AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020367165
221 pages
Éditeur : Seuil (02/03/1999)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 64 notes)
Résumé :
À trente ans à peine, Pierre Rey a toutes les apparences d'un jeune homme heureux, il fait partie de ceux qui ont « réussi ». Chroniqueur dans un quotidien, joueur invétéré vivant très au-dessus de ses moyens, il mène une vie mondaine et frivole dont le plaisir est l'unique objet. Pourtant, ses angoisses se multiplient, sa peur d'affronter le vide grandit.

Alors, il décide de faire table rase du présent, quitte travail et amis, et gravit les marches d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
madameduberry
  27 mars 2014
Ce livre a une qualité rare: il possède le côté "brut de décoffrage" d'un témoignage, tout en faisant accéder à des notions qui ne sont pas simples, et qui sont même très élaborées. Il fait toucher du doigt le côté réel et opaque de la souffrance et de l'angoisse. Le côté obscur d'une vie où la réussite semble avérée. Ce qui "ne tourne pas rond". Les faux semblants pour se le cacher. Le côté aveuglant du constat: on est ce qu'on ne fait pas. Et ce qu'il advient d'une décision de se rendre chez Lacan. Un des livres les plus impressionnants sur un parcours de vie dévié par la psychanalyse, parce qu'écrit par un homme qui n'est pas du sérail. Un témoin, donc.
Commenter  J’apprécie          101
Maiakowski
  01 mai 2015
une saison...10ans! chez Lacan ! à lire, relire, intégrer, pour connaitre et vivre ce que nous désirons vraiment.....
Commenter  J’apprécie          70
Latviane
  01 mai 2013
Une tranche de vie exposée sans complaisance mais avec force, rigueur, honnêteté et non sans humour.
Je trouve ce livre généreux car "aidant".
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
LoumiluLoumilu   27 mai 2013
"La création ne vient jamais d'un bonheur. Elle résulte d'un manque. Contrepoids d'une angoisse, elle s'inscrit dans le vide à combler d'un désir dont on attend jouissance et de l'échec de son aboutissement. Autant dire qu'elle ne peut naître que d'un ratage, le manque à jouir.
J'en avais même déduit que depuis le début des temps, toute création était contenue dans les 10 cm séparant la main d'un homme du cul d'une femme. L'homme brûle de poser sa main sur ce cul. S'il va au bout de son geste, si la femme l'accepte, ils se retrouvent dans un lit et font l'amour. Il y a jouissance: rien n'est crée. S'il ne l'ose pas, fou de frustration, il rentre seul, compose la neuvième symphonie, peint l'homme au casque d'or, écrit la Divine comédie ou s'attaque au Penseur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
aleatoirealeatoire   22 août 2011
On ne choisit pas grand chose.
Ni l'instant de naître, ni le nom qu'on porte, ni la couleur de ses yeux, ni ceux qui, plus tard, nous blesseront parce que nous les aurons aimés. Issus d'un désir qui nous restera à jamais étranger, marqués au fer par le langage et la place qui, avant même que nous fussions conçus, nous avait été dévolue comme nôtre par d'autres, un bandeau sur les yeux, nous crions liberté et mourons en aveugle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
aleatoirealeatoire   22 août 2011
On est ce qu'on désire.
Mais ce qu'on désire, on l'ignore. Et ce désir, dont nous ignorons en quoi il consiste, mais que nous subissons comme la frappe la plus singulière de notre "moi", nul d'entre nous n'a choisi qu'il nous habite. Il est "écrit". Il nous précède. Nous entrons dans son champ par le biais du langage.
Car ce désir qui nous structure n'est pas nôtre. Il est, par le biais du discours, désir de l'Autre, désir d'un Autre désirant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
aleatoirealeatoire   22 août 2011
Au cours de son existence, l'être humain ne possède qu'une certitude, celle de sa mort.
Par syllogisme, il est facile d'en déduire le désir de mort inconscient métaphoriquement contenu dans toute recherche de certitude.
Commenter  J’apprécie          170
aleatoirealeatoire   21 août 2011
Il avait écrit (Sartre) :"On est ce qu'on fait."
J'avais la certitude absolue du contraire : on est ce qu'on ne fait pas.
Commenter  J’apprécie          270

Video de Pierre Rey (4) Voir plusAjouter une vidéo

Pierre Rey : Liouba
Olivier BARROT présente le livre de Pierre REY "Liouba", édité chez FIXOT, et dresse un bref portrait de la carrière de cet écrivain.
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre