AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Martine Reid (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070359786
Éditeur : Gallimard (05/03/2009)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
"Le marquis trouva le moyen de lever les faibles scrupules d'Hortense ; elle se donna à lui ; elle oublia la tendresse et les bontés d'une amie, pour jouir du goût passager d'un amant. Quelle différence ! Quelle perte ! Quoi qu'on en puisse penser dans l'égarement de son coeur, un amant ne vaut pas une amie."
Marie-Jeanne Riccoboni (1713-1792), amie de Diderot, David Hume et Horace Walpole, fut longtemps actrice à la Comédie-Italienne, avant d'écrire des roma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Syl
  09 mai 2013

Avant de prendre la plume, Madame Riccoboni fut comédienne. Elle écrivit cette nouvelle et la fit éditer en 1758.
1714, le marquis de Cressy revint de la guerre d'Espagne avec le duc de Vendôme, auréolé de gloire et de fierté. Six années plus tard, il a vingt-huit ans et se présente à la cour. Ambitieux, il songe à accroître ses biens par le biais d'une union. Fin esprit, son charisme fascine les deux sexes. Tel un paon, de soie et de plumes, il séduit les femmes tout en affichant de l'indifférence. Appâter sans le montrer, il présente un leurre désirable et fascinant.
"L'apparence des vertus est bien plus séduisantes que les vertus mêmes, et celui qui feint de les avoir a bien de l'avantage sur celui qui les possède."
Sa séduction enchante deux femmes. La première, la comtesse de Raisel, est une veuve fortunée, encore jeune, belle, intelligente, charitable et généreuse. Malgré son âge et sa situation, elle est une personne pudique et timide dans ses élans. La deuxième, une enfant-femme, Adelaïde du Bugei, a la pétulance, l'insouciance et la naïveté de sesseize ans. L'une, sage et pondérée, reste secrète, l'autre, jeune lionne, manifeste son amour et se laisse courtiser, parfois en cachette de son père qui voit d'un mauvais oeil ce béguin.
"Vous dire de m'oublier ? Ah ! jamais ! on m'a forcé de l'écrire ; rien ne peut m'obliger à le penser ni à le désirer."
De promenade en promenade, de soirée en soirée, de billets doux aux mots cachés, le marquis de Cressy oublie quelques temps son arrivisme et se donne à cette romance. Car il lui plaît d'être aimé.Mais…
L'histoire rencontre deux autres personnes. La marquise d'Elmont, femme calculatrice, vaniteuse, jalouse et sournoise, qui ressemble à la marquise de Merteuil dans les "Liaisons dangereuses" De Laclos. Elle sonde les faiblesses, offre une oreille compatissante et se propose dans le rôle de confesseur pour mieux perdre le pénitent. Et une jeune orpheline, Hortense, qui est confiée à la garde et au dévouement de le comtesse de Raisel. Considérée et choyée comme une fille ou comme une soeur, elle remerciera la gentillesse de sa marraine, par la traitrise, la froideur et l'insensibilité de son coeur.
D'une pièce de Marivaux… Vous ! ici ?… Les scènes dégénèrent en farce, les fils s'emmêlent et les marionnettes succombent à la duplicité. La comédie engendre la tragédie.
Au seuil de sa vie, le marquis de Cressy se posera certainement les questions :
Pouvoir ou Amour ? Félicité ou concupiscence ?
Car, "Il fut grand, il fut distingué ; il obtint tous les titres, tous les honneurs qu'il avait désirés : il fut riche, il fut élevé ; mais il ne fut point heureux."
Ce livre est intéressant et l'écriture est fine. A travers cette histoire, la condition de la femme à cette époque est encore sombrement amenée. de mes trois lectures pour ce challenge, mes héroïnes sont enclines à l'autodestruction. La faiblesse d'Eve ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
choupynette
  24 février 2010
Dans ce roman paru en 1758, le marquis de Cressy est un homme brillant, mais sans une fortune capable de subvenir à ses appétits, mais ayant surtout pour lui ses exploits au cours de la guerre d'Espagne. Charmeur, il a pour objectif de s'attacher le meilleur parti: une femme avec de la fortune. Peut importe son âge, pourvu que la donzelle aie le titre et la monnaie sonnante et trébuchante qui va avec. Il fera ses armes sans conviction mais avec succès auprès d'Adélaïde, pour le malheur de cette dernière, un coeur pur et innocent; puis il n'aura pas grand chose à faire pour séduire la comtesse de Raisel, amie d'Adélaïde, à la fortune considérable et admirée de tous. Mais bien sûr, l'union se faisant aux dépends de la jeune fille, et étant fondée sur un mensonge, elle n'en peut que connaître une fin funeste.
Homme léger, ambitieux, le marquis de Cressy est avant tout le stéréotype du personnage masculin vaniteux pour qui séduire une femme tient plus du jeu qu'autre chose. Les femmes de ce roman sont aussi calquées sur les représentations sociales de l'époque dans les relations hommes/femmes, ces dernières étant passives.
Dans une plume élégante, Madame Riccoboni conte les turpitudes d'un homme qui perdra au final la femme dont il tomba finalement amoureux. Obsédé par son intérêt, vaniteux, il jouera des sentiments des unes et des autres provoquant le malheur. L'histoire de M. le marquis de Cressy m'a plus semblé celle de "ses" femmes, dont les tourments sont le miroir du caractère de cet homme avide d'avancement et de gloire.
Si évidemment, l'intrigue est marquée par son temps, de même que les effusions que les agissements du marquis provoquent chez ces dames, ce court roman n'est pas aussi poussiéreux qu'il pourrait y paraître. Car au final, il ne fait que raconter les rapports humains, et les conséquences de nos choix de vie sur nos relations avec les autres. Madame Riccoboni ne manque pas non plus de critiquer les hommes en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
vilvirt
  28 février 2011
L'histoire, évoquée ici par Madame Riccoboni, est simple : un homme séduisant mais ambitieux, aimé de plusieurs femmes toutes très différentes, va susciter la passion et la jalousie chez certaines, le dépit et le malheur chez d'autres. Quoique l'époque soit lointaine, le sujet est intemporel : l'ambition ne peut servir les intérêts d'une personne qui s'y consacre toute entière sans qu'elle y sacrifie plus que son énergie...
J'ai beaucoup apprécié ce très court récit d'un auteur qui m'était jusque là parfaitement inconnu. Je ne connaissais absolument pas l'histoire du Marquis avant de m'y plonger, et je me suis longtemps demandé comment cette histoire allait finir. C'est un récit que j'ai dévoré, tant j'étais impatiente d'en connaître le dénouement. J'y ai parfois trouvé une vague ressemblance avec Les Liaisons Dangereuses de Laclos dans le choix et la personnalité des personnages.
C'est d'abord une histoire sentimentale, qui nous présente le jeune marquis de Cressy, récemment revenu de la guerre, comme quelqu'un qui semble détenir tous les charmes au regard de ces dames. Malheureusement, le Marquis est un ambitieux, et son unique préoccupation est d'accéder à un mariage prestigieux avec une personne de haut rang. Malgré ses défauts, il hésite parfois à sacrifier ses sentiments à cette fameuse ambition. Il est capable d'aimer sincèrement et profondément et ne supporte pas qu'on puisse avoir une mauvaise opinion de lui. C'est, de plus, un homme sensible et raffiné. Malgré ces faiblesses - c'est du moins sous cet angle qu'il voit les choses - il va très vite se détourner de la belle et jeune Adélaïde dont la fortune n'est pas suffisante pour qu'il l'épouse, et s'intéresser de très près à Madame de Raisel dont le haut rang et la richesse sans pareil excitent sa convoitise.
Sans se préoccuper des conséquences de son désintéressement, et par la suite de son comportement égoïste et manipulateur, le Marquis de Cressy va semer le trouble autour de lui, précipiter les destins et faire germer les émotions les plus néfastes dans le coeur des femmes de son entourage.
La suite ici :
Lien : http://tranchesdelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
patacaisse
  15 janvier 2011
J'ai beaucoup aimé l'écriture de l'auteure. C'est un style délicat mais vif (sans circonvolutions). L'histoire est belle, la femme de Mr le marquis de Cressy est un personnage attachant. C'est une femme admirable. Mr le marquis de Cressy est un homme faisant du tort mais que j'ai finalement plaint.
Lien : http://patacaisse.wordpress...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
choupynettechoupynette   24 février 2010
[...] mais les êtres inconséquents qui nous donnent des lois se sont réservé le droit de ne suivre que celle du caprice.
Commenter  J’apprécie          50
SylSyl   18 octobre 2013
"Il fut grand, il fut distingué ; il obtint tous les titres, tous les honneurs qu’il avait désirés : il fut riche, il fut élevé ; mais il ne fut point heureux."
Commenter  J’apprécie          20
SylSyl   18 octobre 2013
"L’apparence des vertus est bien plus séduisantes que les vertus mêmes, et celui qui feint de les avoir a bien de l’avantage sur celui qui les possède."
Commenter  J’apprécie          20
SylSyl   18 octobre 2013
"Vous dire de m’oublier ? Ah ! jamais ! on m’a forcé de l’écrire ; rien ne peut m’obliger à le penser ni à le désirer."
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XVIII° siècle)

Le Jeu de l'amour et du hasard

Voltaire
Marivaux
Beaumarchais

10 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 18ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur ce livre