AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754806342
Éditeur : Futuropolis (07/06/2012)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Point : Nous voulons le pouvoir de déterminer le destin de notre peuple noir.
Point 2: Nous voulons le plein emploi pour notre peuple.
Point 3: Nous voulons que le peuple noir ne soit plus volé par les capitalistes.
Point 4: Nous voulons des logements décents, dignes.
Point 5: Nous voulons une éducation pour notre peuple qui expose la véritable nature de cette société américaine décadente. Nous voulons une éducation qui nous enseigne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
alouett
  18 juillet 2012
« Il s'appelle Vermont Washington. Si son patronyme est symbole de liberté pour l'Amérique, il ne l'est pas pour lui, jeune afro-africain. Il habite à Los Angeles, dans le quartier de Watts, célèbre pour les émeutes survenues, en août 1965, à la suite du 100è anniversaire de l'abolition de l'esclavage aux États-Unis.
Son quotidien, et celui de sa famille, n'est fait que d'injustices, de restrictions, de discriminations et d'humiliations. Ils sont victimes du racisme ordinaire, qui sévit encore en ces années soixante, où le Ku Klux Klan, vestige insupportable de l'esclavage, n'en finit pas de mourir. Une haine omniprésente perçue à travers le travail, l'éducation, les lieux publics… Même les forces de l'ordre soudoyées participent à cette discrimination générale. C'est donc avec le Black Panther Party, mouvement révolutionnaire afro-américain dont il est membre, que Vermont Washington entend lutter, entouré de ses amis (Noirs), pour leurs droits à l'égalité » (synopsis éditeur).
-
J'ai eu l'impression d'entrer à pas feutrés dans cet album. On y est accueilli par un homme qui, de bon matin, se réveille et observe silencieusement sa fille qui dort au pied de son lit. Les illustrations de Guillaume Martinez détaillent minutieusement un intérieur que l'on sent modeste, on sent que le quotidien n'est pas simple, mais cet enfant endormi a des vertus apaisantes. Sur les planches réalisées à l'encre de Chine, la voix-off du héros raisonne dans cette ambiance calfeutrée. Il témoigne de sa propre histoire. D'une voix posée pour ne pas brusquer le lecteur ni réveiller sa fille, il raconte :
« Je m'appelle Vermont. Vermont Washington. Mon nom est le symbole de toute une nation : le Vermont est le premier état à avoir rejoint l'Union des 13 États fondateurs et Washington est le premier Président des États-Unis d'Amérique, celui qui participa à la rédaction de cette constitution « respectueuse » des Droits de l'Homme et du Citoyen ».
Des symboles, sa famille en connait de père en fils. Son nom, il le tient de son grand-père : Vermont Washington. Ce dernier a appelé son fils Jefferson, du nom d'un autre Président américain. le grand-père a été assassiné par le Ku Klux Klan. Ce drame a décidé la famille Washington à fuit vers le Nord ; elle s'est installée à Los Angeles jusqu'aux émeutes de 1965 puis a repris la route jusque Detroit. Vermont, personnage fictif, y a grandi dans un climat d'insécurité. Car là aussi, chez les Blancs d'Amérique du Nord, les mentalités ont du mal à évoluer. Les Noirs sont quotidiennement confrontés à l'intolérance et à la ségrégation raciale. A cette époque, l'ascenseur social ne leur est pas accessible. Travail à la petite semaine, fins de mois difficiles… alcoolisme, précarité, accès aux soins impossible… A juste titre, Benoit Cassel insiste – dans sa chronique en ligne sur Planete BD – sur la justesse du scénario de Sylvain Ricard : « En habile scénariste, rompu aux causes sociales qu'il a pris l'habitude d'évoquer (les prisons, les violences faites aux femmes, l'euthanasie…), Ricard prend soin de ne pas stigmatiser son propos ». La colonne vertébrale du scénario de Sylvain Ricard est le Ten Point Plan rédigé en 1966. En respectant fidèlement leur énumération, l'auteur aborde ainsi les questions de la liberté, de l'employabilité, de l'anticapitalisme, du droit au logement et de celui à l'éducation
Point par point, Sylvain Ricard décortique son sujet sans misérabilisme et démontre que la lente évolution des mentalités fait barrage à ces principes fondamentaux et bafoue ces droits. Pourtant, si on ressent la volonté du scénariste de faire monter la tension à chaque chapitre, il me semble que la colère du personnage s'étouffe dans sa propre obstination à défendre la cause du Black Panther Party.
(...)
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Gwordia
  19 juillet 2012
L'on a beau avoir vu Devine qui vient dîner ce soir, Mississippi burning ou encore lu Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, La couleur des sentiments, il est toujours aussi intéressant que révoltant de se pencher sur cette histoire sombre pas si lointaine qu'est la ségrégation américaine des années 1960.
Par le biais de l'engagement politique de Vermont Washington, jeune militant des Black Panthers, l'on (re)découvre la condition des descendants d'esclaves qui, malgré un siècle d'abolition, se confrontent à la plus que lente évolution des mentalités. Comment ne pas être révolté face à l'injustice, l'absurdité, la violence, le mépris, l'humiliation, l'ignominie, l'abjection... ?
Sylvain Ricard, rompu à l'évocation de sujets sensibles (... à la folie pour n'en citer qu'un), réussit la prouesse de construire un récit intelligent, loin de tout manichéisme. Rythmé par le Ten Point Plan, l'histoire met en scène tous les points de vue, toutes les prises de positions possibles (engagement, passivité, extrémisme, courage, lâcheté, désillusion...) sans jamais prendre parti, laissant le lecteur seul juge, fort de son humanité et de son bon sens. La gravité du propos est superbement rehaussée par le lavis à l'encre de Chine de Guillaume Martinez qui offre des portraits absolument magnifiques.
Une première partie coup de poing qui, si l'on se penche sur les cinq prochains points du Plan à venir, laisse présager une fin de diptyque encore plus ténébreuse. J'attends avec impatience le second volet de ce brillant et nécessaire Motherfucker qui rappelle l'incroyable bond de géant opéré dans les mentalités états-uniennes, qui sont passées en quelque cinquante années du racisme ordinaire le plus odieux à la gouvernance par un américain aux racines africaines - même si les clivages restent tristement d'actualités comme Trayvon Martin l'a funestement expérimenté.
Lien : http://gwordia.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Noctenbule
  17 septembre 2013
Me voilà aux Etats-Unis, dans une Amérique où le racisme fait rage. Nous suivons un personnage, Vermont Washington, qui lutte pour les droits de l'Homme auprès de Black Panther. Il regarde sa femme et sa fille et espère des lendemains meilleurs. Pour cela, qu'une seule chose possible, lutter. Son père, ne le comprend pas et souffre encore de la mort de son propre père tué par KKK.
Dans un univers noir et blanc, les dessins de Guillaume Martinez nous dirigent à pas léger et avec beaucoup de vraisemblance au coeur de cette histoire. Je tourne les pages, et j'oublie que je lis une bande dessinée. Je suis au coeur du récit, de l'injustice, de la haine et du rejet.
Une surprenante lecture qui me donne envie de lire la suite.
Commenter  J’apprécie          70
Bibliotekana
  17 juillet 2013
Ce 1er tome d'un dyptique sur le mouvement afro-américain du Black Panthers Party nous entraîne à la fin des années 1960. On suit le quotidien de Vermont Washington et de sa famille. Il est affilié au mouvement des Black Panthers dont il est l'un des leaders.
Cet album se base sur les 5 premiers points du " Ten Point Plan", l'un des documents centraux de la propagande du mouvement. Chaque point est illustré par une situation qui prouve qu'il faut du changement aux Etats-Unis pour les afro-américains qui sont encore victimes de ségrégation (considérés comme sous-citoyens, payés moins cher que les blancs,...).
En parallèle de cette énumération des points, on suit l'évolution du personnage principal, qui reste convaincu des bienfaits du mouvement et lutte sans cesse pour l'égalité noirs/blancs.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94
  28 octobre 2013
Moi aussi je veux être une motherfucker mais ce n'est pas possible même si je suis solidaire de la cause du parti des blacks panthers. L'histoire de Malcom Washington montre bien la particularité de la lutte contre la discrimination raciale des noirs américains qui n'ont pas voulu s'associer à leurs frères blancs qui, pour eux, ne peuvent pas partager leur vécu douloureux. Il ne s'agit pas uniquement de défendre des idées mais de changer les comportements. Les dessins de Guillaume Martinez sont très beaux.
Lu en septembre 2013
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
BoDoi   31 août 2012
On peut regretter […] l’approche caricaturale et peu subtile des personnages, trop bêtes ou intransigeants pour échapper à leur destin.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   20 juillet 2012
En mettant en lumière les Black Panthers, ce mouvement relativement éphémère (quelques années entre 1968 et 1970), Sylvain Ricard offre une petite leçon d’histoire, forgeant une intrigue poignante.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   09 juillet 2012
Une histoire froidement pragmatique, qui témoigne d’une époque charnière de la construction d’un pays qui se veut le chantre de la liberté, mais qui finit par ressembler un peu trop à une litanie d’injustices.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   28 juin 2012
La mise en scène, au découpage très cinématographique […] insuffle au récit une vraie tension. Il faut admirer la composition de chaque case où le sens de la mise en couleur, ou plutôt du noir et blanc, rend compte à la fois de l’ambiance générale de la scène et l’intériorité des personnages […].
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NoctenbuleNoctenbule   17 septembre 2013
Abigail a été menacée de pendaison par des blancs du même âge qu'elle, des enfants blancs déguisés avec des cagoules du KKK!
Commenter  J’apprécie          30
BibliotekanaBibliotekana   12 juillet 2013
Grand-père dit toujours que papa est rouge, papa lui répond qui lui, il est trop blanc, alors que tous les deux ils sont noirs !
Commenter  J’apprécie          10
BibliotekanaBibliotekana   12 juillet 2013
Point #1 : nous voulons la liberté. Nous voulons le pouvoir de définir la destinée de notre peuple noir.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Sylvain Ricard (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Ricard
Que se passerait-il si un virus mortel hautement pathogène, et capable de faire basculer un continent entier dans une tragédie irrémédiable, venait à contaminer les passagers d?un bateau de croisière en Méditerranée ?
Scénariste : Sylvain Ricard Illustrateur : Rica
Résumé : Une équipe d?intervention spéciale pénètre chez Guillaume pour l?interroger sur les évènements récents qui ont eu lieu au laboratoire où il travaille. Mais il n?y a que sa petite amie chez lui qui les informe qu?il est parti en croisière se ressourcer. C?est une catastrophe : Guillaume est porteur d?un virus mortel.
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/virus-01-incubation.html
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782756082301&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.fnac.com/advanced/book.do?isbn=9782756082301&Origin=EDITIONSDELCOURT&OriginClick=yes Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782756082301&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : black panthersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3338 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre