AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marguerite Yourcenar (Préfacier, etc.)Gabrielle Althen (Éditeur scientifique)Jean-Yves Masson (Éditeur scientifique)
ISBN : 2864321890
Éditeur : Verdier (30/11/-1)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Si ce poète habitué aux visitations angéliques s'est voulu insubstantiel, humble, dépouillé jusqu'à la transparence, c'est qu'il se savait né pour transmettre, pour écouter, pour traduire au risque de sa vie ces secrets messages que les antennes de son génie lui permettaient de capter : enfermé dans son corps comme un homme aux écoutes dans un navire qui sombre, il a jusqu'au bout maintenu le contact avec ce poste d'émission mystérieux situé au centre des songes. Du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
berni_29
  15 juin 2019
"Ô de quelle façon, avec quel gémissement
nous nous sommes caressés, épaules et paupières.
Et la nuit se terrait dans les chambres,
comme un animal blessé que nous aurions transpercé de douleur."
C'est ainsi que commence ce très beau recueil de poésie, Poèmes à la nuit, écrit par Rainer Maria Rilke entre 1912 et 1914.
Ce sont vingt-deux poèmes, avec pour chacun d'eux la version originale en allemand.
Marguerite Yourcenar, dans la préface de ce recueil, nous dit de manière très belle que « les poèmes traduits ne sont jamais que des colombes auxquelles on a coupé les ailes, des sirènes arrachées à leur élément natal, des exilés sur la rive étrangère qui ne peuvent que gémir qu'ils étaient mieux ailleurs ».
Je me suis en effet demandé à quoi je devais attribuer la beauté de ces vingt-deux poèmes ? À l'âme du poète, au talent des deux traducteurs, à cette harmonie qui permet de transmettre les mots d'une langue à l'autre comme une passerelle qui oscille entre deux versants.
C'est un auteur qui nous parle de misère et de souffrance aussi.
La nuit de Rainer Maria Rilke est un visage insaisissable, c'est la nuit des amants qui rêvent de se perdre dans des vallées délicieuses.
Il y a une mélancolie dans cette nuit qui penche comme un navire qui sombrerait dans les eaux du passé, dans les yeux d'un visage aimé. Dans l'eau de ce visage. Dans le ciel qui emporte cet amour, le ciel immense et intime à la fois.
La nuit de Rainer Maria Rilke ressemble à des mains qui tremblent, qui peut-être voudraient désespérément se joindre l'une à l'autre pour prier. Ce sont des mains qui tâtonnent, peut-être sur le cœur des femmes. La solitude du poète n'est jamais loin, sa douleur aussi, dans cette difficulté d'aimer et être aimé.
Rainer Maria Rilke est une sentinelle au bord des étoiles et de leurs songes. Il se tient comme un berger à la proue de la nuit.
Parfois cette nuit se limite à l'espace nocturne d'une chambre où brille l'impatience de deux êtres épris du même amour.
Dans cette nuit, l'aube semble encore loin...
Ce sont des vers dépouillés jusqu'à l'extrême, je voudrais tant les apprendre, les murmurer à d'autres plus tard.
La nuit de Rainer Maria Rilke est mystique. Des âmes invisibles traversent les vers, tout ce qui s'anime dans ces poèmes semble porter le sacré : les contours d'un visage, ses respirations, ses vertiges, le désir de ce visage qui s'enfuit...
C'est comme l'appel des oiseaux.
L'incandescence de l'amour ressemble peut-être à une constellation qui oscille entre l'intimité et l'immensité de la nuit, hésitant à fuir, le temps d'une nanoseconde arrachée à l'éternité, vers l'envers de l'univers.
J'ai aimé me perdre dans cette nuit incandescente et mélancolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          549
ay_guadalquivir
  17 juillet 2013
Ce livre m'est cher et précieux.
Premier contact avec Rilke, une poésie que l'on sent douce et impénétrable, écrite comme pour lui-même plus que pour le lecteur. Et puis, la transfiguration magique du moment de la nuit est si belle, ouverte à toutes les libertés, à tous les espoirs. Poésie mélancolique et optimiste, et d'une langue qui bien sûr fait aimer l'allemand.
Rilke c'est pour moi la poésie que l'on murmure à l'oreille de l'autre.
Commenter  J’apprécie          201
polarjazz
  07 septembre 2016
Je n'ai jamais été très doué pour commenté de la poésie. Au bac de français, j'ai analysé avec beaucoup de difficulté "La chevelure" de Baudelaire.
J'ai aimé ce petit recueil dont le titre est magnifique. On y découvre une vision mystique et épuré de son rapport à dieu et à la foi. Il donne à la nuit, un visage, une couleur, une odeur - des sentiments et des émotions aussi. On y retrouve des thèmes comme l'espace, les cieux, les étoiles.
Je pense qu'il deviendra l'un de mes livres de chevet.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
berni_29berni_29   15 juin 2019
C'est presque l'invisible qui luit
au-dessus de la pente ailée ;
il reste un peu d'une claire nuit
à ce jour en argent mêlée.

Vois, la lumière ne pèse point
sur ces obéissants contours
et, là-bas, ces hameaux, d'être loin,
quelqu'un les console toujours.
Commenter  J’apprécie          220
sterster   23 mai 2011
… Et ils disent que la vie est un rêve :

non pas ;

pas seulement un rêve. Le rêve est une part de la vie.

Une part confuse, dans laquelle le visage et

l’être s’acharnent l’un contre l’autre, se tressent l’un à l’autre,

comme des animaux d’or, rois de Thèbes

repris à leur mort (qui se brise).



Le rêve est la traîne de brocart qui tombe de tes épaules,

le rêve est un arbre, un éclat fugitif, un bruit de voix- ;

un sentiment qui commence et s’achève

est rêve ; un animal qui te regarde dans les yeux

est rêve un ange qui jouit de toi

est rêve. Rêve est le mot qui d’une douce chute

tombe dans ton sentiment comme un pétale

qui s’accroche à ta chevelure : lumineux, confus et las-,

lèves-tu seulement les mains : c’est encore le rêve qui vient,

et il vient comme tombe une balle- ;

tout, ou presque, rêve-,

et toi, tu portes tout cela.



Tu portes tout cela. Et avec quelle beauté tu le portes.

Chargée de lui comme de ta chevelure.

Et cela vient des profondeurs, cela vient

des hauteurs jusqu’à toi et par ta Grâce…



Là où tu es, rien n’a attendu en vain,

nulle part autour de toi il n’est fait de tort aux choses,

et c’est comme si j’avais déjà vu

que des animaux se baignent dans tes regards

et boivent à ta claire présence.



Mais ce que tu es : cela seul je l’ignore. Je sais

seulement chanter ta louange : cercle de légende

autour d’une âme,

jardin autour d’une maison

dans les fenêtres de laquelle je vis le ciel-.



Ô tant de ciel, s’en allant, vu de si près ;

ô tant de ciel sur tant d’horizon.



Et quand c’est la nuit- : quelles grandes étoiles

ne peuvent manquer de se refléter dans ces fenêtres…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ay_guadalquiviray_guadalquivir   20 février 2015
Levant les yeux du livre, des lignes proches et dénombrables,
Et regardant la nuit parfaite :
Ô comme les sentiments comprimés se dispersent à la manière des étoiles
Comme si l'on déliait
Un bouquet champêtre :

Jeunesse des plus légers, vacillation, incertitude des plus pénibles,
Hésitation et fléchissement des plus tendres -.
Partout l'envie de correspondre et nulle part de convoitise ;
De ce monde, trop, et suffisamment de Terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ay_guadalquiviray_guadalquivir   15 mai 2011
"Ô de quelle façon, avec quel gémissement
nous nous sommes caressés, épaules et paupières.
Et la nuit se terrait dans les chambres,
comme un animal blessé que nous aurions transpercé de douleur."
Commenter  J’apprécie          121
polarjazzpolarjazz   07 septembre 2016
car les dieux ne font rien pour séduire. Ils ont l'être,
rien que l'être, un excès d'être,
mais ni odeur, ni appel. Rien n'est aussi muet
que la bouche d'un dieu. Aussi beau qu'un cygne
sur la surface sans fond de son éternité,
ainsi va le dieu, et il plonge, et il épargne sa blancheur.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Rainer Maria Rilke (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rainer Maria Rilke
À tout juste vingt ans, Abdelilah Laloui, étudiant à Sciences-Po, a créé l'association Tous curieux qui promeut l'accès à la culture en banlieue. Dans son premier livre, "Les baskets et le costume" (JC Lattès), il raconte son parcours, de la banlieue au VIIe arrondissement de Paris, comment les codes sociaux, d'un côté comme de l'autre, lui ont barré la route, et comment il a fini par trouver sa liberté en revendiquant ses goûts personnels de Bach à Cheb Khaled, de Rilke à Kery James. Il nous présente ici les livres qui ont jalonné son parcours. En savoir plus sur "Les baskets et le costume" : https://www.hachette.fr/livre/les-baskets-et-le-costume-9782709666251
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Poésie allemandeVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Poésie allemande (73)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
795 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre