AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277217603
Éditeur : J'ai Lu (30/11/-1)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Charleston au siècle dernier. Ville d'extravagance où l'on s'enivre de plaisirs et de luxe. Ville bientôt déchirée par la guerre de Sécession, ses violences et ses larmes. Mais, sitôt la paix revenue, Charleston veut revivre. A fond. Rattraper le temps perdu.
Au milieu de ces bouleversements, Elizabeth. Adorable, impertinente, elle provoque, séduit sans jamais s'attacher... mais ne sait résister au charme arrogant de Lucas. Fiançailles, mariage somptueux. Par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Yi
  20 novembre 2015
Bon, ça casse pas deux pattes à une oie...
L’histoire. Pour commencer le résumé, sur la quatrième de couverture est assez trompeur.
Oui, on parle d'Elizabeth...
Mais concrètement, le roman se centre sur elle seulement vers la moitié du livre. Et cela voltige si vite !
La première partie, pèle mêle, parle de la guerre de sécession (à peine expliquée), mais aussi et surtout de l’apres guerre et des efforts de Pinckney Tradd le frère d'Elizabeth pour réussir à maintenir sa famille hors de l’eau.
Apres plus de 300 pages, la, on se penche plus sur la vie d'Elizabeth même si son enfance est très brièvement évoquée.
La jeune fille est le prototype typique de la demoiselle sans cervelle : l’homme qu’elle aime est un beau jeune homme. Et ? Et rien d’autre. Elle le connait à peine et elle l'épouse sans se poser de questions. Et bien évidement ce qui devait arriver arriva...
La fin, pas très originale, se profile déjà au loin. Et c’est une cata.
Très sincèrement, c’est une déception.
J’avais apprécié (apprécié pas adoré) Scarlett du même auteur. Mais la c’est clairement pas le même niveau.
Beaucoup de points négatifs ;
- Les faits sont survolés. Oui c’est le mot. Les attachements, les mariages, les amitiés et les fureurs sont évoqués sur quelques lignes puis hop on passe à autre chose. Frustrant.
Par exemple ; Elizabeth perd son bébé à 7 mois de grossesse. Un fait dramatique dont elle parviens à se remettre. Le tout résumé sur moins d’une page. (475).
Moi, j’aime entrer dans le détail, plonger dans la profondeur des sentiments, des émotions (poétique hein ?) La, on en est très loin.

- Le personnage principal, Elizabeth est terriblement peu charismatique. J’ai dernièrement lu «Les Pays Lointains» de Green. Avec le même thème (le sud esclavagiste, une héroïne, la guerre) l’auteur reussit à creer un personnage principal complexe et terriblement humain. A l’opposé d’Elizabeth Tradd.
Un exemple plus universel ; Scarlett O’hara, insupportable de légèreté, sans empathie, bref, elle a un caractère affirmé, une personnalité qui a un minimum d'épaisseur.
Chez Elizabeth, point de tout cela, juste le vide et une fuite en avant.

- L’invraisemblance. Apres la guerre de sécession, Pinckney Tradd est sans le sous. Il va devoir se battre pour récupérer son aisance financière d'antan. Se battre ? Non pas vraiment. Suffit d’une bonne idée de Shad et voila les ennuis qui s’envolent.
Shad est certes débrouillard, mais on ne battit pas une fortune en se contentant d’écouter et d’observer les us et coutumes d’une population. Je pense à un exemple réussi : "l’Insoumise" de Donnelly. Fiona est décidée à faire fortune et à se sortir de la misère. Les étapes de sa réussite seront finement démontrés sans lourdeurs, sans s’attarder avec
Bref, encore une fois, ici, l’auteur survole son sujet et choisi la facilité.
Le bon point qui fait que je met pas zéro : Charleston. La ville et son évolution post guerre est bien expliquée. Même si parfois ça donne l’impression que l’auteur se dépêche, on y voit tous les faits marquant de cette ville. L’auteur a bossé son sujet. D’un autre coté, c’est une native de Charleston...
Encore une fois, les blurbs sont trompeurs :
«Vous rirez, vous pleurerez avec l'héroïne de ce livre. Un roman inoubliable.» (Goodreads.com)
«De tous les romans d’amour se déroulant lors de la guerre de sécession, Charleston est de loin le meilleur !» Sic ! (The Daily Herald).
Faudrait lancer le concours du blurb le plus exagéré...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Khalya
  08 octobre 2017
J'avais beaucoup aimé la plume d'Alexandra Ripley dans Scarlett. Alors quand j'ai vu que celle qui avait osé écrire une suite à « Autant en emporte le vent » avait également écrit une duologie commençant sous la guerre de sécession et se prolongeant sur plusieurs génération jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale, je ne pouvais que vouloir la lire.
Dans ce premier tome, on suit les familles Tradd et Anson. L'histoire débute peu de temps avant la fin de la seconde guerre mondiale et se déroule jusqu'à la fin du XIXème siècle.
Même si on suit de nombreuses personnes, tout tourne plus au moins autour d'Elizabeth Tradd, qu'on découvre toute petite et qu'on suit (quatre ans quand le livre commence) et que l'on va voir évoluer dans sa vie d'adolescente puis de femme (A la fin du livre, si mes calculs sont bons, elle a 39 ans à la fin du roman).
J'ai beaucoup aimé cette fresque familiale sur fond historique (on y parle de la guerre de sécession, de la guerre d'indépendance de Cuba, de l'assassinat de Lincoln etc…)
On peut voir comment se comportait la société avec les règles de bienséance et les diverses obligations, surtout pour les femmes : ne pas sortir sans chaperon, même pour une veuve d'un certain âge, les carnets de bal, les tenues vestimentaires… tout, absolument tout est codifié.
On peut aussi voir les changements profond que subi la société après la guerre de sécession et le nouveau statut des noirs (qui n'est guère plus enviable que leur statut d'esclave).
Elizabeth est très entourée surtout par son frère aîné, Pinckney, devenu chef de famille depuis la mort de son frère au front, et de l'ami de celui-ci, Joe « Shad » Simmons qui a sauvé la vie de Pickney sur le champ de bataille.
Joe va développer une relation assez particulière avec Elizabeth, l'aider à sortir de sa coquille après un épisode traumatisant qu'elle a vécu lors de l'arrivée des Yankee dans la ville où elle était réfugiée avec sa fille.
J'aimais bien Pickney jusqu'à une réaction que j'ai trouvé vraiment intolérable vis à vie de Shad à qui il doit quand même la vie.
Leur mère, Mary, est un peu évaporée, toujours à se plaindre et à pleurnicher, tout le contraire de la tante Julia, une vraie terreur qui tient toute la famille en laisse d'un haussement de sourcil.
Le frère de Pinckney et Elizabeth, Stuart était mignon enfant, mais il m'est vite devenu désagréable. J'ai vraiment pris en horreur son état d'esprit.
Elizabeth a l'air faible et superficielle, mais elle est juste élevée d'une manière qui l'a conditionnée à être une fleur fragile et les évènements vont montrer qu'elle a en elle une force incroyable quand les circonstances l'exigent.
Parfois, pour les personnages secondaires, on se perd un peu dans les noms car les fils aînés ont le nom de leur père, souvent un fils ou une fille cadette prend comme prénom le nom de jeune fille de sa mère… (C'est comme ça qu'on a un Andrew Anson, un Anson Tradd, un Tradd Cooper…)
Même si on a beaucoup de personnages masculins qui ont de l'importance, et même beaucoup d'importance, Charleston est un roman de femmes. Ce sont les femmes qui importent, ce sont elles qui font changer les choses, qui vont de l'avant, qui subissent aussi l'opprobre qui accompagne tout désir de bouleversement des règles établies.
En résumé j'ai beaucoup aimé ce roman et je n'ai pas vu passer les 800 pages que j'ai avalé en moins d'une journée, et à peine ai-je terminé que j'ai attaqué le second tome « Retour à Charleston ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Oona
  01 février 2016
Si vous recherchez une saga historique et familiale qui vous dépayse complètement, choisissez Charleston!
Ce premier tome fraîchement réédité chez Archi-poche est une réussite totale!
1865, la Guerre de Sécession se termine par la défaite des Sudistes contre les soldats de l'Union. Abraham Lincoln est sur le point d'abolir l'esclavage.
La famille Tradd, riches propriétaires sudistes, voient Pinny , le fils aîné, revenir des combats estropié mais vivant! il est accompagné de Shad, un orphelin courageux et qui a plus d'un tour dans son sac! La reconstruction de cette famille ruinée par la guerre pèse à présent sur les épaules de Pinny. Il se voit en charge de sa mère complètement frivole, de son jeune frère et de Lizzie, la petite dernière de la famille....
Ce premier tome de la saga d'Alexandra Ripley retrace 40 années de la famille Tradd, archétype des anciennes grandes familles sudistes cherchant à retrouvé le faste d'antan, malgré les difficultés financières. Je me suis attachée aux protagonistes pour leurs qualités et défauts et ai eu quelques coups de coeur pour des personnages secondaires comme Lucy ou Julia., deux femmes capables d'affronter l'adversité sans fléchir.
Ce que j'ai apprécié également dans ce roman, c'est le fait que l'auteur a choisi délibérément de ne pas cacher les ravages causés par la Guerre de Sécession et l'occupation de Charleston qui en résulta. L'abolition de l'esclavage a été un événement historique, c'est certain! Mais la misère de ces anciens esclaves laissés livrés à eux-mêmes ne s'est pas envolée d'un coup de baguette magique!
Bref, Charleston est un livre distrayant, bien construit qui vous procurera un excellent moment d'évasion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
joelle58
  12 septembre 2018
Nous sommes à « Charleston » en Virginie-occidentale à la fin du XIX siècle. Tout au long de ce roman nous allons côtoyer les familles TRADD et ANSON. L'histoire de Lizzie TRADD débute à la guerre de Sécession. Elle a 4 ans. Au fil des pages et jusqu'à ses 37 ans nous allons partager ses peurs enfantines, ses joies adolescentes, ses tourments et ses bonheurs d'adulte. Nous sommes plongés dans les traditions sudistes, les règles de vie féminine, les lois du quand dira t'on qui régissent les actes de tout un chacun. En fin de livre notre héroïne accède à une indépendance personnelle et financière rare à cette époque et accède à une heureuse quiétude de sentiments. Je viens de découvrir qu'il y a une suite avec « Retour à Charleston ». Je ne manquerai pas de lire ce second tome.
Commenter  J’apprécie          70
Tounet
  26 avril 2017
Un bon livre, qui vous emporte dans le Sud des U.S.A. juste à la fin de la guerre de Sécession et vous redépose sur terre à l'aube du XIX ÈME siècle quand les états du sud s'industrialisèrent plus ou moins contraints par les ravages de l'armée yankee qui les laissèrent sans ressources.
La déception de ce roman ne vient pas du roman en lui-même qui n'est pas mauvais... mais de sa couverture. On fera l'impasse sur le vilain montage photo d'une maison mal cadrée dans des tons soleil couchant assez criards et d'une dame déguisée dans une laide crinoline même pas d'époque et on s'attardera sur le "un roman inoubliable!" Non le roman n'est pas mauvais, il offre même quelques heures d'agréable dépaysement mais de là à le qualifier d'inoubliable, vous créez d'avance une déception que le livre ne méritait pas. La quatrième de couverture ensuite laisse présager le récit des heurs et malheurs d'une courageuse sudiste, Élizabeth pour nourrir sa famille... Certes Elizabeth est l'un des principaux personnages au même titre que Pinkney ou Joe "Shad" Summers, pour moi c'est plus l'histoire de la famille Tradd, j'avoue même avoir préféré Pinkney aux autres personnages...
Je dirai que les aventures de cette famille qui reconverti ses immenses plantations de riz après le départ des "tuniques bleues" et l'émancipation des esclaves mêlant histoires d'amour, d'argent, de tradition sont fort agréables à lire pour qui aime le genre "grande saga familiale" mais nous n'avons là rien d'inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
sld09sld09   16 juillet 2017
La grand-rue était silencieuse et déserte. Dans les jardins qui la bordaient, les feuilles des arbres et des vignes vierges pendaient, inertes , les oiseaux eux-mêmes n’avaient pas la force de chanter dans la moiteur étouffante.Un air de carillon – quatre fois répété – vint rompre le silence. Une cloche égrena quatre coups graves et une voix forte cria :
— Il est quatre heures, et tout va bien !
Peu après, une galopade retentit au loin. Le guetteur posté dans le clocher de l’église regarda avec attention le cavalier en uniforme gris approcher à bride abattue, puis passer au-dessous de lui. Il reconnut le jeune officier : c’était Andrew Anson, qui se dirigeait vers sa maison de Meeting Street.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
YiYi   20 novembre 2015
En outre, sa tante Julia lui avait inculqué deux principes essentiels : primo, on devait adorer le riz, pas seulement le manger ; secundo, les garçons étaient plus importants que les filles.
Commenter  J’apprécie          20
YiYi   20 novembre 2015
Seules deux choses lui était refusées : participer à la vie mondaine - ce qui ne l'intéressait pas - et participer aux responsabilités - ce qu’il désirait beaucoup.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Alexandra Ripley (1) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..