AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707804908
Éditeur : Nizet (23/03/1989)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Pamela, ou la vertu récompensée, Pamela, or Virtue rewarded en anglais, est un roman épistolaire de Samuel Richardson en 1740.

Pamela a dû sa popularité principalement à la forme adoptée par l’auteur, qui est celle de lettres écrites par les personnages eux-mêmes, au plus fort de leurs passions, de leurs épreuves, de leurs dangers, avec tous les inconvénients de cette manière artificielle, ses invraisemblances, ses longueurs, et aussi avec cet avantag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Woland
  24 décembre 2007
Paméla ou la Vertu récompensée
Titre original : Pamela or Virtue rewarded
Traduction : Abbé Prévost
Eh ! bien, ça y est, je l'ai lu. Je l'ai lu et j'ai été très étonnée. Non que ce roman ait été, en son temps, ce que nous nommerions un best-seller (il rencontra, dit-on, un aussi grand succès que "La Nouvelle Héloïse" - mais que, en notre XXIème siècle et pour peu qu'on prenne la peine de la dépouiller des passages où l'héroïne en appelle à Dieu et prône la grandeur de la vertu dans la misère, sa charpente en reste aussi solidement construite.
La question que je me posais à l'origine était celle-ci : comment, avec une histoire aussi mélodramatique et qui, de plus, aurait pu faire les délices du marquis de Sade, un écrivain avait-il pu produire près de quatre cents pages qui se tiennent sans parvenir à lasser son lecteur, et ceci au XVIIIème siècle qui reste tout de même celui où l'on voit poindre à l'horizon rationalisme et lucidité critique ?
La réponse est tout aussi simple : si l'on a le sens du roman, on peut. Or, Richardson était avant tout un très grand conteur.
Si les premières lettres de Paméla à ses "très chers père et mère" font un peu du surplace, très vite, la machine s'accélère et les rebondissements se succèdent. L'histoire, pourtant, est très simple :
Enfant, Paméla Andrews, a été prise en affection par une femme de qualité qui s'est chargée de son éducation. Lorsque sa bienfaitrice meurt prématurément, Paméla a quinze ans et est d'une beauté exceptionnelle. le fils de sa maîtresse, Mr B. ..., se met en tête de la séduire. Pamela entend bien ne pas céder et réclame à cor et à cris d'être reconduite chez ses parents. Après de nombreuses tentatives avortées de la réduire à merci, le jeune homme feint de se résoudre à la laisser partir. Mais c'est en fait pour l'expédier dans l'une de ses maisons secondaires où il espère, par l'isolement et la compagnie d'une femme de charge qui tient plus de la maquerelle que de l'honnête ménagère, qu'elle finira par accepter le marché qu'il lui propose. Richardson n'étant pas Sade, il a prévu de faire intervenir dans l'intrigue ce minuscule grain de sable qu'est l'amour sincère lorsqu'il rejoint le désir et Mr B. ... et Paméla finiront par se séparer (provisoirement, car il y a une suite dont je ne dispose malheureusement pas) dans les meilleurs termes, chacun ayant compris qu'il aimait l'autre plus profondément qu'il ne le croyait.
Mr B. ... mériterait bien mieux qu'une simple initiale car son personnage qui, au départ, ne semble vouloir s'apparenter qu'au jouisseur-type nous révèle peu à peu des qualités d'intelligence et de ruse qui, on en convient très vite, n'ont d'égales que l'intelligence et la ruse de celle qu'il veut forcer. Car Paméla, bien qu'âgée de 15 ans seulement, fait montre d'un esprit et d'une maturité infiniment supérieures et, lorsque "son innocence", comme elle dit, est en jeu, elle sait très bien dissimuler.
Doit-on la croire quand elle s'auto-apitoie sur son terrible sort et qu'en elle en appelle à Dieu et aux psaumes ? Pour notre morale actuelle, tout cela est excessif et les passages où elle se manifeste de cette manière ont tout du pathos. Mais si l'on veut bien se reporter à l'époque à laquelle se déroulent les événements, on peut la croire sincère. Elle n'est en rien une opportuniste qui rêve de se faire épouser par celui qui la tourmente tant.
En revanche, le lecteur en arrive vite à penser que son créateur, Samuel Richardson, est bien plus roué qu'on ne l'a dit. Qu'il ait prétendu n'oeuvrer que pour le bien de la morale, il est permis d'en douter. le lecteur complice perçoit trop bien la jouissance qu'il goûte à aligner les machinations de Mr B. et à nous dépeindre la nasse se refermant sur la pauvre héroïne. Ainsi, trahie par le valet à qui elle confiait en un premier temps ses lettres pour ses parents, la malheureuse n'apprend qu'à la moitié du roman que le félon les remettait à son maître, lequel est ainsi aussi au courant des sentiments les plus intimes de la jeune fille. Si le viol physique n'est jamais consommé bien que Richardson nous en dépeigne deux tentatives (dont la dernière risque d'aboutir grâce à Mrs Jewkes, la femme de charge qui immobilise la jeune fille pour permettre à son maître de passer à l'acte), le viol moral, lui, est patent - et la victime, d'ailleurs, ne s'y trompe pas.
Tout bien considéré, la "Pamela" de Richardson présente déjà les meilleures ficelles de ces soap-operas auxquels la télévision nous a habitués. Il y a, en Mr B. ..., quelque chose de JR ou du beau Mason Capwell et, en Paméla, beaucoup de cette jeune femme interchangeable qui, tant dans "Dallas" que dans "Santa Barbara", tient le rôle de LA Victime masochiste qui aime et hait son bourreau. En ce sens, on peut dire que l'intrigue comme les personnages de "Pamela" sont sadiens avec cette différence que, si DAF, en osant toutes les transgressions, va jusqu'au bout de sa haine de la morale courante et de la religion, Richardson ne fait que suggérer au lecteur ce qui aurait pu être en égratignant au passage la noblesse et le clergé d'Angleterre.
Dans "Clarisse Harlowe", il ira plus loin mais au lieu d'en tirer gloire comme Sade, il noiera le tout dans un océan de lamentations sur le sort de sa nouvelle héroïne.
Quoi qu'il en soit, après la lecture de "Pamela", le doute n'est plus permis : Richardson et Sade sont bien de la même famille. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
allard95
  03 janvier 2016
"Pamela" ne peut être considérée que comme une curiosité: un livre publié en Angleterre en 1741, c'est-à-dire 10 ans après le Manon Lescaut de Prévost à la morale duquel Richardson prétend prendre le contrepied, et 6 ans avant Clarissa Harlowe, oeuvre épistolaire elle aussi - tout de même plus élaborée -. La description de la vertueuse et prudente Pamela, de sa compréhension des situations et des manoeuvres de son maître pervers (elle n'a que 15 ans au début du roman....), les lettres si délicates qu'elle adresse à ses parents: tout cela est précieux et excellent. Ce qui l'est moins, c'est la limite de la leçon de morale que veut donner l'auteur, mais il faut situer cela dans l'époque: comme dans Clarissa, l'homme est un agresseur sexuel sans retenue. Avec Clarissa, face aux résistances de la fille, il ira jusqu'au viol. Ici, malgré ses pièges, sa violence, et son hypocrisie, il devra se résoudre à changer de tactique. Jusqu'à s'adoucir et proposer un mariage légal..... L'aboutissement du roman n'est donc pas très plaisant: pour nous, la morale n'est pas sauve. Mais l'innocence et la vertu de Pamela le sont, selon les vues de l'époque, et c'est ce que Richardson prétend démontrer. Pour ceux qui n'auraient pas compris: Pamela n'est pas Manon Lescaut; ou bien: un romancier anglais a une morale bien différente de celle d'un romancier français. Cqfd. Nous n'étions qu'à la moitié du XVIII° siècle, le roman était un genre naissant. Ce qui suivra, en Angleterre, en France, et ailleurs, nous le connaissons aujourd'hui: une littérature multinationale merveilleuse et d'une richesse inouie, dont Manon Lescaut, Pamela et Clarissa n'étaient que des profils un peu brouillons; mais il fallait bien un commencement. Rendons-leur grâce , ainsi qu'à leur auteurs, pour cela!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
5Arabella
  14 août 2016
Paméla est une jeune fille de milieu modeste (mais nous n'apprendrons jamais vraiment ce que font ses parents). Elle a été prise à son service par une dame riche, dont elle est la femme de chambre. Mais la patronne de Paméla décède, et le fils de la bonne dame n'a d'autres idées pour notre Paméla que de lui manifester des bontés d'un tout autre genre. Mais Paméla a reçu une éducation qui lui fait placer sa vertu plus haut que l'argent, et elle saura résister à toutes les tentations, braver tous les dangers et tous les risques pour la conserver intacte. le jeune gentilhomme ne pourra parvenir à ses fins criminelles, même s'il a réussi à faire enlever Paméla.
C'est évidemment terriblement daté, on a du mal à comprendre que ce texte a pu avoir un succès immense. Néanmoins cela reste très lisible, même si c'est un petit peu long. Les longues tirades morales sont finalement assez drôles. Et puis je ne m'attendais pas à quelques scènes presque un peu leste, et un côté sado-maso dans les relations amoureuses, parce que plus le jeune seigneur se montre odieux et plus finalement il plaît à Paméla, même si cette attirance ne fait que d'avantage renforcer sa résistance. Une curiosité pour ceux qui s'intéressent au XVIII siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre