AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020097765
282 pages
Éditeur : Seuil (01/10/1987)
3.61/5   35 notes
Résumé :
« C'est ainsi qu'un jour des milliers de couples quitteront les villes, c'est ainsi qu'ils s'envoleront plus légers que des spores, plus légers que des bulles de savon vers les paradis qu'ils portaient en eux. Ils aborderont dans des vallons en forme de coquille où les dépressions du sol seront tout à fait semblables aux lignes de leurs paumes accolées. Certains vivront dans de minuscules maisons enfouies sous les arbres et écriront des livres absurdes, d'autres pei... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JCLDLGR
  14 février 2019
J'ai toujours aimé les histoires d'amour dans et de Paris, et celle là est particulièrement enflammée. L'écriture de Rezvani rend le quotidien amoureux passionnant, sans qu'il ne se passe quoi que ce soit d'extraordinaire. Je ne ferai que paraphraser les critiques existantes : un hymne à l'amour ! J'ai lu ce livre adolescent et je rêvais de rencontrer une Lula !
Commenter  J’apprécie          81
LesEpicurieux
  23 avril 2014
Tout simplement le plus bel hymne à l'Amour et à La Femme que j'aie eu l'occasion de lire !
Avec son écriture saccadée et envoûtante, Rezvani nous fait partager son amour fou pour Lula.
Un superbe portrait de femme libre et moderne, dans le Paris des années 50.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
valdemosa38valdemosa38   09 juin 2012
C'est ainsi qu'un jour des milliers de couples quitteront les villes, c'est ainsi qu'ils s'envoleront plus légers que des spores, plus légers que des bulles de savon vers le paradis qu'ils portaient en eux.
Ils aborderont dans des vallons en forme de coquille où les dépressions du sel seront tout à fait semblables aux lignes de leurs paumes accolées.
Certains vivront dans de minuscules maisons enfouies sous les arbres et écriront des livres absurdes, d'autres peindront des tableaux inutiles, d'autres encore composeront des opéras indéchiffrables.
Certains s'installeront au bord de la mer pour écrire des poèmes sur le sable humide à la frange de la dernière vague, poèmes aussitôt effacés et chaque jour récrits pour être effacés à nouveau.
Déjà ils profèrent des phrases ardente auxquelles ils ne comprennent rien encore, ils avancent à la traine de leurs hallucinations ou milieu de ce zoo où radotent les perroquets et où gesticulent les singes.
Ce zoo où les flics canalisent les peuples vers les musées et les bibliothèques, les obligeant à absorber des mots morts et à contempler des visions fanées.
Rezvani «  Les années Lula « 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LesEpicurieuxLesEpicurieux   23 avril 2014
Plié en deux, le front sur les genoux, je me gorge de mes larmes, attisant mon chagrin de toutes les plus douces réminiscences : Lula souriante. Lula en train de gambader et rire. Lula sérieuse et concentrée. Lula pensive ou au contraire faisant la petite folle. Lula Lula Lula qui sourit. Lula qui pleure. Lula qui lit. Ah ! Lula, si tu savais comme je t'aime !
Commenter  J’apprécie          60
paraty62paraty62   03 novembre 2013
Le lendemain matin,nous prenons donc notre envol sous les yeux de Raoul,de Mme Clément et de l'affreux Godon descendu pour la circonstance.C'est qu'il aimerait bien qu'on se ramasse avant le coin de la rue.
Lula embrasse Mme Clément et cloc! j'enclenche la première.Nous voilà emportés un bras en l'air à la façon cow-boy dans le plus ridicule style optimiste pour affiches pour affiches jus de fruits chimiques sur papier glacé,Lula jupe flottante et moi travaillant des mains et des talons,plus décervelée en une seconde qu'un pilote de fusée.Nous traversons tous les carrefours comme on joue à la roulette russe.Tirés par les hurlements du moteur ,nous remontons le boulevard Montparnasse vers l'Italie ,Florence,Venise,Rome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
enzo92320enzo92320   03 juillet 2020
Le père Fabert allume un cigare et déjà, nous pénétrons dans le manège. Sciure de bois et sable jusqu'à la cheville, odeur de crottin, de sueur humaine, hennissements, nuages de poussière, on n'y voit pas à deux mètres, tant bêtes et hommes piétinent furieusement. Des volées de sable giclent sous les sabots. A peine entrée, Lula se met à tousser. Le père Fabert lui ta pote le dos et oublie d'enlever sa main. Je grince des dents. Heureusement que le secrétaire de Chichi Khan s'avance et l'accapare. Nous respirons dans nos mouchoirs. Les yeux plein de poussière, nous essayons de distinguer la poulinière coincée entre les planches. Sept ou huit hommes surexcités s'accrochent au mors, à sa crinière, à sa queue pour maintenir l'immense bête. Les naseaux dégoulinants d'écume, elle découvre ses grandes dents carrées, sous l'ampoule électrique qui pend entre les poutres. Son æil déjà très saillant, roule de tous côtés. Elle aimerait bien voir le boute en train qui lui faire le dos, se cabre et lui martelle les flancs dans de grands élans maladroits. Un cheval éternue bruyamment. Bruits de claques. Des hommes poussent des jurons. Un nuage de poussière monte jusqu'à la charpente du manège. Nous avons beau écarquiller les yeux nous ne voyons rien. Un mouvement dans la foule et le boute en train est emmené pendant que l'étalon fait son entrée. Il danse sur place comme un cheval de cirque, s'ébroue et souffle très fort entouré d'une meute de valets. On le contient, on le guide et un nouveau nuage de sciure s'élève autour des deux monstres affairés.
Le grotesque coït achevé, le père Fabert tient à nous faire faire le tour de « ses » écuries.

(p.104)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Serge Rezvani (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Rezvani
Titre: "Le Tourbillon de la vie" (chanson écrite par Serge Rezvani pour Jeanne Moreau en 1957) Interprété par: groupe SPIRALE Au profit de l'Association: LE VERGER FLEURI à Maizières-la-Grande-Paroisse (pour les enfants et jeunes adultes à troubles autistiques)
autres livres classés : littérature iranienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre