AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782814504837
Éditeur : publie.net (01/01/1900)
3/5   2 notes
Résumé :
Filles du Calvaire est un texte de deuil(s) qui relate l’errance et les déchirements de l’esprit et du coeur d’une narratrice en exil à Paris. Le texte pose également en filigrane la question de l’écriture et de la création. Une première partie est extraite d’un journal : on y retrouve des fragments qui mélangent la confession, les notes personnelles et les restes « d’envois » d’une correspondance amoureuse entre deux femmes. On y croise des écrivains, des figures d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
brigetoun
  29 août 2011
Journal ou plutôt notations comme brutes, mais travaillées par l'écriture puisque c'est en elle qu'est la solution, tenu lors d'un séjour à Paris, après rupture, avec autre et avec un soi – changer de lieu pour accéder au doute sur le passé, en faire une fiction - regarder comme étrangère - mais fiction dans laquelle serait engagée le corps qui s'est déplacé. Y mettre violence. Journal aussi du travail sur soi. Les peintres et écrivains qui accompagnent (et qui relient au passé)
Et en seconde partie, « amplifications », écrire à partir de la même expérience – écrire cette fiction en y incorporant les bribes notées au fil des jours de cet exil. Et des liens qui renvoient d'un texte à l'autre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   29 août 2011
L’écriture avait cette particularité de fondre en un seul calvaire tous mes souvenirs, je te fabulais ainsi que moi-même dans un tu implicite qui me contenait et qui projetait dans le passé des anticipations d’une délivrance future, des rencontres au gré des errances, des désirs violents de mort que seul le livre pouvait apaiser.
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun   29 août 2011
On cherche à tout prix le corps étranger qui nous déliera la langue. Pour ne pas l’avaler (avaler sa langue : rester silencieux ; mourir).
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   29 août 2011
Avec toi je meurs en rêve toutes les nuits. Je ne me lève pas, et pourtant, les carnets s’écrivent et débordent.
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   29 août 2011
Dès l’instant où l’on pose le doute sur un déjà vécu, on installe la mort en soi, ce qu’il faut pour continuer
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : journalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère
Autres livres de Annie Rioux (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
499 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre