AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266130773
Éditeur : Pocket (01/09/2006)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.3/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture : Renvoyée à sa plume après une fulgurante et torride liaison, une femme écrit à son amant. « Le cœur tendre, le ventre désœuvré », elle effeuille l'album de leurs souvenirs, de leurs folies. Avec les vrais mots de l'impudeur, elle invite le lecteur éberlué à la suivre dans un voyage mouvementé au bout de la sensualité... De son compagnon, nous ne connaîtrons que deux couleurs : le jaune de ses yeux et le vert de son pull... Mais nous découvr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Aelyse
  23 octobre 2014
Voilà un roman bien étrange, qu'il serait dommage de limiter à l'érotisme. J'en ressors avec un étrange malaise, à moitié convaincue seulement.
Les premières pages ont été laborieuses, et, je dois bien le dire, repoussantes. J'ai pourtant une conception très large du sexe: tout est ok entre adultes consentants. Ca laisse place à d'infinies possibilités, me semble-t-il, pourtant certaines des scènes ne cadraient pas.
Adultes. Pas "animaux". L'utilisation d'un chaton à des fins sexuelles m'a flanqué la nausée. Vraiment, cette barrière-là, je ne peux la franchir, et je suis surprise que si peu de gens l'aient mentionné dans leur critique.
"Consentants". D'accord, à la fin des années 1980 ("La femme de papier" a été écrit en 1987) on ne parlait pas encore de viol conjugal, mais hurler "non" en se débattant de toutes ses forces me semble plutôt clair. L'égalité sera parfaite sur ce plan, puisque la narratrice viole son amant au début du livre, et qu'il lui rendra la pareille plus tard dans une scène absolument intolérable où le sang ira jusqu'à couler.
"La souffrance, l'angoisse et l'humiliation me faisaient pleurer..." (p. 95)
Le viol, qu'il soit conjugal ou pas, qu'il soit suivi malgré tout d'un orgasme ou pas, n'en reste pas moins un viol. J'ai trouvé ces passages insoutenables de violence et de mépris de l'autre. Je ne parle pas de sado-masochisme ou de scénario envisagés par deux personnes consentantes, entendons-nous bien, mais de viol: l'un des deux dit "non", l'autre s'en fout.
Zoophilie et viol conjugal, wow. Vous parlez d'une entrée en matière. J'ai remisé au placard mes rêves de prose érotique émoustillante, et je me suis contentée de vérifier que mon coeur était toujours bien accroché et mon estomac à sa place. Jusqu'où cela allait-il aller? Les situations s'enchaînent, parfois scandaleuses, parfois étrangement banales. En fin de compte, tout s'éclaire si on considère qu'on parle ici de pornographie, non d'érotisme.
Ne vous y trompez pas: la plume de l'auteur est extraordinaire. Elle a un véritable talent pour manier les mots, rendre les situations vivantes et les corps tangibles. Cependant, le tout se noie dans la vulgarité la plus ordinaire, et cela suffit à me refroidir. J'aime la suggestion dans l'érotisme, et le vocabulaire a une importance cruciale. Etonnant d'ailleurs de noter que ce qui se rapporte à la jouissance féminine est masculinisé dans les termes: les seins ou le clitoris "bandent", l'héroïne "se branle".
Malgré le peu de charme que j'ai trouvé à ces scènes, j'ai poursuivi ma lecture, non seulement pour savoir jusqu'où l'auteur allait oser aller, mais surtout pour découvrir jusqu'où la narratrice allait s'oublier. Au-delà d'un récit pornographique, "La femme de papier" nous dépeint l'avilissement volontaire d'une femme, qui va repousser ses limites et museler ses envies par amour pour son partenaire. Ce sont des renoncements, des douleurs qu'elle choisi d'oublier, des objections qu'elle tait. Elle se laisse disparaître dans ce désir de plaire.
"Pauvre, pauvre chéri! Est-il normal que j'aie envie de te consoler de tout ce que je viens de vivre! Est-il normal que j'affecte de détendre l'atmosphère par un rire, un peu forcé, mais que tu accepteras comme un traité de paix? Est-il normal que je t'aime tant, tout simplement? Rassure-toi, cher chéri, ce n'est pas encore aujourd'hui que je céderai à la tentation de la grande scène du deux, celle des aveux trempés de larmes, et si je pleure convulsivement dans tes bras, alors que l'aube se lève sur cette maison étrangère, je te laisserai croire tranquillement à un fou rire inextinguible de bonne femme surmenée par une nuit trop peu banale..." (p. 136)
Cet autre axe de lecture m'a bien plus intéressée que le premier. Il y a de l'amour entre ces personnages, comme on le constatera dans l'extraordinaire épilogue qui justifierait à lui seul la lecture de ce roman. Il y a aussi un triste rapport de dépendance à l'autre. La narratrice aime faire l'amour, ne recule pas devant des situations inédites, au contraire, puisqu'elle cherche à ne pas sombrer dans des habitudes banales qui ne lui conviendraient pas.
"Nous essayions à tour de rôle, ou simultanément, le pouvoir que nous avions sur l'autre, nous acceptions sans façon celui qu'il avait sur nous, et cette simplicité dans nos rapports nous évita toujours les affres de la passion, puis son inévitable affadissement." (p.99)
Mais cette faim inextinguible est pervertie par le désir de ne pas faire fuir son partenaire par un refus qui l'offenserait. "La femme de papier" s'efface peu à peu pour ne plus devenir que le réceptacle des fantasmes de son amant, se réveillant occasionnellement pour profiter de ce qui lui plaît.
Un beau livre, à l'écriture maîtrisée, mais au propos trop pornographique à mon goût.

Merci à Babelio et à Tabou Editions de m'avoir permis de le découvrir!
Lien : http://cequejenlis.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
trust_me
  03 novembre 2015
Drôle de destin que celui de ce livre devenu un classique de la littérature érotique contemporaine alors que les lettres qu'il contient n'étaient au départ pas vouées à être publiées.

Françoise Rey s'adresse à son « amour interdit » à travers une succession de missives torrides, inventant les situations les plus échevelées pour le titiller. le portrait brossé de l'amant est des plus flatteurs, « une imposture » comme elle le reconnaît, mais une imposture nécessaire pour rendre chaque épisode toujours plus excitant. Lorsqu'elle avoue sa tromperie à son mari et lui faire lire les lettres, il lui rétorque : « J'ai lu ton ramassis. C'est de la merde. Tu enverrais ça à un éditeur, il te rirait au nez. » Et c'est parce qu'elle l'a pris au mot que ce « ramassis » est devenu un incroyable succès, tant critique que commercial.

Pour être honnête, tous les chapitres ne m'ont pas émoustillé. Celui où elle lève un gamin de 15 ans dans un bar, celui avec le travesti (!), la partie SM avec des crayons (!!) ou le délire scatologique (!!!) ont été difficile à avaler. Mais à coté de cela, il y a des passages d'une sensualité et d'un érotisme inouïs, un vocabulaire incroyablement riche pour dire les choses du sexe, une langue à la fois belle et crue derrière laquelle, malgré les apparences, on sent beaucoup de pudeur.

Alors oui, l'entreprise peut paraître servile, notamment en ce qui concerne la place de la femme par rapport à la toute puissance d'un homme lui imposant ses désirs, le plus souvent par la force. Mais les situations relèvent de la pure fiction, de l'exagération, et ces lettres représentent avant tout la manoeuvre d'une femme follement éprise voulant faire plaisir à celui qu'elle aime. L'épilogue est d'ailleurs, par contraste avec ce qui précède, d'une sincérité et d'une intensité bouleversantes.

Un premier roman provocant, obscène et surtout hautement littéraire. Incontournable pour tout amateur d'érotisme qui se respecte.
Un dernier mot pour souligner la qualité de cette édition enrichie d'illustrations d'Alex Varenne, d'une postface et d'un passionnant entretien avec Françoise Rey.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
moertzombreur
  17 septembre 2014
Pour lutter contre l'hiver
On nous bassine tellement avec les nuances de Grey en ce moment, que j'ai envie de parler d'une autre partition, cette dynamique incomparable, que l'écriture de Françoise Rey nous propose avec ce livre érotique. Un livre jouissif de bout en bout, complétement porno à certains moments, mais toujours servie par une belle écriture charnelle, d'une sensualité et d'une crudité qui se mélangent parfaitement à une provocation et un imaginaire débridé. Sans parler de son humour complétement endiablé, on peut y voir aussi une brillante déclaration d'amour. La littérature est en totalité au service du fantasme, le langage s'y déroule sans inhibition, dans l'adagio, les mots se déroulent vers un érotisme troublant, dans le staccato ils prennent une couleur pornographique, mais sans jamais sombrer dans la vulgarité. La forme épistolaire le rend tellement vivant, qu'il en devient une ode à l'amour, le cri d'une femme à l'écoute de son corps. Chaque mot y devient un petit animal éructant, tout entier tourné vers la satisfaction d'un plaisir entièrement assumé, et chaque mot tient à distance la consommation du désir, le consumé qu'entraîne la jouissance.
Ce livre n'est pas fait pour être lu d'une traite, il est préférable d'en picorer une petite bouchée ici ou là, ce livre est aussi fait pour être lu à voix haute - à deux de préférence - et, en ces temps ou la froidure débute son invasion implacable, sous une couette. ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mondouble
  24 février 2014
Vous l'aurez sans doute remarqué: Françoise Rey, j'en suis fan. Je ne vais pas faire le faux cul ni jouer à l'intello: ses écrits me font bander et me donnent des envies telles que je ne peux lire que d'une main. Voilà, c'est dit.
Attention! Pour moi, ce n'est pas de l'érotisme mais de la pornographie. Et j'aime ça car c'est bien écrit.
Commenter  J’apprécie          100
bountyfrei
  25 novembre 2015
Tandis que la liaison entre une femme et son amant devient plate, celle-ci décide d'écrire des lettres à cet homme. Mais pas n'importe quelles lettres ! Cette femme couche sur papier ses fantasmes et autres désirs pour réveiller l'appétit sexuel de son amant...
Son succès vient du fait que Françoise Rey existe et qu'elle a réellement envoyé ces missives à son partenaire sexuel. Pour une fois, dans nos contrées, une femme ne se cachait pas derrière un pseudo et exprimait clairement ses désirs !
Alors évidemment, la presse s'en est emparé et on en a beaucoup parlé à l'époque, le succès du livre vient de là. Mais pour un roman épistolaire érotique, je m'attendais à beaucoup, mais ce livre ne m'a pas plus émoustillée que cela. Les lettres restent du sexe pour du sexe, et ça ne va pas plus loin. L'auteure se met en scène avec son amant, installe le décors si besoin, rajoute des personnages quand l'envie lui en prend, mais, encore une fois, cela ne va pas plus loin.
Je m'attendais aussi à un style plutôt doux, pour une femme qui met en scène ses fantasmes. C'est le contraire, puisque les mots choisis sont violents. Il est question de plaisirs, mais la douceur n'est pas au rendez-vous, tant dans les actes que dans les dialogues des protagonistes. Cela s'explique peut-être par la crise que Françoise Rey a traversé avant de se lancer à l'écriture de la femme de papier ? En tout cas, elle a vocabulaire varié et riche, ce qui évite une certaine redondance entre chaque missive, et j'apprécie la diversité des fantasmes de Françoise, qui amène à voir certaines pratiques sous un autre oeil.
Cette édition est agrémentée d'illustrations en noir et blanc, plutôt suggestives (Disons que le lire dans un train le soir n'est pas une bonne idée, surtout quand vous êtes côté fenêtre) (Et je noterais au passage que la petite dame des sièges d'à côté, d'un certain âge, ne devait pas avoir qu'une quinte de toux... Oups !). Alex Varenne met en scène des femmes, parfois seules, parfois accompagnées, cependant sans que cela ne colle avec le texte. Avec ces illustrations, on retrouve également une interview de l'auteure, ainsi qu'un dossier de presse datant de la sortie du livre, en 1989.
En bref, La femme de papier est un ouvrage intéressant d'un point de vue féministe : une femme qui se libère du carcan imposé par les hommes et parle librement de sexe, sans avoir à se cacher derrière un pseudo, on ne peut qu'applaudir la démarche. Cependant, il ne faut pas le lire pour chercher un récit hautement émoustillant, à moins que l'érotisme violent croisé avec des petits chatons plaise au lecteur. Cette édition avec l'interview de l'auteure permet de mieux comprendre sa démarche, et d'où a commencé ce récit pour le moins singulier.
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
shainahshainah   25 août 2015
Non, en quelques secondes tu as abandonné ta lutte. Tu as soulevé les reins et fermé les yeux. A ce moment-là j'ai été si fière que j'ai oublié de mettre mon doigt sur mon clitoris...
Commenter  J’apprécie          122
PhinettePhinette   09 mars 2015
J'accomplis le reste avec sérieux, avec ferveur, avec la douleur et le plaisir de travailler longtemps et de choisir des mots, des formules et des phrases pour accoucher seule de notre œuvre commune : un enfant de l'amour, un enfant de papier, fabriqué avec ta semence - les souvenirs que tu m'as laissés, les rêves que tu m'as inspirés - et né de mon labeur fidèle, de ma gésine d'écrivain ; l'enfant de papier d'une femme de papier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PhinettePhinette   09 mars 2015
Je crois que je suis née avec ce sillon, avec cette grotte pour un jour te connaître, te les donner, et désormais me sentir vide quand tu n'y viens pas... Comme tu es délectable, ce soir, et comme tu me fais jouir ! Si je te disais que tu m'as appris mon corps, et le plaisir d'en jouer, est-ce que tu me croirais ? Si je te disais que je n'ai jamais été aussi heureuse d'être une femelle chaude, ouverte, odorante, facile, tu me croirais aussi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
claumifaclaumifa   01 septembre 2014
Quel goût avais-je ce soir là ? Étais-je sous ta bouche assez salée, assez fruitée, assez sauvage, assez épicée ?
Commenter  J’apprécie          90
AudreyPoupoupidouAudreyPoupoupidou   07 juillet 2015
Tu me cherches, tu voudrais me monter, me sauter et ta queue, malade de désir, fait n'importe quoi contre mon ventre, non! C'est moi qui te chevaucherais, c'est moi qui vais te faire l'amour, te baiser.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Françoise Rey (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Françoise Rey]
Entretien avec Françoise REY à propos de son livre "En toutes lettres" (aux éditions Ramsay).Elle parle de l'histoire de son livre, de sa manière d'écrire, du langage et des romans érotiques.
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .