AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710328313
Éditeur : La Table ronde (13/10/2005)
Résumé :

Le 29 mai 2005, les Français rejettent la Constitution européenne. A l'issue d'un débat jugé exemplaire. Faux, affirme Dominique Reynié. La controverse a charrié un populisme massif, largement propagé par la gauche du Non. Documents à l'appui, ce livre décrit un véritable tournant. Des altermondialistes aux dissidents du Parti socialiste, en passant par la Ligue communiste révolutionnaire, des éc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  04 janvier 2013
Le sociologue Dominique Reynié est aujourd'hui bien connu des Français. Ce professeur de Sciences-Po est un familier des plateaux télévisés où il analyse, en direct, les résultats des élections. En 2005, dans un livre que l'on sent écrit sous le coup de l'émotion suscité par l'échec cinglant du référendum du 29 mai 2005, il analysait la « gauche du Non », cette fraction du parti socialiste qui, profitant de la cure d'opposition dans laquelle le PS était plongé et de l'absence de la figure tutélaire et pro-européenne de François Mitterrand, en a profité pour emboucher les trompettes du nationalisme.
L'expression « social-nationaliste » n'est pas nouvelle. Elle était utilisée par Jacques Attali dans un éditorial de L'Express en avril 2005. Elle fut surtout inventée par Léon Blum face à la scission des néo-socialistes de Adrien Marquet dont il confessait, dans des pages restés célèbres, l'épouvante qu'elle suscitait en lui : « Gardez-vous du danger (...) que dans votre haine du fascisme vous ne lui empruntiez ses moyens et même son idéologie » . L'histoire allait lui donner raison, les sécessionnistes du PSF rejoignant bien vite la Révolution nationale vichyste (Marquet, Belin) voire la collaboration (Déat, Albertini).
Pour instructives que soient les pages que Reynié consacre aux divisions de la SFIO au coeur des années 30, il n'est pas certain que le parallèle esquissé soit des plus pertinents. Sans doute, Emmanuelli, Mélenchon, Fabius ont-ils tourné le dos, le temps de la campagne référendaire à l'internationalisme qui est au coeur du socialisme – quoi qu'ils s'en défendent. Pour autant il serait exagéré de voir en eux les fourriers d'un Nouvel Ordre, chauvin et xénophobe.
Cette réserve levée, l'ouvrage de Dominique Reynié constitue une critique fort efficace du « nonisme » de gauche. Il se désintéresse en effet du Non de droite pour des raisons simples : l'extrême droite du Front national ou la droite nationaliste des Villiers, Pasqua, Seguin, ont été sont et seront anti-européens. le fait n'est pas nouveau et ne mérite pas qu'on s'y arrête. Il en va de même à l'extrême gauche où l'opposition du Parti communiste à la construction européenne remonte aux origines de la Guerre froide et n'a pas faibli après la chute du mur de Berlin. le fait nouveau du référendum de 2005 est le ralliement d'une partie du Parti socialiste au Non. Et ce ralliement inédit mérite d'autant plus d'être analysé qu'il explique en grande partie la victoire du Non : c'est le revirement de l'aile gauche du PS, qui a voté Oui à Maastricht et Non au traité constitutionnel, qui explique l'échec du référendum.
Dominique Reynié décrypte les ressorts du Non de Gauche. Il insiste sur la part d'opportunisme d'une opposition socialiste qui a vu dans le référendum l'occasion d'infliger un camouflet au Chef de l'Etat – beaucoup de nonistes ont autant voté sur le contexte que sur le texte – tout en se rapprochant d'un électorat populaire qui lui avait fait défaut le 21 avril 2002. Il dénonce l'amalgame pratiqué tout au long de la campagne dans les thèmes choisis par cette gauche souverainiste : la critique de la troisième partie du Traité qui ne constitue pourtant que la reprise des Traités de Luxembourg, d'Amsterdam et de Nice que le PS avait pourtant défendus quand il était au pouvoir, la stigmatisation de la directive Bolkenstein au prix d'un langage xénophobe , la lutte contre les délocalisations dont la cause est moins la construction européenne que la mondialisation, l'hostilité rampante, maquillée en défense de la laïcité à la française, à l'adhésion turque, etc.
Avec le recul, ce Non de gauche laisse un curieux malaise. « L'envie de lynchage » qu'il traduit constitue une ombre portée sur le fonctionnement de nos institutions à laquelle nulle réponse n'a été apportée. Il est frappant que la candidature de Laurent Fabius à l'investiture socialiste ait eu si peu d'échos : est-ce le signe d'une évolution de l'électorat socialiste ? ou plus probablement d'une défiance à l'égard d'un leader dont la sincérité des positions européennes suscite le scepticisme ? En désignant Ségolène Royal pour porter leurs couleurs aux élections de 2007, les électeurs socialistes ont-ils choisi d'oublier leur vote du 29 mai et de désigner la candidate la mieux placée pour défaire Nicolas Sarkozy ? ou ont-ils ouvert un boulevard à la Gauche de la Gauche qui pourrait, à condition de faire taire ses divisions historiques, récolter un jour les dividendes du 29 mai ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Video de Dominique Reynié (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Reynié
Dernière partie du débat d'Emmanuel Macron avec 65 intellectuels français, avec notamment Bernard Gazier, économiste français et membre de l?Institut universitaire de France, Dominique Reynié est professeur des Universités à Sciences Po et directeur général de la Fondation pour l?innovation politique, Denis Peschanski, historien et directeur de recherche au CNRS, Olivier Mongin, écrivain, essayiste et éditeur, Jean-Claude Casanova est l'ex-président de la Fondation nationale des sciences politiques. Il dirige la revue Commentaire. Mais aussi l'intervention des ministres : Franck Riester, ministre de la culture, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Jean-Michel Blanquer pour défendre l'education et la mixité sociale.
+ Lire la suite
autres livres classés : fascismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (1) Voir plus