AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253180043
960 pages
Le Livre de Poche (14/02/2018)
4.38/5   210 notes
Résumé :
Des grands empires de l’Antiquité à la chute de l’URSS, de l’Europe de Charlemagne au Japon du xixe siècle, de l’Asie des Mongols à l’Afrique de la décolonisation, cet ouvrage nous convie à un voyage extraordinaire au fil des siècles. Procédant par étapes chronologiques, il suit l’évolution des grandes civilisations les unes par rapport aux autres. Il réussit en même temps à nous faire comprendre la façon dont chaque peuple considère son passé.

No... >Voir plus
Que lire après La grande histoire du monde Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,38

sur 210 notes
5
16 avis
4
15 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
François Reynaert trouve que l'Histoire n'est pas forcément racontée d'une façon qui permet une approche globale. Elle est trop souvent centrée sur l'Europe, voir la France et centrée sur les derniers siècles. Dans La grande Histoire du monde, il décide de commencer par le début : la préhistoire est rapidement présentée pour introduire sur les trois grands berceaux de la civilisation (Inde, Chine, Méditerranée) et expliquée ensuite les développements, leurs évolutions au fil des époques. Au fil du temps, des empires naissent et s'agrandissent. Une des constantes de l'évolution de l'humanité au fil du temps est la conquête de territoire, les religions étant un prétexte, un moyen de plus d'étendre la puissance d'un empire. Evidemment, celle-ci s'accompagne pratiquement toujours de massacres de populations pour leur résistance. Les Européens surtout, vont coloniser l'Amérique (Nord et Sud), l'Afrique, l'Océanie en s'imposant souvent comme possesseur naturel aux indigènes déjà présents.
J'ai beaucoup apprécié en savoir plus sur certaines cultures (Chine, Inde), François Reynaert n'hésite à expliquer les doctrines, philosophies et religions naissantes pour que le lecteur puisse comprendre certaines décisions. La narration est chronologique, on passe d'une époque à une autre (Renaissance, Antiquité…), en ciblant à chaque chapitre, un empire ou un pays pour centrer le propos sur l'époque en question. J'avoue que je ne connaissais pas grand-chose à l'Antiquité et que le développement de certains sujets m'a bien aidé pour comprendre comment l'arrivée de certains moments-clés de l'Histoire. Certaines notes de bas de pages revoient à d'autres chapitres pour rappel pour mieux comprendre tel ou tel évènement. J'ai parfois été un peu frustrée de ne pas en savoir plus sur certains sujets mais comme il le dit bien en introduction de ce document, il explique l'essentiel pour ne pas écraser le lecteur de détails superflus. D'ailleurs, je pense me pencher plus sur quelques époques et lieux qui m'intéressent plus. Il y a peu de chiffres, à part les dates, souvent pour indiquer le nombre de morts dans un conflit ou une guerre. Des cartes sont là pour appuyer le propos en illustrant les mouvements, les colonisations etc. Un point que j'ai beaucoup apprécié c'est l'explication de la naissance de certains mots ou noms de pays. le livre s'arrête à la fin du XXème siècle avec une question sur la nature du XXIème siècle.
C'est un document très intéressant, qui raconte avec parfois une pointe d'humour notre Histoire. Je l'ai lu par moments pour ne pas saturer d'informations, me laisser le temps d'intégrer chaque moment de l'Histoire. Merci à Masse Critique et au Livre de Poche pour cette « belle » Histoire.
Commenter  J’apprécie          410
N'étant ni historien ni même un tant soit peu spécialiste de cette thématique - et en l'occurrence ici, de ce genre littéraire - difficile d'évaluer ce livre autrement qu'à travers le plaisir que j'ai eu à le lire dans le cadre du jury du Prix des lecteurs Essais 2018 du Livre de Poche.

Ce fut un peu pour moi comme une sorte de retour vers le futur, une grande et passionnante révision de notions enfouies dans des coins reculés de mon cerveau, mais surtout de découvertes de beaucoup d'autres à ce jour ignorées par un enseignement historique européano-centré.

Car c'est là la force de Reynaert : nous obliger à redécouvrir l'histoire du monde en arrêtant de nous placer au centre du jeu et au contraire, en regardant au dessus de la mêlée mondiale pour bénéficier des effets du changement de prisme qui rend plus humble. C'est sa théorie de la vision globalisée de l'histoire.

Elle permet notamment un éclairage historique du continent asiatique (Chine, Japon mais aussi Inde et confins du moyen orient) généralement survolé par nos enseignements traditionnels, alors qu'une partie de notre avenir s'y joue aujourd'hui.

La limite de l'exercice diront certains - dont moi - est que tout cela constitue une sorte de survol un peu rapide et donc frustrant de certaines périodes. Mais La grande histoire du monde permet de retrouver un peu d'appétence pour ces lectures historiques, avant d'aller plus loin prochainement avec d'autres.
Commenter  J’apprécie          340
Est-ce possible de synthétiser l'histoire de l'homme en en peu moins de 1000 pages ?
Pari assez osé…
Après avoir lu ce livre, je répondrais positivement. Et je dirais même que ce livre va encore plus loin.
L'auteur est dans ce que les anglophones appellent « the global history », ce que nous pouvons traduire par l'histoire globale. C'est à dire essayer d'appréhender l'histoire en incluant plusieurs points de vue possibles. Cela doit se faire dans un but de mieux comprendre l'histoire, et non de la réécrire. Voir comment une célèbre bataille est perçue de la part des vainqueurs et puis par les vaincus, les continents américains et indien ont existé bien avant que les Européens en fassent la découverte. C'est une évidence, et pourtant ce n'est pas ce que nos manuels scolaires font ressortir. Pour nous, l'Europe est le centre du monde, mais pour un chinois, l4europe n'est qu'un lointain continent aux coutumes étranges…
C'est cela qui me plait beaucoup dans ce livre.
De plus, c'est réellement agréable à lire .L'auteur nous explique cela avec beaucoup de pédagogie et on a jamais la sensation d'étouffer sous des termes technique ou sous la masse d'informations.
Evidemment, pour résumer l'histoire du monde en 1000 pages il faut faire un tri dans les faits. L'auteur l'avoue d'entrer de jeu. Cela me plait car le but ici est d'avoir une vue globale de l'histoire du monde et non de tout développer (il faudrait pour cela plusieurs volume de plusieurs milliers de pages et on aurait alors des nausées cérébrale !!!)
Voilà vraiment un chouette bouquin pour mieux comprendre notre histoire et donc notre monde…
Commenter  J’apprécie          300
Philosophes hindous et chinois contemporains de Socrate, l'Empire perse, les fameuses années 1500, Soliman, la première guerre 'mondiale' de 7 ans en 1756, la guerre civile la plus meurtrière de 1850 en Chine causant 30 millions de morts, le partage de 1918 à l'origine des guerres ethniques actuelles...

Contrairement aux trois tomes de John Morris Roberts on sent que François Reynaert prend plaisir à partager sa passion!

Et on en est où là dedans? Bientôt la fin de l'Homo Sapiens?
Commenter  J’apprécie          262
Pour quelqu'un comme moi qui a une passoire à la place de la mémoire et qui a du mal à bien situer les lieux / évènements dans le temps et l'espace, qui suit assez peu les actualités mondiales (sous peine de crise de nerfs aggravée doublée d'anxiété généralisée), ce livre constitue un condensé de rappel parfait pour se remettre dans le bain du monde (ou pas, de loin) et comprendre ou réapprendre un petit peu comment les choses se sont mises en place, comment les situations se sont succédé et comment l'humanité est devenue ce qu'elle est (spoil : elle n'a jamais vraiment changé en fait).

Le défi lancé par François Reynaert est donc de résumer la grande histoire du monde en 900 pages + bibliographie et index bien fournis, soit : 5 000 ans et 5 continents. Bon, on me souffle dans l'oreille que ce monsieur aurait déjà une bibliographie personnelle bien constituée en ce qui concerne l'histoire du monde et la rectification des faits, et qu'il serait donc un bon auteur à suivre pour ceux et celles qui n'y touchent pas une bille mais qui veulent bien faire un effort. de ce que je peux dire ici, le pari est plutôt réussi puisque j'ai réussi à lire le livre sans décrocher et que j'ai plutôt bien compris, sans trop m'emmêler les pinceaux.

Une grande frise chronologique, donc, qui part des débuts de l'humanité à l'époque actuelle, et qui fait le tour des grandes civilisations, des grandes religions, des grandes conquêtes, des grandes guerres, des grandes inventions. Rien que de très connu et basique pour ceux et celles qui sont calées dans le domaine, mais je peux dire que j'aurais appris plein de choses. Soit que j'aie pas vraiment suivi à l'époque, soit que j'aie vraiment découvert ici un autre point de vue que celui présenté souvent en cours d'histoire. Ce que j'ai le plus apprécié, c'est surtout de m'envoler parfois loin de l'Europe pour mieux comprendre les autres civilisations et les resituer par rapport à ce continent. Bien entendu, soit par manque de sources, soit parce que "secondaires", soit parce que ne sont abordés ici que les puissants, les connus, les dominants, certaines civilisations sont très peu citées ici, et il faudra aller chercher par soi-même pour ce qui concerne l'Afrique et l'Amérique (par exemple) pré-coloniales.

Ce que j'ai apprécié ici, surtout, c'est la déconstruction du mythe occidental bienfaiteur et salvateur, mais aussi de pouvoir remettre certaines inventions et certains fondateurs remis en perspective dans l'histoire réelle du monde et que soit "rendu à César ce qui appartient à César". Évidemment, ça reste un ouvrage fortement marqué par un passé et un point de vue occidental (difficile de faire autrement, ceci dit, quand ça nous colle si fort à la peau), mais on remarque quand même un effort de fait à ce niveau, qui tende le plus possible vers l'objectivité et favorise la compréhension et la bonne appréhension des choses plutôt que le jugement.

Et, autre point majeur, autre manque crucial : l'absence (quasi) totale de femmes. Certaines sont quand même présentes de façon sporadique, et j'en aurai découvert peut-être une ou deux, mais on y voit clairement un ramassis d'hommes - le plus souvent belliqueux. Ce qui m'aura donné envie de chercher de mon côté un autre ouvrage sur l'histoire du point de vue des femmes.

Pour finir, je dirai que je suis plutôt contente d'avoir fait l'effort de m'y plonger, que ça a soulevé certaines questions et bien répondu à d'autres. Je recommande aux personnes qui ont envie de se faire une petite rétrospective du monde sans forcément se perdre dans ses méandres, parce que le livre est accessible, facile à lire, ponctué d'anecdote pour susciter l'intérêt. Peut-être que ça m'aurait été bien utile de pouvoir le parcourir à l'époque où j'apprenais l'histoire, peut-être que ça m'aurait paru plus clair, que j'aurais mieux relié les choses entre elles. Et surtout, je pense que c'est très utile à cette époque qu'est la nôtre - qui semble être une période de "paix" et d'ouverture au monde - de se rappeler qu'on n'est jamais trop loin d'une guerre, d'un conflit, d'un attentat, et qu'il faut savoir qui est vraiment l'allié et l'ennemi et quelles sont les choses à ne plus laisser reproduire (car tout peut d'abord être très subtil).

Bref, je remercie les éditions Livre de poche pour leur confiance et peut déjà dire que le livre mérite bien sa place dans la sélection du Prix des Lecteurs 2018.
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (126) Voir plus Ajouter une citation
En 2007, un président de la République française [Nicolas Sarkozy], en visite au Sénégal, n'osa-t-il pas encore une formule disant [...] restée célèbre pour cette raison : "L'homme africain n'est pas assez rentré dans l'Histoire."
Il faut croire que le conseiller qui lui avait écrit ce discours n'était, de son côté, pas assez entré dans les bibliothèques. Cela fait plus d'un demi-siècle que les intellectuels publient des livres qui cherchent, à leur manière, à tordre le cou à cette légende d'une Afrique antihistorique.
Commenter  J’apprécie          203
CHAPITRE 13 : Beau et sombre Moyen Âge : X11e -X1V siècle

À partir du X12 siècle , des progrès dans l'agriculture ouvrent une période de plus grande prospérité qui entraîne des bouleversements en chaîne.

Le temps des papes et des croisades
À partir de la fin du X1e siécle, l'Europe chrétienne se sent si forte qu'elle est capable de s'étendre et même de mener ses premières expéditions outre-mer. C'est l'épisode des croisades.

Le temps des cathédrales et des universités.

L'essor des villes permet aux élèves de s'y retrouver pour venir étudier auprès des maîtres. Les compagnies dans lesquelles ils prennent l'habitude de se regrouper sont à l'origine des universités. La première est à Bologne .
Celle de Paris est fondée par le théologien Robert de Sorbon (1201-1274 ) .

Le retour des calamités

En 1377, un pape se décide enfin à réélire domicile à Rome , mais de sombres intrigues l'en font repartir. Alors qu'il se réinstalle en Avignon, un collège de cardinaux romains élit un autre pape. Il y a donc deux. C'est le Grand Schisme , un des moments les plus dramatiques de l'histoire de l'Église,(...)

La plus terrible épreuve de ce X1Ve siècle, enfin, ne touche pas seulement les papes et les rois de la chrétienté et affecte tout l'Ancien Monde . Inconnue en Europe depuis les temps de l'empereur Justinien, la peste, après avoir dévasté le monde musulman , débarque sur les côtes méditerranéennes en 1348 et se répand à la vitesse de l'éclair sur tout le continent. En quatre ans, cette maladie terrible , d'une contagiosité extrême, tue entre un tiers et une moitié de la population européenne , créant un choc démographique qu'il faudra des siècles pour combler.
Commenter  J’apprécie          40
La Chine des grandes inventions
À l'époque de Tang-Song (627-649)

L'autre grande spécificité de la Chine de cette époque est son énorme avance technologique.La plupart des grandes innovations , jusqu'au Moyen Âge , ont été chinoises.
On a parlé déjà du papier, adopté par les arabes , qui l'ont diffusé à l'Occident. Il a été mis au point en Chine dès le début de l'ère commune. On le produit en faisant bouillir du chanvre avec des cendres des plantes, pour l'écraser ensuite , l'étaler et le faire sécher en minces feuilles dont on fera des livres, plus légers, plus commodes et moins chers que ceux qui existaient auparavant.
L'écrit bénéficie d'une autre révolution qui apparaît vers l'époque Sui-Tang : l'invention de l'imprimerie . Celle-ci n'a pas inventée par Gutenberg, au XVe siècle, mais réinventée par lui.
Commenter  J’apprécie          80
Les Juifs sont raflés dans toute l'Europe soumise ou alliée à l'Allemagne pour être envoyés dans des camps d'extermination et de concentration, dont le camp d'Auschwitz, situé non loin de Cracovie, en Pologne, est le sinistre symbole. Six millions, c'est-à-dire deux tiers des 9 millions de Juifs qui vivaient en Europe avant 1933, ont été mis à mort. Deux cents vingt mille Tziganes, sur 1 million, ont été victimes de la même folie.
Dans l'organisation de l'humanité, juste au-dessus des Juifs et des Tziganes, figurent les Slaves : Hitler a prévu d'en déporter la plupart loin vers l'est, pour garantir l' « espace vital » réservé aux futurs colons allemands. Les autres y seront maintenus pour leur servir d'esclaves. La plupart des Européens de l'Ouest n'ont qu'une faible idée du traitement infligé à l'Est par les conquérants nazis. L'Occupation en France, en Belgique, aux Pays-Bas, a été dure ; les Juifs, les résistants y ont été persécutés. Cette horreur est sans comparaison avec la sauvagerie dont ont été victimes l'ensemble des populations de l'autre côté de l'Europe.
Dès 1939 commence le martyre de la Pologne. Elle le subit des deux maîtres qui se la sont partagée. Il ne s'agit pas seulement, pour Staline et Hitler, d'occuper le pays, mais de l'anéantir, de supprimer son élite, sa culture, de l'éradiquer en tant que nation. Côté allemand, outre la politique antisémite dont on vient de parler, cela se traduit par une politique de terreur envers l'ensemble de la population ; par l'interdiction de tout enseignement (à l'exception de l'enseignement primaire), par la fermeture des théâtres, des bibliothèques ; par l'arrestation des intellectuels ; par des fusillades de masse de professeurs, de prêtres, de cadres et par des déportations massives. La politique menée par les Soviétiques n'est pas très éloignée. Par centaines de milliers, des Polonais sont déportés. Staline veut lui aussi littéralement décapiter le pays, et commence par l'armée. Quinze mille de ses cadres, officiers et sous-officiers, disparaissent. Au printemps 1940, 4 000 d'entre eux sont amenés dans la forêt de Katyn, agenouillés, les mains nouées dans le dos, et exécutés d'une balle dans la nuque. Par la suite, l'URSS ajoutera le mensonge à cette ignominie en attribuant le crime aux nazis. (...)
Sur les 5,7 millions de Soviétiques capturés, 60 % sont morts à la fin de la guerre, ce qui en fait, nous dit le Musée Mémorial de l'Holocauste de Washington, le plus grand groupe de victimes de la persécution nazie après les Juifs.
Commenter  J’apprécie          20
Son plus illustre disciple ( Socrate) est Platon (-428-/348 ), grâce à lui en effet nous le connaissons . C'est lui en effet qui rédige les dialogues de son maître, mort après avoir tant pensé , mais jamais rien écrit. Platon est aussi le philosophe de l'idéalisme.
Platon, devenu un maître à son tour, a fondé son école, l'Académie d'Aristote -384/= 322 ), le troisième de notre liste , y est élève , avant de devenir à son tour un des plus grands philosophes de l'Antiquité . (...) Aristote a en effet été un précurseur dans un nombre considérable de domaines. Il fonde la métaphysique , ce qui vient après les phénomènes physiques. (...) Il fonde la logique , qui est la science du raisonnement , qui dit comment il faut lier les idées les une aux autres.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de François Reynaert (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Reynaert
"La grande histoire des nouveaux mondes" de François Reynaert lu par François Hatt I Livre audio
autres livres classés : histoireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (673) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre du Kit du 21e siècle !

Quel est l'auteur du livre "Le Kit du 21e siècle" ?

Stephen Hawking
Philippe Henarejos
François Reynaert
Neil deGrasse Tyson

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le kit du 21e siècle de François ReynaertCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..