AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020063654
Éditeur : Seuil (01/02/1983)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Temps et récit III remet en scène les trois protagonistes de Temps et récit I et II : l'historiographie, la théorie littéraire du récit de fiction et la phénoménologie du temps. Mais le débat se déplace cette fois du travail de configuration temporelle interne au récit, au pouvoir qu'a celui-ci de refigurer, autrement dit d'éclairer et de transformer, l'expérience quotidienne du temps.L'hypothèse mise à l'épreuve par la première section de ce livre est que la phénom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  09 novembre 2016
Pour ce troisième tome, Ricoeur passe la seconde. Opposant Aristote à Saint-Augustin (encore), puis Husserl à Kant, et Heidegger à lui-même, il conclut à l'impossibilité de décrire le temps d'une manière autre que sous la forme d'un entrecroisement entre le temps absolu ou cosmique, et le temps intime ou phénoménologique. Cette conclusion est un socle qui lui permet ensuite d'entrecroiser à son tour la théorie du récit historique et celui du récit de fiction pour démontrer que seul l'entrecroisement des formes de récit permet de représenter le temps. Cette partie présente donc Mimèsis III, la refiguration du récit.
Mais tandis que le récit historique a pour fonction de transcrire le temps humain sur le temps cosmique par l'intermédiaire de connecteurs dont le calendrier est le plus emblématique (qui est cosmique puisque basé sur les mouvements de la lune et du soleil et humain puisque découpé selon son rythme, ses rites et ayant pour point d'origine un moment qu'il a choisi), à l'inverse, le récit de fiction vise à rendre le temps unique sensible sous une forme phénoménologique.
Le récit historique est ainsi refiguré sous la forme du temps cosmique dont les traces, issus des documents des archives, sont les éléments saillants qui permettent à l'historien de développer sa narration. Ceux-ci ont le choix entre une refiguration sous la forme du Même (il faut repenser les événements et devenir ceux qui les ont produits), de l'Autre (il faut mettre en évidence ce qui nous sépare du monde décrit) et de l'Analogue (il faut faire comme si nous y étions). le travail de l'historien est un travail de fidélité et de dette à l'égard du passé.
De son côté, le récit de fiction déréalise l'histoire narrée dans un espace temporel reconstitué. le récit de fiction est refiguré par l'acte de lecture, qui achève l'oeuvre littéraire. Celle-ci se révèle en trois étapes. D'abord le combat du lecteur pour percevoir le sens et la cohérence de l'oeuvre, puis sa déception ou son agacement que l'oeuvre (littéraire donc de qualité...) diverge de ses attentes, et sa tentative de reconstituer par une participation active et une sollicitation de ses connaissances à reconstituer la cohérence du nouvel esthétisme inachevé du texte. Si cela marche, une illusion se produit et le lecteur est entraîné dans le monde du texte, sinon, il en reste à la porte. de même, il est possible de relire une oeuvre du passé en mesurant la part d'innovation et de transgression qu'elle comporte, par rapport à la part supposée ou réimaginée d'attendus de l'environnement dans lequel elle apparaît. le travail de l'auteur est la fidélité qu'il doit à la reconstitution de sa vision du monde, ce qui contraint ses possibilités d'écriture que l'on aurait pu considérer, puisqu'il s'agit d'histoires inventées, infinies. le mythe d'une réalité de l'histoire est donc aussi grand que celui de l'irréalité de la fiction, les deux tendant à dire "le vrai".
Ce qui rapproche les deux formes de récit est la part d'imagination : celle de l'historien à "rendre" l'histoire, celle du lecteur à ouvrir les possibilités de l'oeuvre. Egalement les emprunts d'un récit à l'autre : la fictionnalisation de l'histoire (il s'agit de faire illusion pour "rendre" l'histoire) et l'historicisation de la fiction (le lecteur et le narrateur ont passé un pacte équivalent à celui du lecteur et de l'auteur de récits historiques). Ensemble, ces deux formes de récits, et ensemble seulement, parviennent à rendre le temps humain.
Ricoeur achève son ouvrage par une réflexion sur l'herméneutique historique qui suppose de renoncer à considérer l'histoire comme une globalité temporelle à la mode "philosophie de l'histoire" de Hegel et d'envisager plutôt, avec les risques que cela comporte, une herméneutique de la conscience historique, comme capacité à réinventer le passé et à envisager l'avenir dans le présent historique, ceci comme une différence éternellement réévaluée entre l'espace d'expériences (du passé) et l'horizon d'attentes (de l'avenir). Notre époque se caractérisant par des horizons un peu trop grands (utopiques) et des espaces un peu réduits (non réévaluation du passé).
Ce qui est captivant dans la troisième partie de cet essai, c'est l'exposition des principes de fonctionnement de la production du récit historique et de celle du récit de fiction et la subtilité des arguments de Ricoeur à démontrer leur symétrie qui mène, certes, à des intentions différentes, mais selon des axes de production (restitution du temps, imagination, prétention à dire le monde) identiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
EnrouteEnroute   10 novembre 2016
Ce peut être la fonction de la littérature la plus corrosive de contribuer à faire apparaître un lecteur d'un nouveau genre, un lecteur lui-même "soupçonneux" parce que la lecture cesse d'être un voyage confiant en compagnie d'un narrateur digne de confiance, mais devient un combat avec l'auteur impliqué, un combat qui le reconduit à lui-même.
Commenter  J’apprécie          30
EnrouteEnroute   10 novembre 2016
Que quelque chose persiste en changeant, voilà ce que signifie durer.
Commenter  J’apprécie          150
EnrouteEnroute   10 novembre 2016
Déplorerions-nous la brièveté de la vie humaine, si elle ne se détachait sur le fond de l'immensité du temps ?
Commenter  J’apprécie          70
EnrouteEnroute   10 novembre 2016
Ce qui arrive est toujours autre chose que ce que nous avions attendu.
Commenter  J’apprécie          110
EnrouteEnroute   10 novembre 2016
"Un processus est engagé au terme duquel, inévitablement, le lecteur (le parfait lecteur) sera l'auteur du livre."

Michel Charles
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Paul Ricoeur (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Ricoeur
Itinéraire spirituel de Paul Ricoeur.
>Littérature : généralités>Biographie littéraire>Textes présentant des caractères particuliers (148)
autres livres classés : narrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre