AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782362290299
138 pages
Editions Bruno Doucey (20/04/2012)
4.54/5   14 notes
Résumé :
"Mes chers semblables comment pouvez-vous vous courber encore ? Comment pouvez-vous ne pas sourire ? Ouvrez les fenêtres. Le monde resplendit infatigable. Qu'il soit regardé".
Que lire après Symphonie du printempsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
« Le monde resplendit
Infatigable.
Qu'il soit regardé ».
Ces trois vers sont les derniers du recueil, et ils respirent l'espoir et le goût de la beauté ; j'ai pensé à Dostoïevski : « la beauté sauvera le monde ». le recueil peut sembler raconter une histoire, avec des éléments biographiques – la préface est d'ailleurs importante et nécessaire pour mieux connaître ce poète grec que je ne connaissais pas. le début du recueil – ou plutôt, le début de l'histoire puisque le recueil n'est pas purement chronologique, évoque l'hiver, la nuit. Tout est gris, dans une faible lumière de lune ou de brume, et le paysage est glacé, recouvert de givre. le poète souffre, il est « captif », « derrière les barreaux », prisonnier du poids des malheurs familiaux : pauvreté, folie, maladie, deuil...
Mais après la nuit, vient la lumière, après l'hiver le printemps, la nature chante et s'illumine, grâce à l'Amour. Tout apparaît en harmonie, en symphonie donc : chacun a sa place, chacun sa partition. le soleil brille, les oiseaux font des vocalises, les barques blanches sont au port, la mer étincelle... Les thématiques ne sont pas très originales, lier la célébration de la Bien-Aimée et celle de la Nature, on pourrait croire à du lyrisme dégoulinant, mièvre. Non, l'écriture est délicate, subtile et légère, car la Bien-Aimée est une figure de lumière qui apaise le poète. Et aussi, voire et surtout, l'acte d'écrire, l'acte même d'être poète, apparaît comme aussi nécessaire à l'arrivée du bonheur que l'Amour. L'amour se renforce par l'écriture, qui, elle aussi, aide à sortir du brouillard de l'hiver : « même mes vers les plus brillants / avaient caché dans leur coeur le vacillement d'un sanglot », puisque l'écriture était empêchée par l'absence de l'Amour.
Ce recueil m'a été conseillé par une amie chère, amoureuse de la Grèce, de sa langue, et de ses paysages. Ma lecture était donc dès le début une recherche de mer et de soleil, de bonheur.
Commenter  J’apprécie          92
Le poète grec signe un recueil autobiographique. Il évoque son pays natal, la Grèce, et ses drames familiaux : faillite, décès, maladie, folie...
Dans ses malheurs, l'auteur a rencontré l'Amour qui représente le soleil dans son obscurité. C'est à ce cher Amour qu'il écrit, lui racontant son enfance, ses tragédies et tout son bonheur de l'avoir rencontré, jusqu'à la mort...
Des mots courts, poignants, mélancoliques, tragiques mais teintés d'espoir.
Une superbe symphonie d'un poète engagé et passionné.
Commenter  J’apprécie          100
Au-delà de la douleur, un hymne magnifique à la vie.


Dans ce long poème publié en 1938, alors que la dictature de Metaxas dévaste son pays, Yannis Ritsos évoque sa jeunesse marquée par de nombreux drames familiaux et ses tourments suite à la tuberculose qui l'a conduit au sanatorium de Sotiria et à la situation politoque de son pays.

Cependant, le recueil est illuminé par la présence d'une femme à laquelle il dit :
« Je ferme les paupières
sous la nuit paisible
et j'entends gazouiller des myriades d'astres
là où tes doigts se sont attardés
sur ma chair. »

Chez Ritsos, souffrances et joies intimes s'ouvrent à l'universel et à 'intemporel ainsi que Bruno Doucey l'exprime dans sa préface, lire « Symphonie du printemps », c'est « Comme si le soleil d'hier s'étirait sans se rompre jusqu'à l'horizon d'aujourd'hui ».

Un chant d'espoir à lire et à dire...

A écouter absolument, la conférence de Bruno Doucey à L'université de Nantes : "Yannis Ritsos, le chant grec face au désastre du monde"...
Lien : http://webtv.univ-nantes.fr/..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Je quitterai
le blanc sommet enneigé
qui réchauffait d'un sourire nu
mon infini isolement.

Je secouerai de mes épaules
la cendre dorée des astres
comme les moineaux
secouent la neige
de leurs ailes.

Ainsi un homme, simple et
intègre
ainsi tout joyeux et innocent
je passerai
sous les acacias en fleurs
de tes caresses
et j'irai becqueter
la vitre rayonnante du
printemps.

Je serai l'enfant doux
qui sourit aux choses
et à lui même
sans réticence ni réserve.

Comme si je n'avais pas connu
les fronts mornes
des crépuscules de l'hiver
les ampoules des maisons
vides
et les passants solitaires
sous la lune
d'Août.


*Pour Jean-Paul (Fandol) grâce à qui j'ai découvert la sublime poésie de Yánnis Rítsos. Je vous invite à lire sa belle critique : "Ne pleure pas sur la Grèce".
Commenter  J’apprécie          6119
Tu m’as trouvé comme un caillou que l’on ramasse sur la plage
Comme un bizarre objet perdu dont nul ne peut dire l’usage
Comme l’aigle sur un sextant qui échoue à terre la marée
Comme le désordre d’une chambre d’hôtel qu’on n’a pas faite
Un lendemain de carrefour sur les papiers gras de la fête
Un voyageur sans billet assis sur le marchepied du train
Un ruisseau dans leur champ détourné par les mauvais riverains
Une bête des bois que les autos ont pris dans leurs phares
Comme un veilleur de nuit qui s’en revient dans le matin blafard
Comme un rêve mal dissipé dans l’ombre noires des prisons
Comme l’affolement d’un oiseau fourvoyé dans la maison
Comme au doigt de l’amant trahi la marque rouge d’une bague
Comme une lettre déchirée, éparpillée au vent des rues
Comme le hale sur les mains qui a laissé l’été disparu
Comme le regard égaré de l’être qui voit qu’il s’égare
Comme les bagages laissés en souffrance dans une gare
Comme une porte quelque part ou peut-être un volet qui bat
Le sillon pareil du cœur et de l’arbre où la foudre tomba
Une pierre au bord de la route en souvenir de quelque chose
Un mal qui n’en finit pas plus que la couleur des ecchymoses
Comme au loin sur la mer la sirène inutile d’un bateau
Comme longtemps après dans la chair la mémoire du couteau
Comme le cheval échappé qui boit l’eau sale d’une mare
Comme u e injure au soleil avec la paille dans les yeux
Comme la colère à revoir que rien n’a changé sur les eaux
Tu m’as trouvé dans la nuit comme une parole irréparable
Comme un vagabond pour dormir qui s’était couché dans l’étable
Comme un chien qui porte un collier aux initiales d’autrui
Un homme de foire d’autrefois empli de fureur et de bruit
Commenter  J’apprécie          100
V
Le carillon de la lumière
nous accueille
sur le blond bord de mer.

L'aube passe sur la plage
mouillant à peine ses pieds nus
sur la vague dorée.

Une jeune fille
a ouvert la fenêtre
et a souri à la mer.
Elle a fermé ses yeux à la lumière
pour sonder en son cœur
la lueur éteinte
de son sourire.

Écoute les simandres
des chapelles campagnardes.
Elles arrivent des lointains
des profondeurs.
Des lèvres des enfants
De l'ignorance des hirondelles
des blanches cours du dimanche
des chèvrefeuilles et des pigeonniers
des maisons humbles.
Commenter  J’apprécie          300
Joie joie.
Peu nous importe
ce que laissera notre baiser
à l'intérieur du temps et de la chanson.

Nous avons touché
la belle inutilité
qui ne cherche pas son utilité.
Commenter  J’apprécie          332
Je n’ai pas peur.
Revêtu de l’éclat
de ton adulation
je passe audacieux
à travers la forêt de la nuit.

Personne ne peut
souiller
le bord de notre couche.

Qu’ils viennent les orages
briser les miroirs des jardins.

Que la neige ferme ma porte.
Que la nuit de sa paume
recouvre
ma dernière lucarne.

Moi je montrerai à la pluie
cette rose de printemps
que dans ma main ton adulation d.posa
et je sourirai enjoué
dans mon isolement.

Quelle punition fera
disparaître à mes yeux
la trace étincelante de tes yeux?
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Yannis Ritsos (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yannis Ritsos
Avec Marc Alexandre Oho Bambe, Nassuf Djailani, Olivier Adam, Bruno Doucey, Laura Lutard, Katerina Apostolopoulou, Sofía Karámpali Farhat & Murielle Szac Accompagnés de Caroline Benz au piano
Prononcez le mot Frontières et vous aurez aussitôt deux types de représentations à l'esprit. La première renvoie à l'image des postes de douane, des bornes, des murs, des barbelés, des lignes de séparation entre États que l'on traverse parfois au risque de sa vie. L'autre nous entraîne dans la géographie symbolique de l'existence humaine : frontières entre les vivants et les morts, entre réel et imaginaire, entre soi et l'autre, sans oublier ces seuils que l'on franchit jusqu'à son dernier souffle. La poésie n'est pas étrangère à tout cela. Qu'elle naisse des conflits frontaliers, en Ukraine ou ailleurs, ou explore les confins de l'âme humaine, elle sait tenir ensemble ce qui divise. Géopolitique et géopoétique se mêlent dans cette anthologie où cent douze poètes, hommes et femmes en équilibre sur la ligne de partage des nombres, franchissent les frontières leurs papiers à la main.
112 poètes parmi lesquels :
Chawki Abdelamir, Olivier Adam, Maram al-Masri, Katerina Apostolopoulou, Margaret Atwood, Nawel Ben Kraïem, Tanella Boni, Katia Bouchoueva, Giorgio Caproni, Marianne Catzaras, Roja Chamankar, Mah Chong-gi, Laetitia Cuvelier, Louis-Philippe Dalembert, Najwan Darwish, Flora Aurima Devatine, Estelle Dumortier, Mireille Fargier-Caruso, Sabine Huynh, Imasango, Charles Juliet, Sofía Karámpali Farhat, Aurélia Lassaque, Bernard Lavilliers, Perrine le Querrec, Laura Lutard, Yvon le Men, Jidi Majia, Anna Malihon, Hala Mohammad, James Noël, Marc Alexandre Oho Bambe, Marie Pavlenko, Paola Pigani, Florentine Rey, Yannis Ritsos, Sapho, Jean-Pierre Siméon, Pierre Soletti, Fabienne Swiatly, Murielle Szac, Laura Tirandaz, André Velter, Anne Waldman, Eom Won-tae, Lubov Yakymtchouk, Ella Yevtouchenko…
« Suis-je vraiment immortelle, le soleil s'en soucie-t-il, lorsque tu partiras me rendras-tu les mots ? Ne te dérobe pas, ne me fais pas croire que tu ne partiras pas : dans l'histoire tu pars, et l'histoire est sans pitié. »
Circé – Poèmes d'argile , par Margaret Atwood
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (49) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1202 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}