AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Gaffney (Secrétaire)Andrew Harvey (Secrétaire)Gisèle Gaudebert (Traducteur)Marie-Claude Morel (Traducteur)
ISBN : 2253067717
Éditeur : Le Livre de Poche (21/09/2005)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 178 notes)
Résumé :
Dans cet ouvrage, Sogyal Rinpoché concilie l'ancienne sagesse du Tibet et la recherche contemporaine sur la mort et les mourants, sur la nature de l'esprit et de l'unviers.
Le Livre Tibétain de la Vie et de la Mort clarifie, pour la première fois, la vision complète de la vie et de la mort telle que nous l'offre la tradition tibétaine. L'auteur explique notamment les "bardos", ces états de conscience après la mort qui ont tant fasciné et fait s'interroger art... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  01 décembre 2017
J'avais déjà essayé de lire ce livre en 2007. En reprenant mes notes je lui avais attribué un brillant 1, n'ayant lu qu'une cinquantaine de pages. En fait j'étais passé complètement à côté, trop occupé à divertir mon égo, encore à l'époque en quête de records, de gloire et de célébrité.
Plusieurs fois au début de cet été le titre de ce livre s'est manifesté. Ne croyant plus au hasard, je l'ai alors conseillé à ma femme qui travaille avec des personnes en fin de vie. Et évidemment j'ai de nouveau fait une tentative.
Tout de suite j'ai été emballé par les premières pages du livre, les sujets évoqués faisant écho avec mes recherches du moment.
Puis à la moitié j'ai un peu décroché lorsqu'il parle des différents types de méditation.
Nous sommes le 28 août, il est 13 heures. J'écoute dans ma voiture les titres des infos sur France-Inter : "scandale dans la communauté bouddhiste, un responsable accusé d'agressions sexuelles."
Dès que possible je vais chercher un complément d'infos sur internet : "Sogyal Rinpoché auteur du livre tibétains de la vie et de la mort obligé de démissionner face aux accusations."
Alors ce soir de retour à la maison je prends le livre et je le mets dans la benne des papiers à recycler : la vie est faite d'impermanence.
J'avais noté quelques citations bien profondes, je ne les posterai pas, pas respect pour les victimes et ne voulant pas rendre crédibles des personnes qui n'observent pas les préceptes qu'ils enseignent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
jaguitch
  01 février 2013
J'ai commencé ce livre en venant chercher un autre point de vue sur les questions liées à la mort, pour pouvoir l'aborder sous un autre angle. le résultat est qu'on est très loin en Occident d'avoir une conception saine de celle-ci. Il suffit d'observer comment on traite nos "vieux" ou les personnes mourantes.
Terminer ce livre à permis d'autre part de renforcer mes convictions écologiques, et sur le fait que si nous voulons un changement de société, cette transformation passe d'abord par une révolution spirituelle.
J'ai beaucoup aimé le fait que le bouddhisme mette en avant dans ses enseignements les limites de notre société : individualisme, hédonisme, égocentrisme, surconsommation,etc.
Je pense que je me pencherais de nouveau sur certains points du livre, qui demandent certaines fois une attention particulière. Mais je pense qu'il faut le considérer comme un guide, dans le processus de transformation personnelle et de recherche de spiritualité (qui peut être une spiritualité laïque !)
Ce livre ouvre de nombreuses voies, et je peux dire que sa lecture m'a apporté un certain réconfort face à de nombreuses angoisses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Philippe67
  05 septembre 2011
Un très bon livre que j'ai lu il y a une quinzaine d'années et j'y pense encore très souvent.
Bien sur tout est vu et expliqué par une pensée boudhiste, mais au delà des religions il y a une philosophie de la vie et de la mort qui peut nous aider à vivre et peut être à mourir (mais pas tout de suite).
Commenter  J’apprécie          170
MissSugarTown
  17 septembre 2011
Un livre que j'ai lu en écoutant ceci, j'ai passé des moments magiques en le lisant, surtout une nuit que je n'oublierai pas, j'étais dans un état de zénitude magnifique, j'écoutais toujours cette musique et le son de la pluie sur ma fenêtre.
Sogyal Rinpoché a eu une éducation bouddhiste au Népal, une éducation très spirituelle puisqu'il a suivi l'enseignement de plusieurs grands maîtres bouddhistes qui l'ont pris directement sous leur aile depuis qu'il a 5 ans. C'est très beau comme livre et comme esprit.
Le livre est structuré en 4 parties : La vie, La mort, le passage entre la mort et la renaissance, puis la renaissance. Pour le moment, j'ai lu la première partie. Je le poursuivrai un peu plus tard.
Ce livre est un livre qui doit être lu par tout le monde à mon avis, pas forcément lu en entier, mais ses principaux messages doivent être reçus par tout le monde. Ce livre nous dit que nous vivons dans le déni ou bien dans l'ignorance, ou pire, nous ne vivons pas du tout. Combien d'entre nous ont cherché le sens de leur vie et de l'existence ? Et combien d'entre nous y sont arrivés ? Alors que c'est primordial de savoir d'où on vient, où on va, la raison de notre création et encore plus important, savoir ce que nous sommes avant de voir qui nous sommes. Ce livre met beaucoup l'accent sur la nature de notre esprit, son essence et surtout sur la mort. Il nous reproche de ne pas trop y penser, de faire comme si elle n'existait pas ou de lui donner une importance très moindre, alors que nous sommes entrain de mourir à chaque instant... J'aime beaucoup. J'ai beaucoup aimé. J'ai trop aimé. le bouddhisme m'a toujours profondément touchée, et mon intérêt, mon respect, et ma passion pour l'Asie, ont d'abord commencé par ma fascination pour cette philosophie qu'est le bouddhisme. Il exprimait parfaitement mes profondes convictions, il m'apaise et me calme. J'aime cet état d'esprit dans lequel il me met. J'ai presque envie de me convertir.
Ce que j'ai beaucoup "aimé" aussi, ce sont les nombreuses similitudes avec l'islam, les messages de bases sont les mêmes, les mêmes notions, les mêmes visions... ou presque, en tout cas l'essentiel du message est le même.
Je pense que pour ce genre de livres, le meilleur compte-rendu à faire est de vous donner quelques extraits que j'ai beaucoup aimés. Certains sont évidents, d'autres moins... J'espère qu'ils vous plairont, vous apaiseront et vous éclaireront autant que moi.
Lien : http://laculturehajarienne.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Topper67
  15 février 2016
Écrit par un lama (un enseignant religieux) tibétain né en 1947, ce livre se veut un complément au « Livre des morts tibétain » paru en 1927.
L'auteur tente d'y faire une synthèse entre la vision bouddhiste de la mort et notre mode de vie occidental. Il décrit notamment l'état de « bardo » : un état de conscience post-mortem précédant la renaissance. Il explique d'ailleurs que des Occidentaux aussi ont fait l'expérience de cela dans ce que l'on nomme les « expériences de mort imminente » (EMI /Near Death experience-NDE dans le monde anglo-saxon).
Ce livre se veut aussi une introduction à la pratique de la méditation, vu non pas seulement comme un moyen d'être plus serein dans sa vie, mais surtout comme le meilleur entraînement à ressentir ce que peut être l'état de bardo et ainsi, se préparer à sa propre mort.
J'ai rencontré des personnes m'ayant dit que ce livre a véritablement changé leur façon d'être et de voir les choses, et certains commentaires ici vont dans ce sens. Je serai pour ma part plus mitigé : si à la base vous n'êtes pas croyants, vous aurez du mal à adhérer à certains concepts. de plus, il fait partie de ces ouvrages qu'il vaut mieux lire plusieurs fois (en tout cas certaines parties) si vous voulez être sûr de tout saisir. Notre éducation occidentale nous empêche parfois de comprendre ce qui pour un Tibétain va de soi. En revanche, la critique de certains modes de fonctionnement de l'occident ne pourra pas vous laisser insensibles : la manière dont nous traitons nos personnes âgées et mourantes comme si la vieillesse et la mort étaient des choses honteuses par exemple. Notre peur d'affronter la mort alors que nous la savons inéluctable est aussi l'une des récurrences de cet ouvrage. L'une des anecdotes en début de livre m'a d'ailleurs donné matière à réflexion : l'auteur est bénévole pour accompagner des mourants dans des hôpitaux. L'un de ceux-ci lui dit qu'il a peur, qu'il est en train de mourir. Sogyal Rimpoché lui répond simplement que lui aussi est en train de mourir… plus lentement c'est tout !
En conclusion, je ne vous promets pas, à la lecture de ce livre une illumination soudaine, pas plus qu'un changement radical de votre quotidien. Je vous garanti par contre qu'il vous fera percevoir différemment la société dans laquelle nous baignons : il ne tient ensuite qu'à chacun d'entre nous de voir ce que nous faisons de cette nouvelle perception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
MissSugarTownMissSugarTown   17 septembre 2011
Faites cette expérience : prenez une pièce de monnaie et imaginez que c'est l'objet que vous voulez saisir. Tenez-la bien serrée dans votre poing fermé et étendez le bras, la paume de votre main tournée vers le bas. Si maintenant vous relâchez et desserrez le poing, vous perdrez ce à quoi vous vous accrochiez. C'est la raison pour laquelle vous saisissez.


Mais il est une autre possibilité. Vous pouvez lâcher prise sans rien perdre pour autant : le bras toujours tendu, tournez la main vers le ciel. Ouvrez le poing : la pièce demeure dans votre paume ouverte. Vous lâchez prise... et la pièce est toujours vôtre, malgré tout l'espace qui l'entoure.

Ainsi, il existe une façon d'accepter l'impermanence tout en savourant la vie, sans pour autant s'attacher aux choses.

Examinons maintenant ce qui arrive fréquemment dans les relations de couple. Bien souvent, nous nous apercevons que nous aimons notre conjoint seulement quand nous réalisons que nous sommes entrain de le perdre. Nous nous accrochons alors à lui ou à elle d'autant plus fort ; mais plus nous agissons de la sorte, plus il ou elle nous échappe et plus la relation devient fragile.


Nous désirons le bonheur. Pourtant, le plus souvent, la façon même dont nous le cherchons est si maladroite et si inexperte qu'elle nous cause seulement davantage de tourment. Nous supposons généralement qu'afin de l'obtenir, nous devons saisir l'objet qui, selon nous, assurera notre bonheur. Nous nous demandons comment nous pouvons apprécier quelque si nous ne pouvons le posséder. Combien nous confondons attachement et amour ! Même dans le cadre d'une relation heureuse, l'amour est dénaturé par l'attachement, avec son cortège d'insécurité, de possession et d'orgueil. Et puis, une fois l'amour parti, il ne nous reste que les souvenirs de l'amour, les cicatrices de l'attachement.


Que pouvons-nous donc faire pour triompher de cet attachement ? Tout simplement, en réaliser la nature impermanente. Cette réalisation nous libérera peu à peu de son emprise. Nous aurons alors un aperçu de ce que les maîtres décrivent comme l'attitude juste face au changement : être semblable au ciel qui regarde passer les nuages, ou être libre comme le mercure. Quand du mercure tombe à terre, il demeure, par nature, intact : il ne se mélange jamais à la poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Eric76Eric76   31 mars 2017
Je me suis rendu compte que le fait même de nier la mort est porteur de conséquences désastreuses qui s'étendent bien au-delà de l'individu. Elles affectent la planète entière. Fondamentalement persuadée qu'il n'existe pas d'autre vie que celle-ci, la société moderne n'a développé aucune vision à long terme. Rien n'empêche donc les individus de piller la planète afin de réaliser leurs objectifs immédiats et de vivre dans un égoïsme qui pourrait s'avérer fatal pour l'avenir. Voici ce qu'en dit l'ancien ministre brésilien de l'Environnement, responsable de la protection de la forêt tropicale amazonienne :
" La société industrielle est une religion fanatique. Nous saccageons, empoisonnons, détruisons tous les éco-systèmes de la planète. Nous signons des reconnaissances de dette que nos enfants ne pourront jamais payer... Nous nous conduisons comme si nous étions la dernière génération sur terre. Sans un changement radical dans nos cœurs, nos esprits et notre perspective, la terre finira comme Vénus, calcinée, morte."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          487
jaguitchjaguitch   01 février 2013
Notre vie est-elle autre chose que ce ballet de formes éphémères ? Tout ne change-t-il pas continuellement ? Les feuilles des arbres dans le parc, la lumière dans la pièce où vous lisez ces lignes, les saisons, le temps qu'il fait, l'heure qu'il est, les personnes que vous croisez dans la rue ? Et qu'en est-il de nous ? Toutes nos actions passées ne nous apparaissent elles
pas aujourd'hui comme un rêve ? Les amis avec lesquels nous avons grandi, les lieux de notre enfance, les points de vue et opinions que nous défendions autrefois avec tant d'opiniâtreté : tout cela, nous l'avons laissé derrière nous.
Maintenant, à cet instant, lire ce livre vous semble tout à fait réel. Pourtant, même cette page ne sera bientôt plus qu'un souvenir. Les cellules de notre corps meurent, les neurones de notre cerveau se détériorent ; et même l'expression de notre visage se modifie sans cesse, au gré de nos humeurs. Ce que nous considérons comme notre caractère fondamental n'est rien de plus qu'un« courant de pensée ». Aujourd'hui, la vie nous semble belle car tout va bien ; demain, ce sera le contraire. Où sera passé notre bel optimisme ?

De nouvelles influences nous auront affectés, au gré des circonstances. Nous sommes impermanents. Les influences sont impermanentes. Et il n'existe rien que l'on puisse qualifier de stable ou de durable.
Qu'y a-t-il de plus imprévisible que nos pensées et nos émotions ? Avez-vous la moindre idée de ce que vous allez penser ou ressentir dans un instant ? Notre esprit, en réalité, est aussi vide, aussi impermanent et aussi transitoire qu'un rêve.

Observez une pensée :elle vient, elle demeure et s'en va. Le passé est passé, le futur ne s'est pas encore manifesté et la pensée actuelle, au moment où nous en faisons l'expérience, se mue déjà en passé.
En réalité, seul l'instant présent, le "maintenant ", nous appartient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
DanieljeanDanieljean   17 juillet 2015
Si nous examinons notre vie, nous verrons clairement que nous accumulons, pour la remplir, un nombre considérables de tâches sans importance et quantités de prétendues 'responsabilité'. Un maître compare cela à 'faire le ménage en rêve'. Nous nous disons que nous voulons consacrer du temps aux choses importantes de la vie, mais ce temps, nous ne le trouvons jamais. [...] Impuissants, nous voyons nos journées, se remplir de coups de téléphone, de projets insignifiants; nous avons tant de responsabilités... Ne devrions-nous pas dire plutôt d’irresponsabilités?
C'est notre vie qui semble nous vivre, nous porter et posséder sa propre dynamique étrange. En fin de compte, tout choix et tout contrôle semblent nous échapper. Bien sûr, il nous arrive d'en ressentir un certain malaise, d'avoir des cauchemars et de nous réveiller en sueur. Nous nous demandons alors : 'Que suis-je en train de faire de ma vie?'. Mais au petit déjeuner, nos peurs se sont dissipées; nous reprenons l'attaché-case et...nous voici revenus au point de départ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
MissSugarTownMissSugarTown   17 septembre 2011
En l'absence de nos supports familiers, nous sommes directement confrontés à nous-mêmes, un personnage que nous ne connaissons pas, un étranger déroutant avec qui nous avons toujours vécu mais que nous n'avons jamais voulu vraiment connaître. N'est-ce pas pour cette raison que nous nous efforçons de remplir chaque instant de bruit et d'activités, même futiles et ennuyeuses, afin de nous assurer que nous ne resterons jamais seuls, en silence, en compagnie de cet étranger ?


Cela ne met-il pas le doigt sur un aspect fondamentalement tragique de notre mode de vie ? Nous vivons sous une identité d'emprunt, dans un monde névrotique de conte de fées qui n'a pas plus de réalité que la tortue fantaisie d'Alice au pays des merveilles. Grisés par l'ivresse de construire, nous avons bâti la demeure de notre existence sur du sable. Ce monde peut sembler merveilleusement convaincant jusqu'au moment où la mort fait s'écrouler l'illusion et nous expulse de notre cachette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Video de Sogyal Rinpoché (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sogyal Rinpoché
La méditation expliquée par Sogyal Rinpoché auteur du livre Tibétain de la vie et de la mort.
Dans la catégorie : BouddhismeVoir plus
>Religion comparée. Autres religions>Religions d'origine hindoue>Bouddhisme (225)
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1112 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
.. ..