AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2863747657
Éditeur : Fayard/Mazarine (02/05/2019)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Lorsqu’une tragédie change à jamais sa vie, la jeune Alice Hart, âgée de neuf ans, part vivre chez sa grand-mère qu’elle ne connaît pas. Quittant le bord de l’océan où elle a grandi, elle trouve refuge dans la ferme horticole de June, où celle-ci cultive des fleurs sauvages d’Australie. Au fil du temps, Alice oublie les démons du passé et apprend à perpétuer la tradition familiale en utilisant le langage des fleurs pour remplacer les mots lorsqu’ils se font trop dou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  30 mai 2019
Les fleurs ornent le chemin de ces quatre générations de femmes, dont le destin semble inexorablement se reproduire.
Pour Alice, loin du Pays des merveilles, la vie est faite de coups, ceux qu'elle reçoit et ceux dont elle est le témoin, et que rien ne peut arrêter, tant il est impossible de prévoir leur irruption. Jusqu'au drame.
L'univers de la fillette bascule. Recueillie par Jude, sa grand-mère dont elle ignorait jusqu'à l'existence, Alice se construit au milieu des fleurs, apprenant jour après jour le langage qu'elles véhiculent, et découvrant son histoire familiale, ou plus exactement ce que Jude, en proie à des démons qui la dévorent peu à peu, veut bien lui révéler.
Roman d'apprentissage, Les Fleurs Sauvages défend la cause des femmes (les rares personnages masculins ont presque tous un rôle très négatif, immatures et violents - j'en exclue le vétérinaire bienveillant). et analyse finalement les mécanismes qui se mettent en place au sein de ces couples bourreau-victime. Et l'on perçoit aussi le caractère transgénérationnel de ses situations qui se reproduisent inexorablement, sans que les leçons du passé ne changent les destins.
C'est au coeur du bush australien que l'auteur nous convie en filigrane à un parcours botanique, chaque chapitre s'illustrant un délicat dessin d'une fleur et du message qu'elle porte, en relation avec ce qui va suivre.
On savoure aussi l'évocation des légendes aborigènes qui entourent le cratère du volcan qu'Alice a croisé dans son itinérance.
Une très belle découverte dont je remercie les éditions Mazarine via Netgalley
#LesFleursSauvages #NetGalleyFrance

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          861
marina53
  12 septembre 2019
Alice, 9 ans, vit près de l'océan, entourée de ses parents, son père cultivant la canne à sucre, et de son fidèle chien, Toby. Elle ne fréquente pas les bancs de l'école et passe beaucoup de temps dans le jardin avec sa maman, Agnes. Mais la vie n'est pas si rose... Elle et surtout sa mère subissent les accès de colère violente et les coups de son papa. Un tragique incendie, dont elle se sent coupable, détruit toute la propriété et coûte la vie à ses parents. À l'hôpital, elle fait la connaissance de June, sa grand-mère paternelle dont elle ignorait jusqu'alors l'existence et qui sera désormais sa nouvelle tutrice. Et c'est à Thornfield, dans les terres, au coeur d'une ferme horticole, propriété appartenant à la famille depuis trois générations, qu'une nouvelle vie pour Alice commence. Entourée des Fleurs, une dizaine de femmes ayant trouvé refuge chez June, la jeune fille va devoir réapprendre à vivre, malgré la culpabilité et les nombreux secrets de famille...
À coeur vaillant, rien d'impossible... Ce proverbe guidera Alice tout au long de sa vie, parsemée des pois du désert de Sturt dont c'est la signification. Car il en faudra du courage à la jeune Alice pour reconstruire une toute autre vie sans ses parents et sans ses repères. En compagnie de June, avec qui la relation est chaotique et des Fleurs, elle n'aura de cesse d'aller de l'avant, quitte à faire resurgir des secrets familiaux. Holly Ringland nous offre un roman sensible sur la famille, les non-dits, l'amour, la reconstruction... et les fleurs. Au coeur de cette nature foisonnante et enivrante, elle trace, avec passion et délicatesse, le destin d'une jeune fille puis d'une jeune femme qui cherche à comprendre d'où elle vient, qui elle est et ce qu'elle veut. Ce roman, à la fois sombre et lumineux, à l'ambiance captivante et enchanteresse, dépeint des portraits de femmes attachantes et hors du commun.
L'objet, en lui-même, est magnifiquement travaillé. Outre la première de couverture, chaque chapitre porte le nom d'une fleur dessinée dont la signification nous est donnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          664
Eve-Yeshe
  21 juin 2019
On fait la connaissance d'Alice Hart, alors qu'elle a autour de neuf ans, vit dans la propriété appartenant à son père, qui cultive la canne à sucre. La petite fille n'a pas le droit de sortir de la propriété et suit sa mère qui cultive son jardin. Même l'école, son père ne veut pas en entendre parler, lui de perdition selon lui. Il règne en véritable tyran sur Agnès, sa femme et sur sa fille, les coups pleuvent dès qu'on ne dit pas comme lui.
« Ce n'est pas un endroit pour une fille, disait son père, tapant du poing sur la table, faisant tressauter assiettes et couverts, chaque fois que la mère d'Alice suggérait de l'envoyer à l'école. Elle est plus en sécurité ici, grondait-il, mettant fin à la conversation. C'était ce que son père savait le mieux faire, mettre fin à tout. »
Un jour, Alice s'échappe et découvre la ville, notamment la bibliothèque municipale, où elle arrive en chemise de nuit, pieds nus et fait ainsi la connaissance de Sally, la bibliothécaire qui comprend vite qu'elle est maltraitée mais n'ose pas trop intervenir, tout le monde ayant peur de Clem Hart. Cette expédition vaut à Alice une pluie de coups. Mais son père finira par l'autoriser à emprunter des livres.
Alice est fascinée par le feu, comme sa mère d'ailleurs, et le pouvoir régénérateur de celui-ci : son père peut-il renaître de ses cendres, meilleur, comme le phénix ? Un jour où elle brave un interdit, pénètre dans l'antre de son père, mais y oublie la lanterne allumée.
Il en résulte un incendie où ses parents meurent et elle, sauvée in extremis, avec une longue hospitalisation et sa grand-mère paternelle, June, dont elle n'a jamais entendu parler, vient la chercher et l'emmène dans sa propriété, à Thornfield, où elle cultive des fleurs, et accueille des jeunes femmes en détresse, qu'elle appelle ses Fleurs.
Pourquoi, Clem a-t-il quitté la maison familiale ? Quels sont les secrets qui rongent cette famille depuis des générations ? June ne parvient pas à en parler, les non-dits s'accumulent, et les mêmes causes ayant les mêmes effets, on assiste à une répétition des scenarii de vie.
Quand on ne parvient pas à parler, on essaie de communiquer autrement, ici par le langage des fleurs, et comme June, on repousse le problème en ayant recours à la fiole de whisky, tout en créant des bijoux avec les fleurs récoltées, les inscrivant ainsi dans le temps.
Chaque chapitre commence par la présentation d'une plante, son nom latin, son nom aborigène, ses caractéristiques, couleurs, action, et apporte une clé pour décrypter, l'histoire.
J'ai adoré ce roman, l'histoire de toutes ces femmes de Thornfield, leurs difficultés, leurs souffrances, est passionnante. outre Alice et June, tous les personnages m'ont plu, notamment la grand-mère June, Ruth qui est à l'origine de la passion familiale pour les fleurs, de Twig, à qui on enlevé ses enfants pour les confier à des blancs, et d'autres femmes qu'on découvre tout au long du roman. L'auteure nous propose des portraits de femmes extraordinaires alors que les hommes attirent peu la sympathie, à part certains…
Une scène m'a beaucoup marquée, par exemple : Clem décide d'aller faire de la planche à voile alors qu'il y a énormément de vent, et il prend Alice sur sa planche, l'assied devant lui et elle doit se tenir à ses jambes. Elle n'a que neuf ans, elle a peur et ne se comporte pas comme il veut, alors il la jette à la mer et s'en va sur sa planche sans se soucier de la suite. C'est Agnès, qui va se porte au secours de la fillette qui en réchappe de peu. Et au retour bien-sûr, toutes les deux doivent affronter sa colère, sa violence…
L'écriture est belle, tout autant que l'histoire ; Holly Ringland parle tellement bien de l'Australie, de la mainmise des Blancs, du mépris pour la culture aborigène, pourtant si riche, si proche et si respectueuse de la nature. Elle évoque notamment le parc naturel de Kilipitjara, avec la description d'un cratère où poussent des fleurs splendides, les pois du désert, qui serait selon la légende, le point de chute sur la terre du coeur d'une mère, de l'univers des étoiles, qui aurait laissé tomber son fils sur la terre, dans un moment d'inattention…
C'est le premier roman de Holly Ringland et c'est une belle réussite. Je craignais au départ, qu'il s'agisse d'un roman fleur bleue, c'est le terme qui convient puisqu'on est dans les fleurs, et il n'en est rien. En plus, la couverture est magnifique.
Même la postface est passionnante car l'auteure explique comment elle construit son récit, et quels sont les lieux qui existent réellement et ceux qu'elle inventés.
Je pourrais en parler pendant des heures, car les portes d'entrées dans sont multiples, comme les thèmes abordés, alors un conseil, si vous ne l'avez pas déjà lu, foncez !
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Fayard Mazarine qui m'ont permis de découvrir et de dévorer ce roman.
#LesFleursSauvages #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5510
isabelleisapure
  21 juillet 2019
« Les fleurs sauvages », quel plaisir de se plonger dans un roman qui nous emmène au bout du monde, en Australie avec Alice pour accompagnatrice.
Elle a sept ans lorsqu'elle perd ses parents dans un terrible incendie dont elle se croit responsable.
Recueillie par une grand-mère dont elle ignorait l'existence, la fillette tente de ravaler ses larmes et sa peur au milieu des fleurs, dans la ferme horticole entretenue par « les Fleurs », groupe de femmes plus ou moins cabossées par la vie qui se reconstruisent peu à peu dans ce havre de paix.
Alice observe, écoute, tous ses sens sont en éveil.
June, Twig, Candy, autant d'histoires, de drames, de secrets.
Alice va bientôt découvrir l'histoire de sa famille qui la fera souffrir et grandir.
Par son écriture subtile et romanesque, Holly Ringland nous entraîne dans la psychologie et les pensées intimes de ses personnages en nous faisant partager les émotions qui les assaillent.
Malgré les coups durs qui laissent des traces indélébiles, c'est une impression de douceur et de fraternité que je garde de cette lecture.
Merci à NetGalley et aux Editions Fayard/Mazarine.
#LesFleursSauvages #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
sarahdu91
  20 juin 2019
Oui je suis une amoureuse des fleurs alors oui ce roman m'a fait sourire à chaque début de chapitre, une belle fleur, sa composition, son nom et son langage pour donner une note subtile et originale au 1er roman de Holly Ringland.
Malgré un destin tragique pour Alice, nous abordons les vies de plusieurs femmes dans ce roman, des vies brisées, bien au-delà de ce que chacune aurait espéré mais bien réelles.
Des femmes qui partagent l'amour des fleurs de génération en génération et qui tenteront à leur manière de donner de l'amour malgré les obstacles de la vie à savoir les deuils, la violence, la jalousie, les non - dits ou secrets de famille. Toutes ces choses qui font fuir lorsqu'elles ne sont pas révélées à coeur ouvert.
Un bien beau roman au coeur de l'Australie, avec ces paysages tous aussi bien décrits que l'atmosphère qui règne dans ce roman. Sans oublier la sensibilité qui se dégage de chaque personnage et qui rend les émotions encore plus fortes.
Un très joli roman à recommander...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
CetsakCetsak   30 juin 2019
Se penchant vers elle, il retira ses lunettes de soleil.
Le moment qui suivit habiterait longtemps l’esprit d’Alice, désireuse d’en prolonger le souvenir : les rayons obliques du soleil, le ciel incandescent derrière Dylan, la sensation de l’air desséché sur sa peau (...). Les bruissements des feuilles dans les mulgas, les vibrations de la terre sous ses pieds, comme si toutes les sensations qu’elle avaient éprouvées dans sa vie n’était qu’une répétition de cette instant où elle croisait son regard pour la première fois. Ce n’était pas comme si elle était ensorcelée, avait reçu un coup sur la tête ou une décharge électrique (...)
Non. Pour Alice, tomber amoureuse n’était rien d’autre que se sentir tout à coup dévorée par un feu intérieur. Une sensation qui la consumait, comme si elle le connaissait et le cherchait depuis toujours.
Il était là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
CetsakCetsak   29 juin 2019
Alice flottait dans une rivière. Une rivière d’étoiles. Elles coloraient sa peau d’un vert argenté. Couchée sur le dos, elle les regardait descendre en pluie du ciel nocturne. Certaines restaient prises dans les plus hautes branches des eucalyptus qui se profilaient dans la nuit. D’autres étaient coincées dans ses cils et entre ses orteils. Elle en avala quelques-unes. Elles avaient un goût agréable et frais. Elle en prit une poignée, surprise par leur légèreté, et les disposa soigneusement autour d’elle. Un cercle d’étoiles. Au centre duquel rien ne pouvait l’atteindre.
Elle toussa en reprenant conscience, croyant cracher des étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
CetsakCetsak   24 juin 2019
Les contes de fées lui avaient appris qu’en matière de famille les choses n’étaient pas toujours ce qu’elles semblaient être. Les rois et les reines perdaient leurs enfants comme on perd de vieilles chaussettes, ne les retrouvaient pas avant qu’ils soient devenus très vieux, si toutefois ils parvenaient à les revoir. Les mères pouvaient mourir, les pères disparaître, et sept frères se transformer en sept cygnes. Pour Alice, la famille était une des histoires les plus étranges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
CetsakCetsak   02 août 2019
Sur le chemin une larme splendide
Est tombée du calice de la fleur de la passion.
Elle vient, ma colombe, ma bien-aimée ;
Elle vient, ma vie, mon destin.
La rose rouge crie :
« Elle s’approche, elle s’approche. »
Et la rose blanche pleure : « Il est bien tard. »
Le pied d’alouette écoute :
« Je l’entends, je l’entends. »
Et le lys murmure : « J’attends ».

Alfred, Lord Tennyson
Commenter  J’apprécie          280
CetsakCetsak   26 juin 2019
« Au temps de la Reine Victoria, les gens en Europe parlaient le langage des fleurs. C’est la vérité. Les ancêtres de June - tes ancêtres, Alice - des femmes qui ont vécu il y a longtemps, ont emporté cette langue à travers les océans depuis l’Angleterre et l’ont transmise au fil des générations, jusqu’à ce que Ruth Stone l’introduise ici à Thornfield. (...)
Ruth Stone. Son ancêtre. (...)
A l’autre bout de l’établi était posé un petit livre fait main. « Le langage des fleurs d’Australie à Thornfield ».
« Ruth Stone était ton arrière-arrière-grand-mère, dit Candy. C’était son dictionnaire. Au fil des années elles ont cultivé ce langage comme elles ont cultivé les fleurs qui poussent ici ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Holly Ringland (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Holly Ringland
Flashback: The Lost Flowers of Alice Hart by Holly Ringland Ep: 67
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1070 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..