AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Flammarion (01/04/1976)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 11 notes)
Résumé :
"Je n'ai jamais rencontré une nature aussi violemment sensuelle. Il est impossible de ne pas s'intéresser à la variété des personnages, des femmes surtout, qu'on voit passer sous ses yeux, et à ces nombreux tableaux caractéristiques qui peignent d'une manière si vivante les moeurs et les allures des Français de la classe populaire. Pour moi qui ai eu si peu l'occasion de penser au-dehors et d'étudier les hommes dans la vie réelle, cette oeuvre a une valeur inappréci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Tagrawla
  17 juillet 2018
Pour resituer les choses, Restif de la Bretonne était un libertin graphomane du XVIIIe siècle, l'inventeur du mot "pornographie". Et le fait est qu'on trouve dans ses écrits des choses très crues. Il s'auto-éditait à l'époque, et il est évident qu'il serait contraint de faire la même chose de nos jours, et encore aurait-il des problèmes.
La paysanne pervertie est une lecture fascinante à plus d'un titre, et pas seulement pour ses instants de pornographies.
Il y a d'abord la langue. Je ne vais pas vous mentir : c'est compliqué à lire. La langue de cette époque n'est pas la même que celle d'aujourd'hui. Elle est beaucoup plus riche, et en plus la construction des phrases est extrêmement différente de la façon dont on parle ou écrit de nos jours. Il faut plusieurs dizaines de pages lues avant de nous y adapter.
Mais il y a surtout la réflexion autour de ce que signifie et implique la notion de libertinage. C'est un grand questionnement, à l'époque de Restif de la Bretonne. Nombre d'auteurs se répondaient les uns aux autres par romans interposés - le plus célèbre et génial restant Les Liaisons Dangereuses - souvent, comme c'est le cas ici, sous forme épistolaire. Nous sommes très loin des littérateurs nombrilistes de notre temps : chacun alors apportait sa réflexion à la meilleure façon de se libérer d'une morale poussiéreuse sans pour autant y perdre sa dignité.
Soyons très clair : cette lecture est absolument impossible pour tous ceux qui ne savent pas remettre une oeuvre dans un contexte historique. Les rôles qu'y tiennent les femmes, le sort qui leur est réservé sont absolument épouvantables. Je ne crois pas avoir jamais lu avant descriptions de viols plus insupportables, mais peut-être moins que la façon qu'on avait alors d'y réagir ensuite. (Spoil : le mieux qu'on avait à proposer, c'était d'épouser le violeur pour que tout rentre dans l'ordre, ou de devenir sa maîtresse officielle contre rémunération). Sans contexte historique, on aura aussi sans doute un peu de mal à saisir la place tout à fait secondaire réservée aux questions de maternité, et pas seulement parce que c'est un homme qui écrit.
Enfin, nous sommes à l'ère du rousseauisme et du bon sauvage : on y oppose la perversion urbaine à la pureté paysanne. Là encore, il faut pouvoir s'appuyer sur un contexte historique si on ne veut pas risquer la crise d'apoplexie.
C'est une lecture que je recommande chaleureusement non tant pour ses qualités littéraires que pour appréhender par un autre biais la notion de morale et pour nourrir une certaine curiosité historique. En particulier, si l'on veut comprendre la notion de pornographie : autant en revenir aux bases.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dechosal
  19 décembre 2017
On est toujours intimidé par le trio de tête du 18ème siècle, Diderot, Rousseau et Voltaire. Je suggère volontiers un autre podium: Restif, Sade et Casanova. de Restif, "Les Nuits de Paris" et "Monsieur Nicolas" sont ab-so-lu-ment épatants ! La littérature française à son sommet...
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
HermantMHermantM   21 janvier 2013
Les dévots méprisent tout le monde, parce qu'ils croient les autres hommes capables de tous les vices ; ils sont défiants par cette raison, et d'un orgueil insupportable : comme ils n'ont qu'un seul frein, la religion, qu'ils ne connaissent ni l'honneur, ni la réciprocité, ni l'intérêt patriotique (ils y substituent celui de leur secte), ils s’imaginent que, dès qu'on a pas leur frein, on n'en a plus : ils n'ont pas d'idée d'une vertu philosophique, ils méprisent même dédaigneusement cette sorte de vertu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
tolstoievskitolstoievski   28 juillet 2017
Je n'en veux plus au marquis, ni pour ce qu'il vous a fait, ni pour sa conduite actuelle ; vous êtes la seule coupable ; ou plutôt c'est Vénus elle seule qui vous a faite si belle, si jolie, si mignonne, en un mot tout ce qu'il faut être pour qu'on ne puisse vous résister.

Cinquième partie, lettre CVI : Ursule, à Gaudet.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Nicolas Edme Restif de La Bretonne (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Edme  Restif de La Bretonne
Nicolas Edme RESTIF DE LA BRETONNE – Ingénue Saxancour ou la Femme séparée
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
289 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre