AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Myrtha Bell (Traducteur)
ISBN : 2253137499
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/1995)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 23 notes)
Résumé :
La vie de Mary Mac-Alistair bascule le jour de ses seize ans, lorsque, à la mort de son père, elle apprend que sa mère n’est qu’une marâtre. Orpheline, avec pour tout héritage un coffret contenant quelques souvenirs et une adresse à la Nouvelle-Orléans, elle n’hésite pas à quitter sa pension et à s’embarquer sur le premier vapeur descendant le Mississippi…

De multiples aventures l’attendent. Elle échappe de justesse à la maison de prostitution où elle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Pluiedor
  16 janvier 2018
Mary a seize ans à la mort de son père. Elle est en pension au couvent, chez les Ursulines, et découvre seulement à cette occasion que sa mère n'est en réalité que sa belle mère, sa véritable mère étant morte en couches.
Elle dispose d'un nom et d'une adresse à la Nouvelle-Orléans pour retrouver sa famille maternelle. Il n'en faut pas davantage à la jeune fille pour se lancer seule dans un long voyage, à la recherche de ses origines.
Ce roman brosse un portrait du Sud d'avant la guerre de Sécession, avec ses plantations, ses bals, ses excès, l'opulence la plus extravagante côtoyant la misère la plus noire... dans ce monde impitoyable, l'ascension sociale aussi rapide que fulgurante d'une feune fille de seize ans semble peu credible. Il est aussi question du culte vaudou, du "plaçage" et de la fièvre jaune.
Les aventures de Mary sont longues mais je les ai suivies avec intérêt. Toutefois, je trouve que la fin est bâclée , le dernier chapitre devant à mon avis être plus étoffé.
Commenter  J’apprécie          50
kastelanka
  25 février 2014
Mary l orpheline verra de nombreux obstacles se dresser sur sa route après le décès brutal de son père alors qu elle n a que seize ans. le monde impitoyable machiste de l ancien Sud et plus particulièrement la Nouvelle Orléans qui est le théâtre de sa vie sera sans pitié. Cet état de choses lui permettra de révéler sa vraie personnalité et assoir sa place dans ce monde.
Commenter  J’apprécie          90
Cyrlight
  05 octobre 2018
La demoiselle du Mississippi est un roman historique ayant pour cadre l'Amérique pré-guerre de Sécession. Mary, une jeune fille naïve, apprend le jour de son seizième anniversaire que son père est mort et que sa belle-mère ne veut plus d'elle. Avec une cassette pour seul héritage, elle se lance à la recherche de sa véritable famille maternelle, à la Nouvelle-Orléans.
Si je devais décrire ce livre en quelques mots, je dirais qu'on n'en voit pas le bout. J'avais déjà eu ce sentiment avec Pour tout l'or du Sud, un autre roman d'Alexandra Ripley, où il ne se passait pas grand-chose, mais où les personnages avaient le le mérite d'être attachant. Ici, c'est loin d'être le cas.
Pour commencer, il y en a beaucoup trop. Si le début se concentre sur Mary, la suite s'éparpille avec Jeanne, sa demi-soeur, Valmont Saint-Brévin, Marie Laveau... Et que dire de Céleste ? Elle apparaît d'abord comme l'antagoniste du récit, puis ne revient ensuite qu'une ou deux fois, histoire de nous rappeler qu'elle existe, avant que son sort finisse par être abrégé en l'espace de quelques lignes, sans qu'on ait finalement pu correctement la cerner.
C'est d'ailleurs le problème de l'histoire en elle-même. Elle traîne en longueur, part dans tous les sens, plusieurs intrigues se superposent... On se perd facilement, on se demande où on va, et tout cela pour quoi ? Une fin bâclée expédiée en une poignée de chapitres.
L'héroïne, Mary, est agaçante au possible. Crédule la moitié du temps et odieuse l'autre moitié, impossible de s'attacher à elle. Elle a souvent des opinions condescendantes sur les gens, alors qu'elle-même ne vaut pas mieux, ne serait-ce que dans son attitude avec ce pauvre Paddy, qui a pour seul défaut de ne pas avoir un rang social équivalent au sien. Elle est déterminée à retrouver sa famille, mais ne fait rien pour y parvenir, puis s'en moque, puis l'adore... À cause de tout cela, elle donne l'impression d'être une égoïste ambitieuse qui, comme le fait si bien remarquer la veuve, aime se faire plaindre.
Grosse déception donc que ce livre. Autant j'avais adoré Scarlett et autant la lecture de Pour tout l'or du Sud n'avait pas été désagréable, en dépit du ton monocorde du roman, autant La demoiselle du Mississippi m'a refroidie quant à l'idée de lire d'autres livres d'Alexandra Ripley. Si je dois me relaisser tenter, ce ne sera sûrement pas avant un sacré bout de temps.
Lien : http://leslecturesdelietcyrl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fuelyod
  13 juillet 2015
Trois étoiles pour la bonne documentation relative à la Louisiane. L'intrigue manque d'originalité et ne mérite que deux petites étoiles.
Commenter  J’apprécie          30
talou61
  15 juillet 2016
Un superbe roman à l'eau de rose comme je les aime.
Je suis une éternelle romantique....
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   31 juillet 2015
Cécile était la fille d'une placée, donc une enfant illégitime. Elle ne pouvait prétendre épouser un homme de couleur fortuné qui lui offrirait le train de vie auquel elle était accoutumée. Car la société des gens de couleur obéissait aux règles aussi strictes en matière de rang et de naissance que la société des Blancs.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   31 juillet 2015
La vie est si précaire ici qu'elle engendre une voracité, une boulimie de sensations. Bien sûr, il y a les interdits moraux et religieux. Mais, sous un masque, personne ne peut vous reconnaître, donc vous demander des comptes. Les tabous s'effacent et laissent la place à la voracité, sous toutes ses formes.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   31 juillet 2015
J'aime cette Louisiane. Je l'ai aimée au premier coup d'œil.
J'ai eu raison de venir ici. Mon cœur a reconnu ce pays avant même que mon esprit ne le découvre. C'est mon pays. Je n'ai pas besoin de preuves pour le savoir.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   31 juillet 2015
Le pouvoir. C'est l'aventure la plus excitante au monde. Le conquérir. L'exercer. Se savoir le plus fort. Donner des ordres. Punir ses ennemis. Lire la peur dans le regard des autres. Aucun homme n'est capable de vous procurer pareille jouissance.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   31 juillet 2015
Une plantation est comme un petit royaume. Elle produit tout ce dont elle a besoin. Hormis le vin pour les messieurs et les chiffons pour les dames. Ceux-là, on les fait venir de France.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Alexandra Ripley (1) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : nouvelle-orléansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre