AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369144688
Éditeur : Libretto (13/09/2018)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Décembre 1888. Alors que le bon peuple de Paris s’interroge sur cette tour que l’impérieux Gustave Eiffel fait édifier à grands frais, d’étranges rumeurs circulent dans les faubourgs de la capitale : les morts parlent !
Interpellé par la presse à ce sujet, le préfet de police M. Henry Lozé tourne en ridicule « les plaisanteries de quelques coquins ». Ainsi parle-t-il devant le beau monde, sous les feux électriques du parvis de l’Opéra Garnier. Mais, depuis l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Nepenthes
  29 octobre 2017
Je suis tombée sur le second tome de la 25e heure avant d'acquérir le premier et j'avais été attirée par la superbe couverture et le synopsis alléchant. La couverture de la première enquête, également par Éliane Black'Mor et Carine-M, est tout aussi réussie, sombre et intriguante, et appelle à ouvrir le livre pour en savoir plus.
Je ne connaissais ni Feldrik Rivat, ni les Éditions de l'Homme Sans Nom. C'était donc les conditions parfaites pour une découverte.
Le roman hameçonne le lecteur très rapidement et le tient en haleine jusqu'au bout. L'auteur a cousu une intrigue riche et haletante. Nous voilà sur les pas de Lacassagne et Bertillon, un duo étrangement assorti, à tenter de défaire les fils d'une enquête opaque.
J'ai beaucoup apprécié le soin que l'auteur a apporté dans tout son roman : que ce soit dans ses personnages, son univers ou son intrigue, il sait en raconter suffisamment pour dépeindre une fresque assez riche, mais pas trop pour ennuyer le lecteur ou faire trainer les choses en longueur.
Les derniers chapitres deviennent plus courts à mesure que le rythme s'accélère à l'approche de la fin. le roman se termine en ouvrant sur de nouvelles questions, et un tantinet de confusion qui, on le devine, obtiendront des réponses dans le second tome.
Au terme de ma lecture, je suis conquise par la plume de l'auteur, sa capacité à nous emporter dans une histoire travaillée et bien construite. J'ai d'ailleurs déjà embrayé sur le second tome et je pense me lancer à la découverte d'autres romans de Feldrik Rivat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Le_chien_critique
  13 janvier 2016
L'action se déroule à Paris en 1888, la Tour Eiffel s'érige pour la future exposition universelle de 1889.
Dans les bas-fonds, une rumeur grandit : les morts disparaissent de leurs tombes.
Deux policiers sont mis sur l'enquête : Eudes Anatole-Faust Lacassagne, inspecteur taiseux à l'intelligence en éveil, aux méthodes peu orthodoxes souffrant d'une étrange maladie; et Louis Bertillon, jeune recrue candide et pipelette.
Ce duo improbable va donc devoir démêler les tenants et aboutissants de cette folle rumeur.
Ce duo français est clairement un clin d'oeil au Sherlock Holmes britannique. L'ambiance y fait penser aussi. L'époque et la capitale sont bien restituées, même si je ne suis pas un spécialiste de la question.
Nous croisons tout au long de l'enquête des célèbres personnages de l'époque : le professeur Charcot, fondateur de la neurologie moderne ; Alphonse Bertillon, père de l'anthropométrie scientifique ; Georges Méliès, prestidigitateur…
Grâce à une multitude de détails, des thématiques propres à cet époque, le langage, le lecteur est plongé corps et âmes dans la capitale française en cette fin de 19ème siècle.
Ce roman historico policier fantastique est rondement mené, pas de temps mort et les pages se tournent de plus en plus vite afin d'arriver à sa conclusion.
C'est ici que le bât blesse : nous sommes face à une série et le livre se termine sur des rebondissements de l'enquête… Même si la couverture indique qu'il s'agit du premier épisode, nous restons sur notre faim. Peut être l'auteur a voulu faire un hommage aux feuilletons du 19ème siècle ? Mais ici, il faudra patienter quelques mois pour avoir la suite (si le livre s'est bien vendu)
Petit bémol supplémentaire, des indices parfois mal dissimulés dans le texte, des répétitions sur les tics des personnages, qui permettent de mieux les cerner, mais qui à mon sens alourdissent un peu la lecture au bout de la vingtième fois.
Cependant, malgré ces petites erreurs de jeune auteur, ce roman est d'une lecture distrayante et aussi intelligente : le lecteur y apprendra sûrement quelques anecdotes, voire plus, sur cette époque.
J'achèterai le deuxième épisode dès sa parution en septembre 2016 (selon l'indication du livre).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ginnyzz
  05 janvier 2017
Résumé: Décembre 1888. Alors que le bon peuple de Paris s'interroge sur cette tour que l'impérieux Gustave Eiffel fait édifier à grand frais, d'étranges rumeurs circulent dans les faubourgs de la capitale: les morts parlent! Interpellé par la presse à ce sujet, le préfet de police M. Henri LOZE tourne en ridicule « les plaisanteries de quelques coquins ». Ainsi parle-t-il devant le beau monde, sous les feux électriques du parvis de l'Opéra Garnier. Mais, depuis l'ombre de ses cabinets, l'homme lance sur cette affaire les plus fins limiers de la République. Pendant ce temps, l'Académie des sciences en appelle à ses éminents savants pour que la pensée rationnelle, une fois pour toutes, triomphe des ténèbres de l'obscurantisme. Entre science, ésotérisme et enquête policière, cette aventure revisite l'histoire des inventions de la fin du XIXè siècle en leur prêtant de bien sombres desseins…
Vu que je n'ai plus d'ordi à la maison (RIP mon vieux PC), les chroniques des lectures qui étaient à l'origine prévues pendant les fêtes feront donc l'objet des premières chroniques 2017. Je vais donc commencer par Feldrik RIVAT.
Voici La 25ème Heure. le premier volume d'un diptyque à première vue passionnant (du moins si le deuxième volume est aussi prenant que le premier). A Paris en cette année 1888, il se passe des choses étranges. Des corps disparaissent de leur tombe. L'enquête va être confiée à l'inspecteur Eudes Anatole-Faust Lacassagne, le Khan, un enquêteur aux méthodes bien personnelles souffrant des maux étranges (un gros clin d'oeil à Sherlock Holmes que ce Lacassagne) et à son nouvel équipier, fraîchement embauché et candide, Louis Bertillon. Je ne peux pas en expliquer plus sans dévoiler les grandes lignes de ce roman, je vais donc m'abstenir. Mais je vais quand même te donner mon ressenti.
L'auteur prend le temps pour poser son action et ses personnages. Un démarrage peut être un peu long, mais des protagonistes bien brossés et une bonne vision du monde policier et médico-légal de l'époque, des balbutiements de la médecine médico-légale.
Beaucoup de descriptions, qui auraient pu alourdir le texte mais que j'ai vraiment appréciées puisqu'elles m'ont permis de me projeter dans ce Paris d'autrefois, son quotidien, ses petits boulots oubliés, sa folie des grandeurs. Qui m'ont permis aussi et surtout de le découvrir ce Paris de la fin du XIXème siècle, déjà esquissé dans Léviatemps de Maxime Chattam, de redécouvrir les grandes nouveautés techniques et scientifiques de cette fin de siècle, de croiser de grands personnages (et de grandes théories ou mouvements intellectuels de l'époque) comme par exemple Allan Kardec ou encore Georges Méliès, Alphonse Bertillon, le Professeur Charcot, entre autres…
Beaucoup de rebondissements, qui donnent un bon rythme à ce récit. On n'a pas le temps de s'ennuyer. Jusqu'à la dernière page, il se passe des choses.
Par contre, si tu souhaites te lancer dans cette lecture, je te conseille d'acheter les deux volumes en même temps. Ils sont indissociables. (Tome 2: le Chrysanthème noir). En effet, ce premier volume se termine « en cul de sac », sur un dernier rebondissement et laisse en suspens beaucoup de questions. Quasiment rien n'a été résolu à la fin de la 25è heure, bien au contraire: le mystère s'épaissit. Les réponses à toutes ces questions et à l'action développée ici se trouvent dans le deuxième tome. Heureusement que le Père Noël m'a amené le Chrysanthème…
Une belle découverte.

Lien : https://lyseelivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BVIALLET
  17 mars 2016
À la gare de Leysin en Suisse, le domestique Ernest accueille un Français appelé « Le Biographe » arrivé de Paris-Capitale et invité par Monsieur Louis Bertillon. le Biographe lui apporte un précieux manuscrit retraçant les aventures d'Eudes Lacassagne, inspecteur général de police « qui combat ses insomnies » en arpentant les rues par tous les temps et « qui fait taire les cris de la nuit » à grands moulinets de sa canne ferrée. Autant Lacassagne est sinistre et taciturne, autant Louis Bertillon, frais émoulu de l'école de police, est gai et bavard. Tous deux commencent par se rendre au domicile d'Epiphanie Gaulard, une femme dont « le défunt mari a eu l'indélicatesse de disparaître ».
Ce premier tome de « La 25ème heure » n'est que le début d'une enquête policière présentée sous forme de feuilleton. Les deux protagonistes déambulent dans un Paris du XIXème siècle très bien rendu où l'on croise la route de toutes sortes de célébrités comme Charcot, Bertillon Alphonse ou Lacenaire. L'intrigue se situe résolument dans le registre du policier fantastique avec une pointe de steampunk pas désagréable. Les personnages sont un tantinet caricaturaux mais intéressants quand même. On sent très bien que l'auteur a voulu créer un couple d'enquêteurs parisiens faisant pendant aux londoniens Holmes et Watson. le style est agréable et de belle qualité, les situations amusantes ou intrigantes. On ne sait pas trop si l'on nage dans l'humour, la parodie ou le véritable fantastique. Mais peu importe, le divertissement (car il ne s'agit que de cela au bout du compte) est de qualité. Dommage que l'on doive rester sur sa faim !
Lien : http://lemammouthmatue.skyne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ludik54
  21 juin 2018
Paris 1888. ça commence bien ! Une époque que je trouve très intéressante, une couverture qui m'a beaucoup attiré, un jeune auteur français, il ne m'en fallait pas plus pour me lancer à la découverte de la 25ème heure.
Nous allons donc suivre une enquête policière sur un fond que je qualifierais de légèrement fantastique et steampunk (ce n'est que mon avis pour ce dernier). Les personnes sont intéressants, et on a très envie d'aller au bout de cette enquête..
Bon seul petit bémol pour moi.. la fin ne m'a pas satisfait.. Ce qui est sûrement fait exprès et donne envie de lire la seconde enquête dans La Chrysantème noir. Affaire à suivre donc ! Avec beaucoup d'attentes
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Elbakin.net   22 février 2016
La 25e Heure est la chronique d’une idée captivante mais mal exploitée.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AelurusAelurus   12 mai 2016
Ces trois mots "Liberté, Égalité, Fraternité" ne sont pas inscrits en vain sur les frontons de nos plus beaux bâtiments. Plus que des valeurs, ils sont l'âme de la rance. Et cette âme, il nous revient à tous de la défendre, il nous revient d'honorer ceux qui avant nous sont morts pour porter au plus haut les idéaux de la République. Combien de guerres et de sang pour que le mot "Liberté" ait un sens ? pour que vous tous qui m'entendez et vivez dans ce pays qui est le nôtre, vous puissiez avoir en tête que tout homme sur cette terre de France est libre de vivre selon ses libertés, tant qu'elles s'arrêtent là où commencent celles des autre. Combien de guerres et de sang pour que le mot "Égalité" soit la plus belle arme de notre justice ? Pour que la loi, sans exception, soit la même pour tous ? Combien de guerres et de sang pour entendre ce mot, "Fraternité", résonner dans nos coeurs ? Ce dernier incarne la plus noble de toutes nos valeurs car il fait revivre l'espoir chez les plus démunis, devant l'effort indivisible de la nation.
Ces trois mots, "Liberté, Égalité, Fraternité", je vous demande de veiller dessus comme un père et une mère veillent sur leurs enfants. Ils sont notre force, ils sont notre fragilité, ils sont notre héritage et notre legs. Ils sont la seule et unique réponse à tous les extrémistes, à tous les populistes, et à tous les sectaristes. Ainsi font-ils des lois de la République les seules qui puissent garantir nos libertés e nous porter vers un avenir radieux.
Nous sommes à l'aube d'une ère nouvelle. Une ère qui redonnera à la France la place qui fut autrefois la sienne, par la force de l'esprit, de la science, et des arts. Une ère qui nous verra triompher de l'oubli et de la mort. Le symbole de cette nouvelle ère portera bientôt notre drapeau dans le ciel de Paris et se fera le nouveau sommet de la France.
Vive la République, vive la France !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
shamandalieshamandalie   11 novembre 2016
- Vous savez, commence Bertillon, j'ai entendu Charlemont dire à son fils que jamais il n'avait vu de tireur aussi précis que vous !
Mais le Khan ne répond pas. Il n'a jamais aimé se voir complimenté. Remercions-nous une pierre d'être une pierre en ce monde ? Pas sans avoir consommé quelques substances répréhensibles par la loi.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Feldrik Rivat (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Feldrik Rivat
Découvrez l'univers des Kerns de l'oubli, de Feldrik Rivat, dans ce trailer "fan made" !
Crédits : Illustrations de couverture : Julien Delval Autres illustrations : Feldrik Rivat Musiques : Mike Oldfield, album The Killings Fields (Capture ; The Year Cero 2 ; Blood Sucking) Peter Gabriel, album La Dernière Tentation du Christ (Gethsemane ; The Feeling Begins)
Pour retrouver le roman : http://www.editions-hsn.fr/kerns-saga Le site de l'auteur : http://www.kerns.fr
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2499 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..