AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782221106990
80 pages
Robert Laffont (26/04/2006)
4.15/5   13 notes
Résumé :

Impudiques et candides, ces carnets intimes de Rrose livrent la vérité nue des goûts, de la mécanique d'une femme, et de ses huit amours. Après le succès de La Septième Nuit, Alina Reyes dévoile ses nouveaux secrets d'amour. Appelant son sexe Rrose, elle célèbre la jouissance féminine tout autant que le corps masculin, source de plaisirs infinis. Elle nous livre quelques-unes des recettes qui l'am... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Fabricienne
  15 août 2018
Un tout petit carnet érotique qui se dévore d'une seule traite ou qui se déguste à petites doses, comme vous voulez.
L'écriture est très belle, parfois poétique. On a envie de lire à voix haute pour jouir des mots aussi bien que des sonorités (j'entendais rouler le R de "Rrose").
En tout cas, un livre à ne pas laisser traîner, à réserver aux adultes, et peut-être à partager avec son amour.
Commenter  J’apprécie          30
nounours36
  06 janvier 2014
Un véritable enchantement des sens , à offrir :-) ou à lire à deux . Agréable excitant, envoutant. Peut être le seul regret est qu'il soit si court mais agréable comme une jouissance.
Commenter  J’apprécie          30
malimor1
  24 mai 2012
Un grand moment de volupté !!!
pour public averti.

Commenter  J’apprécie          20
Erzuli_Capote
  29 mai 2019
Malheureusement ce livre je l'ai lus avec difficulté parce-que l'ennui à faillit l'emporter plus d'une fois.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
martineden74martineden74   13 septembre 2020
Ma rrose est un démon, une vilaine fille qui me force à courir après les garçons, à les inviter à venir se battre avec moi sur mon lit, comme je le faisais quand j’avais huit ans — hou « la Tigresse », comme m’appelaient mes frères qui n’étaient pas des enfants de chœur !
Oui oui, c’est elle! Elle peut bien faire sa modeste, son innocente et ses yeux de biche sous sa voilette, je sais bien que c’est elle, l’épervière, la belette, qui me rend si vive et carnassière des qu’elle flaire une joie ! Et que je te repère, et que je te déniche de leur terrier les petites bêtes si appétissantes! Et que je te les croque ! Et que je reparte en chasse !
Ah ! mais, je ne suis pas idiote, je vois bien son manège… Et elle m’a souvent fait de la peine. À me forcer à quitter tout soudain pour de nouvelles aventures. Combien de fois m’a-t-elle fait ce coup-là ? Et après, Rrose, débrouille-toi avec ta culpabilité, moi la rrose j’ai mieux à faire !
Des hommes ont peut-être souffert, peut-être même quelqu’un est mort un peu à cause de moi. À cause d'elle, toujours à m’insuffler l’élan pour plonger régulièrement dans des festins de flammes où je perds tout contrôle de mes faits et gestes. Peut-être mes enfants ont-ils souffert aussi. Peut-être ai-je été plusieurs fois béatifiée et crucifiée d’amour. Peut-être ai-je plusieurs fois traversé le fleuve. De la mort et de l’oubli.
Seulement c’est en elle, ma rrose qu'est restée mon enfance, elle est m0n enfant pour ainsi dire, mon enfant terrible, comment pourrais-je lui en vouloir ? Puisque c'est elle qui me rend si rieuse ! Et joyeuse, douce, chaude amusante pour ceux qui m'entourent.
Grâce à elle, à chaque tour dans ma spirale je monte, je monte ! Et voilà qu'un jour le nouvel amour se retrouve dessous, je ne peux plus lui tendre la main, je suis trop loin, voilà qu'il se transforme en ancien amour et j'ai de la peine, je demande à ma rrose “pourquoi ?” Mais ma rrose est sans pourquoi. Et mon coeur demande pardon, mais ma rrose est sans pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
martineden74martineden74   13 septembre 2020
Ma rrose raffole des doigts, ma n'ose raffole des langues, ma rrose raffole des tiges.
La plupart du temps, quand je vais au cinéma ou au théâtre avec un homme, je mets une jupe et pas de culotte, afin qu'il puisse y mettre les doigts pendant toute la séance et me faire jouir à loisir.
Ma rrose jouit sans jamais se lasser. Plus le temps passe, plus sa sensibilité s'aiguise et elle en est au point de pouvoir connaître des orgasmes en rafales, si rapprochés parfois qu’ils se confondent en une convulsion qui n'en finir pas, même quand la tige de l’homme en elle dégonfle et reflue. D'où me vient la force de supplier « reste, reste encore… ça continue… ?
Ma rrose raffole des doigts qui la malaxent et s’y enfoncent. de la langue qui la lèche et s’y insinue, et plus que tout de la tige qui entre en elle et qu'elle épouse.
Le moment choc de la pénétration. L‘envoûtement des allers et retours, des répétitions, des variations, des rythmes… la survenue rapide du premier orgasme, souvent brusque et bref, l'excitation grandissante qui déclenche la série des suivants, plus longs, le corps qui s’arque et lance ses salves de flèches, qui s‘océanise et déferle… la bouche qui pendant ce temps s’ouvre et mord et salive. la bouche qui cherche l‘autre bouche pour mêler les langues, entrechoquer les dents, mordiller langue et lèvres, ou bien la bouche qui loin de l’autre se mord elle-même, se frotte les dents les unes contre les autres, suce des doigts… les tympans qui se mettent à trembler… les ongles qui agrippent… les cuisses qui enserrent… la tête qui se renverse… L’amour qui monte, encore et encore, et dissout le cerveau, ouvre le cœur à pleins battants, annule toute séparation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
martineden74martineden74   13 septembre 2020
Elle aime raconter des histoires parce qu’elle adore s’en raconter, ma rrose. Tout événement, tremblement de terre ou petit coup de brise, la fait froufrouter dans ses pétales. Comme elle se la joue !
Émoustillées par son émoi, les tiges se présentent autour d’elle, au concours du garde-à-vous. « Rompez ! » leur dit-elle, et elles en perdent la tête. Que veut la femme ? grincent-elles.
Ah mais que vous êtes bêtes, les tiges ! Vous ne savez donc pas qu’elle veut vous voir faire la Parade ? Allez, allez, votre queue de paon, déploya-la ! Déboussolées, les tiges. Savent plus à quelle girouette se fier.
Hommes, dois-je vous le confier ? Ma main tremble un peu, j‘hésite à trahir la cause des rroses, mais puisque vous me faites l’honneur d’être là, à m’écouter parler de la mienne comme si vous la trouviez intéressante, eh bien je vais vous dire leur grand secret : ce que veulent les rroses, c’est vivre ce que vivent les roses, l'espace d’un matin : la dernière douceur de la nuit sur leur cœur clos, l’aube qui les fait s’ouvrir et perler de rosée, la montée de la chaleur et de la lumière, les premiers rayons dans leurs pétales… La suite n’est que le nécessaire à vivre le temps de faire advenir une nouvelle aurore.
Sachez vous lever devant les rroses, hommes, à la façon du soleil, en déployant vos couleurs et splendeurs, même si elles sont inconsistantes et promises à un rapide évanouissement — on le sait bien !
Et sachez aussi, après vous être montrés en gloire, ranger votre livrée pour ne pas la tacher ni faner, briller de votre seule nudité, vous habiller de temps et tenir la promesse du jour qui dure jusqu'à la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
martineden74martineden74   13 septembre 2020
Quand il sait que je porte des bas sous ma jupe, il s’étend sur le dos au milieu du tapis, afin que je l'enjambe. Je le fais plusieurs fois, vaquant à mes occupations et traversant la pièce au-dessus de son visage comme si de rien n’était. Si je porte une culotte, après quelques passages je l’enlève et je finis par m'attarder davantage, écarter les jambes pour une meilleure vue sur ma rrose, m’accroupir…
Je le laisse ouvrir sa braguette, ou bien je le fais moi-même, je descends un peu son pantalon et je commence à manipuler tout son trésor. Puis je prends sa main et je la referme sur sa tige, j’aime voir comment il fait.
(…) accroupie au-dessus du visage de mon amant et le regardant se branler, sa tête sous ma jupe enfouie entre mes cuisses à porte-jarretelles et bas noirs, j'atteignis en même temps que lui une longue et puissante jouissance.
Dans un bel et sportif équilibre j’étais restée, tout ce long temps de masturbation en chœur, suspendue à quelques centimètres de sa bouche, l’empêchant de saliver sur ma rrose et de s’y tremper. Mais quand je me relevai, je vis qu’il avait le visage inondé. Il me dit que je venais de l’arroser, en un long et spectaculaire jet.
Je sus ainsi qu’il m’arrivait, à moi aussi, d’être une femme-fontaine. Depuis je l’ai plusieurs fois vérifié, même si beaucoup de mes orgasmes pourtant très réussis ne déclenchent qu’une mouillure ordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
martineden74martineden74   13 septembre 2020
Qu’est-ce que l’amour ? Quand ma rrose veut absolument que cet homme—là l’arrose, est-ce de l’amour ? Quand elle n’en a plus le désir, est-ce du désamour ? Dois-je obéir à ma rrose chaque matin nouvelle, ou à mon cœur fidèle ?
Rrose s’interroge et ne se répond pas, son cœur et sa rrose sont ses enfants jumeaux, frère et sœur tour à tour amis et ennemis. Le cœur à chaque instant dit l’heure et sait son temps compté, la rrose se tait et se pense éternelle.
Pourtant l’amour dure longtemps et le désir se fane. Chaque fois que j’ai dû dire « je ne t’aime plus », quel crève-cœur ce fut, pense Rrose, car le vrai de la chose était «je ne te désire plus ».
Or tout amant, toute amante, préfère entendre « je ne t'aime plus », plutôt que « je ne te désire plus ». L'amour sans désir est la plus grande insulte, un viol négatif. Et l‘on est moins malheureux de n’être plus désiré parce qu’on n’est plus aimé, que d’être aimable sans être désirable.
Voici pourquoi, même si le cœur a sa raison, c’est une loi de la nature que la raison de la rrose est toujours la meilleure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Alina Reyes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alina Reyes
Alina Reyes, 24 avril 2008, à la maison ! Rigolo, une écrivaine nature!
autres livres classés : sexuelVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre