AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756109177
Éditeur : Léo Scheer (19/08/2015)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 46 notes)
Résumé :
À l’âge de 9 ans, la narratrice de Place Colette est victime d’une erreur de diagnostic qui la cloue sur un lit d’hôpital, le corps prisonnier d’une coquille de plâtre. Au terme de trois années de calvaire, un professeur finit par découvrir la véritable maladie ; il l’opère et la sauve. La jeune fille a passé ce temps immobile à découvrir la littérature et les textes classiques. Elle voue une passion sans limite au théâtre. Revenue à la vie, elle tourne autour de la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  12 janvier 2016
Ce roman raconte l'histoire inspirée de faits réels d'une jeune fille de treize ans d' origine bourgeoise et sa liaison secrète avec un célèbre comédien français de trente ans son aîné.Portrait d'une double initiation à l'amour charnel, passion du théâtre , accès aux grands textes classiques. C'est un roman vrai , un ouvrage à la fois pudique et cru dans lequel tout est théâtre , les apparences et les illusions,les faux semblants, les arrangements avec la réalité, les premiers émois amoureux....le récit d'une drôle d'initiation à la vie entre rêves d'enfance et déceptions des grandes personnes .
Ce récit tient en haleine , le lecteur se demande comment ce couple improbable , infernal, va sortir du piège dans lequel il s'est glissé.J'avais aperçu madame Rheims au livre sur la place à Nancy. D'où ma curiosité ....une lecture pour moi en demi- teinte trop intime, trop.....oui, je sais , je suis dure, je n'affectionne pas ce genre d'écrit , ce n'est pas pour moi .....c'est mon deuxième livre de Nathalie Rheims ,je m'en tiendrai là. .....Ce n'est que mon avis .....bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Bazart
  11 novembre 2015
Nathalie Rheims, romancière célèbre qui a notamment été la dernière compagne de Claude Berri revient dans son livre sur son enfance, entre l'âge de 9 ans et celui de 13 ans, où deux évènements à la fois différents et étroitement liés vont surgir, une maladie très handicapante et très longue qui va provoquer une passion pour les grands textes, et une rencontre avec une comédienne qui va provoquer une passion non plus littéraire mais amoureuse.
Portrait d'une double initiation, à l'amour charnel et à la passion du théâtre, Place colette n'est pas ce qu'on peut qualifier d'autofiction, car cet'éveil d'une passion amoureuse et artistique est joliment dépeint, malgré la gene qu'on peut ressentir à la lecture de cette histoire d'amour entre une très jeune fille et un homme beaucoup plus âge qui la manipule et joue avec ses sentiments.
Place Colette en quelques scènes, charnelles mais dépeintes avec beaucoup de sobriété, de tact et parfois quand même un brin d'emphase «Dans ce gigantesque théâtre dominait la couleur de la passion: rouge sang.» est un beau roman d'enfance écrit avec force et simplicité.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
TRIEB
  24 novembre 2015

La narratrice de Place Colette est une très jeune fille, d'extraction bourgeoise, qui s'ennuie ferme dans son foyer familial, d'où ses parents, volages et conformistes tout à la fois, sont souvent absents …Les vacances passées en Corse chaque année la contraignent à subir le rituel familial :les anecdotes cent fois répétées, la malveillance de la voisine de la résidence, la présence de personnages issus du milieu littéraire, parmi lesquels Michel Mohrt, Paul Morand, Félicien Marceau .Le père de la narratrice est en effet candidat à l'Académie française et exerce pour préparer au mieux sa candidature un peu de lobbying …
Pourtant, ce qui va sauver cette très jeune fille, qui a longtemps été immobilisée et hospitalisée par suite d'une erreur de diagnostic, c'est la littérature, la connaissance des classiques dont elle a tout loisir de s'imprégner durant ses loisirs forcés. A l'issue de trois années, un professeur découvre sa véritable maladie. Il l'opère, elle guérit. de nouveau en pleine possession de ses moyens physiques, la narratrice n'a de cesse de revoir à Paris un homme nommé Pierre, beaucoup plus âgé qu'elle .Il est Sociétaire de cette vénérable institution et joue régulièrement salle Richelieu, Place Colette, siège de la Comédie-Française. Elle l'a aperçu dans un théâtre d'Ajaccio, au cours de ses vacances en Corse .Avec l'aide de sa camarade, Isabelle, elle fait le mur, va le voir à la Comédie-Française en cachette de ses parents, tombe amoureuse de cet homme .Elle tente de le contacter timidement, de lui parler, de se présenter, mais les premiers contacts se limitent à des fellations intimes suivies par un renvoi amical : « Rentre chez toi, petite fille. »
Pourtant, la poursuite de cet idéal amoureux n'est pas chimérique, elle n'est pas non plus scabreuse car la narratrice (la romancière ?) a le mérite immense de bien mettre en évidence le parallélisme des deux désirs : celui éprouvé pour cet homme, et celui de l'amour du théâtre, qui se révèle chez elle une véritable passion .Elle constate ainsi une symétrie entre la situation de Phèdre et la sienne : « Plus j'écoutais le texte, plus nos situations se croisaient, s'inversaient, devenaient symétriques. Phèdre se sentait coupable d'avoir été foudroyée d'amour par le jeune fils de son mari. Pierre était aussi un fruit défendu .Ma passion était la plus forte ; pour lui, j'aurais tout envoyé promener sans réfléchir une seconde. »
Dans la logique de cette emprise de la passion pour le théâtre, la narratrice prend des cours, d'abord chez Abricot, surnom charmant donné à sa professeure de théâtre qui l'initie aux techniques de respiration, à interpréter avec la justesse de ton dans la déclamation .Puis elle entre dans le cours d'un autre professeur, un certain Jean Perimony, sorte de Jouvet à son échelle, exigeant, brutal, mais sachant reconnaître le talent .La narratrice est reçue ultérieurement par Jorge Lavelli, Jean le Poulain avec propositions à l'appui qu'elle accepte .Sa carrière est lancée, elle est reconnue par ses parents, enfin attentifs à ses performances, et par Pierre …
Place Colette est un beau roman d'initiation, non pas à une aventure sexuelle graveleuse mais à l'illustration des possibilités de réalisation simultanée d'espérances de natures diverses, ce qui est tout différent .Il séduira en cela les lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nathv
  18 mars 2016
Lecture à la fois jolie et à la fois dérangeante, et ce pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, l'auteur surfe sur la vague, si tendance cette année, de la narration à la première personne du singulier avec une narratrice portant (à priori... car glissé une seule fois entre les lignes) le même prénom que l'auteur. D'où la question perpétuelle: l'auteur se met-elle en scène ou est-ce une pure fiction? Ce qui dérange mais finalement importe peu... bien que, au fil des interviews données par l'auteur suite à la sortie du livre, le contenu semble hautement autobiographique.
Ensuite, fortement dérangeant quand on considère le thème principal du roman: l'amour tant émotionnel que charnel, entre une ado de 12-13 ans et un homme de 43 ans. L'auteur a choisi la voie de la séduction par l'adolescente de manière unilatérale, volontaire et répétée (tel un Lolita de Nabokov aux rôles inversés) du "vieux". le couple, à la différence d'âge si importante, reste choquant et dérangeant même si, au fil des pages, la maturité de la narratrice me fait plus penser à une jeune fille de 16-18 ans. L'auteur a beau, répéter au fil des pages, que l'enfant est la coupable et l'adulte la victime, cette relation a, tout de même, de quoi déranger le lecteur.
Néanmoins, c'est un joli roman.
Joli car bien écrit.
Joli car intelligemment écrit. Certes, le thème est dérangeant car très peu moral, très peu "politiquement correct" mais l'auteur parvient à parfaitement construire son personnage, lui donnant beaucoup de profondeur et les arguments nécessaires pour justifier sa conduite et sa démarche.
Joli enfin car truffé de références à la littérature, au théâtre et aux artistes en général.
En conclusion: une bien jolie et bien dérangeante réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ManouB
  23 février 2016
Nous sommes en 1972. Nathalie, l'héroïne de ce roman est une toute jeune adolescente...Elle n'a que 12 ans. Elle vient de passer trois longues années enfermées dans une prison particulière : un corset... censé la guérir d'une mystérieuse maladie. Mais il y a eu erreur de diagnostic et c'est finalement grâce à sa grand-mère et à son médecin anglais qu'elle sera opérée d'une tumeur à l'os iliaque. Elle va suivre ensuite une rééducation de plusieurs mois et retrouver, enfin, en même temps que sa santé, sa liberté.
Pendant ces trois longues années où elle est restée clouée sur son lit ou dans un fauteuil, chez elle ou à l'hôpital, elle a développé un goût exagéré pour la lecture...elle a appris par coeur des textes classiques et en particulier des textes de théâtre. Sa maladie n'a pas vraiment changé la vie de ses parents, ni de sa famille. le père, futur académicien multiplie les conquêtes féminines et les dîners mondains. La mère prend son psy pour amant. La soeur aînée est une photographe connue. Elle est mariée et ne pense qu'à sa carrière à New York. Quant au grand frère...il ne pense qu'à s'amuser avec ses copains, multiplier les conquêtes ou bien, à ses études de droit : il deviendra bientôt un grand avocat, il en est sûr...et personne dans la famille ne doute de lui.

Comment s'en sortir à l'adolescence quand on a une famille si connue ?
Comment se construire dans l'indifférence générale, voire le dénigrement permanent, comme c'est le plus souvent le cas pour Nathalie ?

Un soir d'été, alors qu'elle est en vacances en famille dans le petit village Corse qu'elle aime tant, mais où elle s'ennuie, Nathalie fait la connaissance de Pierre, un comédien connu, membre de la Comédie française.
Il s'intéresse à la jeune fille, lui pose des questions sur son avenir. Elle lui avoue son désir de faire du théâtre, il la conseille... Dès lors cette rencontre va changer définitivement sa vie...
Nathalie Rheims nous livre ici un roman initiatique, sans doute en partie autobiographique, dans lequel, elle décrit la première passion amoureuse d'une jeune fille qui n'a pas encore 13 ans (elle ?), pour un comédien de la Comédie Française qui a 30 ans de plus qu'elle.
Elle nous décrit aussi ses premiers pas de comédienne.
Les deux découvertes se confondent...

C'est un roman très bien écrit, avec beaucoup de sensibilité et toute une palette d'émotions.Il est vrai que cette relation amoureuse et sexuelle peut paraître choquante, voire invraisemblable, car la différence d'âge entre la jeune fille et ce comédien est de 30 ans et de plus, Nathalie est mineure. Certains passages sont très crus...Mais le fait est, qu'elle est amoureuse. Elle se moque complètement de son âge (le sien et celui de Pierre).
L'histoire est racontée avec tellement de naturel, de simplicité et avec la maturité d'une adolescente plus âgée que cela change notre regard sur l'histoire.
De plus, c'est un roman qui sonne juste à chaque page et où l'auteur se remet dans la peau de l'adolescente qu'elle était. Elle se livre sans pudeur, et nous décrit cette passion avec ses mots.
Les passions adolescentes sont parfois précoces et ravageuses mais non moins sincères...
Pour lire la chronique complète c'est sur mon blog...
Lien : http://bulledemanou.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
LeFigaro   03 décembre 2015
Les premiers émois amoureux d'une jeune fille de 13 ans pour un sociétaire de trente ans son aîné. Et aborde avec sensibilité sa passion pour le théâtre.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   27 octobre 2015
Un vrai faux roman gentiment licencieux signé Nathalie Rheims.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint   10 août 2015
Place Colette est un récit initiatique. Une initiation sexuelle, même si, ici, c'est la jeune fille qui déploie tous ses atours pour être désirée par l'homme mûr. Mais aussi le récit d'une initiation à la vie : ce passage si particulier entre les rêves de l'enfance et les déceptions qu'encaissent les "grandes personnes".
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   07 septembre 2015
Il m'avait oubliée, c'était évident. Alors qu'il avait envahi mes pensées, que j'étais avec lui à chaque seconde, ce qui me déchirait le cœur, c'est que de son côté, il n'avait jamais pensé à moi. Ce n'était pas un oubli, je n'avais juste pas commencé à exister à ses yeux. (p. 81)
Commenter  J’apprécie          370
fanfanouche24fanfanouche24   04 septembre 2015
Le plus difficile à comprendre, pour l'adolescente que je devais devenir, c'était ce mélange paradoxal d'apparente liberté dans le ton des conversations et le sentiment que personne n'allait au fond des choses. La barrière invisible du bon goût servait à censurer les vraies questions. (p. 38)
Commenter  J’apprécie          270
fanfanouche24fanfanouche24   08 septembre 2015
Ceux qui m'entouraient, s'ils m'avaient un tout petit peu observée, s'ils m'avaient prêté un minimum d'attention, se seraient probablement aperçus que j'étais devenue un décor en trompe-l'oeil; derrière ce paravent que j'avais bricolé pour eux, se cachait une colère si extrême que je savais, déjà à l'époque, que rien ni personne ne pourrait l'apaiser. (p.98)
Commenter  J’apprécie          150
fanfanouche24fanfanouche24   02 septembre 2015
Tous ces mois alitée m'avaient coupée du monde. Celui que j'avais retrouvé, que j'avais cru ne jamais revoir, me semblait si bavard et futile. J'y étais tellement étrangère. Ma phobie de l'école s'était imposée très tôt. Dès le cours préparatoire, rester assise, être obligée de jouer, dessiner, chanter en compagnie des autres m'angoissait.Je crois que , petite fille, je n'aimais pas cet état débile qu'on appelle l'enfance. (p. 23)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche24   07 septembre 2015
Elle (la passion) était devenue une ancre qui m'arrimait au fond de l'océan. Penser à Pierre me permettrait, même au creux des pires tempêtes, de ne jamais me perdre. Je compris alors que la passion, contrairement à tout que j'avais découvert dans le théâtre classique, pouvait ne pas être fatale, que dans mon cas, elle pourrait peut-être me sauver. (p. 87)
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Nathalie Rheims (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Rheims
Nathalie Rheims vous présente son ouvrage "Les reins et les coeurs : récit" aux éditions du Léo Scheer. Rentrée littéraire Août 2019. Parution le 21/08
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2349557/nathalie-rheims-les-reins-et-les-coeurs-recit
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : autofictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
493 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre