AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Amours fragiles tome 5 sur 7
EAN : 9782203012233
56 pages
Casterman (30/11/-1)
3.89/5   67 notes
Résumé :
Le Dernier Printemps est avant tout un roman d’amour. Martin Mahner, le héros, est un soldat de l’armée nazie posté dans le Sud de la France. Très vite on s’aperçoit qu’il est l’amant d’une “Française”, Catherine, venue s’installer en ex-zone libre avec son mari Xavier Gance, quelques années auparavant. Notre héros narre son histoire. Redémarrant sur un flash-back, le récit nous plante à Berlin, dans le décor sinistre de l’Allemagne de la crise et de la montée du na... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 67 notes
5
2 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

En 1990, un gars bien plus à gauche que certains ne voudraient le croire -ben oui, il a du succès, il vend des disques, ce n'est donc forcément pas un vrai progressiste- chantait ceci : « On saura jamais c'qu'on a vraiment dans nos ventres, caché derrière nos apparences. L'âme d'un brave, ou d'un complice ou d'un bourreau? Pour le pire ou le plus beau? Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau, s''il fallait plus que des mots? ». C'est, notamment, cette question qu'aborde la formidable série 'Amours fragiles', bande dessinée historique, certes, mais également délicat et sensible tableau psycho-sociologique d'une époque et surtout des acteurs qui la façonnent. Prédominent ici le cadre, les circonstances et l'approfondissement des personnages, là où d'autres oeuvres du même genre versent dans l'action à tout prix et se focalisent sur une violence parfois excessive. Suivre des parcours humains à priori insignifiants, et montrer -sans porter de jugement- comment le cours des événements influe sur les trajectoires individuelles, révèle les personnalités et, inversément, comment les décisions et les actions des citoyens ordinaires, aussi minimes paraissent-elles, entraînent d'autres citoyens à s'engager ou à se protéger à tout prix, voilà sans doute ce que, depuis son premier tome, la série de Beuriot et Richelle s'attache à démontrer. Des histoires dans L Histoire.

Intitulé 'Résistance', ce cinquième tome délaisse encore une fois le personnage central de la série, Martin Mahner, ce jeune allemand, rencontré pour la première fois en 1932, et qui nous fit, dans 'Le dernier printemps' (tome 1er) assister à la montée du nazisme avant de poursuivre ses études à Paris , où il retrouva Katarina, une jeune juive allemande dont il tomba amoureux ('Un été à Paris', tome 2) et d'être finalement incorporé dans la Wehrmacht. Depuis le troisième tome de la série ('Maria'), les auteurs s'attachent à pointer un aspect particulier du conflit en suivant le parcours d'amis ou de connaissances de Martin. Ainsi, dans 'Maria', nous avions suivi, au coeur de l'Allemagne nazie, les tentatives désespérées d'une poignée d'opposants à Hitler d'ouvrir les yeux de leurs compatriotes face aux exactions du pouvoir en place. le tome 4 quant à lui s'attachait à montrer comment, via un processus législatif d'une apparente légalité, le régime de Vichy avait véritablement servi la soupe à l'occupant allemand en lui permettant de réquisitionner des usines détenues par des juifs français. Nous y avions retrouvé le personnage de Katarina, qui donnait d'ailleurs son titre au volume et qui, grâce à ses relations avec Martin, avait réussi à éviter le pire à un membre de sa famille, trop confiant dans la détermination de l'état français à protéger ses ressortissants. Avec 'Résistance', c'est encore Katarina, devenue Catherine, que nous suivons. Désireuse de se rendre utile, elle quitte sa retraite trop dorée à son goût dans le midi de la France, pour rejoindre Lyon et apporter son aide aux mouvements de résistance qui s'y organisent. Au travers de ses tâches apparemment sans importance -secrétariat, relève des boîtes aux lettres clandestines- c'est au travail de fourmi qu'était réellement la résistance que nous assistons. Malgré elle, Catherine va se retrouver mêlée aux luttes fratricides entre les différents réseaux de résistance, aux bassesses et petites lâchetés que les luttes de pouvoir entraînent forcément. Trop occupés par ces conflits d'intérêts, certains de ses compagnons de lutte oublient qui est leur véritable ennemi et comment la plus petite de leurs erreurs peut entraîner de tragiques conséquences. Loin des coups d'éclats -évasions, sabotages- qu'ont pu nous montrer certaines oeuvres consacrées à la résistance, c'est bel et bien à ce qui se déroulait dans l'ombre que nous convient les auteurs. Au réalisme documenté du scénario de Richelle – dont l'intrigue est en partie inspirée de faits authentiques : l'arrestation de Jean Moulin à Lyon- répond celui, sans faille également, du dessin de Beuriot. Si certaines cases enneigées nous avaient marqués dans le précédent volume, d'autres, utilisant des paysages typiques et chaleureux du sud de la France, semblent y répondre ici, comme en contrepoint au drame qu'elles nous livrent pourtant. le soleil n'adoucit rien.

Commenter  J’apprécie          31

Richelle et Beuriot poursuivent leur cheminement dans la France occupée. Mahner est dans le sud et se désespère. Katarina est partie à Lyon. Elle veut prendre une part active et rentre dans la résistance.

Le titre du tome devrait être mis au pluriel... Les auteurs montrent en effet particulièrement bien comment les réseaux sont imbriqués les uns dans les autres et comment les haines et les ambitions des différents réseaux (et de leurs membres) gangrènent la résistance. Il y a des résistances. Les enjeux et les luttes de pouvoir entre la résistance et Londres sont également abordés. C'est un tome profondément humain, les auteurs faisant fort adéquatement ressortir les doutes et les désespoirs des résistants.

C'est un univers de mensonges et de faux-semblants dans lequel le lecteur doit plonger. Pas toujours évident. D'autant que les visages sont toujours le point faible du dessin. Les décors et les détails (voitures, coiffures, vêtements, etc.) sont par contre impeccables.

Tout tourne autour de Maxime, alias Jean Moulin, et des luttes entre réseaux. On comprend vite que dénoncer un réseau ou un membre d'un réseau, peut s'avérer fort utile afin de dégager de l'espace pour son propre réseau.

Les choses bougent aussi pour Mahner et son ami Franz, le front de l'Est est en péril et tous les soldats moins utiles en France sont susceptibles d'y être envoyés.

Un tome assez exigent. Beaucoup de noms, et de pseudonymes, à assimiler. Peu d'action. Mais un tome très bien documenté. Comme souvent. Une belle série.

Commenter  J’apprécie          60

*** Les grands noms de la résistance***

Un 5ème opus un poil moins attrayant que les autres tomes en ce qui me concerne. Je l'ai trouvé un peu flou, du coup, pour bien comprendre j'ai dû le lire deux fois ...

Comme son nom l'indique nous sommes en plein dans l'histoire complexe de la résistance, des résistants, de la division des mouvements intérieurs et extérieurs, rivalités, délations ...

Difficile à mon sens de parler de cette "grande guerre" dans la guerre en quelques images graphiques.

Katarina est partie à Lyon pour rejoindre ce groupe de résistants et fait la connaissance de personnages importants dont Maxime (qui incarne le personnage qui a été réel Jean Moulin).

Il faut laisser aux auteurs que le graphisme de ce tome 5 est beaucoup plus soigné que les tomes précédents.

L'aventure continue avec le tome 6 L'armée indigne.

A suivre ...

Commenter  J’apprécie          70

Une résistance sous haute tension

C'est à l'occasion de la lecture de ce 5ème tome que j'ai décidé de ressortir des étagères les volumes précédents. En effet, si encore une fois, nous n'échappons pas au saut temporel auxquels Beuriot et Richelle nous ont habitués, l'histoire principale qui se déroule en 1942 est un peu confuse.

Elle évoque les arcanes de la Résistance et fait ressurgir des personnages que nous avions délaissés depuis un moment. de ce point de vue, la lecture en continuité permet de resituer l'ensemble et redonne de la cohérence à ce dernier opus.

Pour le reste, le scénario expose d'une manière assez transparente, le drame de Calluire avec ses Nerval/Moulin et André-Louis/Hardy. Les auteurs donnent leur version (qui est tout de même la plus répandue), faisant un choix d'historien. le dessin reste vif et lisible et les cadrages sont souvent remarquables.

On retrouve, sous les réserves que j'évoquais plus haut, le talent de nos 2 compères et on ne leur en voudra donc pas trop de rallonger la sauce (tout laisse penser que la série aurait du comporter 4 tomes). Après tout, la période est riche et son traitement, pas si fréquent. On peut regretter aussi que la relation Martin/Katarina qui aurait du structurer la série, passe ainsi au second plan.

En compensation, ce tome offre des moments "réjouissants". Une lecture attentive vous fera même découvrir un détail assez croustillant : André-Louis qui vient de changer d'identité possède également un agenda de personnalités vichystes ou collaboratrices notoires. Si vous vous y penchez, vous verrez apparaître un certain François Metterrondois habitant à Vichy...Ecrit tel quel, Google fait lui même la traduction...

Bon allez, encore un 6ème alors...

Commenter  J’apprécie          10

Bouh lalalala ... pour quelqu'un comme moi (je le rappelle si vous avez loupé les épisodes précédents : j'ai vraiment du mal avec les dessins d'hommes dans cette série, la plupart ont des visages que je confonds ...Sans compter ma mémoire toute pourrie concernant les noms de famille... ) ce fut le tome de "oh purée c'est qui déjà eux, c'est qui déjà celui là, qui a trahi qui ?" .

Bref ça parle de résistance (merci le titre ... ) et on comprend que c'est pas simple :-)

Bon ... voilà... j'ai lu les 5 tomes que j'avais empruntés ... Si je trouve la suite à la médiathèque je me plongerai dans les tomes suivants (apparemment la série est "en cours" et elle est censée se clôturer au 10ème volume ... ) mais ce n'est pas un coup de coeur ... Ni au niveau des dessins, ni au niveau des personnages... Après le côté historique est intéressant (je le répète dans chaque critique que je poste pour cette série, certes, mais bon ... c'est pas faux :-))

EDIT : je viens de lire les critiques postées par d'autres lecteurs/trices et donc "merci tout le monde" car après avoir lu vos avis/commentaires à propos de ce volume je comprends mieux certains points (Comme je l'ai dit dans ma critique du Tome1: j'ai une culture lamentable sur le plan historique et j'apprends par exemple en vous lisant qu'on peut faire le parallèle entre le Maxime de la BD et Jean Moulin ... et d'autres petits détails de ce genre ...).

Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
ActuaBD
30 décembre 2011
La série "Amours fragiles" de Beuriot & Richelle raconte l’époque du nazisme avec une densité psychologique particulièrement remarquable. Il faut lire cette excellente série, dont la qualité n’est jamais prise en défaut, comme le prouve ce cinquième épisode.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario
25 octobre 2011
Le récit est [...] toujours efficace. Il se laisse dévorer de bout en bout, même s’il faut avouer qu’il a des allures de déjà vu. Les coulisses de la Résistance ont fait l’objet de tant de livres ou de films qu’il n’est pas évident de se renouveler.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation

C'est dangereux... Regarde -moi: La gestapo me recherche... Et mes camarades me prennent pour un traître...

Notre combat est vain... Nous gênons Londres. Pourquoi crois-tu qu'ils refusent de nous donner les armes que nous réclamons? Parce qu'ils craignent que nous ne nous en servions à tort et à travers, ce qui inciterait Hitler à grossir ses armées en France...

... Et compliquerait singulièrement les opérations de débarquement.

Les alliés n'ont pas besoin de nous pour gagner la guerre. S'imaginer le contraire s'assimile à de la bêtise, ou à de la fatuité... Risquer sa vie pour une cause inutile: Est-ce que le jeu en vaut la chandelle?

(p.45)

Commenter  J’apprécie          10

Tu sais l'ambition et le gout du pouvoir corrompent l'être humain. Ils peuvent l'amener à trahir ses idées, ses amitiés. C'est ainsi depuis que le monde existe...

Commenter  J’apprécie          30

Tu sais l'ambition et le goût du pouvoir corrompent l'être humain. Ils peuvent l'amener à trahir ses idées, ses amitiés. C'est ainsi depuis que le monde existe...

(p.44)

Commenter  J’apprécie          10

Vous êtes un terroriste...

(p.23)

Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Philippe Richelle (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Richelle
Affaire d'état : « affaire politique qui implique des membres du gouvernement d'un État ou de plusieurs États ». Elles foisonnent, aucun pays n'y échappe et pourtant elles sont régulièrement occultées. S'inspirant librement de la réalité des faits, Philippe Richelle se propose de revisiter dans Affaires d'États, trois événements qui ont ébranlé l'État français dans les années 60, 70 et 80. Chacune de ces décennies aura le droit à un cycle indépendant – composé de quatre tomes – qui sera mis en images par un dessinateur différent : Régis Penet pour Guerre froide, Pierre Wachs pour Extrême droite et Alfio Buscaglia pour Jihad. Une série-concept ambitieuse de polars historiques et d'espionnage soutenue par une publication exceptionnelle puisque les trois premiers tomes sortiront le même jour.
Disponible en librairie !
Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/GlenatBD/ Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/GlenatBD
#affairesdetat #bd #glenat
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1070 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre