AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266320719
304 pages
Pocket Jeunesse (12/01/2023)
3.45/5   120 notes
Résumé :
Jade, dix-neuf ans, emménage à Paris pour réaliser son rêve : travailler en parfumerie.
Loin de sa Bretagne natale et de sa grand-mère, elle découvre la vie d'adulte, les plaisirs qu'offre la capitale, ses dangers, ses odeurs suaves ou répugnantes. Lors d'une soirée, elle s'éprend de Victor, alias Domino. Entre ce garçon, qui voit le monde en noir et blanc, et Jade, dont les sens se mélangent, c'est le coup de foudre. Mais Victor est lunatique, et cet amour v... >Voir plus
Que lire après SillageVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 120 notes
Jade a quitté sa grand-mère en Bretagne chez qui elle a grandi pour s'installer à Paris afin de travailler dans la parfumerie. Elle est recrutée dans la chaîne de parfumerie, Alice Caprices. Grâce à sa collègue Sibylle, elle rencontre un jeune étudiant en philosophie, Victor, dont elle tombe amoureuse. Elle rencontre aussi Bastien, un jeune libraire gay victime de l'homophobie de ses parents et Lou, une jeune femme avec qui elle entretient une tendre amitié. Bientôt, elle rencontre enfin un grand parfumeur, Zacharie Mignard qui a fondé sa marque À fleur de ciel avec trois parfums emblématiques, Ivresse, Émulsion et Rêverie. Celui-ci la recrute et lui donne carte blanche.


"Joanne Richoux est née en 1990, en région parisienne. Elle a grandi dans la campagne auvergnate puis a suivi des études de psychologie à Grenoble. Aujourd'hui, elle vit en Bretagne, où elle se consacre à l'écriture. Elle est l'autrice de plusieurs romans pour adolescents chez Actes Sud junior, Gulf Stream ou Sarbacane, notamment Les Collisions, PLS, Virgile & Bloom, et Désaccordée. En 2022, elle publie son premier roman à destination d'un public adulte, La Peau des filles, aux éditions Actes Sud." source : éditeur


Joanne Richoux commence sa carrière chez Hugues Facorat en 2014 avec Nouvelles sous antalgiques puis elle publie successivement chez Sarbacane Marquise en 2017, Les collisions en 2018 - adaptation moderne des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos -, Toffee Darling en 2019 - road-trip dans les États-Unis des années 1960 - ; elle publie aussi chez Gulfstream Désaccordée en 2019, Orageuse en 2020, et chez Actes sud junior PLS en 2020, T'as vrillé en 2021, Virgile & Bloom en 2021, La peau des filles en 2022.


Joanne Richoux propose un nouveau texte, semble-t-il, très personnel à la fois sur la création et sur la dépression ou les troubles de l'humeur. Elle met en scène une jeune provinciale qui s'installe à Paris pour pouvoir exercer son métier de parfumeur ; l'héroïne découvre la vie parisienne et tombe amoureuse, elle va surtout pouvoir développer son talent grâce à la confiance d'un artiste de la parfumerie et s'affranchir de toutes les règles.
Joanne Richoux offre ainsi une variation sur le parfum de Patrick Süskind cité plusieurs fois dans le roman. Elle s'attache au portrait des mouvements de l'âme de l'héroïne avec ses accès de dépression, son obsession pour la mort et le putride et l'autrice livre quelques références à Charles Baudelaire. Il y a une recherche littéraire évidente et cette volonté d'oeuvre littéraire de poétesse maudite domine toute l'intrigue, lente et la lecture peut en paraître fastidieuse sur un segment Young Adult soucieux justement du rythme de l'intrigue romanesque. Nous comprenons le parallèle entre le petit monde de la parfumerie décrit dans le roman avec ses soirées parisiennes et le monde de l'édition connu par l'autrice ; elle interroge le monde de l'édition entre la production commerciale et la création littéraire. Il s'agit donc d'une oeuvre originale mais celle-ci trouvera difficilement son public.
Commenter  J’apprécie          130
Bilan lecture en demi-teinte, je dois dire que je ne sais pas trop quoi en penser.

Commençons par ce qui a été le plus problématique pour moi, l'écriture. Elle est très désagréable, que ce soit par sa narration ou le vocabulaire. En ce qui concerne la narration, elle est plutôt détachée et froide, j'en ai eu du mal à m'attacher aux personnages. de plus, on suit l'histoire du point de vue de Jade dont la santé mentale vacille peu à peu, on se retrouve alors jeté dans ses pensées, qui sonnent fantasmagoriques, décousues. Ça a eu le don de me perdre à plusieurs reprises. Pour ce qui est du vocabulaire, l'autrice adopte une écriture brute et faussement jeune, qui est décalé, c'est « trop ». Ça me sortait de l'histoire, la vulgarité et ce ton forcé me révulsaient. D'autant plus qu'on est dans la caricature des jeunes, ils ne parlent pas de cette façon et heureusement. J'ai vraiment détesté ce style, je doutais même de pouvoir continuer. le rythme était également très étrange, parfois haché et plat, ce n'était pas évident de plonger dedans.

Mais là est tout mon désarroi, l'ambiance de l'histoire a su capter mon attention et je me trouvais incapable de lâcher ce livre à la fois insaisissable et troublant. J'ai aimé suivre Jade dans son obsession et ses dérives, ignorant où tout cela allait mener. La santé mentale est bien traitée, on voit l'impact des angoisses et des personnes qui gravitent autour de Jade, jeune fille très sensible et fragile. J'ai trouvé certains passages poignants notamment sur le deuil et les désillusions relationnelles. A ce propos, l'autrice ne se montre pas moralisatrice, elle se contente de pointer des aspects et phénomènes de société à travers la descente aux enfers de Jade, ou encore par les troubles anxieux ou d'attachement que l'on trouve aussi chez ses personnages secondaires. Elle ne condamne rien, elle nous laisse le soin d'y réfléchir, et ça a plutôt bien fonctionné pour moi car « Sillage » a hanté mon esprit quelques jours après ma lecture. Et pour finir, j'ai été agréablement surprise par cette fin bouleversante ! Je n'avais pas imaginé la tournure que prendraient les évènements.

Pour conclure, je ne saurais dire si j'ai aimé ou pas ce livre, il laisse un étrange sentiment une fois la dernière page tournée. Il y avait de bonnes idées, des personnages originaux couplés d'une bonne intrigue, mais une exécution qui n'a pas su me convaincre. Si la plume avait été différente ça aurait changé mon avis, c'est d'ailleurs dommage avec toutes les références de chefs d'oeuvres qu'elle fait : du parfum de Patrick Süskind à Baudelaire, ça aurait pu être une véritable claque.
Commenter  J’apprécie          134
J'ai été tentée de lire ce roman car la superbe chronique de @Amy_ m'avait sincèrement intriguée. Je peux le dire maintenant, je rejoins totalement son avis en demi-teinte, et c'est même encore en dessous pour moi...

Je ne souhaite pas rédiger de résumé, simplement exprimer ''brièvement'' mon ressenti. Je n'ai pas particulièrement envie de développer, je suis navrée... Mais il me faut extérioriser afin de penser à autre chose.

• Je vais commencer par ce que j'ai aimé :
- le monde du parfum : personnellement ça me fascine. Certaines descriptions m'ont été agréables.
- Aussi, je reconnais le côté envoûtant du récit qui nous appel à enchaîner les chapitres et à connaître la fin.
- le fait qu'on parle d'anxiété, d'angoisses, de santé mentale : ce sont des sujets importants et beaucoup d'entre nous peuvent se sentir concerné(e)s.

Mais malheureusement, la façon dont ces thèmes ont été traités et la direction prise par l'histoire ne m'a pas plu du tout... Il faut savoir que je n'ai pas lu le roman de Patrick Süskind, « le parfum ». Il semblerait que « Sillage » en soit inspiré. J'ai donc été complètement surprise par le revirement de situation qui m'a, il faut le dire, répugnée... ^^'

Je n'ai donc pas apprécié :
- le récit dans sa globalité et particulièrement la tournure des évènements comme dit précédemment. Je n'ai pas aimé lire la façon dont Jade, le personnage principal, pète un câble. Certains passages m'étaient malaisants.
- Autre point important qui m'a déroutée, est la façon dont c'était écrit et les mots utilisés. La plume de l'auteure m'a semblé froide, tranchante, parfois... décousue ? Sans oublier le langage très familier du style ''OKLM'', ''Balek'' par exemple, qui me sortait totalement de ma lecture.
- Pour finir, si j'ai aimé certaines descriptions parfumées comme dit plus haut, d'autres odeurs m'ont répugnées - au risque de me répéter - et certaines images m'ont dégoûtées. Vraiment. Comme je le dis toujours, il faut savoir que je suis très sensible... Et les odeurs, la putréfaction entre autres, ont un fort impact sur moi, même en les lisant.

• Pour conclure... Si d'ordinaire je dis que je suis passée à côté d'un livre pour justifier mon avis, ici, sans tourner autour du pot : « Sillage » m'a déplu. Je ne suis clairement pas le public visé mais au vu de cette jolie couverture, je ne m'en serais pas doutée (oui je sais, il ne faut pas se fier à cela, haha...). Il va me falloir un peu de temps pour passer à autre chose, car qu'on le veuille ou non, cette lecture - selon moi - ne laisse pas indifférent. C'est le genre de parfum qui colle à la peau et aux vêtements...

(Il va de soit qu'il s'agit ici de mon ressenti personnel et je vous enjoigne vivement à vous faire votre propre avis si ce roman vous tente. Certaines chroniques étaient très positives !)
Commenter  J’apprécie          95
Jade a quitté sa Bretagne et sa mamie adorée pour venir s'installer à Paris. Elle veut travailler dans le monde de la parfumerie. Jade est sensible aux odeurs et possède un don rare pour les identifier et les manier.
Elle trouve une place chez Alice Caprices, une grande enseigne qui vend des parfums calibrés, sucrés, standardisés.
Loin de ses propres attentes, cela reste une première expérience et puis, elle doit payer son loyer. Là-bas, elle rencontre Sibylle et puis Victor. C'est le coup de foudre. Mais Victor est quelqu'un de compliqué. La relation qu'ils entament est passionnelle puis obsessionnelle.
En parallèle, Jade tente de s'adapter, de combattre ses démons. Quand une porte s'ouvre dans le monde de la parfumerie, d'autres se ferment, plongeant Jade dans un trouble de plus en plus inquiétant.

Sillage c'est le roman de la noirceur, des odeurs, de la libération dans la douleur et le mal. 
Sillage s'inspire d'un grand roman le parfum (sous-titré Histoire d'un meurtrier) écrit par l'auteur allemand Patrick Süskind et paru en France en 1986. L'action de ce texte se situe d'ailleurs majoritairement à Paris. C'est déjà devenu un classique qui a été librement adapté au cinéma et en série.

Sillage n'est pas une pâle copie du roman de Süskind. Il y a des allusions précises, des clins d'oeil et on ne peut s'empêcher d'y penser en découvrant l'histoire de Jade, l'héroïne. Mais Sillage, porté par l'écriture de Joanne Richoux, incarné par ses intenses personnages, sublimé par sa façon de voir le monde et de le sentir, est vraiment unique et original. 
Et puis Sillage, je le disais à la principale intéressée il y a peu, c'est un roman que j'aurais aimé lire ado. Parce qu'il évoque avec une sensibilité, une justesse folles les écueils de la vie. Il est puissant et authentique.

Sillage, c'est une histoire d'amour magnifique et terrible, destructrice et passionnelle. C'est d'un romantisme fou. 
Si Sillage parle de l'amour impossible, c'est aussi un roman sur la recherche du bonheur mais aussi la difficulté à trouver sa place dans une société sans repère, la poursuite de ses rêves sans se perdre et la quête d'un équilibre compliqué à trouver et surtout à maintenir. Sillage parle aussi et surtout de la mort qui, si elle nous laisse parfois du répit, reste toujours à proximité.
Sillage est un sublime tableau olfactif et sensoriel qui s'obscurcit au fil des pages.
On y croise des personnages criants de vérité dans leurs failles et leurs faiblesses. Car Joanne Richoux sait très bien faire ça aussi, saisir et montrer ce qui agite les esprits, dépeindre les relations qui nous lient ou nous brisent.
On découvre aussi l'univers du parfum. Joanne Richoux, à travers le parcours de Jade, nous permet d'entrer dans les coulisses du monde de la parfumerie grand public mais aussi plus artisanale. On y apprend beaucoup de choses sur l'histoire de ce milieu passionnant. Comme dans beaucoup de ses textes, elle insère des éléments historiques dans son récit avec subtilité.
Lien : https://www.hashtagceline.co..
Commenter  J’apprécie          100
Et hop là, Dame Richoux envoie une nouvelle poudrée de son encre torréfiée de magie, à faire papillonner les yeux, retenir son souffle, frissonner le coeur d'émotions et de sensations renversantes. Encore une fois, je ressors d'une de ses histoires admirative et émerveillée par ces personnages qu'elle nous fait rencontrer, d'une profondeur les rendant réels comme s'ils étaient là, à nos côtés, devant nos yeux à vivre ce qu'ils ont à vivre…

Mon avis ne dira rien de nouveau par rapport aux coups de coeur déjà partagés, mais allez, je lance mes mots enchantés sur la toile, et qu'advienne que pourra !

Dans Sillage, on fait la connaissance de Jade qui vient d'arriver sur Paris pour donner vie à son rêve : travailler en parfumerie voire créer ses propres parfums. Elle a quitté sa douce grand-mère et sa Bretagne adorée pour découvrir la ville, le monde, se consacrer à des expériences encore inexplorées. Elle tombe amoureuse d'un garçon versatile, relation passionnelle, charmante pour quelques temps jusqu'à devenir déchirante aux effluves toxiques enivrantes. Heureusement, elle noue des amitiés qui font chaud au coeur notamment avec Bastien et Lou. Puis, elle croise Zacharie Mignard, un parfumeur reconnu pour ses senteurs originales et excentriques, qui va la prendre sous son aile pour en faire son apprentie. Peu à peu, Jade plonge dans une obsession ultime : créer le parfum de ses rêves en captant sur son passage les effluves qui la bouleversent…

Après une réécriture contemporaine et brillante de Les Liaisons dangereuses avec Les collisions, Joanne Richoux s'inspire du fameux livre le Parfum de Patrick Süskind pour offrir Sillage. Elle réussit avec brio à proposer un nouveau récit tout en semant quelques traînées d'idées de l'oeuvre mère. Je ne cesse d'être impressionnée par ses créations, les références culturelles soigneusement glissées, directes ou indirectes. Les thèmes abordés ne sont pas toujours les plus communs en littérature alors que certains sujets nous accompagnent au quotidien, et ça fait plaisir de lire tout ça.

Jade est une jeune fille qui sort de l'adolescence pour rentrer dans la vie d'adulte et tous les tracas (et joies aussi comme l'autonomie...) pouvant en découler. Elle doit apprivoiser un nouvel environnement loin de tout ce qu'elle connait et chérit. C'est l'apprentissage de soi, de la vie… La santé mentale et le rapport au corps occupent une place centrale à travers la solitude de Jade, le deuil, l'anxiété et l'obsession pour ne pas couler. Ses états d'âme sont décrits avec toute la sensibilité dont l'héroïne est imprégnée. le ton n'est jamais moralisateur ; les personnages de Joanne Richoux expérimentent, puis essaient de composer avec leurs émotions et les rencontres qui ont croisé leur chemin. On les suit durant une partie de leur traversée, à la recherche de réponses et finalement du bonheur en essayant de mieux se comprendre.

L'autrice franchit un cap avec Sillage dans son partage des odeurs, des goûts, des touchés, des bruits, de ce qu'effleure le regard. Un langage des sens, de la poésie mêlée à du familier, rien de plus envoûtant que ce mélange d'effluves emportant lae lecteurice aux côtés du protagoniste. J'avais l'impression d'être à Paris, d'être envahie par les mêmes arômes bouleversant Jade.

Petit aparté, mais j'ai adoré le clin d'oeil accordé à ses autres personnages de romans !

Pour conclure, j'ai une nouvelle fois été conquise par une histoire de Joanne Richoux qui a composé une éclatante partition de musique sensorielle sans fausse note. Mélodie aussi entraînante que magnétique, la relecture pourrait être multiple que le désintérêt ne pointerait jamais le bout de son museau.

Merci à Pkj et à Joanne Richoux pour cette belle lecture !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Ricochet
27 février 2023
Très librement inspiré du Parfum de Süskind [...], Sillage démarre comme un roman d’apprentissage classique, avec un narrateur omniscient presque compatissant pour la jeune provinciale victime du mauvais garçon parisien. [...] Surprenant, violent, volontairement lacunaire, l’ouvrage interpelle autant qu’il flatte.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Ça me chamboule d'être avec : je la connais pas. Est-ce qu'on a des points communs ? Elle est abîmée. Peut-être que c'est mauvais ? Que je devrais fréquenter des meufs équilibrées ? Moi, on me parle et j'éponge les peines. Je suis un garçon buvard. Du coup, agoraphobie pendant six mois. Le lycée par correspondance, on adore. C'est ma génération. On est pessimistes, flippés. Les adultes nous le reprochent. Sauf que depuis des années, les événements nous prouvent qu'on a raison de flipper. Du style pandémies, violences, climat, guerres, lointaines ou pas, extinction de la biosphère, crises, crises, crises. Du style marcher dans du goudron en gelée et des abeilles qui agonisent. Je soupçonnais que le monde était dangereux. On me l'a répété et martelé. J'ai archivé l'info. pg 249
Commenter  J’apprécie          50
Chez les parfumeurs, il existe deux espèces. Les techniciens, qui ont un talent relatif et le mettent au service de l'industrie. Et les créateurs. Eux ne se soumettent qu'à leurs élans, leurs névroses. Sans doute ont-ils l'ambition vaniteuse de dresser une œuvre ?
Commenter  J’apprécie          80
Il neigeait sur Paris; une valse de flocons argentés. En sept semaines, Jade et Victor ne s'étaient presque pas quittés. Quand elle bossait, il rentrait chez lui, se douchait, sélectionnait des habits propres. Puis il attendait devant Alice Caprices. Victor étudiait la philosophie à la Sorbonne, deuxième année. Manifestement, il ne glandait rien. Studette dans le 3ème arrondissement, parents en banlieue. Victor gribouillait au fusain.
Commenter  J’apprécie          30
On est pessimistes, flippés. Les d’aulnes nous le reprochent. Sauf que depuis des années, les événements nous prouvent qu’on a raison de flipper. Du style pandémies, restrictions, climat, pénuries, guerres, lointaines ou pas, extinction de la biosphère, milliardaire sociopathes, crises, crises, crises. Du style marcher dans du goudron en gelée et des abeilles qui agonisent. Je soupçonnais que le monde était dangereux. On me l’a répété et martelé. J’ai archivé l’info.
Pourquoi t’envisages automatiquement le pire, Tim ?
Qui m’a offert la possibilité d’envisager le meilleur ?
Commenter  J’apprécie          20
Quand on est inspiré, on n’a pas le temps d’être poli. L’impolitesse est le moteur de
la création. Sers-toi de ça pour Sillage, tu en feras un chef- d’œuvre.
Jade s’humecta les lèvres.
— Ça justifie tout, selon vous, la création ?
— Disons que ça autorise quelques dérives.
— La violence ?
— Bien sûr.
Dans le cœur de Jade, la foi jaillit.
— Vous me le jurez ?
— Je te le jure. Fonce, ma chère apprentie.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Joanne Richoux (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joanne Richoux
Bloom, c'est moi, étudiante en psycho, cinglée probable. Virgile, c'est mon prof de violoncelle. Il a presque trois siècles, il est sexy et dépressif. Problème : la mélancolie fait geler le sang des vampires, ce qui les tue. Donc je vais voler la voiture de ma soeur pour l'emmener à Brocéliande. Il paraît que là-bas une communauté de monstres s'ébat joyeusement sous terre. Est-ce que je me lance dans ce voyage parce que la fin du monde approche ? Parce que je n'ai rien à perdre ? Ou à cause de la longueur de ses cils ? Aucune idée. En tout cas, ça sent le plan foireux.
Une romance sensuelle, déjantée, à l'énergie rock. De Joanne Richoux ACTES SUD roman ADO, août 2021
+ Lire la suite
autres livres classés : parfumerieVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (227) Voir plus



Quiz Voir plus

Avez-vous vraiment lu les collisions ?

Quel est le livre qui a inspiré cette histoire ?

les saisons dangereuses
les liaisons amoureuse
les liaisons dangereuses

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Les collisions de Joanne RichouxCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..