AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1028100833
Éditeur : Bragelonne (17/08/2016)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 24 notes)
Résumé :
L’une vit sur terre dans un monde qui change, tandis que l’humanité explore de nouveaux modes d’existence. L’autre est partie dans l’espace lointain enquêter sur l’ultime périple d’Eunice Akinya et sa découverte d’une science physique révolutionnaire. La troisième voyage à bord d’un vaisseau générationnel à des années-lumière de la Terre, vers une planète abritant un fascinant labyrinthe extraterrestre. Toutes trois sont une seule personne : Chiku Akinya, et revêten... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Apophis
  21 août 2016
Ce tome 2 est largement supérieur au premier (car mieux rythmé et globalement encore plus intéressant), et c'est un livre de SF à la fois prenant et fascinant, bien que pas plus original que son prédécesseur. Il s'agit toujours d'une compilation ou d'un best-of des oeuvres ou des concepts posthumanistes / postcyberpunks les plus marquants de ces 60 dernières années, en gros, mêlé au meilleur de ce qu'Alastair Reynolds a déjà pu lui-même proposer dans ses autres livres.
Les thématiques centrales sont, outre la posthumanité et la panspermie, la communication et la coexistence de formes d'intelligences issues, comme dirait David Brin, d' »Ordres de la vie » différents.
Toutefois, ce tome 2 n'est pas exempt de défauts, comme un problème de cohérence sur un point capital de l'intrigue, un effet de style à la Ann Leckie (heureusement mineur…) qui ne s'imposait pas, une tendance à ne jamais expliquer certains concepts, à faire des ellipses temporelles qui ne plairont pas à tout le monde, ou à décider, à la fin, de sauter de façon incompréhensible une scène qui promettait d'être hyper-marquante pour la résumer un peu plus loin en quelques lignes lapidaires.
Dans l'ensemble, cependant, ça restera une de mes meilleures lectures SF de 2016 pour le moment, même si je suis un poil déçu par un aspect Hard-SF que Reynolds semble de plus en plus enclin à abandonner au profit du Space Opera et de la SF Transhumaniste.
Ne vous contentez pas de ce maigre résumé, l'énorme pavé que forme la vraie critique vous attend sur mon blog !
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Pyjam
  05 septembre 2016
C'est la première fois que je m'ennuie autant à la lecture d'un roman d'Alastair Reynolds (l'auteur du génial La Cité du Gouffre). La Terre bleue de nos souvenirs était déjà assez moyen, mais j'ai trouvé cette suite encore plus laborieuse et souffrant de tout un tas de problèmes et de longueurs. L'histoire n'est pas très intéressante, les personnages restent superficiels, et l'écriture est étonnamment médiocre pour un auteur avec autant de métier.
En premier lieu, le personnage de Chiku (ou plutôt les trois) manque cruellement d'épaisseur et de réalité (et encore, ce n'est rien en comparaison de leurs compagnons qui eux sont totalement fantomatiques). Il y a ce passage dans Blade Runner où Tyrell dit à Batty que toute flamme qui brille deux fois moins longtemps brille deux fois plus vivement, ou quelque chose comme ça. En corollaire de quoi, toute flamme qui brille deux fois plus longtemps brille deux fois moins vivement, car c'est exactement ce que je ressens avec les personnages de ce roman qui vivent deux ou trois cents ans mais qui m'ont tous l'air sous valium, telle cette Chiku sur Terre qui après la disparition de son compagnon reste 50 ans toute seule, voire plus. À un moment, comme pour donner plus de corps à ces deux personnages, on apprend la véritable activité de son homme, mais puisqu'il est parti et que ça n'a aucun rapport avec le reste de l'histoire, à quoi bon ?
La division en trois Chiku n'a probablement pas d'autre but que de permettre un transfert d'information à la vitesse de la lumière entre les trois composantes, mais ça aurait été tout autant possible avec trois personnages. le problème ici c'est que je m'attends à ce que les trois Chiku aient des importances comparables, hors c'est très loin d'être le cas. Dans ces conditions, encore une fois, à quoi bon ?
Comparé à Janus (un très bon roman) qui décrivait minutieusement la vie à bord d'un “vaisseau” voyageant à travers l'espace interstellaire, les scènes de vie à bord des “holovaisseaux” ne m'ont paru ni très détaillées ni très intéressantes, et surtout le climat politique me parait invraisemblable (mais je n'entrerais pas dans les détails pour ne pas spoiler).
J'ai un peu l'impression que Reynolds n'a rien de nouveau à dire avec ce livre. Sans être une catastrophe, ce vent d'acier ne casse pas des briques non plus. La Cité du Gouffre, Janus, l'Espace de la Révélation, et même La Pluie du siècle sont de bien meilleurs livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ChrisAlly
  17 janvier 2017
Après la très belle réussite du premier tome que j'avais vraiment adoré, j'ai entamé cette suite avec plaisir.
Première surprise, les héros de ce volume sont différents, l'histoire se déroulant quelques deux cents ans plus tard. La deuxième surprise, c'est le temps, si le premier volume se déroulait sur quelques mois, une année au maximum, celui-ci prend place sur des dizaines d'années (Rendu possible par une facilité scénaristique : l'allongement de la durée de vie). Les codes ont également changé : les humains ont fait un formidable bond technologique suite aux découvertes du tome 1, et si le récit prenait place sur Terre et dans les planètes proches dans le livre précédent, ici les voyages se poursuivent au-delà du système solaire.
Le récit prend donc une tournure différente. Dans ce tome, l'héroïne existe en 3 exemplaires identiques physiquement et avec une même mémoire.
Les différentes versions de Chiku vont chacune prendre part aux différents évènements, ici plusieurs trames narratives vont se dérouler : une sur un vaisseau colonisateur, une sur Terre et une à la poursuite de la matriarche de la famille, celle par qui tout a commencé. Ces trois récits vont ensuite converger. Les récits sont inégaux en importance et en taille, et celui qui m'a le plus intéressé reste le voyage sur le vaisseau monde. Ce vaisseau le "Zanzibar" fait partie d'une caravane composée de plusieurs autres vaisseaux qui partent à la conquête d'une nouvelle planète : Creuset. Bien entendu, le voyage ne va pas être de tout repos, aussi bien à cause des divergences politiques des différents vaisseaux, mais aussi à cause de tout le mystère entourant Creuset.
L'idée d'un personnage triple m'a beaucoup plus, mais elle n'est pas aussi bien exploitée qu'elle aurait pu l'être, car au final seule une des 3 Chiku va avoir une aventure vraiment intéressante.
Les réponses aux questions que je me posais sont bien là, mais très vite expédiées (quelques lignes), notamment le devenir de la matriarche de la famille et la motivation de son voyage. L'idée des aquatiques n'est pas non plus assez développée. Un peu de déception ici.
Les éléphants sont toujours bien présents, et ont ici un rôle d'importance à jouer.
Au final, un livre sympa, qui a perdu du charme et de l'originalité par rapport au premier, mais malgré tout qui reste un bon livre plaisant à suivre.
J'espère que l'auteur se fera mieux dans le dernier tome pour lequel quelques pistes sont données dans le dernier chapitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleur
  01 octobre 2017
Par hasard, je suis tombé sur ce second volume d'une trilogie, sans avoir lu le premier, ni bien sûr le dernier. Ce tome II se laisse aborder sans peine, car il contient assez de rappels discrets du précédent pour qu'on ne soit pas perdu. En revanche, sa taille me faisait un peu peur, ainsi que la réputation du romancier (hard science-fiction etc...) Il y a de nombreuses trouvailles heureuses, comme la tripartition de l'héroïne en trois versions d'elle-même, le thème de la saga familiale (car le clan Akinya semble bien parti pour laisser une marque indélébile sur l'histoire humaine), et la construction d'un univers spatial et technologique pittoresque, étonnant et parlant à l'imagination. le style, bien sûr, est du style ... de SF anglo-saxonne traduite en français, mais les pauvretés de la langue sont compensées par la richesse des idées. D'assez bon moments de lecture, sans trop d'ennui.
Commenter  J’apprécie          40
BlackWolf
  14 août 2018
En Résumé : Concernant ce second tome de ce cycle, une fois la dernière page tournée, même si je l'ai trouvé un peu plus maîtrisé que le précédent dans son rythme, il m'a tout de même un peu moins accroché. Ce livre reste une lecture plutôt sympathique et agréable, mais, je ne sais pas, j'en attendais peut-être trop. le gros point fort vient de l'univers qui nous est présenté qui offre toujours de nombreuses idées intéressantes et riches, traités de façon efficaces et captivantes. Il y a un côté d'ampleur, de grandeur qui se dégage de ce futur qui nous est présenté, même si, c'est vrai, l'aspect nouveauté et découverte a un peu disparu. Que ce soit d'un point de vue social, technologique et autre, l'univers donne envie d'en apprendre plus et surtout nous fait réfléchir sur de nombreuses questions. Concernant les personnages je suis un peu mitigé, ils sont intéressants dans les bouleversements qu'ils apportent et la façon dont le monde autour évolue, mais pourtant ils n'ont jamais réussi à me captiver, à me toucher. L'intrigue, malgré une légère impression de répétition avec le premier tome, s'avère intéressante, le tout porté par un rythme posé et une tension qui monte lentement au fil des pages. Sauf que voilà, j'ai aussi regretté quelques longueurs, le récit aurait peu, je pense, être raccourci d'une centaine de pages, enfin j'ai trouvé que, même si plongé dedans je me laissais porter, une fois le livre posé je n'avais pas cette envie de replonger rapidement dedans. La plume de l'auteur est simple et intéressante dans la façon dont elle construit ce monde, mais, même si j'ai trouvé ce second tome sympathique et divertissant, je ne sais pas encore si je lirai la suite.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
euphemieeuphemie   05 mai 2018
- ....Retourner dans la mer est une des plus anciennes aspirations humaines : bien plus vieille et accessible que le simple désir,plutôt enfantin, de voler. Nous n'avons jamais été censés voler, c'est l'apanage d'autres espèces . Mais nous venons tous de la mer.
- Si l'on remonte encore un peu dit Chiku, nous venons de la boue primordiale.
Commenter  J’apprécie          80
vallalectricevallalectrice   13 mars 2017
A l'age de 50 ans, après l'apparition d'une nouvelle technologie, voua avez fait un choix capital. vous avez demandé à l'entreprise Quorum Binding de fabriquer deux clones de votre corps grâce au phénotypage rapide.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alastair Reynolds (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alastair Reynolds

Interview d'Alastair Reynolds aux Imaginales
Interview d'Alastair Reynolds enregistrée aux Imaginales (Epinal, mai 2013) par Actusf.com (http://www.actusf.com/)
autres livres classés : éléphantsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2718 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre