AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330010737
893 pages
Éditeur : Actes Sud (08/09/2012)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 25 notes)
Résumé :

Jamais le monde n’a paru si totalement unifié (par les communications, le commerce, la culture) et aussi sauvagement déchiré (par la guerre, la crise financière, le réchauffement de la planète, la diffusion de pandémies). Quels que soient nos efforts intellectuels face aux défis d’une mondialisation accélérée, nous ne sommes pas à la hauteur : l’espèce humaine semble inca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Fx1
  23 avril 2014
Pour un esprit écologiste m.Rifkin est une référence . Cet homme n'a de cesse de dire qu'un espoir est présent , qu'il faut étre optimiste et que la solution est en nous. Il ne dis jamais que ce sera facile , non . Mais il propose des pistes pour mieux définir les priorités dans une société ou l'on ne se parle plus , ou l'on vis avec les tribuns médiatiquescomme référence . Son pari c'est faire repartir l'homme dans un contexte ou il est en difficulté. Et force est de reconnaitre que l'idée est bonne . On lis ce livre sans difficulté , il est trés pédagogique et particuliérement érudit . A découvrir.
Commenter  J’apprécie          60
Ambri
  21 février 2013
Livre trés ambitieux, trés bien documenté, peut être parfois assez peu objectif tant l'auteur veut argumenter une thése aussi originale qu'intéressante : l'évolution de l'humanité c'est traduite par une augmentation de l'empathie universelle qui cause une fracture entropique de plus en plus grande. Selon Rifkin, le moteur du développement de l'humanité ce n'est pas le désir égoïste mais le besoin d'empathie. L'auteur fait un détour trés intéressant et trés bien documenté sur les sciences cognitives, la psychologie, la psychanlyse pour assoir sa thése. Ainsi pour satisfaire son besoin d'empathie l'Homme construit des sociétés de plus en plus complexes et inter connectés qui ont un coût en energie de plus en plus important jusqu'à la fracture entropique...
Commenter  J’apprécie          10
addsc
  10 mars 2017
Ce livre est intéressant. A plus d'un titre. Malgré certaines longueurs. Et un parti pris qui, parfois, laisse penser que l'auteur est un peu monomaniaque. Bien entendu, être partisan est le propre d'un essai. Cependant, les nombreuses répétitions qui accompagnent chaque chapitre du livre peuvent s'avérer contre-productives. Quoiqu'il en soit, revenons à ma première intention. Qui était de montrer, brièvement, en quoi cet impressionnant ouvrage était intéressant.
Tout d'abord, analyser l'Histoire à travers le prisme de l'empathie est rafraichissant et suffisamment original pour attirer l'attention de toute personne voulant appréhender l'origine de nos sociétés sous un jour nouveau. Cela permet de réfléchir et de penser l'Histoire différemment. Ce constat vaut d'ailleurs que l'on soit d'accord ou non avec les arguments proposés et les thèses défendues. Les réflexions nées de ce postulat nous donnent à penser et ce n'est déjà pas mal. de plus, on sent, et on sait, que l'auteur maitrise son sujet. Qu'il est pris, emporté par ses arguments. Qu'il les défendra jusqu'au bout. Fiévreusement. Que ses connaissances, larges et variées, lui assurent crédibilité et attention. Voire, pour certains, reconnaissance.
Malheureusement, le bât blesse. Un peu. Car ce livre est long. Trop long. La lecture se révèle ardue voire, par moment, carrément indigeste. C'est particulièrement dommage car l'auteur gagnerait facilement en lisibilité s'il simplifiait ses propos et allégeait son écriture. Avec un sujet d'une telle importance, il est presque crucial de faire cet effort. Car, si l'objectif du livre est de conscientiser les gens sur les possibilités qui existent, et qui sont à portée de main, pour sauver ce qui peut l'être sur cette terre, il ne sera pas atteint car la majorité des gens refusera de le lire car trop rébarbatif. Malheureusement, ce constat peut être tiré pour de nombreux essais qui ne semblent exister que pour une certaine frange de la population. Dommage quand les enjeux ont cette importance.

Lien : https://unecertaineculture.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lazalbemars
  10 avril 2015
J'ai trouvé cet auteur très intéressant - la 1ère partie du livre un peu longue et pas toujours facile à suivre, mais la 2ème se laisse bien lire et est très intéressante.
A bien réfléchir, on se demande où on va et c'est un peu déprimant.
Rifkin est sensé avoir fait des propositions à la région Nord pour une reconversion économique - je serai curieuse de les connaître et de savoir si elles ont été mises en pratique.
Il a de bonnes idées ce monsieur, mais sont-elles réalisables ?
Commenter  J’apprécie          20
stephaneramu
  23 mars 2014
Excellent livre qui mélange histoire et psychologie. Cela donne vraiment une nouvelle vision du monde. Les perspectives de l'auteur pour les prochaines années ne sont pas franchement rassurantes..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
psycheinhellpsycheinhell   14 septembre 2011
" (...) la vraie liberté exige de manifester sa vulnérabilité, pas son invulnérabilité. Si la liberté d'une personne est son aptitude à vivre pleinement ses potentialités, et si la mesure de sa vie est l'intensité, l'ampleur et la diversité de ses relations, plus elle sera vulnérable et plus elle sera ouverte à l'établissement de relations intimes et riches avec les autres. Être vulnérable, en ce sens, ne signifie pas être faible, ni être une victime ou une proie, mais s'ouvrir à la communication au plus profond de l'échange humain."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
lrntvlrntv   02 août 2020
Flandre, soir du 24 décembre 1914. La première guerre mondiale de l’histoire entrait dans son cinquième mois. Des millions de soldats campaient dans des tranchées de fortune. Souvent, trente à cinquante mètres, pas plus, séparaient les armées ennemies : elles étaient à portée de voix. C’était l’enfer. Le froid de l’hiver glaçait jusqu’aux os. L’eau avait envahi les tranchées. Il fallait partager les quartiers avec les rats et la vermine. Pas de latrines adéquates : la puanteur des excréments humains était partout. Pour échapper aux immondices et à la fange, les hommes dormaient en position debout. Entre les adversaires, un no man’s land jonché de cadavres. Les soldats morts se décomposaient à quelques mètres de leurs camarades encore vivants, qui ne pouvaient pas aller les chercher pour les enterrer.Quand la nuit tomba, il se passa quelque chose d’inouï. Les Allemands allumèrent des bougies sur des milliers de petits arbres de Noël, envoyés au front pour leur apporter un peu de réconfort. Et ils entonnèrent ds chants de Noël… Douce nuit, d’abord, puis bien d’autres. Stupéfaction des soldats britanniques. Contemplant les lignes adverses sans en croire ses yeux, l’un d’eux comparerait les tranchées illuminées à la “rampe d’un théâtre”. Les Anglais répondirent par des applaudissements, d’abord timides, puis à tout rompre. Ils renvoyèrent des chants de Noël à l’ennemi, qui les applaudit aussi vigoureusement.Alors, des deux côtés, quelques hommes rampèrent hors des tranchées. Ils s’engagèrent dans le no man’s land, allèrent à la rencontre les uns des autres. Ils furent vite des centaines, et, quand on se passa le mot le long du front, des milliers de soldats surgirent des retranchements. On se serrait la main, on échangeait gâteaux et cigarettes, chacun montrait des photos de famille, décrivait sa région d’origineon évoquait les Noëls précédents, on riait de l’absurdité de la guerre.Au matin, lorsque le soleil de Noël se leva sur le champ de bataille, des dizaines de milliers d’hommes - jusqu’à cent mille selon certaines estimations - conversaient paisiblement entre eux. Ennemis vingt-quatre heures plus tôt, voici qu’ils s’entraidaient pour ensevelir leurs morts. On signalerait plusieurs matches de football improvisés. Même des officiers du front participaient, mais, quand la nouvelle filtra à l’arrière et parvint jusqu’aux hauts commandements, les généraux furent moins enthousiastes. Craignant pour le moral des troupes, ils firent le nécessaire pour feiner le mouvement.La trêve de Noël prit fin aussi abruptement qu’elle avait commencé, simple petit couac surréaliste, en fin de compte, dans une guerre qui se terminerait en novembre 1918 et ferait 8,5 millions de morts au combat - le pire carnage, à cette date, dans les annales de l’histoire. Pendant quelques heures, une journée tout au plus, des dizaines de milliers d’humains ont rompu les rangs, ignoré les ordres, mais aussi leur allégeance à leur pays, pour manifester leur humanité commune. Rassemblés là pour mutiler et tuer, ils ont eu le courage de manquer à leur devoir institutionnel pour compatir à leur sort respectif et célébrer mutuellement leur vie. Sur un champ de bataille, où l’héroïsme est censé se mesurer à la volonté de tuer et de mourir pour une noble cause qui dépasse la vie de chacun, ces hommes ont choisi une autre forme de courage : aller les uns vers les autres, se mettre à l’écoute de leurs souffrances les plus intimes et s’entre-consoler de leurs malheurs. En traversant le no man’s land, chacun s’est retrouvé dans l’autre. Ce qui leur a donné la force de s’entre-réconforter, c’est la vive conscience tacite de leur vulnérabilité personnelle et leur puissante aspiration à la compagnie de leurs semblables.Ce fut, sans contredit, un moment très humain. Il n’en fut pas moins perçu à l’époque comme une étrange défaillance. Un siècle plus tard, nous commémorons l’épisode comme un intermède émouvant, dans un monde que nous définissons tout autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
addscaddsc   20 février 2017
L'empathie est l'âme de la démocratie.
Commenter  J’apprécie          30
addscaddsc   16 février 2017
Nous sommes nés pour veiller sur la vie.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jeremy Rifkin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeremy Rifkin
Interview de Jeremy Rifkin sur la "civilisation de l'empathie" .Rencontre avec Jeremy Rifkin, de passage à Paris pour la sortie de son livre "Une nouvelle conscience pour un monde en crise, Civilisation de l'empathie".
autres livres classés : économieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre