AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020299725
424 pages
Éditeur : Seuil (03/09/1996)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Trois visées philosophiques traversent cette suite d'études. Selon la première, est cherché pour le soi un statut qui échappe aux alternances d'exaltation et de déchéance qui affectent les philosophies du sujet en première personne : dire soi n'est pas dire je. Tenu pour le réfléchi de toutes les personnes grammaticales - comme dans l'expression : le souci de soi -, le soi requiert le détour d'analyses qui amènent à articuler diversement la question qui ? Qui est le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Enroute
  13 octobre 2017
Soi-même comme un autre ou la réflexion (soi-même) sur l'ispéité (soi) et l'altérité (comme un autre). Pour aborder ce qu'est le soi, Ricœur se demande en dix études qui parle, qui agit, qui se raconte et qui est le sujet moral d'imputation. La notion de "corps propre" est au cœur des éléments de réponse apportés.
Comme toujours chez Ricœur, c'est très dense, très subtil et passionnant.
Commenter  J’apprécie          50
enzo92320
  28 janvier 2020
Particulièrement complexe à lire. Je pense qu'il faut une formation solide en philosophie.
Mais ça m'a quand même donné envie d'y arriver un jour, le sujet est passionnant !
Commenter  J’apprécie          20
jironepalia
  28 août 2014
Livre de synthèse de la pensée de Ricoeur . Chrétien philosophe
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   01 juin 2015
Le bonheur est, en quelque sorte, ce qui met un point d’arrêt à la fuite en avant du désir.
Commenter  J’apprécie          330
EnrouteEnroute   13 octobre 2017
La lecture, loin d'être une imitation paresseuse, est, au meilleur d'elle-même, une lutte entre deux stratégies, la stratégie de séduction menée par l'auteur sous la guise d'un narrateur plus ou moins fiable, et avec la complicité de la "willing suspension of disbelief" (Coleridge) qui marque l'entrée en lecture, et la stratégie de suspicion menée par le lecteur vigilant, lequel n'ignore par que c'est lui qui porte le texte à la signifiance à la faveur de ses lacunes calculées ou non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PartempsPartemps   25 novembre 2020
le «je» perd définitivement toute détermination singulière en
devenant pensée, c'est-à-dire entendement. Il est vrai que cette
tendance qu'on peut dire épistémologisante (renforcée par le
développement fameux de la Seconde Méditation connu sous le nom
du « morceau de cire ») est tempérée par une tendance «
phénoménologisante », exprimée dans l'énumération qui préserve la
réelle variété intime de l'acte de penser: «Qu'est-ce qu'une chose qui
pense ? C'est-à-dire une chose qui doute, qui conçoit, qui affirme,
qui nie. qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi, et qui sent »
(ibid.). Cette énumération pose la question de l'identité du sujet,
mais en un tout autre sens que l'identité narrative d'une personne
concrète. Il ne peut s'agir que de l'identité en quelque sorte
ponctuelle, anhistorique, du «je » dans la diversité de ses opérations
; cette identité est celle d'un même qui échappe à l'alternative de la
permanence et du changement dans le temps, puisque le Cogilo est
instantané
.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   25 novembre 2020
1. Le lecteur accoutumé au Discours de la méthode peut s'étonner de ne pas
trouver ici la formule fameuse : Cogito ergo sum. Elle est pourtant implicite à la
formule : «je doute, je suis». De plusieurs manières : d'abord douter, c'est pen
ser ; ensuite, le « je suis » est relié au doute par un « donc », renforcé par toutes les
raisons de douter, si bien qu'il faut lire : « Pour douter, il faut être. » Enfin, la pre
mière certitude n'est pas de l'ordre du sentiment, c'est une proposition : « De
sorte qu'après y avoir bien pensé et avoir soigneusement examiné toutes choses,
enfin il faut conclure et tenir pour constant que cette proposition : Je suis, j'existe,
est nécessairement vraie toutes les fois que je la prononce ou que je la conçois en
mon esprit»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   25 novembre 2020
Le Cogito n'a aucune signification philosophique forte, si sa
position n'est pas habitée par une ambition de fondation dernière.
ultime. Or, cette ambition est responsable de la formidable
oscillation sous l'effet de laquelle le «je» du «je pense» paraît tour à
tour exalté hors de toute mesure au rang de première vérité, et
rabaissé au rang d'illusion majeure. S'il est vrai que cette ambition
de fondation dernière s'est radicalisée de Descartes à Kant. puis de
Kant à Fichte, enfin au Husserl des Méditations cartésiennes, il
nous a paru néanmoins suffisant de la pointer à son lieu de
naissance, chez Descartes lui-même, dont la philosophie atteste que
la crise du Cogito est contemporaine de la position du Cogito.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Paul Ricoeur (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Ricoeur
« Personne ne soupçonne l'existence des Murs Blancs. Pourtant cette propriété a marqué l'histoire intellectuelle du XXème siècle. Elle a été aussi le lieu, où enfants, nous passions nos dimanche après-midi : la maison de nos grands-parents… Après la guerre, ce magnifique parc aux arbres centenaires niché dans le vieux Châtenay-Malabry, est choisi par le philosophe Emmanuel Mounier, pour y vivre en communauté avec les collaborateurs de la revue qu'il a fondé : Esprit. Quatre intellectuels, chrétiens de gauche et anciens résistants, comme lui, Henri-Irénée Marrou, Jean Baboulène, Paul Fraisse, Jean-Marie Domenach, le suivent avec leurs familles dans cette aventure. Ils sont bientôt rejoints par Paul Ricoeur. Pendant cinquante ans, les Murs Blancs sont le quartier général de leurs combats, dont la revue Esprit est le porte-voix : la guerre d'Algérie et la décolonisation, la lutte contre le totalitarisme communiste, la construction de l'Europe. Et bien sûr, Mai 68... Une vingtaine d'enfants, dont notre père, y sont élevés en collectivité. Malheureusement, les jalousies et les difficultés nourries par le quotidien de la vie en communauté y deviennent de plus en plus pesantes… Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles cette histoire est tombée dans l'oubli, et que personne n'avait pris la peine de nous la raconter jusqu'alors. Pourtant, beaucoup d'intellectuels, d'artistes et d'hommes politiques y ont fait leurs armes : Jacques Julliard, Jean Lebrun, Ivan Illich, Chris Marker, Jacques Delors et aussi… Emmanuel Macron. C'est grâce à leurs récits et confessions que nous avons pu renouer avec notre histoire : transformer un idéal difficile en récit familial et politique. » L. et H. Domenach
+ Lire la suite
>Philosophie et théorie>Systèmes, écoles>Systèmes psychanalitiques (329)
autres livres classés : identitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
350 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre