AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782918059189
160 pages
Éditeur : Libertalia (10/02/2011)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
La peur est un outil politique fondamental pour les classes dominantes. Transformée en marchandise, elle constitue le secteur d’activité d’idéologues organisés pour vendre ces produits aux gouvernements et aux complexes industriels.

En France, la bande à Alain Bauer constitue la manifestation la plus exemplaire de cette collaboration intensive entre éléments de la classe politique, de la police, de l’armée, de l’industrie, de l’Université et des grand... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  29 janvier 2020
« La peur constitue un outil politique fondamental pour les classes dominantes. C'est une technique de gouvernement, une machine de légitimation sur la chaîne de production du contrôle. » Les « experts » de la « bande à Alain Bauer » définissent les « nouvelles menaces » (« l'islamisation de la Nation », les « terroristes » et les « casseurs », « l'invasion migratoire » et les « bandes juvéniles du crime organisé ») qui vont générer des marchés dans le domaine du contrôle des classes populaire, tout en passant sous silence toute une série d'insécurités : la misère, l'exploitation et la précarité, les discriminations et la ségrégation, la pénibilité,… Ils collaborent intensivement avec la classe politique, la police, l'armée, l'industrie et les grand médias pour accumuler des profits sur les marchés de la sécurité.
(...)
Outil indispensable pour comprendre le fonctionnement et les enjeux des politiques sécuritaires.
Article complet sur le blog :
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          231
ismaelm
  10 juillet 2015
Je le recommande, car il est intéressant . On y retrouve des personnages comme Manuel Valls. par exemple. On peut constater qu'il y a du vrai dans le livre dans le sens où le monde , la société où nous vivons est effectivement de plus en plus sécuritaire. On arrête pas , à la télé , de faire peur aux gens. Et on se demande si ce n'est pas fait exprès de laisser se développer les causes de l'insécurité dans le but de renforcer l'État Policier et maintenir la population sous contrôle. Quand on voit comment on est surveillé via les moyens de communication
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   27 janvier 2020
La peur constitue un outil politique fondamental pour les classes dominantes. C’est une technique de gouvernement, une machine de légitimation sur la chaîne de production du contrôle.
Commenter  J’apprécie          120
ErnestLONDONErnestLONDON   29 janvier 2020
Il est vain, stérile et absurde de critiquer l’idéologie sécuritaire sans attaquer système économique, politique et social qu’elle protège et propulse.
Commenter  J’apprécie          120
ErnestLONDONErnestLONDON   29 janvier 2020
Les idéologues sécuritaires remplissent en définitive une fonction essentielle du maintien de l’ordre : diviser et opposer les résistances, criminaliser toute forme d’indiscipline et d’insoumission et égarer les dominés loin des combats pour l’émancipation collective.
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDONErnestLONDON   29 janvier 2020
La doctrine de sécurité globale synthétise bien la fonction des idéologues sécuritaires, à la fois managers de l’insécurité et promoteur d’un monde ordonné aux intérêts des marchands de guerre et de contrôle.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Mathieu Rigouste (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Rigouste
Lire le témoignage complet, recueilli par le chercheur Mathieu Rigouste : https://www.mediapart.fr/journal/france/211218/magouilles-nazisme-et-violence-un-policier-repenti-se-livre
Nicolas a récemment quitté la police. Il venait de commencer sa carrière dans une unité de la gare du Nord, à Paris. Entre références à Hitler et ultra-virilisme, il raconte dans un entretien publié sur Mediapart un quotidien marqué par l'ennui, les magouilles et la violence, explique comment les reportages télévisés et un désir de se venger d'agressions subies l'ont amené à s'engager. Et comment la sensation de devenir « violent et raciste » l'a fait renoncer au métier.
? Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement ? Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
autres livres classés : affaire d'étatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox