AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266128544
503 pages
Pocket (01/06/1994)
3.19/5   26 notes
Résumé :

Un train qui s'engouffre dans un tunnel, la nuit... Dans une luxueuse cabine de l'OrientExpress, trois inconnus se rencontrent, se racontent et se dévoilent. Philippe, l'insatiable coureur de femmes, Christophe, prêtre défroqué, et Gina, madone des sleepings aux cuisses d'amazone. Voyageurs en quête de nouvelles sensations, ils partagent le même goût de la chair, de l'exploit amoureux, des flambées de désir. Il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Paola93130
  31 octobre 2017
Prologue:
La Raison: je t'en prie ! Tu ne vas pas faire ça ?
Le Coeur : Rôôô, ben pourquoi ? Si, je vais oser !
La Raison : Mais tu vas rougir de honte, après !
Le Coeur : Tant pis… C'est sur Babelio : personne ne me verra, toute rouge….'Ya du bon à écrire sur la toile !
La Raison : Mon Dieu, quelle honte ! Si Grand-Mère Conceição découvre une chose pareille….
…………………
Le décor : le diner est dévoré. La cuisine est rangée. La Princesse est douchée/couchée/endormie. le carrelage est « serpillé ».
Démaquillée/baignée, confortablement couchée sur le lit nuptial, la Reine-Mère vogue sur les dernières pages virtuelles de « La Rencontre ».
L'Empereur, lui, prend sa (loooongue) douche pour s'alléger de 12 heures de boulot au service des transports en commun de notre petit Royaume (Famalicão – Empire « Luso-Portugais »….pardonnez la redondance, c'est juste pour faire plus vrai !).
Comment faire un billet sur un roman érotique ?
Faut oser ? Faut oser ! Faut oser…
Osons ? Osons ! Osons…
Pourquoi lis-je un roman érotique de temps en temps ? Pourquoi lis-je un roman érotique de temps en temps ! Pourquoi lis-je un roman érotique de temps en temps... (je vous embête, hein !?)
D'abord, que vous le vouliez ou non, amis babeliens, les romans érotiques, ça m'émoustille ; ben oui, pas plus compliqué que ça ! C'est mon humble, mais très hot avis, cependant c'est comme ça que je vois les choses. Oublions les fausses pudibonderies et les voeux de chasteté. Je trouve bien plus rigolo de lire une petite nouvelle coquine qu'une aventure de vampires et loups-garous à vous glacer le sang et les sens (question de températures, sans doute : les portugaises sont des frileuses au sang chaud….). J'en suis toute rouge de l'avouer, mais, c'est bien plaisant d'imaginer certaines scènes…ça chatouille les idées….ça fait monter les cotations en bourse… (mauvais jeu de mots ???). Ça ouvre l'appétit au surmenage. le coeur se chauffe, le corps s'échauffe, la fatigue se fauche….La peau s'affiche, le sommeil s'en fiche, les âmes s'aguichent…et il en faut si peu pour que la douche se finissssssssssse……………………
Bon ! Parlons peu mais parlons bien.
Il ne faut surtout pas que vous pensiez que je lis n'importe quoi dans le genre SUSmentionné ( !!!!…..un mot « déplacé » ???). Non, non : je suis « fine bouche » (….encore ? Honnis soit qui mal y pense !). Pour que le « coquin » me plaise (je parle, bien sûr, de roman…pas du douché : celui-là, il me plaira toujours !), pour que le roman me plaise, disais-je, il faut que ce soit croquant MAIS subtil, croustillant MAIS bien écrit, épicé MAIS intelligent. Bref, une histoire, vraie de vraie, une intrigue agrémentée de jolies scènes chaudement justifiées ! Je n'aime pas les « enfilades » (rôôôô..lala, c'est fripon, la langue française !) de tableaux cochons sans …queue ni tête (et bingo ! Fallait que je l'écrive, celle-là !).
C'est pour ça que c'est plus simple de lire/écrire/apprécier une nouvelle (plus courte) qu'un roman, où il faut être maitre pour lier les ébats dans les huiles (!!!!!!) d'une bonne histoire. de ce que j'ai lu récemment, j'ai trouvé « Fanny Hill » malicieusement suranné, délicieux. Je me suis ennuyée, à pied, à cheval et en voiture, avec « Devenir sienne » (« enchainements », dans tous les sens du terme, bien trop longs, sans liens intéressants, subit par une héroïne on ne peut plus cruche, du genre « fouette-moi donc que je t'aiaiaiaiameeeeeeeuuuuuuu). Les « Histoires d'Ô » cachent, à mon sens, un message politico-social appréciable agréablement truffé de scènes assez torrides. Je n'aurai pas l'audace d'affirmer que j'ai totalement compris le message en question, j'ai apprécié les scènes à la mesure des douleurs infligées : plus ça fait mal, moins ça me semble sensuel ! Les trois fois « Treizes Envies » d'Anna Galore m'ont plues pour leur diversité, sensualité, érotisme, humour…
Découvrant « La rencontre » après avoir intercalé quelques nouvelles des « Contes de Noël » (du même auteur) entre la lecture de mes derniers romans « normaux », j'avoue que je suis agréablement surprise. C'est érotique, très. Carrément pornographique, une fois et ce, dès la première scène…mais ça ne m'a pas gênée outre mesure. Poétique, souvent. le trio des personnages principaux est extrêmement intéressant, ma préférence allant à Christophe malgré un côté un peu cliché (à vous de le découvrir, si le coeur/corps vous en dit). En plus, l'intrigue est interéssante et la chute, que j'ai tout de même vu venir, est comme un serpent se mordant la queue (comble de l'onanisme pour un roman de se genre???? ...... Rôôô, Dieu du ciel...pardonnez mes dévergondages de langage et de pensée!!!). le roman se termine subtilement, somme toute, et ça n'était pas facile, au vu du dernier sujet traité...
Bref, plaisant. Je remercie Mme Reyes pour ce bon et sensuel moment…Ce sera bien la première fois que je dis une chose pareille à une femme… Ça n'est pas une lecture coup de coeur…Il se pourrait qu'elle le soit coups de corps…..C'est que…….. je viens d'entendre,…….. là….à côté….dans la ……. salle de bain……la douchchchchchchchchchche est terminééééééééé.
Je vous laissssssssssssssssse.
.........................
Épilogue:
La Raison: Doux Jésus! Tu as vraiment osé?
Le Coeur: ben oui, pourquoi?
La Raison: Que Saint Hugh Hefner veuille bien intercéder pour toi auprès de Notre Seigneur afin qu'Il te pardonne tes péchers...
Le Coeur: Qui ça?
La Raison: Saint Hugh Hefner!
Le Coeur: Ah! Tu veux dire " Seins Hugh Hefner"?
La Raison: Oh! Seigneur! Pardonnez lui!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4624
ChtiteEmilie
  29 septembre 2017
Françoise Rey m'avait habitué à une des plus belles plumes érotique, mais là c'est un peu la déception et on est à 1000 année lumière de la femme de papier ou encore Nuits d'encre.
La rencontre aurait pu porter un autre titre comme le jeu de la vérité par exemple...
Pourtant le début était bien partie, une femme, deux hommes que de possibilités.On a Gina la désinvolte qui ne se fait pas prier pour se déshabiller ou plus, mais qui est un peu mystérieuse et mytho aussi, Philippe dont les femmes est son pêché mignon mais qui est tout en retenu et enfin Christophe l'évêque à l'esprit rock et moderne.
Arrivée à environ 300 pages, on change de décors on se retrouve avec l'histoire d'Emilienne qui n'a aucun rapport avec celle de nos trois protagoniste puisqu'elle se passe plus de 25 ans avant. On ne découvrira que vers la fin du roman que les deux histoires sont liées.
Françoise Rey, je dis oui mais avec le style Femme de papier svp Madame!
Commenter  J’apprécie          60
mabiblio1988
  02 avril 2013
Malgré une grosse déception en début de mois avec une première lecture d'un livre de cette auteure, j'ai voulu lui donner une seconde chance. Sans que ce soit un coup de coeur, je suis contente de l'avoir fait.
Le ton du livre est rapidement donné puisque la première scène est carrément érotique pour ne pas dire pornographique. Pour autant, il n'est pas seulement question d'érotisme, il y a aussi beaucoup de sensualité. Au cours des pages, on apprendre à mieux connaitre nos trois compagnons à travers leur enfance, leur adolescence, leur début dans la vie d'adulte et bien évidemment leur éveil à la sensualité, à la sexualité.
Je ne vous parlerais pas des personnages parce que les découvrir fait entièrement parti de ce livre et je vous gâcherais une partie de ce plaisir. Néanmoins, je vais vous donner un conseil : méfiez des apparences. Et oui, le dicton « l'habit de ne fait pas le moine » prend tout son sens avec cette histoire.
Le style de l'auteure était assez agréable à lire. Pour autant, quelque chose me dérangeait sans savoir quoi. A la fin de ma lecture, j'ai compris. L'histoire présente donne l'impression d'être d'un autre temps alors que d'après calcul par rapport au passé des personnages, elle se passe dans les années 1990. Je pense que Françoise Rey aime que son lecteur soit perdu. En effet, on ne comprend pas toujours tout. A la fin de ma lecture, certaines de mes questions sont toujours en suspens…
Pour conclure, une lecture sensuelle et érotique autour de la vie de trois personnes bien différentes et pourtant tellement liées par les hasards de la vie.
Lien : http://mabiblio1988.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lefebvremaelle
  19 septembre 2019
Sans doute le premier roman érotique que j'ai eu dans les mains... même si je l'ai lu bien plus tard. Roman chorale, transgressif, complexe, varié
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2020
Depuis des années, il mettait sa dignité d’être humain dans une lutte très spéciale : échapper à l’esclavage de la chair, sans en ignorer la tentation, et défier toujours celle-ci de situations et de mots nouveaux, chaque fois dangereux, mais jusqu’à présent chaque fois dépassés, à jamais inoffensifs. Christophe était à la recherche de l’immunité totale… Déjà, il se montrait maître de ses mains qu’il savait empêcher de trembler, et de son visage qu’il gardait impassible même pendant les tourmentes les plus violentes. Le mufle de fauve en rut, tendu, inquiété d’espoirs fous et d’appétits trop évidents qu’il venait de voir par exemple sur Philippe, l’hébétude de son regard presque traqué, la préméditation animale de sa mâchoire de chasseur préhistorique, tous ces symptômes de la concupiscence la plus bestiale lui faisaient horreur. Et il espérait pouvoir un jour réprimer jusqu’à l’érection elle-même, jusqu’au moindre sursaut de son sexe pourtant vigoureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2020
Il faut dire que la petite garce s’était dévergondée à une allure extravagante et qu’elle avait mené un sabbat de tous les diables. Il avait fallu à Philippe une emprise extraordinaire sur ses nerfs pour soutenir la cadence de cette luronne, qui le pompait avec un ventre de braise, se démenait et déployait, à varier les postures et les caresses, une énergie farouche.
Commenter  J’apprécie          10
rulherulhe   03 septembre 2016
je suis comme un unijambiste qui vivrait avec une ballerine,je ne pourrai pas lui en vouloir de me faire vivre en dansant.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2020
Il avait envie de la malmener, d’attraper à pleines mains sa chevelure pour secouer sa jolie tête de poupée provocante, d’humilier d’une gifle cette superbe qu’elle affichait, et en même temps, il sentait un nouveau désir l’envahir, plus complet, plus bouleversant que celui qui l’avait d’abord poussé chez Gina : celui de boire à sa bouche menteuse, celui de lui arracher des mots et des cris sauvages, mais sincères.
Il respira profondément, allongea les jambes et les bras devant lui comme pour conjurer une mauvaise courbature, et opta pour une détente débonnaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2020
Son père l’avait mis au fait de quelques besognes d’homme : changer une vitre cassée, repeindre les volets et le portail de la cour, installer une prise électrique… Mais ce jour-là, l’enfant y vit un symbole. Il était désormais le seul homme dans une maison de femmes, et l’absence de son père, paradoxalement, éveilla son sens des responsabilités et fouetta son orgueil plus que n’y étaient jamais parvenus la présence, l’attention, ni les conseils paternels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Françoise Rey (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Françoise Rey]
Entretien avec Françoise REY à propos de son livre "En toutes lettres" (aux éditions Ramsay).Elle parle de l'histoire de son livre, de sa manière d'écrire, du langage et des romans érotiques.
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre