AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290344446
153 pages
J'ai Lu (12/05/2006)
3.09/5   88 notes
Résumé :
Frank, Vincent, Jean, Marc et Louis, tous trentenaires, courent après leur jeunesse.
Certains, plus que d'autres, courent après les femmes, fuient l'engagement et la routine conjugale : mais où se dirigent-ils? Empêtrés dans leurs déboires amoureux, ils s'interrogent sur le couple, la fidélité, les enfants, l'amitié. Des interrogations fortes, qui les conduisent parfois à se séparer, à changer de vie, à perdre la raison. Dans ce roman, Nicolas Rey décrit avec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Icidore
  03 décembre 2014
Je suis passée complètement à côté de ce livre. L'idée me paraissait géniale, l'angle de vue original, la plume franche et acérée.
Je m'attendais à tout ça... Je n'ai rien eu.
J'ai lu le livre d'une traite en me forçant tellement je peinais car si j'avais arrêté, je n'aurais jamais repris. J'ai fermé le livre en n'ayant absolument rien compris. Je n'ai rien compris aux histoires, je ne savais plus quel personnage était en scène, parlait-il de lui ou de quelqu'un d'autre, où en étions-nous dans sa vie, avant une rupture, après ? Je n'ai absolument pas saisi le point de vue de l'auteur : quel message a-t-il voulu nous transmettre ? Quelle histoire a-t-il raconté ? Ou est le lien entre les différents personnages ? Pour moi, tout était sombre, illogique, à tel point que je me suis demandée ce que je venais de lire.
C'est une drôle d'expérience en tant que lecteur et je ne la souhaite à personne.. Vraissemblablement, j'ai dû louper quelque chose parce que ce n'est pas possible autrement. J'étais consciente quand je l'ai lu alors pourquoi j'ai l'impression d'avoir passé un petit temps dans le coltar. La seule chose que je peux dire c'est que c'était écrit en français mais pour moi, j'ai lu du chinois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marlene50
  16 octobre 2017
L'écriture au début du livre est un peu déroutante on se demande qui tient la plume.
Puis, au fil des histoires des 5 trentenaires qui fuient la routine conjugale ; on se prend à lire, non pas avec plaisir, mais avec curiosité la suite de leur débâcle amoureuse.
Personnellement j'ai trouvé cela tellement vrai .
Cette recherche à un moment donné de sa vie lorsqu'avec sa "moitié" chacun prend un chemin différent et n'arrive plus à conjuguer amour avec couple et famille.
Je pense que les personnes qui ont divorcés et se sont posés tout un tas de questions existentielles seront plus à même d'entrer dans ces histoires de la vraie vie qui n'est pas "ils se marièrent, ils furent heureux, et eurent beaucoup d'enfants".
Des interrogations fortes qui conduisent à des actes pas forcément glorieux et qui ne résolvent en rien le mal de vivre qui peut arriver à tout un chacun à un tournant de sa vie.
Commenter  J’apprécie          60
Osmanthe
  31 janvier 2015
Du nombrilisme sans aucun intérêt. Voilà, pour ma part, tout est dit !
Commenter  J’apprécie          130
Jo_Ly
  26 février 2020
Ils ont la trentaine.
Ils sont malheureux en amour. A cause d'eux-mêmes, ou pas. Peu importe.
Franck, Marc, Jean, Louis.
Quatres destins en parallèle.
Écrits à la façon de nouvelles.
Une écriture agréable, assez rythmique.
Mais finalement, c'est une histoire mille fois contée, et parfois mieux, ou de façon peut-être plus originale.
La dernière page refermée, il n'en reste pas grand chose.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
bgnbgn   24 janvier 2014
Souvent, je marche jusqu'à la piscine avec Marc. Il est toujours aussi doué pour reconnaître l'odeur de gin à des kilomètres. Il porte des Ray-Ban, une chemise blanche, ainsi qu'une main sur le foie. Parfois il monte des pièces pour les patients de la clinique. Mais ses choix son limités. Les tragédies anciennes sur des amours impossibles sont interdites dans la clinique.
Commenter  J’apprécie          50
marlene50marlene50   16 octobre 2017
Les deux adolescents se moquent de l'heure à laquelle ils vont aller se coucher.
Ils se moquent d'avoir un jour à travailler.
Pour l'instant, ils laissent aux autres le soin de se dépêcher.
Ils ont la sensation d'être plus futés que le reste de la population.
Peut-être le sont-ils vraiment.
Commenter  J’apprécie          30
bgnbgn   24 janvier 2014
Le matin, nous commençons par le spychologue. Une pointure. L'auteur de Coeurs brisés, comment guérir par soi-même ? Huit cent mille exemplaires chez Albin Michel. Une émission sur LCI. La une de L'Express six fois de suite. Le type a un peu grossi. J'aime le bureau du psychologue. J'aime son intérêt pour ma petite affaire privée.
"Parlez-moi de votre enfance ?"
Commenter  J’apprécie          10
marlene50marlene50   16 octobre 2017
Annie les trouvait tout à fait prévisibles.
Elle n'appréciait pas les cancres pour autant.
Si elle avait dû choisir, elle aurait choisi les élèves rêveurs.
Eux savent se taire et sourire, être intelligents sans trop la ramener.
Commenter  J’apprécie          20
marlene50marlene50   16 octobre 2017
C'est un canapé très confortable pour la tristesse.
Un canapé particulier, spécialiste en dépression nerveuse, absence de sommeil, problèmes sentimentaux et repos du guerrier.
C'est un canapé pour les moments difficiles.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Nicolas Rey (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Rey
Entre polar et comédie de moeurs, un roman délicieusement immoral !
Fils déchu totalement ruiné à l'approche de la cinquantaine, Diego Lambert n'a qu'une seule issue, demander de l'aide à son père, directeur d'une multinationale de céréales. Celui-ci, maitre en manipulation, lui propose 50.000 € s'il accepte de remplacer sa DRH, en arrêt maladie le temps de la restructuration de l'entreprise, et d'effectuer son plan social. Diego accepte et prend les choses en main, mais pas exactement comme son père l'aurait souhaité !
Dans cette farce oedipienne rythmée comme un polar, avec un regard satyrique hilarant qui fait merveille sur l'entreprise, l'économie de la rentabilité et les dérives capitalistes, Nicolas Rey change tout, tout en restant comme on l'aime : délicieusement immoral !
EXTRAIT : « La situation était limpide pour ma belle personne. Mon père m'avait nommé dans le rôle de la pire des putes : celui du liquidateur. Me nommer au poste de pseudo DRH, en fait chef du personnel, faisait de moi l'affreux capitaliste qui allait devoir se séparer de quinze salariés. »
LES LIBRAIRES EN PARLENT : « Un livre délirant et surprenant. Malgré un contexte mélancolique, le roman est plein d'humour et de folie. A dévorer d'urgence. » Céline Poret, Librairie Les Accents
« La beauté de la marge est contenue dans ces phrases courtes, les pages se tournent, on est pris et le sourire est toujours là, l'amour aussi, bien sûr, et les mots sont de délicieux grains de sable ! » Anne-Maguerite Bonvallet - Librairie Les Vinzelles
« Nicolas Rey se joue des convenances, ce roman ne vaut pas tant pour son histoire que pour le style de son auteur, toujours sur le fil, mais qui jamais ne tombe, en bon équilibriste ! » Philippe Castelneau - Librairie Sauramps
« Parce que c'est une conjuration des imbéciles à la française. Parce qu'il juge tout autant le père que le fils, on s'étonne même que les 15 salariés ne soient pas 12. Il manque une cène finale. Parce que Nicolas Rey a une plume cash très efficace pour une satire qui oppose la Défense à Saint-Omer. Qu'il retire avec brio les masques et les faux-semblants du monde de l'entreprise. Qu'il est très juste avec les portraits des licenciés, qu'il valorise et qu'il estime, au point de les rendre réels. » Baptiste - Librairie la colline aux livres
« Comme à son habitude, Nicolas REY nous régale avec un texte haut en couleurs. Nous y retrouvons l'humour, le désespoir, le rocambolesque, les situations géniales qui font la saveur des livres de ce dandy romantique inégalable » Benjamin – Librairie Les Mots et les Choses
« Voilà un livre que j'ai dévoré avec plaisir. L'hypothèse de départ, le récit de filiation semblait difficile à tenir sans sombrer et c'est avec bonheur que j'ai lu cette belle histoire d'amour et le crime parfait qui résout tout. Un style simple et entrainant dans la vie d'aujourd'hui, peut-on dire « page turner » ? » Olivier Matras – CDE
« Une bonne lecture que j'ai hâte de partager avec mes clients ! » Cindy Brun - Librairie Polinoise – la fruitière des Livres
+ Lire la suite
autres livres classés : trentenairesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2998 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre