construction des phases semblent empêcher l'auteur de dire tout ce qu'il voudrait. du coup, on a très peu de détails et les faits s'enchainent beaucoup trop vite pour qu'on puisse apprécier un évènement, une action ou une révélation. Pour vous donner un exemple du style de l'auteur, voici l'extrait d'un dialogue entre Thomas « Harry » et Jonathan « Harry » lors de leur première rencontre dans le monde virtuel : « Et pourquoi tu as choisi ce prénom ? – Parce que Harry Potter. Pas toi ? » (p.118). Non, il ne manque pas un bout, c'est bien l'auteur qui a écrit ça comme ça. Et c'est dire à quel point Karim Ressouni-Demigneux épure son texte et ses idées, beaucoup trop à mon goût pour pouvoir apprécier l'histoire.
Si le fond s'était éloigné des chemins déjà exploités dans d'autres histoires, peut-être aurai-je pu faire fis de la forme. Or, ce n'est pas le cas. Ce roman est donc pour moi une grosse déception. Merci aux éditions Rue du monde et à Babelio de m'avoir fait parvenir cet ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Ricochet   09 décembre 2011
Le récit est bien écrit, très rythmé et émaillé de nombreuses références littéraires et artistiques, toujours introduites de manière pertinente. La poésie y tient une place singulière : trois poèmes permettent à Thomas et à Liza de vieillir, de rajeunir ou de se stabiliser à un âge particulier. L’idée est belle !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
djdri25djdri25   12 juin 2012
Ce matin-là donc, je courais et l'affiche pour la cité m'a tapé dans l’œil. Je me suis arrêté brusquement et je suis revenu en arrière pour observer cette photo, très réaliste,d'une ville qui me semblait tout à la fois familière et inconnue, accompagnée de ces mots :

Dans la Cité tout peut arriver.

Plus loin une autre affiche, sur une autre photo de cette ville étrange en noir et blanc et en couleurs, il y avait d'autres mots :

Quel est le but du jeu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
orbeorbe   20 décembre 2012
Ces dernières semaines, Arthur était vraiment devenu un ami, c'était la personne avec qui je parlais le plus. Je ne savais rien de lui (dans la vraie vie), mais je savais qu'il était simple, qu'il aimait rire. Nous avions découvert nos pouvoirs dans la joie et, en très peu de temps, nous avons partagé des moments si intenses que je m'en souviendrais toujours.
Commenter  J’apprécie          130
Valentinebouquine56890Valentinebouquine56890   07 juin 2017
Je me souviens des premières publicités pour La Cité.
Je ne suis pas du matin. Je n'aime pas me lever, ou plutôt je n'aime pas me lever pour aller au lycée. Je n'aime pas non plus prendre de petit-déjeuner, mais mon père me force. En revanche, et quoi qu'il arrive, j'aime rester longtemps sous une douche bien chaude. Résultat, tous les matins, je suis en retard et je dois courir vers le métro, place de la République, pour aller quatre stations plus loin, à Bastille, et courir encore pour rejoindre le lycée Charlemagne, où mon père m'a inscrit en me disant que j'y serais bien mieux qu'à Turgot, qui est à dix mètres de chez nous.
Ce matin-là, donc je courais et l'affiche pour La Cité m'a tapé dans l’œil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SlaySlay   23 janvier 2012
J’ai commencé par le début. Par la première image de La Cité, l’affiche que j’avais vue avant de prendre le métro. Je lui ai tout raconté. Tout. Et à mesure que je racontais, j’ai compris.
Oui, je crois que j’ai compris.
Commenter  J’apprécie          110
SaiwhisperSaiwhisper   08 août 2016
Qu'est-ce que je savais, en vérité ? Pas grand-chose. Que Jonathan m'évitait. Que les jumeaux attisaient la curiosité. Pas de quoi avoir peur.
Pourtant, j'avais beau me répéter ces arguments, j'avais beau savoir qu'il ne s'agissait que d'un jeu, la nuit dans mon lit, ma journée au lycée ou ici, là, maintenant, j'avais peur. Très peur. Lorsque je me disais : "Qu'est-ce qui pourrait m'arriver ?", je pensais : "Tout !" Et ce tout m'apparaissait aussi vertigineux que plonger dans le vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : jeux vidéoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La Cité, Tome 1 et 2

Dans quelle ville vit Thomas ?

Paris
Sark
Tokyo
New York

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : La Cité, tome 1 : La lumière blanche de Karim Ressouni-DemigneuxCréer un quiz sur ce livre
.. ..