AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782492536106
186 pages
FR BELLES LETTR (15/06/2021)
3.81/5   29 notes
Résumé :
Une femme a rendez-vous avec un homme en gare de Lyon. Du moins, c’est ce qu’elle croit. Cela fait trois mois qu’ils se sont rencontrés. Trois mois au cours desquels ils ne se sont pas vus. Elle a décidé de venir très en avance, de prendre ce temps de l’attente, assise au café. Le hall de la gare revêt l’allure d’une salle de spectacle, d’une pièce de théâtre où chaque personnage qu’elle croise la renvoie à ses propres souvenirs, aux moments clefs de la trajectoire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 29 notes
5
3 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kirzy
  06 juin 2022
« Venir dans cette gare est une étrange idée. Je ne peux pas décrire la puissance de cet élan qui me porte jusqu'à toi. Comment te dire ce qui résonne dans mes temps ? J'aimerais trouver une phrase, juste une, même minuscule, et contraindre mon langage à nommer ce qu'il ne sait pas, quel événement intense a eu lieu depuis que nos peaux se sont effleurées, cette sensation qui a m'a l'air de durer pour toujours. Il a suffi d'un clin d'oeil à la dérobée. Il a suffi de la douceur de tes mains, de ta bouche pleine de sagesse et d'histories extraordinaires, pour que, trois mois plus tard, je me souvienne passionnément de ta présence.
(...) Ce matin, j'ai couru dans les rues de Paris, mon pull instable sur les épaules et des démangeaisons dans les jambes. J'ai couru sans m'arrêter, ne gardant rien en réserve. La fraîcheur couvrait mon visage d'un froid vivifiant, j'ai respiré chaque odeur, la ville était belle, j'ai ralenti, l'air de rien, je l'ai regardée autrement, c'était bon signe. J'ai tout observé : le ciel, le sol et puis les autres, et je suis entrée dans cette gare avec mon désir comme bagage et du feu dans les mains. J'ai pensé : il n'y a rien de plus urgent que d'aller vers toi, d'aller vers plus loin. le reste du monde m'est devenu illisible. »
La narratrice, trentenaire mystérieuse et solitaire, a rendez-vous, gare de Lyon, avec un homme rencontré trois mois auparavant lors d'un vernissage et qu'elle n'a pas revu depuis. Un coup de foudre, nous dit-elle. Elle est arrivée très en avance et attend cet homme. Très rapidement, avec peu de moyens spectaculaires, juste par la force des mots, Aurélia Ringard parvient à instaurer un quasi suspense qui pousse le lecteur vers le dénouement : l'homme viendra-t-il ? existe-t-il seulement ? l'histoire amoureuse est-elle réelle ou la narratrice juste érotomane ? On ne le saura que dans les dernières pages, très belles, très justes.
Mais avant, il y a l'attente. Occasion pour la jeune femme de se transformer en machine à observer  , « en captation permanente », à l'affût du moindre signe de vie. La Gare de Lyon est décrite comme un personnage à part entière, peuplée d'êtres en mouvement. Occasion surtout de revisiter son passé.
En fait, plus qu'un roman sur le désir et la rencontre amoureuse, Jour bleu est un roman sur le temps. Il s'étire, s'allonge, s'accélère, revient en arrière, se projette. le temps de l'inventaire d'une vie, d'une vie qui basculera peut-être après la rencontre. La mémoire s'emballe et c'est avec une évidente fluidité que ce sont les aller-retours temporels, avec une porosité passé / présent bien installée qui relie des chapelets de moments. Même si je suis peu portée vers les romans très introspectifs aux intrigues peu épaisses, j'ai été bercée tout durant le récit par la qualité de l'écriture de cette primo-romancière, les phrases courtes, ciselées, élégantes, traduisent parfaitement le bouillonnement intérieur de la narratrice et le flux de ses émois.
Lu dans le cadre de la sélection des 68 Premières fois #11
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          830
Kittiwake
  09 mai 2022
Gare de Lyon. Elle attend le train de 13h17, assise à une table de restaurant. Autour d'elle, la foule déambule ou s'arrête, offrant des bribes d'existences qui resteront secrètes. Cette passivité qui guette la ramène à d'autres trains, d'autres gares, d'autres séparations ou retrouvailles. L'anonymat se dissipe parfois le temps d‘un sourire échangé ou d'une connivence rêvée, égrenant les minutes qui la rapprochent de ce rendez-vous tant espéré, et que le soupçon d'incertitude pimente d'une angoisse latente.
Peu adepte des récits introspectifs, j'ai cependant été immédiatement happée par cette écriture qui dit si bien l'universalité de nos ressentis. L'on se reconnait dans chaque paragraphe, dans l'enfance évoquée, dans les souvenirs parfois incertains. On se prend à attendre aussi cet homme croisé trois mois plutôt et qui n'a laissé qu'un horaire de train sur un bout de papier. Sera-t-il présent ? Comblera -t-il l'attente et la promesse d'un partage futur?
Les champs/contre-champs qui alternent dans le monologue de la narratrice et une mise à distance du personnage qui devient l'observée, donnent un rythme et du relief au texte, comme le fait l'alternance du présent et du passé.

Très beau premier roman, à l'écriture envoutante, à lire et même relire.

186 pages Frison-Roche 15 juin 2021
68 premières fois 2022
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          591
Mousquetaire11
  06 avril 2022
Le train en provenance d'Annecy entrera en gare sur le quai numéro...
Combien de fois avons-nous entendu cette phrase lors d'une attente d'un train en gare ? Quelles sont les nombreuses sensations que nous avons ressenties lorsque celui-ci était le nôtre ?
Dans le premier roman d'Aurélia Ringard nous accompagnons une jeune femme qui attend l'arrivée en gare de Lyon d'un homme rencontré quelques mois plus tôt et dont elle n'a pas eu de nouvelles depuis. 
Des milliers d'interrogations se bousculent dans sa tête… Est-ce que celui-ci a bien conservé son billet?  Est-ce qu'il se souviendra d'elle? Sera-t-il content de la retrouver?
Pendant son attente, la jeune femme s'attarde sur les voyageurs qu'elle croise qui lui rappelleront d'anciens souvenirs...occasion pour nous aussi de nous évader et de partir dans nos réflexions.
Cet ouvrage est une véritable invitation au voyage que ce soit en prenant un billet de train pour une destination inconnue ou de manière spirituelle. J'ai trouvé le récit vivant et dès les premières pages je me suis retrouvée en gare de Lyon pressée de découvrir si l'être tant attendu serait au rendez-vous... Merci pour cet aparté immersif qui m'a poussé à la rêverie et au voyage le temps de sa lecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
Arwen78
  21 mars 2022
Un premier roman qui nous emmène au café du Train bleu à la gare de Lyon. Une femme a rendez-vous avec un homme qu'elle n'a pas vu depuis trois mois. Elle arrive en avance. Elle connaît l'horaire de son train. Son esprit va divagué. Elle va rêvasser et ses souvenirs vont remonter à la surface. Les descriptions s'enchaînent.
Les voyageurs évoquent ses voyages avec son frère pour rejoindre leur père suite au divorce de leurs parents. Un pan de vie nous est dévoilé au fur à mesure que l'on avance dans ce roman. Elle sort son carnet et observe les gens. Elle aime écrire et lire dans les cafés. le temps passe et les tranches de vie défilent.
Dans ce monologue, l'auteure nous livre sa sensibilité et la délicatesse de son écriture. C'est à de vrais scènes de théâtre que l'on assiste dans ce huis-clos.
Commenter  J’apprécie          260
AudreyT
  22 avril 2022
****
Chloé est seule à une table du café le train bleu de la Gare de Lyon. Elle espère retrouver l'homme qu'elle a croisé trois mois plus tôt. Ils n'ont partagé qu'une seule soirée mais elle a remplie toutes ses nuits, ses jours. Elle est venue très en avance et elle se laisse porter par ce qui l'entoure, prêtant des histoires aux visages qu'elle croise. Elle revient aussi sur des souvenirs, ceux qui l'ont fait grandir, ceux qui ont été douloureux, ceux qui lui réchauffe encore aujourd'hui le coeur…
Le premier roman d'Aurélia Ringard est rempli de douceur, de nostalgie, et de jolis mots.
Assise à sa table, Chloé regarde le monde et elle nous fait cadeau de ses souvenirs d'enfance. Avec tout l'amour qu'elle porte à ce passé, elle revoit les quais de gare, les yeux embués, les coeurs qui se serrent. Mais l'attente des jours à venir lui rappelle aussi tous ces instants précieux entre le rire de sa mère et les attentions de son père. Qu'il s'agisse d'un air sur lequel elle a dansé, ou d'un bol de chocolat qu'elle a dégusté, cette jeune femme se perd dans ses pensées.
J'ai trouvé qu'à travers la très belle écriture d'Aurélia Ringard se dégage une grande sensibilité, une tendresse particulière, pour ces jours d'enfance et pour ceux qui les font vivre. Un frère, une mère, un père… Ces êtres chers qui nous accompagnent sur notre chemin, tout en suivant le leur, parfois chaotique…
Cet attachement à sa famille résonne comme en écho à l'amour naissant. Une rencontre qu'on n'attendait pas, ou plus. Ce coeur qui bat et les pulsations qui redonnent l'envie d'avancer, la force de continuer et l'énergie d'espérer…
Merci une fois de plus aux 68 premières fois pour cette douce découverte…
Lien : https://lire-et-vous.fr/2022..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   09 mai 2022
Ce n'est plus qu'une impression : autour d'elle, du monde, de plus en plus, des valises, des mallettes, des manteaux à la main, le bruit saccadé des talons frappant le sol, des départs et des destinations. Sur la grande horloge, l'aiguille du temps brille et progresse, imperturbable. Les numéros des quais s’affichent, les sonneries retentissent et une foule matinale et compacte se met en branle. Le mouvement semble continu et prend de la vitesse. Les ombres se bousculent. Peu importe où ils vont, ces hommes et ces femmes sont déjà ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
pelimelopelimelo   22 janvier 2022
Elle s'est contentée de courir jusqu'ici, d'arriver en avance, très en avance même, dans un mouvement superbe d'abandon et d'entêtement futile, bras ouverts à la récolte. Elle n'entend pas le vent souffler au-dehors, ni la pluie fine glisser sur le toit. Elle ne se souvient pas de l'orage de cette nuit. Elle ouvre les boutons de sa veste pour faire respirer sa peau, alléger la boule au fond de son ventre, cette petite douleur lancinante que l'on ressent devant ce vide, ce vide qui n'évoque rien de rassurant. Il lui suffirait d'une seconde pour faire volte face mais elle refuse d'être totalement effrayée par le risque qui se tient droit devant elle et la toise à quelques heures à peine de leur supposé rendez vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DesLivresMonUniversDesLivresMonUnivers   21 juin 2021
De sa sacoche vieillie dépassaient des magazines, des feuillets abîmés, noircis de notes mystérieuses, et un livre de poche écorné. Je le soupçonne de lire trop vite. De lire trop vite comme on peut faire l'amour trop vite, en étant empressé, excité, fasciné par l'histoire nouvelle, mais en sachant que le livre est là, que l'on pourra y revenir, le regarder en face et l'habiter encore.
Commenter  J’apprécie          20
cathfdcathfd   26 mars 2022
J'attrape au vol un peu de paix, nous échangeons des paroles toutes simples, des paroles douces que je ne cherche même plus à comprendre,  mais qui coulent comme du miel, comme la pluie ou l'eau des fontaines, et me rendent à cette unique espérance que demain, tout ira bien.
Commenter  J’apprécie          30
pelimelopelimelo   22 janvier 2022
Coup de coeur pour ce huis clos dans une gare. Une femme attend un homme, au café de la gare "Le train bleu". Elle devient alors spectatrice de la vie des passants, décrivant avec finesse la psychologie humaine. Les autres raniment ses propres souvenirs : son enfance, sa famille, sa romance avec le photographe. Aurelia ringard signe un premier roman extrêmement poétique de bout en bout sur l'amour, l'attente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : gareVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2898 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre