AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Susanne Juul (Traducteur)Bernard Saint-Bonnet (Traducteur)
ISBN : 284720010X
Éditeur : Gaïa (05/11/2002)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Autour de l'an 1000, Leiv, un jeune Viking islandais, embarque sur un drakkar à destination du Groenland, bien résolu à venger la mort de son père. Mais la vie en a décidé autrement. C'est un tout autre voyage qu'il fera : celui de la tolérance, de l'amitié et de l'amour.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  26 août 2014
Il n'y a pas forcément besoin de mots pour traduire les émotions, parfois seuls les actes comptent, aussi est-ce pour cela que je n'ai ajouté aucune citation sur cet ouvrage car les actes parlent d'eux-mêmes. Leiv est un jeune islandais aveuglé par la rage de venger la mort de son père. Aussi décide-t-il d'embarquer clandestinement sur le drakkar de l'assassin de ce dernier, Thorstein, afin de pouvoir lui régler son compte une fois en mer...mais les événements qui vont se produire alors en ont décidé autrement. Les trois drakkars de Thorstein s'étant laissé prendre par les glaces polaires, Leiv débarquera alors sur une terre, pour lui jusqu'alors inconnue, le Groenland. Il y fera la connaissance de deux jeunes adolescents, comme lui, Narua et Apuluk qui le sauveront d'une mort certaines et réussiront à la faire accepter, non pas en tant qu'une redoutable créature venue d'on ne sait où mais en tant qu'être humain tout simplement !
Un ouvrage sur le respect, sur la tolérance et surtout sur l'acceptation de l'inconnu. En effet, si on apprend à découvrir celui-ci avec patience et sagesse, on peut parfois y découvrir bien des surprises ! A découvrir et à faire découvrir ! L'écriture est simple, fluide, les chapitres sont courts et cet ouvrage se laisse donc dévorer en un rien de temps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Kittiwake
  24 juin 2013
La (fausse) naïveté du style qui caractérise Jorn Riel est ici particulièrement justifiée puisque les héros de ce roman esquimau sont des enfants. Leiv est arrivé d'Islande sur un drakkar dans lequel il s'était embarqué pour venger le meurtre de son père. le chef d'équipage Thornfield, magnanime, lui propose d'attendre que ses bras aient atteint la taille des siens pour en découdre. C'est ainsi que Leiv se retrouve en terre Inuit. Avec un à priori négatif de la part des indigènes, car les Norrois se sont fait remarquer par leurs coutumes agressives lorsqu'ils ont abordé les terres gelées. Mais Apuluk et Natua sauront convaincre la tribu que Leiv est digne d'être un Être Humain, signification du mot Inuit.
Rencontres, voyages, retrouvailles, lutte contre les éléments et les animaux feront le menu de ce court roman, première partie d'une trilogie. C'est aussi l'occasion de traiter de l'esclavage, de la propriété, des rythmes de vie, du sens de la fête et de l'essence de Dieu.
A la fois récit de voyage (celui de Leiv) et conte philosophique (mais le récit de voyage n'est-il pas en soi une incitation a la réflexion philosophique?) le garçon qui voulait devenir un Etre Humain est une lecture facile et agréable, où l'on retrouve la patte humoristique et didactique de Jorn Riel. A mettre entre toutes les mains.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
emi13
  19 janvier 2014
Le garçon qui voulait devenir un être humain, raconte l'histoire d'un jeune viking Leiv qui veut venger l'assassinat de son père. Pour ce faire il embarque clandestinement sur un drakkar pour pouvoir rejoindre le Groenland, se pays de glace et de désert ou les habitants sont tellement différent de lui. Il trouvera l'amour d'une jeune Inuit .
Commenter  J’apprécie          210
Asterios
  19 mars 2018
Vers l'an 1000, Leiv un jeune Viking suit Thorstein un homme banni de l'Island vers le Groenland pour avoir tué le père de Leiv. Dans l'espoir de se venger il embarque donc à bord du bateau qui finira par couler non loin des rivages du Groenland.
Il est recueilli par des Inuits dont 2 autres enfants avec qui il se lie d'amitié et qui l'accompagneront pendant tout le roman, persuadé que personne de son peuple n'a survécu au naufrage.
Il se trompe et se retrouve de nouveau face à Thorstein, mais les évènements vont finir par lier les hommes plutôt que de les laisser s'enliser dans la vengeance.
Ce livre évoque donc la rencontre entre deux peuples qui malgré leurs différences et leurs préjugés vont trouver dans l'entraide la capacité à s'accepter, se respecter et même à s'admirer mutuellement.
Le livre est riche en descriptions de croyances et de rites inuites et nous plonge avec entrain dans les aventures des 4 adolescents qui les mèneront dans les confins du Groenland.
Commenter  J’apprécie          120
ManouB
  17 mai 2018
La vie de Leiv bascule lorsqu'il apprend qu'un voisin vient de tuer son père. Thorstein, le coupable est obligé de quitter l'Islande pour trois longues années d'exil et de mettre le cap sur le Groenland. C'était ainsi chez les Vikings...
Leiv, du haut de ses 12 ans veut (et doit) venger son père. Il embarque en cachette sur le Drakkar. Découvert par les hommes d'équipage, il devra faire un étrange marché avec Thorstein : rester avec lui jusqu'à ce que ses bras deviennent aussi longs que les siens...alors seulement la vengeance pourra avoir lieu car elle sera honnête entre deux personnes de force égale.
Leiv accepte... mais quelques temps après, une terrible tempête survient et le bateau est broyé par les glaces. Leiv survit en s'accrochant à une poutre et arrive à atteindre la côte du Groenland sain et sauf.
C'est là que Narua et Apuluk, deux enfants inuits, le découvrent quasiment inanimé.
Ils décident de l'aider et de le cacher quelques temps avant de le présenter à la tribu...
Leiv va alors partager la vie de la tribu Inuit, sa langue, ses coutumes, sa philosophie de vie et ses traditions. Il s'adapte peu à peu à sa nouvelle vie, une vie emplie d'aventures qu'il partage avec ses nouveaux amis. Il apprend à chasser et à se préserver du froid et des dangers.
Il découvre les valeurs d'entraide, de non-violence, d'amitié de ce peuple doux et pacifique qui ne connaît ni l'envie, ni la jalousie...ni la valeur de l'argent et ses conséquences.
Au fil du temps qui passe, il va peu à peu renoncer à sa vengeance.
Il veut désormais devenir "un être humain"...un véritable Inuit donc !
Voilà un album grand format magnifiquement mis en images qui nous fait découvrir la vie de ce peuple doux et pacifique. Les illustrations sont si réalistes qu'elles facilitent la compréhension du texte.
C'est une belle façon de faire entrer les enfants dans les coutumes d'un autre peuple et les jolies légendes du Grand Nord...
Ils découvriront un conte humaniste où ils croiseront émotion, aventure et amitié.
Il est le premier d'une trilogie qui reprend le texte intégral du roman.
A lire seul à partir de 9-10 ans dans la version illustrée...

Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (2)
Lecturejeune   01 mars 2006
Lecture jeune, n°117 - Ce très bel album permet aux plus jeunes de découvrir ce conte qui redonne confiance en l’homme. Les superbes illustrations donnent à voir, à sentir les espaces infinis, hostiles et enneigés du Groenland et la chaleur du peuple inuit. Odile Mestrallet
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Lecturejeune   01 mars 2006
Lecture jeune, n°117 - En l’an mil, Leiv, jeune islandais, embarque en cachette à bord d’un drakar qui met le cap sur le Groenland. Il veut venger son père assassiné par le capitaine du navire. A la suite d’un naufrage, Leiv est recueilli par deux enfants inuits de son âge. Ils le cachent et lui apprennent leur langue et leurs coutumes avant de le présenter à la tribu qui adoptera le jeune étranger. Leiv découvre alors un monde de paix et des valeurs profondément bonnes. Ce conte humaniste dit beaucoup sur la rencontre et l’acceptation de l’autre en mettant en scène les échanges entre des enfants de cultures différentes. Le texte et la construction de l’ouvrage, d’une grande maîtrise, le rendent très vivant et facilement accessible. Les éditions Sarbacane, en proposant une nouvelle édition et une nouvelle traduction – parfois simplifiée – de l’oeuvre de J. Riel (Gaïa, 2002) sous la forme d’un très grand livre illustré, offrent un univers très cohérent. En effet, les illustrations accompagnent et renforcent l’aventure de lecture : détails du quotidien, mouvement, expression des personnages et surtout cadrages saisissants ! On est captivé et on attend la suite avec impatience ! Hélène Sagnet
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   18 août 2010
- Tu as tué mon père, et c'est pourquoi je dois te tuer, dit-il.
- J'ai tué ton père, oui. Thorstein hocha la tête. Mais ton père avait tué mon frère et deux de ses valets. Il fallait bien que je me venge. Et maintenant, je paye ce meurtre en m'exilant pour trois ans.
- Mais il faut quand même que je t'assassine, répondit Leiv. Thorstein posa la main sur son épée.
- Ça m'a l'air raisonnable, dit-il, mais je pense que tu devrais attendre quelques années. Jusqu'au jour où tes bras seront devenus aussi longs que les miens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
KittiwakeKittiwake   24 juin 2013
-Mais Dieu c'est quoi alors?
Apulak haussa les épaules.
- Je suppose que personne ne le sait. Nous les Inuit, nous avons Sila. Sila, c'est le temps, c'est la montagne, les rochers, l'herbe - tout. Je crois que Dieu c'est ça
Commenter  J’apprécie          120
AsteriosAsterios   17 mars 2018
On ne connait pas la guerre ici, dit-elle. Mais c'est peut être parce que nous ne possédons pas beaucoup de choses. Tout ce que nous avons appartient à tout le monde, et on a pas la possibilité de vouloir quelque chose qui appartient à quelqu'un d'autre.
Commenter  J’apprécie          90
AsteriosAsterios   19 mars 2018
Quand nous dormons, nous mourons un petit peu. Quand tu dors, ton âme part en voyage, et si on réveille ton cors au mauvais moment, il n'est pas sûr que ton âme puisse retrouver son chemin.
Commenter  J’apprécie          100
SbllySblly   21 octobre 2018
Ni Narua ni Apuluk ne savaient qu’ils habitaient
la plus grande île du monde. Comme tous les eskimos
ils se nommaient eux-mêmes « Inuit », ce qui
veut dire Êtres Humains, Hommes, et c’est pourquoi
leur pays s’appelait Inuit Nunat, le Pays des
Hommes.
Que leur pays fût infiniment grand, ça, ils le
savaient. Parce qu’ils étaient toujours en voyage.
Les Inuit étaient des nomades, ils se déplaçaient
de lieu en lieu sans avoir d’habitation fixe. Ils
construisaient des maisons de pierre et de tourbe
dans lesquelles ils hibernaient. De grandes maisons
chaleureuses qui abritaient chacune plusieurs
familles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jorn Riel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorn Riel
Jorn Riel était présent aux "Rencontres à lire" de Dax en 2015. Cette vidéo présente succinctement son parcours et la maison d'édition Gaïa.
autres livres classés : groenlandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre
.. ..