AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Gallimard (15/01/2003)
4.15/5   27 notes
Résumé :
Par son ampleur, sa fluidité formelle, son timbre testamentaire,Sable mouvant cristallise tout ce qu'une vie peut transmettre d'expérience, d'intuition, de lumière visitée. Cette alliance rare de pensée et de grâce fait passer, dans le champ de la poésie vécue, comme un souffle de révélation : ici, une voix fragile et souveraine change une destinée, même à son terme terrestre, en un mouvement d'approche.
«De ma vie, je n'aurai jamais rien su faire de particul... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Arimbo
  17 avril 2021

Un magnifique livre de Pierre Reverdy, poète surréaliste moins connu qu'Eluard, Aragon ou Breton, et qui se retira rapidement de l'agitation du monde pour faire retraite près de l'abbaye de Solesme.
Plusieurs recueils de poèmes y sont rassemblés autour du long poème Sable mouvant, un des derniers du poète, un merveilleuse métaphore qui évoque, à l'approche de la mort, le regard sur la vie parcourue.
À côté de ces poèmes, on trouve aussi des textes dans lequel le poète nous livre ses réflexions passionnantes sur la matière poétique et ceci dans le recueil « Cette émotion appelée poésie ».
Commenter  J’apprécie          160
lehibook
  16 janvier 2020
J'ai découvert il y a peu ce poète compagnon des surréalistes et en particulier ce recueil, le dernier dont plusieurs texte m'ont beaucoup touché.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   23 janvier 2022
De ces grands coups de vent



De ces grands coups de vent
Qui soufflent les cervelles
De celle qui tient bon
À celle qui chancelle
Sous l'effort d'un suprême élan

                     Pour connaître
                     pour aimer
                     pour être
                     pour savoir
                     savourer la vie
                     Savoir vivre et mourir
                     Dans la même tempête
                     D'un même glissement
                     Et sur la même ligne
Dans cet espace nul qui sans cesse recule
        Plus sombre au verseau du néant
Ce néant auquel je faisais
allusion tout-à-l'heure
Et d'ici là vous n'aurez
même pas le temps
De savoir qui rit ni qui pleure
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
michfredmichfred   10 août 2015
Tard dans la vie, par Pierre Reverdy.



Je suis dur
Je suis tendre
Et j’ai perdu mon temps
À rêver sans dormir
Partout où j’ai passé
J’ai trouvé mon absence
Je ne suis nulle part
Excepté le néant
Mais je porte accroché au plus haut des entrailles
À la place où la foudre a frappé trop souvent
Un cœur où chaque mot a laissé son entaille
Et d’où ma vie s’égoutte au moindre mouvement

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LuneaucoeurLuneaucoeur   11 avril 2021
Je suis dur - Je suis tendre - Et j'ai perdu mon temps - À rêver sans dormir - À dormir en marchant - Partout où j'ai passé - J'ai trouvé mon absence - Je ne suis nulle part - Excepté le néant - Mais je porte caché au plus haut des entrailles - À la place où la foudre a frappé trop souvent - Un cœur où chaque mot à laissé son entaille - Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement.
Commenter  J’apprécie          90
coquecigruecoquecigrue   05 juillet 2013
Baudelaire a dit, à peu près (...) qu'il ne concevait pas la Beauté en Art sans l'idée de malheur, de morbidité, de souffrance. Ce n'est pas du tout ce que je pense moi-même. Bien au contraire, je crois que le but de l'art, le rôle de l'art n'est pas d'enfoncer encore davantage l'homme dans sa misère, dans sa souffrance ou sa tristesse — mais de l'en délivrer, de lui donner une clef de sortie en le soulevant du plan réel, lourdement quotidien, jusqu'au libre plan esthétique où l'artiste se hisse lui-même pour vivre et respirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
coquecigruecoquecigrue   05 juillet 2013
... je ferai remarquer que la beauté naturelle, c'est à dire celle que nous admirons dans certains spectacles de la nature, est une création de l'homme. La nature n'est ni belle ni laide, ni triste ni gaie — mais ce que nous y mettons par ricochet. C'est nous qui sommes gais ou tristes à la vue de tel ou tel spectacle (...) et c'est le sens du Beau cultivé en nous qui s'accorde ou ne s'accorde pas à tel ou tel spectacle naturel que nous avons sous les yeux. (...) si nous admirons tant la nature, c'est parce que nous y retrouvons ce que l'art (...) nous a appris à admirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Pierre Reverdy (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Reverdy
Pierre REVERDY – Une vie, une Œuvre : l’intranquille (France Culture, 1989) L’émission « Une Vie, une Œuvre », par Renée Elkaïm Bollinger, diffusée le 12 octobre 1989 sur France Culture. Présences : Jean Leymarie, Alain Cuny, Éliane Formentelli, Étienne-Alain Hubert et Michel Collot. Lectures : Francine Berger et Jean Bollery.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1035 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre