AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00QAUATQ4
Éditeur : Anvil Press Poetry (30/11/2007)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Pendant un demi-siècle, Oktay Rifat a occupé une position de leader dans l'avant-garde de la poésie turque. Malgré sa popularité et sa notoriété, il apparaît rarement en public, préférant la vie privée d'un homme de famille ordinaire et heureux de travailler comme avocat tout en continuant à écrire. Cette généreuse sélection illustre l'insistance de Rifat sur le fait que " la poésie doit être lue et doit être lisible ". Il s'inspire de toutes les phases de son œuvre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  16 décembre 2018
Avec son premier poème publié dans le magazine Varlık en 1936, Oktay Rifat a ouvert les portes du mouvement poétique appelé Garip. (GARIP : mouvement basé sur la poésie, composé de 3 poètes turc : Orhan Veli, Oktay Rıfat et Melih Cevdet Anday. En 1941 ces trois poètes ont rassemblé leurs poèmes qui étaient contraires aux poèmes de cette époques, donc qui n'obéissent pas aux mêmes normes, dans un livre appelé Garip. Ce nom va devenir le nom de leur mouvement qui montre que les poèmes ne sont pas obligés d'obéir à des normes.)
Dans ses poèmes Oktay Rifa, aborde la vie quotidienne des gens ordinaires vivant dans la ville de manière à désactiver l'élément lyrique. Il a essayé de développer la tradition de la poésie populaire en utilisant des rimes complètes et demi complètes tout en utilisant les riches possibilités de la langue parlée, des dialectes locaux et même de l'argot. Il a écrit des poèmes inoubliables en faisant parfois référence à la tradition de la poésie classique en intégrant des images surréalistes sur l'axe dit de la nature humaine qui exploite la richesse sonore du turc avec un vocabulaire étendu et une sensibilité intense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
WozniaksandyWozniaksandy   17 décembre 2018
Savoure cette eau
Qui pétille dans ta gorge
Ne méprise pas cet azur
Apprécie le ciel
Embrassé par ta fenêtre.
Adore l’amandier en fleurs,
La chambre ensoleillée, la rue boueuse,
Le blanc, le noir, le vert,
Le rose, adore- les tous.
La vivacité est quelque chose
Qui s’ébat dans le cœur avec joie.
On s’éprend d’amour
On s’irrite, on se met en colère, on lutte
Apprécie ce courroux
Cette peur mêlée de joie
Dans la lutte engagée pour le peuple.
Apprends
Chose immuable:
Le soleil ne chauffe que les vivants.
Vénère le soleil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   17 décembre 2018
Jette-moi une rose de ta fenêtre verte
Que mon coeur se remplisse de clarté
Comme une saison me voilà devant ta porte
Des nuages dans mes yeux, sur mes cheveux des rosées.
Tu es une rose éclose en mille pétales
De mon amour je t’apporte le printemps vert
Je t’apporte des chansons des climats lointains
Dont j’ai traversé les routes en poussières.

La tige se courbe sous le bouton lourd
Qui frissonne la voilà en cristallines gouttelettes
Pour toi l’éther s’infiltrant des branches
Pour toi le lis, le jasmin, la violette.

C’est un gazouillement qui sort de tes lèvres
Tes yeux, des narcisses ouverts dans les miens;
L’aube frémissant sur des acacias violets,
D’un baiser de tes lèvres ne diffère en rien.

Quand tu me jetteras une rose de ta fenêtre
Mon cœur se remplira de clarté
Comme une saison me voilà qui passe devant ta porte
Des nuages dans mes yeux, sur mes cheveux des rosées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WozniaksandyWozniaksandy   17 décembre 2018
Du pain sur les genoux
Les étoiles au loin, très loin.
Je mange du pain en regardant les étoiles.
Je suis si absorbé, ô oui, tellement
Que parfois je me trompe, au lieu de pain
Je mange les étoiles.
Commenter  J’apprécie          20
WozniaksandyWozniaksandy   17 décembre 2018
Si toutes mes feuilles s’ouvrent
Prends peur
Car ma solitude c’est moi
Car mon dénuement c’est moi
De la tête aux pieds.
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   17 décembre 2018
L’homme

Une grande prairie — verte —
Dans la prairie paissent le cheval et l’âne — célestes
Derrière, une maison — petite —
Un sapin — peut-être aussi un cyprès —
Devant, un homme est couché — allongé —
Allongé de tout son long.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Oktay Rifat (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oktay Rifat
Vidéo de Oktay Rifat
autres livres classés : romanciersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
726 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre