AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782021419726
Seuil (07/03/2019)
3.73/5   13 notes
Résumé :
Enfant et momentanément esseulée dans la maison de ses grands-parents, la narratrice tombe sur une revue « pour adultes », dont elle a le temps de regarder quelques images avant que son père ne la découvre et l’interrompe. L’incident est oublié, mais se réveille à l’adolescence (les ruses du samedi soir) et surtout à l’entrée dans l’âge adulte avec le commencement des études universitaires, hors du cadre familial. C’est alors la découverte d’un univers qui a beaucou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Apoapo
  11 février 2022
Il y a environ deux mois, je m'étais réjoui de la découverte de l'essai de Mathieu Trachman, le travail pornographique, qui abordait le côté de l'« offre » de la pornographie avec beaucoup de subtilité sociologique. La lecture du dernier ouvrage de Mona Chollet, Réinventer l'amour, m'a aiguillé sur ce remarquable témoignage qui affronte la pornographie du côté de la « demande », et de surcroît par la plume sensible, audacieuse, sincère et moderne d'une jeune autrice talentueuse. L'ouvrage conte chronologiquement la « vie pornographique » de la narratrice depuis sa première exposition fortuite à une image sur une revue « pour adultes » dans la maison de ses grands-parents, à l'âge de sept ou huit ans, jusqu'à sa consommation de trentenaire qui passe par les plateformes de « tubes » en ligne et par « Gone Wild Audio ». L'on peut donc lire cette succession de pratiques de la pornographie du point de vue de l'évolution des supports et donc de la disponibilité des contenus : la BD, puis les chaînes télévisées diffusant des émissions érotiques, puis l'évolution rapide depuis les premiers sites web des années 1990 jusqu'à la surabondance contemporaine des images et la recherche de l'autrice, par saturation, de formes alternatives de pornographie sur Internet, comme le hentai et les audios sus-cités. Cette chronologie révèle aussi ses propres « chemins de désir », qui se renouvellent et se précisent à mesure de l'épuisement de la puissance d'évocation fantasmatique des stimuli qui, à force d'être parcourus et exploités, provoquent « autant d'enthousiasme que le catalogue Camif de [ses] parents. » (p. 41) (!)
Par-delà son expérience individuelle, deux généralisations très intéressantes émergent du livre : d'abord la « vie pornographique » de l'autrice ne se confond jamais avec sa sexualité réelle, au point que, hétérosexuelle dans la « vraie vie », elle témoigne d'une préférence constante pour l'imagerie pornographique lesbienne. le corollaire, mis en évidence également par Mona Chollet, est qu'il n'y a pas de contradiction entre la stimulation de fantasmes de domination, de violence voire de viol et l'opprobre que ces situations provoqueraient chez des femmes si elles en étaient victimes dans la réalité. Une grande partie du pouvoir fantasmatique des images pornographiques réside précisément dans le fantastique. Ce qui est rassurant par rapport à beaucoup d'alarmisme sur l'exposition des jeunes à la pornographie, lequel possède donc souvent comme un relent de moralisme puritain auquel je confesse avoir moi-même cédé autrefois.
La deuxième considération a trait aux cas de conscience des féministes consommateurs et consommatrices de pornographie, qui peuvent condamner la production pornographique pour des raisons de convictions ou d'idéologie mais ne pas être attirés par le porno féministe : « comme on peut être pour l'agriculture durable et secrètement adorer les Triple Whooper de Burger King. » (p. 78) (!). Une théorie afférente est offerte par l'idée de la transgression (cf. cit. 3 infra).
Une dernière mention mérite le choix du titre, intelligemment bi-sémique : la pornographie conditionne, selon l'autrice, de façon souvent latente et/ou inconsciente, le cheminement évolutif du désir ; et d'autre part, puisque l'incipit du livre nous indique que « les architectes appellent "chemins de désir" les sentiers qui se forment progressivement sous les pas des marcheurs, des animaux ou des cyclistes, à côté des infrastructures prévues pour eux », la nature nécessairement clandestine, peut-être préférablement transgressive de la pornographie dans le développement de la fantasmagorie individuelle est ainsi mise en évidence. Ce qui constitue une excellente perspective de dévoilement psychologique, complémentaire à celui qui est opéré par la sociologie, côté « offre »...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Sabrina1988
  19 avril 2021
Ce livre est une adaptation d'une fiction sonore diffusée sur Arte Radio sous le même titre.
Claire Richard découvre, par hasard lors d'une énième après-midi d'ennui chez ses grands-parents une revue pornographique, à l'âge de 8 ans.
Cela va être le début de sa vie pornographique et de la découverte de ses chemins de désir.
Petit à petit, elle va connaître crescendo la masturbation, la fantasmogenèse (création de fantasmes maison), le dépucelage, le sexe sur internet via Revebebe (site qui permet a des amateurs d'écrire les scénarios de leurs fantasmes et de les partager à d'autres lecteurs), le féminisme, la soumission, puis les plateformes spécialisées tels que YouPorn et PornHub et même le hentai (pénétration par des monstres, des personnages non humains).
Claire Richard explique avoir conscience que cela peut offusquer les féministes et qu'elle sait que les actrices des sites cités doivent être dans des situations précaires, mais qu'elle ne pouvait se passer de visionner les vidéos sur ces sites.
La magie des tag sur ces différents supports pornographiques vont lui faire son éducation porno en un rien de temps, mais plus elle découvre, plus elle se lasse, et plus elle en redemande et elle cherche de l'inédit.
Elle termine lorsqu'elle découvre l'excitation via l'audio, avec Gone Wild Audio, un site qui regroupe des enregistrements audio par des amateurs.

Je ne m'attendais absolument pas à ce genre de livre lorsque j'ai vu à la médiathèque dans un emplacement spécial thème du printemps des poètes 2021 "Le désir" ce livre classé en roman.
Claire Richard évoque sans tabou sa sexualité, sa progression dans ses chemins de désir sous toutes formes, sa fascination pour la pornographie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
noid
  08 février 2020
Claire Richard interroge ses désirs et sa consommation de porn. Des premières images de son enfance, trouvées sur une BD en haut d'une bibliothèque jusqu'au porn tubes et …
Un livre à la première page d'une splendide poésie !
Tout ça sent le vécu et parle de l'étrange cohabitation de l'imaginaire et d'IRL. Peut-être comme une sexualité en perpétuelle découverte.
Un tout petit (trop petit ?) livre d'une grande sincérité tout à fait touchant. Un livre personnel (comme un chemin de désir) et universel comme le plaisir
Un peu court et inabouti. Peut-être comme une sexualité en perpétuelle découverte.
Lien : https://www.noid.ch/les-chem..
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (1)
LeMonde   31 mai 2019
L’auteure a été témoin de la naissance de YouPorn. Non sans conséquences.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ApoapoApoapo   11 février 2022
4. Excipit : « Je ferme l'ordinateur et je m'allonge auprès de mon amoureux endormi.
Dans le noir, je pense aux citadelles que je ne connais pas, aux ados qui découvrent sur Tumblr leurs premiers émois, aux vies pornographiques qui s'ébauchent sous les couettes, sur les téléphones, au 21e siècle.
Il y a tant de désirs à créer et à satisfaire, tant de chemins qui ne cessent de se faire.
Je pense aux palais qui ne cessent d'éclore et aux rencontres qui m'attendent encore.
De ces jungles qui ne cessent de pousser, l'écriture ne peut rien prendre, rien tarir, rien abîmer.
Et je m'endors le cœur léger. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sabrina1988Sabrina1988   19 avril 2021
Je milite pour la réappropriation du corps des femmes par elles-mêmes, je suis pro-sexe, j'admire Ovidie, je suis fan d'Annie Sprinkle, j'ai lu Wendy Delorme. Mais le porno féministe ne me fait pas envie. J'ai beau dire, je suis conditionnée. Je mouille sur du porno mainstream. Comme on peut être pour l'agriculture durable et secrètement adorer les Triple Whooper de Burger King.
Commenter  J’apprécie          30
ApoapoApoapo   11 février 2022
3. « J'aimerais bien dire qu'un jour j'y viendrai [à la pornographie féministe]. J'espère. Ce serait une belle fin, édifiante et militante, pour ces chemins de désir. Mais au fond, je n'y crois pas vraiment.
J'en parle à une amie qui a une théorie. Je ne sais pas ce qu'elle consomme en matière de porno, mais je sais que son intelligence n'est jamais en défaut. Sur un quai de métro, elle me dit que le porno est associé à la transgression, que c'est ça qui le rend si attirant. "Mais un porno qui est aligné avec tes convictions, il n'est plus transgressif du tout, il est même complètement casher." Son métro arrive et elle saute dedans. Les portes se ferment et elle disparaît me laissant seule sur le quai à demander si mes chemins de désir sont condamnés à vivre en clandestinité. » (p. 79)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ApoapoApoapo   11 février 2022
1. « Il y a quelques années, dans une soirée, j'ai rencontré une fille qui n'avait jamais vu de porno.
Jamais ?
Non.
Tu es contre ?
Non, c'est pas ça... je ne juge pas les gens qui en regardent. Mais... je ne voulais pas que quelqu'un décide pour moi de ce que j'imagine quand je fais du sexe.
Et ton mec ?
Ma copine.
Pardon. Ta copine. Elle n'a jamais vu de porno non plus ?
Si, si, bien sûr.
Et ça ne vous cause pas de problèmes ?
Si, bien sûr. Disons qu'on parle des langues étrangères. Mais ce n'est pas grave. Ce qui compte, c'est d'apprendre à traduire.
[…]
La fille a bu une gorgée dans son gobelet plastique et elle m'a demandé :
Toi, tu ne te demandes jamais ce que serait ta vie sans le porno ?
Si. Mais je connais la réponse. Extrêmement inintéressante. » (pp. 39-40)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ApoapoApoapo   11 février 2022
2. « - […] Enfin bordel mais rends-toi compte ! Ça veut dire quoi, ça, sur ton rapport réel et vrai au patriarcat ? Est-ce que secrètement tu rêverais pas d'être leur complice ?
Euh... je sais pas... je crois pas... tu penses ?
AH OUI !!! Tes fantasmes de soumission c'est la marque de l'aliénation ma petite. C'est le désir des hommes qui est entré en toi à ton insu. Tu crois que tu fantasmes pépouze en liberté, alors qu'en fait t'es aliénée jusqu'à la moelle.

Je garde ça comme un secret d'État. Je me fais des copines féministes, je vais dans des manifs, je réfléchis à ce que je pense du voile, de la prostitution, je lis assidûment.
[…]
Et quand vient la nuit, je vais sur Revebebe, je clique sur "femme soumise" et je m'envoie en l'air […]. » (pp. 51-52)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Claire Richard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Richard
« RADIO ET PODCASTS : ÇA S'ECOUTE ET ON EN PARLE ! » Comment renouveler les fictions sonores, avec Cédric Aussir (réalisateur à France Culture), Claire Richard (Les chemins de désir, Arte radio) et Mehdi Bayad (Rouge vif, Lumière noire) – animation : Carole Lefrançois En partenariat avec Télérama et le Festival « Longueur d'ondes »
Ouvrir de nouveaux horizons, rencontrer des personnalités, stimuler l'imaginaire… La radio et les podcasts sont des viviers de connaissances, de voyages immobiles, de sensations. En ébullition depuis l'émergence de nouveaux usages d'écoute, grâce à Internet, le monde de l'audio se réinvente sans cesse. Avec la journée spéciale Radio et podcasts, ça s'écoute et on en parle !, Télérama et Longueur d'ondes proposent des rencontres en public à la Maison de la Poésie. Un temps de réflexion et d'échanges pour creuser le choix d'une thématique, la façon de la préparer, d'envisager sa transposition en son, ou encore sa dramaturgie. L'occasion de faire dialoguer des personnalités sur leur manière de parler de littérature au micro, sur l'éclosion des féminismes audio, le renouvellement des fictions sonores ou encore la pratique du journalisme de guerre. Pour fêter, ensemble, un médium d'une richesse rare.”
+ Lire la suite
autres livres classés : sexualitéVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Claire Richard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre