AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782747072663
256 pages
Éditeur : Bayard Jeunesse (26/10/2016)
4.2/5   138 notes
Résumé :
Pour tous ceux qui ont aimé Miss Peregrine et les enfants particuliers, découvrez l’ouvrage de référence cher à Millard Nullings, le garçon invisible, le spécialiste de tout ce qui a trait aux particuliers !
Les particuliers ont existé bien avant Miss Peregrine. Transmis de génération en génération depuis la nuit des temps, ce recueil regroupe différentes histoires inquiétantes et envoûtantes de particuliers :
« De riches cannibales qui se nourrissent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 138 notes
5
20 avis
4
7 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

dedanso
  10 avril 2018
Ce spin-off de la saga Miss Peregrine et les enfants particuliers peut se lire indépendamment de la trilogie. C'est d'ailleurs ce que j'ai apprécié, le fait que l'on puisse prendre du plaisir à la lecture de ce recueil de contes même sans avoir lu les romans au préalable.
On retrouve tout ce qui fait le plaisir des contes : une trame plus ou moins commune et répétitive (un héros est mis à l'épreuve par des éléments perturbateurs, la plupart du temps des personnages "normaux" qui se méfient des particularités du héros), une sorte de morale, non explicite mais qui se dessine néanmoins précisément (les dérives de la société de consommation, les bienfaits du pardon, savoir s'accepter tel que l'on est et trouver sa place dans la société) et, parfois, une explication à des événements ayant vraiment existé (le grand incendie de Londres de 1666, l'invasion de criquets aux USA en 1875...).
Certains de ces contes sortent du lot : j'ai particulièrement apprécié Les Splendides cannibales qui est à la fois glauque et percutant, Cocobolo qui nous prouve à quel point l'on peut est heureux d'être soi-même et enfin La Fille qui apprivoisait les cauchemars, ou comment porter la plus grande attention aux conséquences de nos actes.
Mention spéciale aux gravures d'Andrew Davidson qui apportent une lecture imagées de chaque conte. Elles sont de toute beauté et nous invite à laisser libre cours à notre imaginaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
stokely
  25 janvier 2017
Un très bel objet livre, de très belles illustrations, des contes pas tous au même niveau. La lecture a été agréable mais ce n'est pas le coup de coeur des 2 premiers tomes.
Cette lecture n'est pas essentielle et j'ai même été assez déçu que le conte du géant Cuthberg ne soit pas ici plus développé car il est question de ce conte et de ce livre dans le tome 2.
Lecture rapide car 176 pages mais cela ne me laissera pas un souvenir impérissable car je pense que ce livre fait plus partie du marketing pour cette saga qu'autre chose.
Commenter  J’apprécie          210
Walkyrie29
  31 janvier 2017
Alors que contient exactement ce livre ? Des histoires pour endormir les enfants ? Des énièmes leçons de morales moralisatrices ? Des monstres qui vont venir hanter les dessous de lit ou les armoires ? Des héros beaux et forts qui viennent sauver les plus faibles et démunis ? Et bien, non pas vraiment. Ce livre contient dix contes, dix petites histoires qui viennent titiller votre imagination avec un peu de magie et votre sensibilité avec des vies dramatiques, dix histoires d'êtres particuliers, des moments de leur vie, leur fuite, leur exclusion, leur différence, leur choix de l'utilisation d'un don et des sentiments qui peuvent les animer la cupidité, la peur, l'espoir, la quête de soi, dix morales qui ouvrent à la réflexion, métaphores de la société et de l'être humain, dix contes qui viennent prolonger votre plaisir d'être immergé dans cet univers si particulier…
Millard Nullings est un enfant particulier, un de ceux élevés par Miss Peregrine, la célèbre Ombrune. Millard est intellectuel, intelligent et philosophe, il aime lire les différents ouvrages qui traitent des particuliers, de leur origine à leur bannissement, des textes qui lui parlent. Avec « Contes des Particuliers » dont le conte du Géant Cuthbert est très évoqué dans le tome 2 de la trilogie, il souhaite transmettre aux générations futures un peu de leur histoire en tentant de retranscrire ces contes perdus qu'il a tant lu dans son enfance. Ces contes sont censés sensibiliser les plus jeunes particuliers à ce qui les attendent dans le monde réel et les épreuves qu'ils devront affronter tant personnellement que face aux autres.
Pour cela, l'auteur fait appelle au conte de la première Ombrune qui protégera sa bagatelle de particuliers à l'aide de la première boucle temporelle, au conte de Cocobolo et ses marins, une île en fuite perpétuelle d'un genre bien particulier en effet, au conte relatant une affreuse guerre entre les humains et les pigeons avant qu'ils n'apprennent à cohabiter dans les plus grands édifices de l'homme, au conte d'une princesse à la langue fourchue rejetée malgré elle et qui cherche sa place dans son monde, au conte d'une particulière aimant plus les fantômes que les êtres humains, si vous aimez les vieilles demeures hantées, vous allez être servis, ou encore au conte des cannibales, innocents et pragmatiques, qui vont pourtant entraîner un village entier à leur propre perte, et quelques autres encore qui nous régalent.
Des contes qui traitent de thèmes différents, qui sont parfois très sombres, chose qui interpelle quand on s'habitue au style « Conte pour enfant » que l'auteur a choisi d'opter pour écrire ce livre, un contraste assez surprenant mais qui n'est pas sans rappeler la trilogie très sombre mais à l'écriture plus soutenue. Des contes annotés qui apprennent au passage quelques évènements historiques, qui précisent les choses, les recadrent, dans un but, je suppose, de maintenir une dynamique de lecture au lecteur.
L'objet livre est juste sublime, une couverture hard back, épaisse et d'une jolie couleur verte sublimée par les gravures dorées qui offrent quelques clins d'oeil aux contes qu'il contient, l'intérieur n'en parlons pas, c'est du grand art, vraiment et du plus bel effet, chaque début de conte est joliment illustré par Andrew Davidson, la mise en page et le choix de la police magnifie le tout avec des enluminures sur les premières lettres de chaque conte, on a cette impression d'avoir un grimoire, un vieux livre qui attend de révéler ses secrets entre les mains, et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est une réussite, on a envie de l'ouvrir, envie de le lire, et surtout envie de ne plus le lâcher.
On retrouve le style si particulier (sans jeu de mot) de l'auteur, Ransom Riggs a une très belle plume, pleine de douceur et de tendresse, un style d'écriture fluide et élégant, il se lit vraiment bien et avec plaisir, et manie sans aucun défaut l'art du conte, de sa chute et de sa morale. Ajouter à cela quelques annotations de l'éditeur ou de notre irrésistible Millard, et vous obtenez un livre vivant.
En bref, à travers sa trilogie et ses contes qui racontent l'origine et la vie des particuliers, la transition d'une belle époque où ils étaient libres avant d'être pourchassés, éradiqués, tués pour leur différence, pour ce pouvoir, ce don qui font d'eux des particuliers, l'auteur a certainement souhaité prôner la tolérance face à la différence, mettre en évidence certains défauts humains mais aussi l'entraide, l'amitié, l'amour, des valeurs sages et humaines, car certainement que quelque part, il convient de rappeler à tous que nous sommes tous des particuliers !
Je remercie Louve du Forum Mort Sure et son partenaire les éditions Bayard pour cette bien belle lecture.
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladyshania
  16 février 2017
Visuellement, ce recueil de contes est un très bel objet. Un vrai travail de mise en page à été réalisé, jusque dans les détails. La couverture est magnifique avec une illustration dorée et les objets et animaux (couronne, ancre, oiseaux...) qui y sont dessinés font tous référence à un conte. Les illustrations intérieures sont aussi un vrai plaisir pour les yeux, notamment les gravures d'Andrew Nullings.
Quant aux contes eux-mêmes, ils sont tous plus originaux les uns que les autres. Et l'on retrouve avec plaisir l'univers si particulier de la trilogie Miss Pérégrine. Les annotations de Millard apportent un éclairage différent sur certains aspects du conte, dommage qu'il n'y en ait pas plus. On imagine facilement que les enfants particuliers aient pu grandir en étant bercés par ces contes. Un coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          150
Tmor
  31 octobre 2020
La couverture accroche. Je ne savais pas où je mettais les pieds. Très vite je me suis souvenu d'un film plutôt sympa. L'univers que ce roman adapté ouvrait est manifestement plus ample. Il s'agit de contes (des vrais) on sent bien que l'auteur sait ce que c'est qu'un conte avant d'en écrire. L'oralité est certes repassée par le filtre de la traduction, mais le type de structure, de raccourcis, de mise en lumières, de dénouements, de deuxièmes fins, tous ces ingrédients font de cet ouvrage un vrai livre de contes d'aujourd'hui. L'ambiance gothique n'est pas cloîtrée dans un carcan Burtonien, les contes des particuliers repoussent les frontières, les pouvoirs, flirtent avec la SF d'aujourd'hui notamment les boucles temporelles. Parfois ça tire plus vers la SF justement, mais la structure des contes reste bien présente et on se laisse embarquer à chaque fois pour une nouvelle destination cruelle, joyeuse ou philosophique. On en vient presque à se dire "Ouf je ne suis pas particulier" mais quelque part nous le sommes tous. Un excellent ouvrage. C'est une trilogie. Comme souvent je la prends à l'envers mais bon je crois que je vais y retourner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
MAgatheMAgathe   06 mai 2017
Amis lecteurs,
Le livre que vous avez entre les mains est destinés aux particuliers, et à eux seuls. Si vous ne faites pas partie des anormaux - s'il ne vous arrive jamais de flotter au-dessus de votre lit en pleine nuit parce que vous avez oublié de vous attachez au matelas, si vous ne faites pas jaillir de flammes de vos mains aux pires moments, si vous ne mastiquez pas vos aliments à l'arrière de la tête -, je vous en priêtes, rangez cet ouvrage où vous l'avez trouvé et oubliez son existence. N'ayez crainte : vous ne perdrez rien. Je suis sûr que vous trouveriez ces histoires étranges, inquiétantes et pas du tout à votre goût. Mais surtout, elles ne vous regardent pas.
Particulièrement votre,
L'éditeur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
armand7000armand7000   30 octobre 2020
Amis lecteurs,

Le livre que vous avez entre les mains est destiné aux particuliers, et à eux seuls. Si vous ne faites pas partie des anormaux -- s'il ne vous arrivent jamais de flotter au-dessus de votre lit en pleine nuit parce que vous avez oubliez de vous attacher aux matelas, si vous ne faites pas jaillir de flammes de vos mains aux pires moments, si vous ne mastiquez pas vos aliments à l'arrière de la tête --, je vous en prie, rangez cet ouvrage où vous l'avez trouvé et oubliez son existence. N'ayez craintes : vous ne perdrez rien. Je suis sûr que vous trouveriez ces histoires étranges, inquiétantes, et pas du tout à votre goût.

Mais surtout, elles ne vous regardent pas.

Particulièrement vôtre.

L'éditeur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissMymooMissMymoo   28 décembre 2016
Si nous sommes certains que la plupart des personnages de ces contes ont vraiment existé, il est difficile, en revanche, de savoir s’ils étaient bien tels qu’on les décrit dans ces pages.
Les contes des particuliers ont été transmis oralement pendant plusieurs siècles avant d’être couchés par écrit, avec toutes les transformations que cela suppose. Chaque conteur embellissait à loisir les histoires dont il s’emparait. Aujourd’hui, ces récits tiennent davantage de la légende que de l’histoire vraie, et leur valeur repose surtout sur les leçons de morale qu’ils véhiculent.
L’histoire de la première ombrune de Grande-Bretagne fait exception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissMymooMissMymoo   28 décembre 2016
La première Ombrune n’était pas une femme capable de se transformer en oiseau, mais un oiseau qui avait le pouvoir de se changer en femme.
Commenter  J’apprécie          30
KenehanKenehan   16 décembre 2016
Ce n'est pas parce qu'on naît avec un talent qu'on est obligé de l'utiliser. Dans certains cas, rares, on se doit même de ne pas le faire.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Ransom Riggs (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ransom Riggs
"Miss Peregrine, Vol. 5 : La conférence des oiseaux" de Ransom Riggs I Livre audio
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Comment s'appelle la directrice de l'orphelinat ?

Miss Josete
Miss Peregrine
Miss Amandine

10 questions
334 lecteurs ont répondu
Thème : Miss Peregrine et les Enfants Particuliers de Ransom RiggsCréer un quiz sur ce livre