AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782754821650
72 pages
Futuropolis (11/10/2018)
3.97/5   95 notes
Résumé :
Violette Morris est l’une des sportives françaises les plus titrées de l’histoire. Une championne toutes catégories : boxe, natation, football, athlétisme, course automobile. Elle devint chanteuse de cabaret et égérie des années 30, amie de Jean Cocteau, de Joséphine Baker, de Brassaï... Voilà pour la légende. Une légende noire. Mais la réalité, quelle est-elle ? L’assassinat de cette "femme à abattre par tous moyens" ne cache-t-il pas autre chose ? Hors norme, sa p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 95 notes
5
8 avis
4
17 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

BurjBabil
  12 février 2021
On découvre avec intérêt grâce à cette BD dans une époque bien contextualisée, un personnage atypique, Normande de surcroît, au destin assez incroyable : Violette Morris. C'est une pionnière qui brave interdit sur interdit et s'illustre dans des activités inattendues : Natation, Boxe. Une phrase d'elle : « le sport, c'est toute ma vie ».
Le rythme de cette BD est soutenu, les dessins vifs et très modernes (bravo à Javi Rey). Seul bémol, le choix d'une narration en double temporalité dont on se demande l'intérêt. Je suppose qu'il était nécessaire pour faire politiquement correct de simultanément s'attacher à la liberté de moeurs de cette féministe avant l'heure tout en étant bien sûr de ne pas choquer les censeurs (les résistants en costard cravate de la guerre d'avant, celle qui est terminée, pour être sûr de ne rien risquer) en faisant l'apologie d'une collaboratrice.
Cela donne envie de simultanément se procurer la suite et de lire la biographie de Mme Bonnet (de l'histoire cette fois) sur ce personnage dont un extrait plus qu'intéressant est fourni en fin d'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
jamiK
  21 mars 2019
Ce premier tome ne va pas assez loin pour pouvoir s'en faire une véritable idée, le scénario est trop cinématographique, jouant avec les flashback, les saynètes où Violette Morris nous fait la démonstration de son langage châtié, j'ai eu l'impression de regarder un téléfilm, ça manque d'originalité, de rythme, malgré le propos. le dessin trop léché, trop lisse et sans prises de risques ne m'a pas enthousiasmé.
Et le caractère du personnage manque totalement d'aspérités, dans le ton, l'atmosphère et l'époque, cette série rappelle la série “Il était une fois en France” de Fabien Nury et Sylvain Vallée, mais leur personnage était au contraire très ambigu et c'était ce qui en faisait tout le sel. Quand aux causes homosexuelles et féministes, il y a des oeuvres de bande dessinées beaucoup plus subtiles sur le sujet.
Ici, arrivé à la fin, je n'ai ressenti qu'une impression d'une accumulation de poncifs sur l'homosexualité féminine dans la première moitié du XXe siècle, une suite d'anecdotes et de clichés, et le reportage de la fin est presque plus intéressant. Je n'ai jamais été remué alors que le sujet l'aurait permis, même sans tomber dans le manichéen de base ou le larmoyant sirupeux. Cette série évite tout de même ces deux écueils, c'est toujours ça. J'espère que la suite nous réveillera un peu, j'ai toujours un doute sur les choix éditoriaux de ce genre, on divise l'histoire en plusieurs parties pour vendre plus d'albums, alors qu'un gros pavé aurait pu être excellent, et on sort des albums dont un sur deux nous frustre. J'attends de voir la suite, mais je ne suis pas certain que ce premier tome m'ait suffisamment motivé pour ouvrir le second.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
blandine5674
  26 mai 2019
Fascinante femme ! Malgré qu'elle était soupçonnée de collaboration, mais rien n'est prouvé. Née en 1893, lesbienne, féministe, parlé de charretier, mais surtout grande sportive. Lancer de poids, du disque, nage, boxe, foot, course automobile où elle gagne, en 1927, le bol d'or, etc. 9 fois championne de France, des records mondiaux.
C'est son amie juive de pensionnat qui enquête sur l'assassinat de Violette Morris.
Par les auteurs de 'Un maillot pour l'Algérie'.
Vivement la suite.
Commenter  J’apprécie          304
OverTheMoonWithBooks
  26 novembre 2019
1945 en Normandie : la guerre est terminée, et pourtant, Lucie, avocate déchue à cause de ses origines juives devenue privée, recherche les corps de disparus. Un policier la conduit vers un mini cimetière improvisé où il découvre les corps d'une famille de collabos et d'une femme charpentée comme un homme : la fameuse Violette Morris. Or il s'avère qu'elle et Lucie se sont connues enfants : l'occasion de revenir sur l'évolution de ce personnage hors normes.
Le scénario et les planches sont réalisés avec une telle précision et des alternances de plans telles qu'on croirait lire le storyboard d'une série policière ! Les allers retours entre passé et présent à cette époque de l'histoire française et avec un personnage décalé et qui ne rentrait pas dans les cases prévues pour les femmes de son époque rendent ce récit progressivement addictif. Pour ma part je suis très vite rentrée dedans et je me demande comment va s'opérer le basculement de ce personnage du côté du régime de Vichy.
Commenter  J’apprécie          250
Zora-la-Rousse
  13 juin 2019
"Violette Morris", c'est l'histoire d'une femme qui aurait voulu être un homme. Du moins, c'est ce qu'elle a confié à son amie Lucie une fois... Mais ce serait trop caricatural, non ?
Ce qu'elle voulait vraiment, c'était être libre, affranchie des limites imposées par la société et s'inviter dans les domaines réservés à ces messieurs. Avec son physique d'athlète accompli, elle a concouru en natation, combattu en boxe, participé aux championnat de France d'athlétisme...
Une héroïne donc. Une féministe avant l'heure ! Mais ce serait trop simple non ?
Violette a frayé avec les allemands pendant la guerre et était d'ailleurs surnommée "la hyène de la Gestapo". Elle en est morte de son engagement, tuée au volant d'une voiture par un groupe de résistants, sur ordre.
Mais Lucie Blumenthal, elle ne veut pas s'y résoudre. Pourchassée pendant quatre ans par les nazis, seule survivante de sa famille, et amie de Violette lorsqu'elles étaient au couvent de l'assomption de Huy, elle est pétrie de justice. Et elle veut comprendre.
Et tant pis si elle est seule à vouloir chercher la vérité. La solitude, ça lui connait maintenant.
Superbe BD de Kris et Galic au scénario, Javi Rey au dessin. Vivement le tome 2 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (2)
BoDoi   07 novembre 2018
Un récit happant. Au scénario, Kris et Bertrand Galic piquent savamment la curiosité du lecteur, insinuant dès le début que leur (anti)héroïne se rangea au côté de la Gestapo pendant la guerre. Mais ils parviennent néanmoins à la rendre humaine, admirable, et surtout ambiguë.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   19 octobre 2018
Même si le jugement est déjà tombé il y a plus soixante-dix ans, cette Première comparution s’avère totalement aboutie et convaincante.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
BRIGITTEBBRIGITTEB   02 décembre 2020
- Et vous êtes fière de vous, j'imagine ?!
Pensez-vous qu'il s'agisse là d'un comportement digne d'une jeune fille ?...
... De surcroît issue d'une si bonne famille ?
J'ai souvenir que votre mère, Élisabeth, fut ici même une élève bien plus sage !!!
- Qu'est ce que ma famille a à voir avec un match de basket ?! Et s'il y avait eu un arbitre en Algérie ou en Crimée, mon grand père ne serait jamais devenu général ni officier de la légion d'honneur !
- Oui, eh bien, je me demande justement si ce n'est pas du sang d'indigène ou de sauvage qui coule dans vos veines, jeune fille !
- Du sang de... ? Mais, dites, et votre sang à vous ?
- Violette ! Attention à...
- Vous pensez qu'il coule directement du "tirlili" de Jésus-Christ ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cecilitcecilit   07 juin 2022
- Non mais dis donc, toi ! Tu crois que Paris t'appartient ?!
- Hého ?! Quand on sait pas conduire une charrette, on va à pied, niguedouille !
- De quoi ?! Mais... heu... PAYSAN, VA !
- - Le "paysan", il te tamponne le coquelicot, l'artiflot ! Espèce de sale cabot ! Pioupiou des Alpes ! Bleu-bite ! Jean-Jean-la-fraise !
Commenter  J’apprécie          71
ColibrilleColibrille   31 mai 2019
- Mais... à quoi tu joues ?!
- A rien, justement ! J'en ai plus qu'assez de la comédie ! Marre d'être la fille de, la femme de, une pépée ou une poule. Je suis Violette Morris et je vous emmerde !
- Violette, réfléchis ! Les gens vont penser que tu es une malade ! Une dégénérée !
- Et alors ? Qu'ils pensent ! Ça ne leur fera pas de mal !
Commenter  J’apprécie          20
blandine5674blandine5674   26 mai 2019
- Y a rien qui dit que le premier doive toujours être un homme.
Commenter  J’apprécie          150
AbeillesAbeilles   09 avril 2021
Je voudrais être certaine que Violette Morris n’a pas été tuée, elle aussi, pour ce qu’elle était : une femme comme les autres hommes, homosexuelle, d’une liberté absolue et par la même scandaleuse… Sinon, dis-moi pourquoi nous serions-nous battus ? [Lucie Blumenthal, p.55]
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Javi Rey (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Javi Rey
Dans le 121e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente Un ennemi du peuple, que l’on doit à Javi Rey à partir d’une pièce de théâtre d’Henrik Ibsen, édité chez Dupuis dans la collection Aire Libre. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : – La sortie de l’album Londonish que l’on doit au scénario de Philippe Charlot, au dessin de Miras et c’est édité chez Grand angle – La sortie de l’album Ulysse Nobody que l’on doit au scénario de Gérard Mordillat, au dessin de Sébastien Gnaedig et c’est édité chez Futuropolis – La sortie de l’album Gabriel que l’on doit à Emmanuel Temps et aux éditions Des ronds dans l’O – La sortie de l’album Monsieur le commandant, adapté du roman de Romain Slocombe, scénario per Xavier Betancourt, mis en dessin par Étienne Oburie et édité chez Philéas – La sortie du 5e tome de la série Shi intitulé Black Friday, que l’on doit au scénario de Zidrou, au dessin de Josep Homs et c’est édité chez Dargaud – La réédition en intégrale de la série Juan Solo que l’on doit au scénario d’Alejandro Jodorowsky, au dessin de Georges Bess et c’est édité chez Les humanoïdes associés
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Intempérie

Pourquoi le petit se cache-t-il ?

Il ne veut pas rentrer chez lui.
Il joue à cache-cache.
Il a cru qu'on voulait le tuer.

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Intempérie de Javi ReyCréer un quiz sur ce livre