AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dolores Reyes (Autre)
EAN : 9791032908662
Éditeur : Éditions de l'Observatoire (19/08/2020)
3.37/5   51 notes
Résumé :
Un peu sorcière, un peu voyante, celle qu’on surnomme Mangeterre possède un don hors du commun qui implique une responsabilité immense : en avalant la terre qu’elles ont foulée, Mangeterre entrevoit, lors de douloureuses transes, le terrible sort des femmes brutalisées d’Argentine. Dès lors elle est face à un dilemme : doit-elle répondre à l’appel de la terre et tenter de sauver toutes ces femmes en détresse ? Car, très vite, des parents désespérés arrivent des quat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,37

sur 51 notes
5
3 avis
4
9 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
0 avis

berni_29
  21 février 2021
Mangeterre, on la surnomme comme cela depuis le jour où elle s'est mise à manger de la terre aux obsèques de sa mère, celle-ci tombée sous les coups de son père alcoolique et mauvais, devant la tombe non encore refermée, histoire d'agacer son entourage. Alors, le sol s'est mis à vaciller, ou peut-être étaient-ce ses jambes ? C'est ainsi qu'elle a découvert qu'elle avait un don hors du commun : en avalant la terre que des personnes disparues ont foulées auparavant, elle entre en transe et dès lors est capable de voir des choses, de voir le visage des personnes disparues, de voir les lieux où leur sort s'est malheureusement scellé...
Mangeterre, on ne connaît pas son prénom, mais j'ai fermé les yeux et j'ai imaginé les traits de son visage.
Qui est Mangeterre ? Au quotidien c'est une adolescente un peu rebelle, un peu vulgaire, mais qui cache dans ses tripes une douleur presque désespérée. Elle ne s'est pas remise de la mort de sa mère. Son corps a pris alors une déflagration... Elle vit seule avec son frère Walter, garagiste.
Elle réfute qu'on dise d'elle qu'elle est une voyante.
Le bouche à oreille la rend vite célèbre. Des parents désespérés n'hésitent pas à braver les kilomètres pour la rencontrer, solliciter son don, à sortir des liasses de billets et les poser sur la table de la cuisine, dans l'humble maison où vit Mangeterre.
Elle supporte mal la souffrance de ceux qui la consultent. On appelle cela l'empathie, se mettre à la place de ceux qui ont mal. « Je commençais à me rendre compte que les gens à la recherche d'une personne ont un trait distinctif, une marque près des yeux, de la bouche, un mélange de douleur, de colère, de force et d'attente qui prend corps. Quelque chose de brisé où vit ¬celui qui ne revient pas. »
Elle a un langage de charretier. Elle avale de la terre et recrache des gros mots, c'est son style, sa manière d'être... Cela fait contraste avec la poésie qui porte le texte. J'adore !
Et puis un jour elle fait la rencontre d'un policier, Ezequiel, parti à la recherche de sa cousine disparue, Maria... C'est une rencontre, une relation atypique qui se noue alors entre les deux personnages. Ezequiel, secret, mystérieux, enchante alors l'adolescente. Et l'inverse sans doute aussi... C'est une enquête qui commence, car cette fois Mangeterre a vu, a bien vu que Maria est vivante, bien vivante... Il faut faire vite.
Alors, cette enquête, c'est un peu un prétexte pour construire le personnage de Mangeterre, construire son chemin, tracer sa route...
Il y a quelque chose de magique et d'ensorcelant dans ce roman que je découvre un peu par hasard.
Derrière ce conte aux allures fantastiques, se cache un récit à la fois intime et universel qui m'a totalement bouleversé.
C'est un texte violent, brutal, onirique, parfois je ne savais pas bien m'y situer, mais ce n'est pas grave, j'étais déstabilisé autant par les personnages, leurs mots, leurs douleurs aussi. Était-ce justement un conte fantastique, la parodie d'une réalité immonde, une manière de poser des mots emplis de lumière, de faire entrer cette lumière comme un espoir qui peut transcender cette douleur ?
Par l'entremise de ce texte qui est son premier roman, je découvre Dolores Reyes, une auteure féministe dans le bon sens du terme, engagée sur des combats légitimes, la question des violences subies par les femmes.
Un roman actuel, malheureusement, qui dit la violence du monde qui nous entoure, la violence de prédateurs, mais un texte aussi qui dessine un magnifique portrait de femme.
Il faut le lire pour tout cela...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          407
HundredDreams
  10 mars 2021
« Mangeterre » est un roman sur les violences faîtes aux femmes. de part le monde, les femmes crient pour que cela cesse.
En Argentine, une femme meurt toutes les 36 heures sous les coups de son compagnon ou d'un proche. Avec le confinement, le nombre de féminicide a augmenté d'un tiers et le nombre d'appels d'urgence pour dénoncer des violences domestiques a explosé. Un chiffre : 18 femmes ont été assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint pendant les vingt premiers jours du confinement de l'année dernière.
Sans aller aussi loin, on recense chaque année en France environ 225 000 femmes victimes de violences conjugales. En 2019, triste nombre, révoltant, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint.
*
« Mangeterre » un nom qui interpelle. C'est le surnom de la narratrice, une adolescente à part, d'humeur taciturne et indocile.
Elle se découvre un don le jour de l'enterrement de sa mère, victime des brutalités conjugales répétées. Par désespoir, colère, rébellion, elle mange de la terre, ce qui lui provoque des visions. Elles lui révèlent où sont les personnes disparues ou décédées et les circonstances de leur mort.
Ce pouvoir est un secours inestimable pour toutes ces familles à la recherche de parents disparus, des femmes la plupart du temps. Les familles affluent, apportant dans des petites bouteilles, de la terre foulée par leur proche disparu. Mais l'état de transe dans lequel plonge la jeune fille est aussi une terrible épreuve. Voir leur supplice, ressentir leur souffrance et leur peur l'obsède, l'habite dans ses rêves.
Trop jeune, elle se sent désorientée, partagée entre son envie d'aider les autres et le besoin de se protéger.
« J'ai caressé la terre qui me donnait des yeux neufs, me permettait d'avoir des visions auxquelles j'étais la seule à accéder. Je savais combien les messages des corps volés sont douloureux. »
*
Terriblement immersif. J'ai respiré le parfum de la terre humide, j'ai ressenti du dégoût à en manger.
En seulement 200 pages d'une beauté crue et âpre, l'auteure nous immerge dans les pensées de cette jeune fille et nous ressentons ses peurs, ses fragilités, son mal-être, la nécessité de se préserver de toutes ses souffrances, mais aussi son désir d'apaiser les incertitudes et le désarroi de toutes ces femmes qui viennent la solliciter.
*
Ce roman est aussi celui d'une adolescente qui se cherche. L'auteure donne ainsi vie à une héroïne complexe, forte autant que fragile, un peu sorcière, un peu voyante. Sous des apparences de dureté et de grossièreté, se cache une âme sensible, blessée et un coeur généreux. Nous ne connaîtrons ni son prénom, ni son âge.
« Je garde mes larmes pour moi, pour ne laisser sortir qu'une colère qui me donne l'impression d'être pétrifiée. »
*
Mais ce qui est le plus intéressant, c'est cette image de la terre, qui boit le sang des victimes, et avec lui, leur douleur, leur peur, leur rage. Cette terre est la mémoire des violences commises, en particulier sur les femmes et les enfants. Cette terre qui lui permet de voyager jusqu'au disparu, d'entrer en contact avec lui lors de transes et de voir ce qui est arrivé.
*
L'écriture évolue en fonction des besoins de la narration. Mangeterre s'exprime dans un langage argotique et cru. Mais le langage de la rue se substitue à une écriture plus poétique, plus profonde, plus riche. Ce mélange est assez déconcertant, mais rend le récit encore plus douloureux et poignant.
La violence est très présente, mais l'auteure ne décrit pas toute la barbarie et l'abjection des meurtres, le lecteur lit entre les lignes. J'ai aimé cette approche sans voyeurisme.
*
La première partie du roman m'a emportée dans un univers fantastique, mystérieux et onirique, même si l'intrigue ne s'installe pas vraiment.
La deuxième partie de l'histoire m'a moins transportée, plus cru, moins onirique. Je me suis demandée où l'auteure voulait me conduire. Il n'y a pas vraiment d'intrigue, c'est plutôt un itinéraire de vie, une expérience individuelle, une fiction qui rend compte de la violence faite aux femmes et de l'impuissance des autorités à résoudre ces affaires criminelles.
La fin ouverte laisse le lecteur dans l'incertitude. Je comprends bien les intentions de l'auteure qui nous laisse comprendre que le combat pour le respect des femmes continue, mais je n'aime pas trop ce genre de fin.
*
Roman lu après la magnifique critique de Berni_29 que je vous engage à lire, je ne regrette pas, même si je suis un tout petit peu moins enthousiaste que Berni. C'est un roman atypique, intrigant, agréable à lire, où se mêlent dureté et lyrisme. J'ai été prise dans un tourbillon de sentiments contradictoires, entre colère, tristesse, empathie, impuissance, révolte, beauté aussi.
Je vous engage à le lire pour vous faire votre propre avis.
*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          349
Frederic524
  16 octobre 2020
Je remercie chaleureusement les Éditions de l'Observatoire ainsi que Babelio pour cette lecture et leur confiance !
« Mangeterre » de Dolores Reyes est un roman singulier, étonnant de par son histoire et son style d'écriture ; fort et puissant pour son message adressé à toutes les femmes subissant des violences qu'elles soient physiques, psychiques, sexuelles. Mangeterre est une toute jeune fille perdue dans un climat de violence quotidienne, physique et verbale, de son père alcoolique et mauvais. Sa mère succombe sous les coups. Un énième féminicide sur cette terre d'Argentine. Cette jeune fille déscolarisée et vivant dans le dénuement le plus total avec son frère Walter dans la maison familiale, dispose d'un don. Lorsqu'elle est prise par l'envie irrépressible de manger, d'avaler de la terre, son corps et son psychisme perçoivent des choses, qui sont autant de visions sur ce qui est arrivé à une personne disparue, assassinée.
La terre dévorée est symbole de ce qui nourrit les plantes, les insectes, mais c'est aussi la terre où l'on est inhumé, le goût dans la bouche de celui qui mord la poussière. Mangeterre avale cette terre pour exprimer son dégoût de ceux qui font subir ces sévices aux filles et aux femmes d'Argentine. Ce livre adresse un message universel de lutte contre le fléau des féminicides. Un sujet plus que d'actualité. A l'école déjà, Mangeterre avait permis de retrouver le corps d'Ana son institutrice. Assassinée elle aussi. Il y a un mélange très intéressant au coeur de ce roman entre un réalisme cru, une violence pleinement présente, et une façon très onirique qui est presque de l'ordre du fantastique de nous présenter les choses. L'histoire est vu par les yeux de cette jeune fille qui s'exprime comme toutes celles de son âge. L'heure des transformations, des bouleversements, des premiers amours. La police représentée par le ténébreux Ezequiel lui demande son aide pour retrouver une jeune fille disparue. Elle s'appelait Maria.
Elle avale cette terre qui lui donne si mal au ventre puis des ombres dansent autour d'elle et elle perçoit les choses, la vie ou la mort, les détails pouvant conduire à la retrouver. Mangeterre se voudrait plus dure qu'elle ne l'est. Au fond d'elle, derrière ce masque de colère liée à une vie qui ne l'a pas épargnée, il y a une jeune fille qui souhaite faire le bien avec son don de vision. Mangeterre possède une profonde sensibilité mais elle se cherche. Un roman profondément original qui résonnera j'en suis sûr dans le coeur de ceux pour qui le combat, pour lutter contre les violences exercées par les hommes sur les femmes, est essentiel. Dolores Reyes a écrit ce roman comme un cri, celui de la colère mais aussi celui de la tendresse car tous les hommes ne sont pas bourreaux fort heureusement. Un roman qui dénonce, qui secoue, riche de ces quelques imperfections car l'idée profondément originale aurait pu être davantage creusée. Mais ce que je retiens de cette lecture c'est vraiment son message universel sur la question des violences subies par les femmes. A découvrir.
Lien : https://thedude524.com/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
mumuboc
  22 août 2020
Je me demande si Mangeterre ne m'a pas lancé un sort car je ressors de cette lecture à la fois intriguée, bouleversée, perplexe ne sachant finalement pas ce que j'en pense.....
Nous ne connaîtrons de cette jeune femme ni son âge ni son prénom car tous l'appelle Mangeterre car elle a un don : en mangeant la terre foulée par certains elle "voit" leur destin. Sa réputation grandit d'autant que ses allégations se vérifient, certains sont prêts à verser d'ailleurs énormément d'argent pour retrouver un proche disparu et plus particulièrement des femmes. Elle vit avec son frère Walter, sa mère étant décédée sous les coups de son "daron" de père qui a disparu depuis. Rejetée par le système scolaire, ils vivent entourés principalement des amis de son frère, à jouer sur la "play" et à boire des bières.
Nous suivons Mangeterre dans son parcours, celui d'une "sorcière" car c'est ainsi qu'on la désigne et qui souvent vit entourée des fantômes qu'elle retrouve lors de ses transes. Elle est souvent partagée entre acceptation ou besoin de se nourrir de la terre et dégoût mais ne résiste pas aux supplications parfois désespérées de ceux ou celles en quête d'une réponse.
Elle fera la découverte d'un territoire inconnu pour elle, celui de l'amour, dans les bras d'Ezequiel, un homme qui lui viendra en aide à plusieurs reprises.
J'ai aimé et j'ai été à la fois bousculée par ce personnage à la fois assez brutal dans sa façon d'exprimer ses sentiments, par sa narration en de courts chapitres assez débridés avec un langage populaire et comme on peut l'être d'une personne dont on constate la véracité de ses prédictions sans en comprendre l'origine.
Un premier roman troublant, mais dont j'ai du mal à savoir si j'ai aimé ou non et pour quelles raisons, il m'a manqué un "je ne sais quoi" pour totalement adhérer. Peut-être un manque de profondeur sur les différents personnages peut-être également une écriture vive et directe qui m'a lassée.
Il va me rester de ce premier roman un sentiment d'étrangeté dans l'écriture, le traitement mais aussi d'incrédulité par rapport au sujet pour mon esprit cartésien ,l'horreur parfois de ses visions, des questionnements qu'elles lui insufflent mais aussi son désir d'avoir une autre vie, sa propre vie et non celles de ceux qu'elles recherchent et qui la hantent.
Surprenant, inhabituel, ce roman explore une zone grise entre vie et mort.
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Ortie27
  12 juin 2021
Mangeterre, c'est le premier livre de l'autrice née en 1978 à Buenos Aires, elle est militante féministe, mère de sept enfants et a enseigné pendant de nombreuses années.
Sans nom, ni âge, bien que ces agissements et son langage, la situe en pleine adolescence, notre héroïne, qui est appelée Mangeterre par les autres, a une aptitude qu'elle porte comme un fardeau et qu'elle a bien du mal à apprivoiser, tant elle sait la précipiter dans la désespérance la plus enfouie dans ses entrailles, un gouffre de solitude, ces aptitudes qui lui flanquent un éventail d'émotions rêches et âpres suite à des visions horribles auxquelles elle n‘a pas encore l'âge de seulement imaginer, si tant est qu'il y ait un âge pour encaisser cela, je ne le crois pas. 
Mangeterre découvre qu'elle a ce don, alors que ce n'était encore qu'une enfant, elle enterre sa mère, morte sous les coups de son ivrogne de mari, la terre l'appelle alors, elle l'attrape avec ses mains, la mange de toute sa bouche, la croque avec ses dents, l'avale, puis recommence et cela lui procure une transe lui permettant de s'approcher des corps ou des âmes des disparues. 
Son père, à qui elle a l'air d'être attachée, est donc absent, il ne reste pour seul souvenir de lui qu'un tire-bouchon que l'héroïne garde toujours dans le fond de sa poche.
Elle vit avec Walter son grand frère, qui est garagiste et qui prend soin d'elle comme il peut, elle dit : “Je n'avais pas de famille, j'avais Walter”.
Elle décroche de l'école, étant mise à l'écart par tous étant différente et connaît ses premiers émois amoureux, puis ses premières bières : “La bière était comme l'étreinte d'une couverture me cachant entièrement, surtout la tête”. Les seules personnes qui osent l'approcher sont des personnes ayant perdu un être cher, des pères, des mères mourant dans leur chair à cause de cette absence pesant des tonnes que Mangeterre comprend mieux que personne. Elle vit de plus en plus recluse dans les bas-fonds. 
Son combat sera alors d'empêcher d'autres femmes de mourir. 
Cette histoire de sorcière contemporaine sans folklore, à l'opposé de nos sorcières Européennes actuelles, avait tout pour me charmer, j'ai beaucoup aimé la première partie dans laquelle on découvre Mangeterre, sa façon de vivre, son enfance, comment son don se révèle à elle, j'ai cru à un coup de coeur.
J'ai moins accroché à la seconde partie, car cette pseudo-enquête pour retrouver Maria a été beaucoup trop vite selon-moi, et les rêves où la défunte Ana lui parle manquaient de substance. Heureusement, le sort lui sourit un peu dans cette partie mais elle s'enfonce malgré elle dans son désespoir, ce qui est tellement compréhensif, en ingurgitant bière sur bière afin de faire le vide dans sa tête, pour ne plus entendre, ressentir tous ces disparus en elle.
Puis cette fin, je l'ai trouvée décevante. Cela a tout de même été une bonne lecture, que j'oublierai assez vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
LeMonde   16 septembre 2020
Sur un mode onirique, le premier roman de Dolores Reyes évoque le fléau des féminicides, un phénomène omniprésent en Argentine.

Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ZephirineZephirine   15 décembre 2020
Assise sur le sol, j'ai passé la main sur la terre où j'ai planté le couteau et l'en ai retiré. ça m'a plu. J'ai refait ce geste, mais cette fois j'ai laissé le couteau, essayé de le bouge, d'écarter la terre pour l'ameublir peu à peu. La terre est forte mais n'a pas protesté.
Commenter  J’apprécie          160
HundredDreamsHundredDreams   10 mars 2021
Je garde dans mes cauchemars le son de cet endroit, un ramassis de douleur et de pestilence.
Même le soleil me déroute, il saigne sur ma peau enflammée et mes yeux, brûlants comme si on y avait versé de l’acide, luttent pour ne pas pleurer.
La douleur, un jaune poubelle, jaune fièvre, ou un gris tôle, un gris malade. Seule la douleur semble ne jamais mourir.
Commenter  J’apprécie          112
berni_29berni_29   21 février 2021
J'ai fermé les yeux et je l'ai vu.
C'était comme si je revenais dans une nuit ancienne. Une nuit qui s'était consumée et n'existait plus et qu'on voyait de là, à ce moment précis, dans ma tête.
Commenter  J’apprécie          190
HundredDreamsHundredDreams   10 mars 2021
La voir en silence tomber dans un trou béant au fond du cimetière, là où se trouvent les tombes des pauvres. Ni plaque, ni bronze. Avant la roselière, une bouche sèche qui l’avale. La terre ouverte comme une coupure. Et moi qui essaie de la freiner, de la retenir avec mes bras, avec ce corps qui n’est pas plus grand que la largeur de la fosse. Mais quoi que je fasse, maman tombe.
Ma force, insuffisante, n’y change rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
berni_29berni_29   21 février 2021
J'ai caressé la terre qui me donnait des yeux neufs, me permettait d'avoir des visions auxquelles j'étais la seule à accéder. Je savais combien les messages des corps volés sont douloureux.
J'ai caressé la terre, serré le poing et soulevé dans ma main la clé qui ouvrait la porte par laquelle Maria et tant d'autres filles étaient parties, filles aimées, elles, de la chair d'autres femmes. J'ai soulevé la terre et avalé, toujours plus, beaucoup plus pour que naissent ces yeux neufs et que je voie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

.. ..