AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782370470751
225 pages
Éditeur : Editions Lajouanie (07/10/2016)

Note moyenne : 3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
1906 : Gilbert Petit-Rivaud, un artiste-peintre parisien s’installe à Giverny. Son rêve : approcher le déjà illustre Claude Monet. Dans l’attente de cette hypothétique rencontre le jeune homme fait tranquillement la connaissance des voisins et des proches du grand peintre.

Soudain, au beau milieu du paradis des Impressionnistes, voici, dans l’eau, un corps décapité ! Est-ce celui du prêtre ? d’un peintre ? d’un vagabond&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Tristale
  23 novembre 2016
Je ne connaissais pas du tout l'auteur, mais j'avoue que Frédéric Révérend m' a permis de passer un sympathique moment en compagnie de son personnage principal, Gilbert Petit--Rivaud. Ce dernier, jeune peintre venu à Giverny dans l'espoir d'y rencontrer le maître des lieux, Claude Monet, va vivre des aventures pour le moins rocambolesques.
Nous sommes au début du vingtième siècle et le village de Giverny attire énormément de monde, curieux et peintres plus ou moins talentueux, car y réside Claude Monet. Encore aujourd"hui ce village a gardé tout son prestige, car, parait-il, la lumière sur toutes choses y est à nulle autre pareil.
Nous suivons donc Gilbert, transformé en détective, suite à la découverte d'un cadavre sans tête, à travers le village et ses alentours. Il y croisera divers personnages énigmatiques, et juché sur son vélo, parcourra les routes à la recherches d'indices. Des hommes vêtus de cagoules, des fous, pas si fous pour certains, un magicien, une femme fatale, de gentilles vielles filles, un escroc, un commissaire pas très futé et bien d'autres croiseront sa route jusqu'au dénouement final.
C'est drôle, farfelu, mais pour autant l'intrigue est bien ficelée et après nous avoir bien baladé Frédéric révérend nous ramène là où tout a commencé, à Giverny, où la lumière donne toujours sa beauté particulière aux nymphéas chers à Monet.
Encore une fois les éditions Lajouanie agrandissent favorablement leur team auteurs. Et comme toujours avec tous leurs livres, la couv' de celui ci est une merveille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
flolabbe
  09 janvier 2018
Un roman presque inclassable !! Une trame policière mais pur moi une histoire surréaliste au pays de l'impressionnisme. Frédéric Révérend s'amuse avec l'histoire, les personnages, et promène son personnage principal mais surtout ses lecteurs. le récit peut paraître décousu mais il est parsemé de clins d'oeil et surtout de sacrées connaissances sur L Histoire, la peinture. Je pense que je relirai ce livre prochainement ne serait-ce que pour en savourer mieux tout cela. Frédéric Révérend sera présent au Salon du Polar organisé par Osny, dans le Val d'oise, à quelques kilomètres des lieux de son livre et je copte bien l'interroger sur ce roman et surtout son épilogue. Je recommande vivement son livre aux lecteurs curieux, qui aiment l'histoire, et sont prêts à embarquer pour une aventure loufoque.
Commenter  J’apprécie          00
purgi89
  17 janvier 2017
J'ai tout de suite été attirée par la couverture et le lieu où se déroule ce roman. Giverny, village de Normandie très prisé des artistes. J'y suis allée suite à ma lecture de "Nymphéas Noirs" de Michel Bussi et j'avais envie d'y retourner dans une nouvelle histoire pas policière mais presque.
Nous rencontrons dans ce roman Gilbert Petit-Rivaud, 24 ans, qui quitte Paris pour aller s'installer à Giverny. Il décide de devenir peintre à plein temps et rêve de rencontrer son idole, Claude Monet.
Il va rencontrer dans ce village de drôles de personnages. Il se retrouve mêlé à une affaire de meurtre quand un corps est retrouvé décapité. Lui qui ne rêvait que de peindre et de tranquillité se retrouve malgré lui enquêteur.
Il va donc partir sur son vélo pour trouver le fin mot de l'histoire. Sur sa route il va rencontrer de nouveaux personnages plutôt célèbre et il va lui arriver de drôles d'aventures.
J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Je pense que cela n'a rien à voir avec ce livre mais parce qu'il m'arrivait des choses personnelles quand j'ai commencé ma lecture. Je l'ai donc arrêté une première fois pour le reprendre de plus belle et le finir d'un coup.
Il m'a été agréable de revisiter les lieux qui me sont proches mais à une autre époque. Je me suis attachée à Gilbert, ce jeune homme un peu naïf, toujours prêt à rendre service à son prochain, très généreux. L'histoire peut paraître rocambolesque mais c'est ce qui fait tout son charme. L'enquête est très bien menée et on ne voit pas du tout arriver la fin.
Je me suis demandée parfois où l'auteur allait chercher tout ça mais cela donne un roman inimitable, et improbable.
Un roman pas policier mais presque qui change comme tous les livres des éditions Lajouanie et c'est encore une belle surprise.
Lien : http://livresaddictblog.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BobPolar
  29 juin 2017
C'est aux portes du XXe siècle, alors que la peinture faisait toujours impression avec un certain Monet, que nous mène l'auteur. Dès les premières lignes l'imprégnation est immédiate, la justesse de l'écriture nous permet de humer les saveurs d'antan, de nous faufiler dans les décors pittoresques. Dans ce cadre et dans les pas de Gilbert Petit-Rivaud chaque apparition d'un nouveau personnage - ils sont nombreux - est un événement. En effet, le jeune peintre s'installe à Giverny où il compte bien rencontrer le maître. C'est en découvrant les lieux et alors qu'il va mener l'enquête quand un cadavre décapité est retrouvé mort - à en perdre la tête - que Gilbert va côtoyer une foule d'individus singuliers - un savant excentrique, des soeurs énigmatiques, une bourgeoise sensuelle, un archéologue fantasque et bien d'autres.

Ainsi par le biais d'un fait-divers, Frédéric Réverend dresse des portraits aussi attachants qu'insolites, invite des personnalités existantes et nous entraîne dans des lieux notoires. Il nous convie à une promenade - avec quelques rebondissements - propice à la nostalgie, à esquisser des traces historiques de la mémoire collective. Lenteur du pas mais entrain - et panache - de la plume.[...]
La suite sur : http://bobpolarexpress.over-blog.com/2017/06/monet-is-monet-la-drolatique-histoire-de-gilbert-petit-rivaud-frederic-reverend.html
Lien : http://bobpolarexpress.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EvadezMoi
  07 décembre 2016
Ce roman à l'intrigue plaisante est surtout un vrai tableau littéraire. Tout n'est que couleurs, descriptions précises qui vous donnent l'impression de rentrer dans un tableau de Monet et d'y vivre une aventure aussi mystérieuse que bucolique.
Pour un lecteur qui ne serait pas habitué aux polars dits « historiques », comme c'est mon cas, il faut un certain temps avant de s'approprier le niveau d'écriture, se fondre dans l'époque pour mieux apprécier les personnages.
L'écriture est en effet parfaitement adaptée à l'époque pendant laquelle se déroule se roman. Une retenue, de belles phrases, des personnages un rien caricaturaux cependant, mais qui donnent toute une ambiance à ce roman.
C'est léger, parfois calme et reposant, parfois plus prenant.
Un roman policier mais pas que… un voyage dans le temps, une découverte comme une visite au musée.

Lien : http://atelierdelaulo.canalb..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   20 octobre 2019
Trapp était visiblement fortuné : il possédait une automobile. Et ce fut dans une De Dion-Bouton neuve, de couleur bordeaux, que Gilbert et lui regagnèrent le cœur du village. Gilbert pensait jusque-là que les archéologues étaient tous en Égypte ou en Grèce. Que pouvait bien faire ce Trapp dans un village perdu du Vexin normand ?

– Mes recherches consistent à identifier l’endroit où est apparue pour la première fois l’humanité, son berceau primitif, le lieu exact de l’origine du monde. L’hypothèse sur laquelle je travaille est qu’il se situerait dans cette boucle de la Seine. Tout ici porte les signes d’une sorte de matrice naturelle. Ce souterrain n’est qu’une partie d’un réseau plus grand, caché dans les falaises et dont le centre doit être à sept kilomètres en amont de la vallée, là où se dresse actuellement le château de La Roche-Guyon. Les premiers humains ont peut-être été engendrés dans ce ventre de calcaire et de silex… !

Le mythe du jardin d’Éden aurait-il un fondement historique ? Trapp gara le véhicule et ils descendirent à pied une rue longeant la petite mairie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   20 octobre 2019
Le sol, les murs, les vitres, le plafond, tout l’habitacle dansait un léger branle, sur un rythme un peu déhanché. Il faisait chaud dans le compartiment. On s’était habitué à l’odeur des gens et de leurs pique-niques. Le partage du petit territoire s’était établi sans bisbille, selon le droit républicain des fesses à disposer de la banquette. Certains lisaient, d’autres somnolaient. Les enfants à la vitre continuaient seuls à s’étonner. Parfois une conversation s’engageait, puis cessait pour des kilomètres entiers. Il y avait cette berceuse continue de percussions et de souffles, ponctuée de brefs cris de la locomotive, laquelle imposait patience à tous les voyageurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BobPolarBobPolar   29 juin 2017
Sous son unique sourcil, le docteur Belhomme veillait sur tout le village et circulait d’un foyer à l’autre. - A Giverny, lui confia-t-il, on peu observer un étrange syndrome : beaucoup de gens acquièrent spontanément l’âme artiste. J’y ai vu des plombiers se faire sculpteurs, des dentistes écrire des vers, des croque-morts se mettre au ballet, des sourds jouer du Paganini, des ennuyeux acquérir de la verve, des usuriers pleurer devant des couchers de soleil et quantité de touristes se faisant aquarellistes ou refusant de repartir chez eux. En revanche, les natifs semblent immunisés. Mais ils ont d’autres pathologies…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   20 octobre 2019
C’est donc à Giverny que pour la première fois, et par le hasard des rencontres, Petit-Rivaud pénétra dans un de ces lieux à la fois stupéfiants et décevants, où s’inventait le Futur, ce Futur que le jeune homme se représentait comme un astronef en train d’arracher enfin les hommes à la pesanteur de l’Histoire pour leur faire rejoindre un état supérieur.
Commenter  J’apprécie          20
EvadezMoiEvadezMoi   07 décembre 2016
En silence, ayant achevé cette première approche en tracés et à-plats de couleur, Gilbert fit tremper ses pinceaux. Il l’avait cherchée dans l’image naissante, sans être sûr de l’y avoir trouvée. Elle avait peu parlé, seulement une fois, avant de commencer, pour lui dire que ses seules exigences étaient d’être peinte parée de ses bijoux mais sur le motif, c’est-à-dire dans son décor naturel et non en atelier, et nue, sans qu’il vit dans sa nudité autre chose qu’un sujet à peindre. Lady Blossom se couvrit et s’approcha, il sentit son parfum, quelque chose de vanillé. Un extrait d’orchidée, peut-être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : givernyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Frédéric Révérend (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1983 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre