AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205070908
Éditeur : Dargaud (20/03/2015)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 60 notes)
Résumé :
La biographie dessinée d'un génie de la musique.

Glenn Gould, star planétaire de la musique classique, génie absolu et solitaire. Cette biographie retrace la vie du célèbre pianiste canadien pour tenter de comprendre sa personnalité cachée et en percer le mystère... Pourquoi a-t-il arrêté si brutalement sa carrière de concertiste ? Pourquoi est-il devenu une des premières figures de l'ère médiatique à vouloir disparaître ? Sandrine Revel met tout son ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  19 mai 2017
Southwood drive, Toronto. Dans le salon de la demeure familiale, Glenn joue avec sa maman. Un jeu pour le moins atypique qui consiste à deviner les premières notes de l'accord joué par sa maman au piano, lui, ayant le dos tourné. Un jeu qui amusait beaucoup Mozart. Mais le petit garçon a du mal à se concentrer aujourd'hui. En effet, le soir-même, il doit se rendre au concert de Josef Hoffman. Une fois là-bas, confortablement installé, le petit garçon rêve d'être à sa place et de jouer devant un public admiratif... le petit garçon d'alors ne sait pas encore qu'il deviendra un pianiste de grande renommée certes mais aussi tourmenté... Une vie à contretemps...
Considéré comme le plus grand pianiste de tous les temps, Glenn Gould mena une carrière singulière de par son style unique, analytique et chantant, de par son excentricité et de par son interprétation des Variations Goldberg de Bach. Sandrine Revel, elle-même musicienne à ses heures perdues, nous plonge au coeur de la vie de ce virtuose. Ici et là, quelques événements marquants de sa vie, quelques anecdotes, de son enfance jusqu'aux derniers instants de sa vie. de sa précocité au piano à son lit d'hôpital en passant par ses crises d'angoisse, sa position pour jouer qui ne plaisait pas vraiment, de ses médicaments qu'il avalait. Des événements sans chronologie aucune mais qui permettent d'appréhender le personnage, de mieux cerner sa personnalité. Graphiquement, Sandrine Revel joue sur la mise, la taille et la forme des cases pour notre plus grand plaisir. Ses couleurs directes et son trait élégant apportent une certaine touche d'émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
Titania
  19 décembre 2015
Je connaissais son nom, je ne savais rien de lui, rien de sa vie, rien de son oeuvre....alors, j'ai mis les variations Goldberg sur Deezer, et ses mains sur le clavier m'ont accompagnée pendant la lecture de cet album.
Sandrine Revel nous raconte la vie du pianiste canadien Glenn Gould par touches, et couleurs douces. Ainsi se construit devant nos yeux le portrait d'un homme complexe, fragile et torturé, un interprète de génie. Ses doigts sur les touches me disent quel virtuose il était .
Son histoire se met en place à partir des souvenirs qui lui reviennent sur son lit d'hôpital, et différents témoignages. Ils nous parlent de ce musicien instinctif et moderne avec sa posture peu académique devant le clavier. Il renouvelle l'interprétation des grandes oeuvres.
Il était hypocondriaque, frileux, phobique, solitaire et difficile à vivre, persuadé qu'il ne vivrait pas longtemps. Un seul grand amour a éclairé sa vie. Il nous laisse une oeuvre enregistrée importante, que je me promets d'écouter dans son intégralité.
un bon moment de lecture et une découverte intéressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
Chrisdu26
  24 mai 2017
Les Variations de Goldberg sont à Glenn Gould ce que Almost Blue est à Chet, le concerto d'Aranjuez à Joaquin Rodrigo ou Black Hole Sun à Soundgarden. Bach a composé les variations mais Glenn s'en approprie et lui donne ses lettres de noblesse se jouant de la technique contrapuntique inégalable du compositeur. Il apporte une vision nouvelle à cette oeuvre maintes fois utilisée au cinéma comme dans « le silence des agneaux », « le patient anglais » ou encore « Love » de Gaspard Noé.
Souvent les enfants surdoués ont la particularité d'être solitaires. Glenn n'échappe pas à la règle. A la fois rejeté et moqué par ses camarades, il se réfugie là où Mozart, Beethoven ou Bach règnent en maître. Doté d'une oreille absolue, très vite il se passionne pour la mélodie et les oeuvres de ses pairs. Il fait corps à corps avec son Chickering ne laissant que peu de place au monde qui l'entoure. Son piano est le prolongement de ses doigts… La musique est le prolongement de son âme.
Adulé par beaucoup mais critiqué par les journalistes, la presse ne l'épargne pas. Son originalité casse les codes et son jeu pianistique surprend. Son narcissisme au clavier dérange et ses exigences deviennent de plus en plus excentriques. Ses auditeurs le réclament mais Glenn fuit les concerts car jouer en public l'ennuie profondément. Seul le contact avec la musique l'importe. Il se consacre dès lors à la composition, la production d'émission de radio et sa vie quasi monastique.
Je connaissais le musicien mais très peu l'homme. Sandrine Revel réunit dans ce même album tous ses talents de coloriste, scénariste et dessinatrice pour nous délivrer une biographie riche et intéressante. Grâce à ce roman je découvre en plus du génie, un personnage obsessionnel frôlant quelque peu la folie. Les couleurs, le crayonné et les mots ne laissent aucun doute sur le coté obscur du musicien. L'auteur nous ballade entre les touches noires et blanches d'un piano et nous emmène dans l'univers symphonique d'un des plus grands pianistes de sa génération, préférant la compagnie des animaux à celle du genre humain.
Branche ton double jack pour « Une vie à contretemps »… Un aller sans retour - -

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Walktapus
  23 mai 2015
Hop ! on se passe les variations Goldberg, celles de 1981, et on savoure en BD la vie contrapuntique de Glenn Gould : une main sur sa fin prématurée, l'autre croisant et décroisant toute sa vie. le livre est composé par petites touches d'épisodes, d'anecdotes, de témoignages et de mots de l'artiste excentrique, d'où émerge un portrait doux, nostalgique et onirique, en masque de chien, banquise et ciels prêts à crever.
Et des pages entières de mains. Ah ! si j'étais une touche de piano, je crois que j'aurais aimé être caressé par la main chantonnante de GG depuis son tabouret surbaissé (mais si Hélène Grimaud se propose...).
L'auteure est mélomane, joue du piano, et livre à la fin une discographie éclairée. Et donne des concerts dessinés !!
Commenter  J’apprécie          171
zazimuth
  05 janvier 2016
Un énorme coup de coeur pour cette bande dessinée empruntée à la médiathèque !!! Je ne connaissais Glenn Gould que de nom, j'ai donc découvert une partie de sa biographie et de sa personnalité par ce livre.
Le récit ne suit pas la chronologie de manière linéaire mais intercale les épisodes de la vie du pianiste de son enfance à sa mort avec les réactions de son entourage au moment de l'AVC qui va annoncé sa fin.
Je me suis attachée au personnage pour sa marginalité et sa fragilité même si bien sûr on peut imaginer qu'il ne devait pas être "facile à vivre" mais on peut supposer que son génie musical et sa façon révolutionnaire d'interpréter le répertoire au piano résultent de sa différence.
Aucun mot n'est posé dans ce sens dans le livre mais je n'ai pu m'empêcher d'établir des connexions entre ce que je découvrais et d'autres ouvrages présentant des personnes avec autisme porteuses du syndrome d'Asperger.
Quoi qu'il en soit ça m'a donné envie d'en lire plus sur lui et de chercher une biographie, de la correspondance ou des entretiens.
J'ai par ailleurs trouvé le graphisme intéressant et la manière de l'auteur de chercher à traduire ce que pouvait ressentir et voir l'artiste très réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (5)
Telerama   22 avril 2015
Un dessin subtil et doux au plus près du génie du pianiste.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   14 avril 2015
De belles trouvailles graphiques proposent des « visions » de l’esprit de Glenn Gould.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   30 mars 2015
En refermant l'album, on a le sentiment d'en avoir appris beaucoup sur Gould tout en prenant bien conscience qu'il a gardé tout du long ses petits mystères... Mais surtout, on a maintenant envie de le découvrir en tant que musicien.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   24 mars 2015
Au final, l'album sonne juste. Les exubérances de Gould sont remises à leur juste place d'anecdotes pour faire la place à l'homme, à son travail et à ses rêves de perfection.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDGest   02 mars 2015
Sandrine Revel met tout son talent au service de cette peinture magnifique d'un génie au mal-être tangible.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   19 mai 2017
Le secret pour enseigner à Glenn, c'est de le laisser découvrir les choses de lui-même. C'est comme cela que je lui ai fait connaître Bach et Schönberg. Si Glenn pense n'avoir rien appris de moi, il s'agit là du plus beau compliment qu'on puisse me faire.
Commenter  J’apprécie          244
marina53marina53   24 mai 2017
Je tenais pour acquis que tout le monde partageait ma passion pour les ciels nuageux.
J'ai eu tout un choc en apprenant que certaines personnes préféraient le soleil.
Glenn Gould
Commenter  J’apprécie          311
WalktapusWalktapus   21 mai 2015
- J'ai dormi et j'ai fait un rêve ! J'étais entouré de Bach, Beethoven, Haydn, Mozart, Chopin et aussi de mon setter sir Nickolson of Garelocheed. Je me suis toujours beaucoup mieux entendu avec les animaux qu'avec les êtres humains.

(Bach, Beethoven, Haydn, Mozart, Chopin, noms de ses deux chiens, deux lapins, quatre poissons rouges et sa perruche)

Commenter  J’apprécie          112
Marti94Marti94   21 octobre 2015
Graver les « Variations Goldberg » pour un premier disque est une folie.
C’est une œuvre monumentale, elle représente un des sommets de la musique classique.
De plus, elle est initialement destinée au clavecin à deux claviers, son interprétation est incroyablement difficile, voire quasiment impossible sur un seul.
Commenter  J’apprécie          80
eirene62eirene62   20 juin 2015
J'ai toujours eu l'intuition que pour chaque heure passée avec d'autres humains vous avez besoin de X heures tout seul.

La solitude nourrit la créativité alors que la fraternité collégiale tend à la dissiper. De plus, elle est pour l'être humain le plus sûr chemin vers le bonheur.
La présence des autres me distrait.
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Sandrine Revel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sandrine Revel
Bande annonce de l'album BD " Sorcellerie et dépendances".
autres livres classés : pianoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
721 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..