AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Delon (Éditeur scientifique)Jean Varloot (Autre)
ISBN : 2070377393
Éditeur : Gallimard (23/05/1986)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Qui Rétif rencontre-t-il lorsqu'il se promène la nuit du côté des Tuileries, de la foire Saint-Laurent, du Jardin des plantes, au bal de l'Opéra ou dans les allées du nouveau Palais-Royal ? Une Vaporeuses une fille violentée, une fille perdue, une fille honteuse, une fille ensevelie vivante, un homme aux lapins, un homme qui ne dépense rien, un décolleur d'affiches, un homme échappé au supplice, un pendu puis rompu, des bouchers, deux abbés qui se battent en duel, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
gill
  14 novembre 2012
Écrite entre 1786 et 1788, "Les nuits de Paris" est une oeuvre étonnamment moderne, sorte de fiction autobiographique agrémentée d'écrits divers, de critiques littéraires et théâtrales, où Rétif de la Bretonne place même des ébauches d'oeuvres abandonnées.
Il y fait le récit de 380 nuits où le monde nocturne lui ouvre, dans les rues de Paris les portes de l'étrange et du fantastique.
Se surnommant lui-même le "Hibou", l'auteur fait le récit de ses errances et de ses rencontres nocturnes dans les rues de la capitale à une femme mystérieuse et riche, qu'il nomme la "vaporeuse" afin de la soulager de son ennui et de ses "vapeurs".
Il conte alors des histoires aux titres évocateurs tels que "le trou au mur", "l'homme aux lapins", "les incongruités nocturnes", "l'homme dormant dans l'ordure", "les débris de cadavres", "l'aveugle éclairé" et "la morte vivante", sortes de récits étranges et pittoresques propres à nous étonner.
"Que de choses à voir lorsque tous les yeux sont fermés ! ... J'ai vu ce personne autre que moi n'a vu" écrit-il dans la première nuit
L'auteur y entrelace astucieusement la fiction, le récit, le témoignage par un procédé que reprendront plus tard Eugène Sue dans "Les mystères de Paris" et plus récemment Jacques Yonnet avec "Rue des maléfices - chronique secrète d'une ville".
En 1793, il ajoute à cette fresque un seizième volume qui porte le titre de la série et qui comporte "vingt nuits de Paris" au fil de ses chapitres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
sweetie
  11 juin 2016
Le spectateur nocturne, c'est ainsi que se définit Nicolas Restif de la Bretonne, lui qui parcourt les rues de Paris la nuit et qui a tiré de ses observations des chroniques de 1786 à 1793. Témoin privilégié des prémices de la Révolution française jusqu'à ses effets dévastateurs dans la population, Restif de la Bretonne, par un langage coloré et vivant, nous restitue dans les moindres détails ces événements historiques. La première partie est constituée de ses déambulations visant à satisfaire sa curiosité à l'endroit de ses concitoyens; il nous livre ses pensées intimes et en profite pour régler littéralement le sort du monde en intervenant directement pour sauver la veuve et l'orphelin des brigands et des scélérats de toutes espèces. La deuxième partie est consacrée au récit des journées ayant présidé à la Révolution de 1789. Je craignais de lire une langue vieillotte mais au contraire, ça se lit très bien et de surcroît, se révèle hautement instructif.
Commenter  J’apprécie          70

Les critiques presse (1)
LesEchos   26 août 2011
Ses nuits parisiennes prennent ainsi une tout autre dimension que celle d'un simple recueil de faits divers. Commençant par le récit de menus délits, d'amours contrariées, de drames de la jalousie ou de la pauvreté, elles finissent dans les prémices de la Révolution.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   10 janvier 2014
Lorsque je considère le produit des beaux-arts, je ne saurais m'empêcher de gémir sur la partialité que la nature a montrée ! Un peintre, un graveur peuvent faire deux ouvrages qui les enrichissent, ou du moins, qui les mettent dans l'aisance, et l'homme de lettres, dont les sublimes productions sont infiniment au-dessus des tableaux et des gravures, reste pauvre, même en réussissant !
Commenter  J’apprécie          30
sweetiesweetie   11 juin 2016
J'avoue que j'ai tremblé toutes les fois que j'ai vu la portion basse du peuple en émotion et j'ai tremblé parce que je la connais, parce que je sais quelle est sa haine contre tout ce qui est aisé, haine éternelle, violente, qui ne demande qu'une occasion de s'exercer (...)
Commenter  J’apprécie          20
sweetiesweetie   11 juin 2016
(...) je suis très timide, mais pas craintif, c'est-à-dire que je craindrais de passer devant une belle compagnie, et que je brave volontiers une troupe de scélérats; dans le premier cas, c'est orgueil : je crains la comparaison; dans le second, c'est courage : je ne suis pas poltron.
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   11 juin 2016
Les hommes ont une idée fausse, une idée destructive : c'est que la vie est trop courte pour s'occuper d'y être bien.
Commenter  J’apprécie          30
sweetiesweetie   11 juin 2016
Quant à moi, indulgent envers tous les hommes, parce que j'ai besoin d'indulgence, je ne blâme qu'à regret et loue avec transport.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Nicolas Edme Restif de La Bretonne (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Edme  Restif de La Bretonne
Nicolas Edme RESTIF DE LA BRETONNE – Ingénue Saxancour ou la Femme séparée
autres livres classés : 18ème siecleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XVIII° siècle)

Le Jeu de l'amour et du hasard

Voltaire
Marivaux
Beaumarchais

10 questions
131 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 18ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur ce livre