AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2251448349
Éditeur : Les Belles Lettres (21/08/2018)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Sache que je meurs sans plus de foi qu’un tout petit enfant qui viendrait de naître.

Supposons que le très âgé et tout dernier représentant d’un des grands noms de France éprouve, avant l’ultime nuit, le besoin d’éclairer, en gardant l’anonymat, certains secrets qui touchent à sa famille, proche par sa descendance de Gilles de Rais, et aux liens du pouvoir avec le mal ; supposons qu’il s’agisse d’un prêtre en perte de foi mais à l’âme torturée par les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dwalin
  30 septembre 2018
Livre reçu par masse critique. le résumé officiel est très alléchant pour un amateur d'histoire et de philosophie. Mais en réalité le nom de Gilles de Rais n'est utilisé que comme appât (je ne suis pas au fait des dernières découvertes, mais il me semble qu'il aurait été au moins partiellement réhabilité, ce qui n'est pas du tout pris en compte ici). Oublions le côté "un des plus grands noms de l'Histoire de France" puisque de toute façon il reste anonyme (au début on est frustré de ne pas savoir ce nom, mais après on se rappelle que c'est un roman et que donc ce nom n'a aucune importance).
Le récit est donc uniquement celui d'un narrateur qui raconte la vie de son oncle Marc, prêtre ayant perdu la foi, et pour le contexte un peu du reste de sa famille également. Cependant on n'entre pas dans des considérations trop théologiques, c'est plus du Da Vinci Code.
Néanmoins le style est agréable et j'ai bien aimé les personnages malgré ce procédé un peu malhonnête que j'ai vu dans plusieurs romans dernièrement qui est de prétendre à l'authenticité pour semer la confusion chez le lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlineMarieP
  09 octobre 2018
Reçu dans le cadre de masse critique, "Histoire masquée" ne tient pas vraiment ses promesses. le résumé nous annonce l'histoire palpitante d'une famille française, descendant de Gilles de Rais dans ce qu'elle aura de sombre et de cruelle. Impression renforcée par une citation de ce bon vieux Marquis de Sade.
Sauf que au lieu de ça nous assistons à un récit familial assez classique d'une famille qui se délite dans les jeux (secrets) de pouvoir (y compris religieux). de Gilles de Rais ou de Sade pas de traces, par contre des pages fumeuses sur les auteurs russes, l'héritage de Rousseau et "la race" des puissants européens. J'ajoute aussi que le prologue tellement XVIIIe du récit confié via via où l'on masque les noms et lieux, franchement la littérature française en a déjà trop bouffé.
Globalement, je me suis perdue dans ce roman qui toutefois demeure bien écrit et plaira sans doute aux amateurs d'un clacissisme renouvelé.
Commenter  J’apprécie          10
nathlie93100
  23 octobre 2018
Si ce roman n'avait pas été proposé lors d'une Masse Critique Babelio, je ne me serais sans doute jamais penchée dessus. C'est son résumé qui m'avait beaucoup intriguée et je ne me suis pas trompée : j'ai passé un très bon moment avec ce texte.
Serge Rezvani se pose ici comme nègre du narrateur, un prêtre venant d'une famille renommée en France qui ne sera jamais citée. le thème principal de ce roman est le secret des origines et la famille, suite à la fameuse demande : prouver que l'on est français. Les autres grands thèmes traités dans ce roman seront ceux liés aux superstitions, à la perte de la foi chrétienne et aux croyances africaines : soit à toute forme de croyances et au combat entre le bien et le mal.
Ce roman se veut être une chronique de la vie du grand-oncle du narrateur, prêtre à l'égo surdimensionné, aimant la vie de château. de plus, il ne semble pas se gêner pour traiter avec des d'autres prêtres corrompus, la mafia sicilienne et possédant des idées bien à lui. Ce texte est une très bonne critique de la chrétienté au travers de l'image de cet homme cynique ayant perdu foi en Dieu.
On peut aussi voir que la famille dans son ensemble n'est pas toute blanche ; entre Blondine qui devient folle, Angélique qui ne sait pas parler et François qui se trouve enfermé dans un rôle qu'il n'a jamais voulu obtenir. Autrement dit, nous sommes ici face à la déchéance d'une famille de renom.
Concernant le style d'écriture, je n'ai rien à redire. Serge Rezvani sait manier la langue française et on ne peut que savourer sa maîtrise de la langue française au travers de sa très belle plume.
Histoire Masquée a été pour moi une belle découverte, bien que mon intérêt soit un peu retombé au fil des chapitres. Il propose néanmoins une très bonne critique des sociétés et des croyances, quelles qu'elles soient.
Lien : https://reveuseeveillee.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DwalinDwalin   30 septembre 2018
Bien sûr, il faut se replacer dans cette époque encore si proche où l'homosexualité, hypocritement réprouvée, bien que foisonnante dans l'Ancien Testament, était sanctionnée au même titre (si ce n'est plus) que la plupart des délits portant atteinte au fonctionnement d'une société dont les critères ne reposaient encore que sur la reproduction de notre espèce. Osons le dire avec les mots "diaboliques" du père Marc : "Les vocations ont toujours servi de poubelles au fond desquelles les esprits faibles s'anéantissent volontairement, aujourd'hui encore, pour échapper aux différentes déviances inexprimées et inexprimables qu'ils sont incapables d'affronter de face."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DwalinDwalin   30 septembre 2018
N'avez-vous pas compris qu'en cette nuit de Noël, en arrachant son bras des clous de la Passion pour me frapper à la tête, il s'était à demi délivré de ces deux mille ans d'obscurantisme où notre foi dans son idole l'avait maintenu cloué ? Et si je ne l'ai pas fait reclouer c'était pour qu'il continue par lui-même sa merveilleuse délivrance ? [...] Par cet arrachement, n'était-ce pas déjà une demi-résurrection ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Serge Rezvani (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Rezvani
les deux versions de la fildefériste diffusée dans "la prochaine fois je vous le chanterai" le 14/12/2013
autres livres classés : foiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1870 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre