AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791097353001
229 pages
Éditeur : (06/05/2017)
3.85/5   103 notes
Résumé :
ATTENTION HUMOUR BRITISH!
Un roman à l’humour décalé, réconfortant et optimiste.

Sur le ton de la confidence, Mary raconte...
A Londres, elle vit un grand amour avec Simon, l’homme idéal. Mais sa vie se trouve chamboulée lorsqu’elle surprend son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d'une autre fille dans leur appartement. Sa réaction intersidérale la surprend elle-même, elle ne se savait pas si forte. Au diable les hommes et leu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (113) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 103 notes

lyoko
  01 avril 2019
Pour ma part, je vais reprendre un terme de l'auteure pour qualifié ce roman ; roman de vacances. C'est effectivement le cas.
C'est donc une lecture sans prise de tête et très facile .
Je ne sors pas tellement convainque de ce roman, si c'est relativement bien écrit et facile a lire. C'est plus le contenu qui ne m'a pas convaincu.
Je n'ai pas particulièrement apprécié le personnage principal, que j'ai trouvé très cul-cul par moment (trop pour moi. Et puis l'humour so british, je l'aime beaucoup en général mais je crois qu'ici l'absurde (la non logique rationnelle plutôt du personnage principal est a son paroxysme) .. et comme je dis souvent le trop est l'ennemi du bien.)
Je ne vais pas m'étaler plus longtemps. Je ne pense pas que ce roman soit mauvais loin de là.. il n'était pas fait pour moi,
Mais je pense que les amateurs de roman feel good pourraient grandement l'apprécier
Commenter  J’apprécie          540
livrement_ka
  18 septembre 2019
Titre : POUR UN SELFIE AVEC LUI
Auteur : Sam RIVERSAG
Editions : auto-édité
Genre : roman
Nombre de pages : 235
Date : 
Prix : 

Présentation physique du livre :
Un livre de format moyen comprenant un peu plus de 200 pages.
La couverture représente la photo d'une jeune femme allongée avec des lunettes de soleil.

Résumé :  
ATTENTION HUMOUR BRITISH!
Un roman à l'humour décalé, réconfortant et optimiste.
Sur le ton de la confidence, Mary raconte...
A Londres, elle vit un grand amour avec Simon, l'homme idéal. Mais sa vie se trouve chamboulée lorsqu'elle surprend son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d'une autre fille dans leur appartement. Sa réaction intersidérale la surprend elle-même, elle ne se savait pas si forte. Au diable les hommes et leurs infidélités ! Vive la femme libre !
Le credo semble facile à tenir. Sa meilleure amie Lola est un peu déjantée et elle a un don douteux pour lire l'avenir, mais elle fait tout pour lui faire rencontrer d'autres prétendants.
Trop déçue par les hommes, Mary préfère se réfugier dans un amour platonique, craquer pour une star de cinéma, le beau Benedict Cumberbatch.
Elle crée un blog sur lui et en oublie son chagrin.
Mais voilà que le félon demande son pardon, que les choses se corsent au boulot, que son idole est dans les parages, que sa meilleure amie un peu timbrée propose des plans tous aussi loufoques les uns que les autres.
Son coeur déçu la somme de résister à Simon, mais c'est plus fort qu'elle, elle se lance dans un « je t'aime moi non plus » dont elle ne sortira pas indemne et fomente des idées de vengeance…
Pour autant la pauvre Mary ne renonce pas à être heureuse, même s'il lui en coûte quelques déceptions gratinées. Elle sait qu'il suffit de croire en ses rêves et de se battre pour les réaliser.
Quand Trevor débarque en sauveur pour endosser le rôle du meilleur ami, elle va devoir choisir entre son ancienne vie et la possibilité d'un nouvel amour.
A travers leurs délires, Mary et Lola vivent une belle complicité, une histoire d'amitié, de rêves et de détermination.

AVIS

Un grand merci à l'auteure pour m'avoir transmis son livre via instagram
Début du livre
Voici comment je suis devenue une groupie, comme dirait mon amie Lola, même si elle n'a plus rien à dire, puisqu'elle aussi a été touchée par la grâce.

Mary et Lola sont deux supers copines. Alors que Lola est célibataire et recherche l'amour, Mary vit une relation avec Simon depuis trois ans.
Mais voilà qu'un jour alors qu'elle a oublié une chose chez elle, Mary décide de faire demi-tour devant le boulot pour aller chercher ce document dont elle a besoin pour sa réunion.
Et ce à quoi tout le monde s'attend arrive. En entrant dans l'appartement et surtout dans la chambre, elle tombe sur ???devinez qui ??? son cher et tendre avec une "pétasse" en pleine position qui ne laisse planer aucun doute sur l'activité en cours.
Engueulades, cris, et voilà que Mary met Simon à la porte en gardant bien évidemment le chat. Mais au final cette idée est-elle bonne ??? je veux dire pour le chat...
Sauf que : la vie de célibataire n'est pas si facile que ça, et le soir venu, quand elle se retrouve seule chez elle avec son matou qui ne cesse de manger, elle trouve l'ambiance pesante.
Heureusement qu'elle peut se divertir au travail et compter sur Audrey, sa super collègue qui a une oreille attentive pour écouter ses bonnes idées.....Mais une collègue est-elle réellement une confidente ? Malheureusement Mary va finalement comprendre la raison pour laquelle Audrey est si attentive à ce qu'elle lui dit.
Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir les aventures ou plusieurs les mésaventures de Mary.


Le style de l'auteur
Un roman vraiment agréable à lire. Pas de prise de tête, pas de choses compliquées.
Un livre à emmener en vacances et qui se lit rapidement.
Un humour effectivement assez particulier mais qui correspond bien aux personnages de Mary et Lola, les deux supers copines toujours sur la même longueur d'ondes. 

La construction du livre : composé de nombreux chapitres courts, ce roman se lit très vite tellement il est simple d'accès. L'écriture est fluide et le texte aéré : ce qui en fait une lecture agréable.
Alors ce n'est pas vraiment mon genre de livres mais il est sympa à lire : un livre-détente.
Je pense qu'il peut plaire également aux adolescentes qui pourraient se reconnaître dans certaines attitudes ou situations assez burlesques.
Quant à la répartie des deux copines elles m'a fait penser à la réaction que pourraient avoir des jeunes filles de 15 à 25 ans.
Tout comme son adoration de  BENEDICT CUMBERBATCH !!!!!! , un acteur qu'elle rêve de rencontrer pour réaliser un interview dans le cadre de son boulot et pourquoi pas prendre un selfie avec. 
Je me rappelle avoir eu des lubies de cette nature étant enfant ou adolescente ; ce qui confirme le côté un peu enfantin du personnage principal.  

Le style de l'auteur  confère au récit une légèreté très agréable et surtout une facilité à raconter des situations qui sont parfois délicates ou qui ne sont pas si légères que cela. 
La super collègue de travail Audrey et son côté vicieux qui n'hésite pas à piquer lentement mais sûrement les idées de Mary alors que cette dernière n'y voit que du feu. Cela semblait tellement énorme que j'avais du mal à me faire à l'idée que le personnage principal passe à côté. Alors j'ai mis ça sur le compte de l'aveuglement suite aux déceptions amoureuses avec Simon.

Et les personnages totalement en adéquation avec le genre du livre :
- entre Mary, un peu nunuche mais tellement amoureuse de Simon qui n'arrive pas à se décider à le lâcher. Elle tombe toujours dans le panneau et surtout dans ses bras.
- Lola, la super copine avec des conseils plein la tête : mais des conseils qui quelquefois mériteraient peut être d'y rester. Une solution à tous les problème pourrait être sa devise. 
- la belle-mère et sa bague de fiançailles : à hurler de rires, cette femme sortie tout droit d'une caricature de bande dessinée....Une femme que j'imagine très bien physiquement avec son air acariâtres et son côté snobinard et très protectrice avec son fils.
- quant aux parents de Mary : très à cheval sur les principes, et ayant bien cerné le personnage de Simon. Ils sont néanmoins assez égoïstes et et au final pas heureux tous les deux.
- Simon : un homme dans toute sa splendeur !!! lâche et fils à sa maman........mais non je plaisante !!!! un homme qui n'arrive pas à résister aux charmes de jolies femmes et qui a du mal à se défaire de l'emprise de sa mère. 

En fait tous ces personnages ont leur petit caractère mais se ressemble sur beaucoup de points. Mary malgré son côté fleur bleue est émouvante car on sent vraiment une jeune femme qui recherche l'amour et qui croit encore au prince charmant et surtout en l'éternel recommencement de son amour avec Simon à chaques retrouvailles.

Un petit plus pour la version de Simon en toute fin de livre !!!!



Sur l'auteur et son univers cf Babélio
Nationalité : France
Biographie :
Sam Riversag est une auteure vivant en France. Elle exerce le métier de juriste. Son premier roman met en scène Mary et Lola, une jeune anglaise et une jeune espagnole qui vivent à Londres et sont fans de l'acteur Benedict Cumberbatch. C'est une convention Sherlock qui lui a inspiré ce livre, premier d'une série. le style narratif est très personnel, léger et mordant. Les lecteurs qualifient les deux héroïnes de déjantées. Elle prépare un second roman, un policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coquinnette1974
  02 décembre 2018
Je remercie chaleureusement Sam Riversag pour l'envoi , en service presse, de son roman : Pour un selfie avec lui.
Sur le ton de la confidence, Mary, qui vit à Londres, nous raconte...
Sa vie un peu plan plan avec Simon, son travail lui aussi un peu plan plan... Sa meilleure amie Lola..
Une vie sympathique mais un peu ennuyeuse..
Jusqu'à ce qu'elle découvre que son cher Simon a une double vie, et qu'à son boulot une certaine collègue n'a pas que de bonnes intentions...
Alors la vie de Mary prend de drôles de tournants, tous plus inattendus les uns que les autres.. pour notre plus grand plaisir de lecteur :)
Tout ça avec pour fond sa fascination pour un acteur qui existe vraiment : la star de cinéma, le beau Benedict Cumberbatch...
Pour un selfie avec lui est un roman feel-good dans l'air du temps.
L'écriture est agréable et il y a de l'humour so british qui m'a plu.
Mary est un personnage intéressant mais je l'ai trouvé parfois un peu agaçante. Pas au point de la détester, ouf, ni de la trouver nunuche (ouf aussi ;) Mais je l'ai trouvé un peu trop.
Son comportement vis à vis de Simon m'a parfois agacée, à sa place il y a longtemps que je l'aurais envoyé sur les roses ! Les passages avec son amie Lola m'ont fait rire, il y a certains moments du livre qui sont vraiment drôles.
L'histoire est simple mais sympathique à lire.
L'ensemble m'a plu. Je n'ai pas eu de coup de cœur mais j'ai passé un bon moment de lecture hier soir, avant d'aller me coucher.
C'est avec plaisir que je mets quatre étoiles et que je vous invite à découvrir ce roman à votre tour :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Roman_eBVB
  22 mars 2019
Deuxième Service Presse par le biais de Simplement.pro, on se retrouve aujourd'hui pour parler du roman "Pour Un Selfie Avec Lui" de Sam Riversag, paru en Mai 2017, en auto-édition 😃

Ce récit vise un objectif simple, présenté de cette manière : plein d'humour décalé, optimiste et réconfortant. Pour ce faire, l'auteure vous décrit la vie de Mary, heureuse Londonienne qui vit le grand amour avec Simon. Mais cet état-de-fait est brutalement chamboulé le jour où elle surprend son petit-ami dans les bras d'une autre - et dans une tenue qui laisse peu de place à l'imagination -, dans leur propre appartement. Exit Simon, bonjour les bonnes résolutions ! Oui, mais voilà, à croire que le destin s'acharne, Mary est loin d'en avoir fini avec les problèmes d'amour, de travail, de famille, et d'amitié...

En soi, l'ouvrage réunissait les bons éléments pour me séduire. Bien que la chick-lit ne soit pas mon genre de prédilection à l'origine, j'ai eu l'occasion de lire d'excellentes romances feel-good au cours de ces dernières années, qui m'ont réconciliée avec la définition du "roman d'amour". du moment qu'il y a des péripéties cohérentes et une bonne dose d'humour, je suis plutôt bon public.

Malheureusement, je n'ai pas été complètement sensible à la manière dont ont été gérés les traits d'humour ou la cohérence de l'ouvrage. Bien que par moments, certains éléments m'arrachaient un sourire mérité, je n'ai pas compris - ou pas su comprendre - l'insistance appuyée qui dévidait la ou les blagues, au point de leur faire perdre un peu de leur saveur. Je pense notamment à celle concernant le chat Kate qu'il a fallu rebaptiser : en une phrase, le tour était joué, l'intention claire et l'effet réussi, mais l'histoire s'est étirée en longueur par la suite alors que je n'en voyais, personnellement tout du moins, pas l'utilité. Ce ressenti s'est manifesté plusieurs autres fois, comme avec la première mention de la planche de Ouija, notamment.

Humour mis à part, le récit n'en manquant pas malgré tout, c'est le personnage de Mary qui m'a un peu freiné par moments. Que l'on s'entende bien, aucun être humain, homme comme femme, ne mérite tout ce qui tombe sur le coin de la tête de notre héroïne : se faire tromper à répétition, se faire voler son travail, et bien d'autres choses encore... Mais l'on ne peut s'empêcher de se dire par moment que la jeune femme cherche ses ennuis !

Pour remettre les choses dans leur contexte, il faut bien prendre conscience que Mary est une personne fragile et extrêmement influençable. S'il y a une mauvaise décision à prendre, comptez sur elle pour le faire, et sans même réaliser un instant qu'elle pourrait se causer plus de tort que de bien. Autant l'on peut comprendre son aveuglement devant certaines situations - qui sait si à sa place, nous ne plongerions pas tête baissée nous aussi ? - autant parfois, cela n'a pas de sens. Enfin si, il y en a bien un : la jeune femme est beaucoup trop laxiste et conciliante.

Mais cela, encore, participe de son charme et de l'attachement que l'on pourrait lui porter. Ce dont j'ai eu le plus de mal à m'accommoder la concernant, c'est son état d'esprit extrêmement variable, qui m'a parfois paru un "coup dur" (avec toutes les réserves que cela impose, bien sûr) porté au féminisme et à l'image de la femme forte dont il est plus ou moins question dans le livre.

Quand on connaît tous les problèmes qui surnageaient dans leur couple, on ne peut que comprendre et approuver la décision initiale de Mary de ficher Simon à la porte et de faire une croix dessus. Son temps de rémission me paraissait tout à fait acceptable, d'autant que sa soudaine admiration pour un acteur phare, qu'elle venait tout juste de découvrir, l'aidait énormément dans son processus de guérison. Jusqu'ici, tout se tient. C'est après que ça se corse. Se faire abuser autant de fois et revenir vers l'autre - ou laisser ce même autre revenir, au choix - pour des raisons qui m'ont laissée complètement et définitivement perplexe, c'est en dehors de la portée de ma compréhension 🤷‍♀️

Si je veux bien considérer les aspects d'une relation toxique - bien qu'en mon for intérieur, la véritable définition de ce terme n'est pas particulièrement applicable -, j'ai en revanche était très chagrinée de la manière dont elle considérait les problèmes personnels de sa mère. Rien que les mensonges que raconte Mary à sa famille m'ont en soi choquée, mais je n'ai cela étant rien à redire sur le sujet, puisqu'elle prend conscience de ses fautes et fait en partie son mea culpa. Qu'elle soit cependant capable de penser que "ce n'est pas drôle d'être obligée de laisser la priorité à sa mère quand l'envie de savoir votre avenir vous démange au point de souhaiter qu'elle retourne le plus vite possible à la case épouse soumise", cela dérange ma conception des choses 😕

Il est naturel de penser que ma conception de la vie et de la moralité ne regarde que moi et n'a pas à interférer dans l'objectivité dû à un review de roman. Par exemple, j'ai dû mal à comprendre comment le tarot peut avoir une telle importance dans les prises de décision de l'héroïne, alors qu'elle ne présente elle-même cela que comme un jeu pour décompresser un bon coup. Mais cela ne regarde que moi, Mary n'est pas moi, je ne suis pas Mary, nous sommes deux personnes différentes et je respecte ce fait 😃

Toutefois, quand on se proclame une femme forte, libre et qui ne veut plus dépendre de personne, et en sachant de plus que sa mère est une personne précieuse à ses yeux - étant son enfant, elle semble logiquement avoir eu la priorité -, vouloir que sa mère redevienne une épouse soumise alors qu'elle n'est plus heureuse avec son mari me semble le comble de l'ironie et de l'égoïsme. Surtout quand on sait la situation que Mary traverse avec son serial-trompeur 🤔

Et alors qu'on attend que le propos soit désamorcé par une petite explication, même badine, comme le fait que ce ne soit qu'une pique lancée en raison de la tension du moment, Mary s'enfonce en déclarant que "certes, c'était une position assez égoïste", "mais, compte tenu des circonstances, elle ne s'en tirait pas si mal". Avant de conclure par un "J'aurais pu m'intéresser à son sort, mais en fait j'estimais à tort ou à raison qu'elle devait s'entendre avec mon père, depuis le temps qu'ils étaient ensemble ! Si elle n'était pas satisfaite, elle aurait dû s'en apercevoir plus tôt. C'était mon verdict". Et le tout agrémenté d'autres réflexions de ce style qui confirment donc son avis, qu'elle a certes parfaitement le droit d'avoir, mais que j'ai de même tout à fait le droit de ne pas partager 🤷‍

En somme, je n'ai pas beaucoup d'atomes crochus avec Mary. Toutefois, j'ai apprécié l'aspect abordé vis-à-vis de sa relation, en tant que fan, avec Benedict Cumberbatch. Je ne le connais que très peu et ne suis de toute manière pas une fan ou quoi que ce soit du genre, mais toujours est-il que nous avons tous un ou plusieurs artistes, féminins comme masculins, à qui nous vouons une certaine admiration, à divers degrés. Ici, on sent le vécu derrière les paroles de Mary et je ne pense pas me tromper en disant que l'auteure s'identifie en elle au travers de cette passion pour cet acteur - alias Docteur Strange pour ceux à qui le nom ne parlerait pas. La relation d'un fan envers son artiste est quelque chose d'assez particulier et je trouvais intéressant de l'aborder sous cet angle, dans ce roman.

Si ce style d'écriture ne m'est pas coutumier - de longues juxtapositions de propositions plutôt que des coupures de phrases bienvenues, absence d'incises et mélange de temps assez curieux -, il me semble que cela reste assez simple à suivre et lire, facilitant la compréhension 🙂

Bien que ce roman n'ait, hélas, pas su me convaincre, je pense néanmoins qu'il peut plaire à un large coeur de cible et souhaite une excellente continuation à l'auteure dans sa carrière 🙋‍♀️

-----
📱💞
-----

Le petit mot de la fin 🖋

Ce retour sur « Pour Un Selfie Avec Lui » n'est que le fruit d'une appréciation générale de la lectrice perdue au milieu d'une foule de tant d'autres que je suis. Les remarques, positives comme négatives, qui y sont établies ne sont que le reflet de mon avis personnel sur la question et ne sauraient s'autoproclamer références en la matière ☝

N'hésitez donc jamais à ouvrir vous-mêmes ce livre pour vous en faire votre propre avis et si je ne pouvais vous donner qu'un conseil, terminez-le quoi qu'il en soit, afin d'avoir toutes les cartes en mains pour vous prononcer sur la qualité de celui-ci dans son intégralité 😉
N'oublions jamais qu'un roman dont la lecture ne nous prend que quelques heures représente en réalité des mois de travail acharné de la part de l'auteur, qui a mis une importante part de lui dedans et qui a pris le risque d'exposer son bébé au reste du monde 💚
Lien : https://everytrickinthebooks..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MultiScopeStudio
  20 novembre 2018
« Pour un selfie avec lui », un livre de Sam Riversag.
Comme j'aime beaucoup lire et que j'adore partager mes points de vue sur les lectures, je me suis dit qu'il serait sympa de proposer une parenthèse sur le site, un coin lecture, où je publierai les chroniques qu'on me commanderait.
Sam Riversag m'a soumis « Pour un selfie avec lui » via SimPlement.pro, c'est ma première commande officielle, attachez vos ceintures, c'est parti !
Pour un selfie avec lui : la présentation officielle.
ATTENTION HUMOUR BRITISH!
Un roman à l'humour décalé, réconfortant et optimiste.
Sur le ton de la confidence, Mary raconte…
A Londres, elle vit un grand amour avec Simon, l'homme idéal. Mais sa vie se trouve chamboulée lorsqu'elle surprend son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d'une autre fille dans leur appartement. Sa réaction intersidérale la surprend elle-même, elle ne se savait pas si forte. Au diable les hommes et leurs infidélités ! Vive la femme libre !
Le credo semble facile à tenir. Sa meilleure amie Lola est un peu déjantée et elle a un don douteux pour lire l'avenir, mais elle fait tout pour lui faire rencontrer d'autres prétendants.
Trop déçue par les hommes, Mary préfère se réfugier dans un amour platonique, craquer pour une star de cinéma, le beau Benedict Cumberbatch.
Elle crée un blog sur lui et en oublie son chagrin.
Mais voilà que le félon demande son pardon, que les choses se corsent au boulot, que son idole est dans les parages, que sa meilleure amie un peu timbrée propose des plans tous aussi loufoques les uns que les autres.
Son coeur déçu la somme de résister à Simon, mais c'est plus fort qu'elle, elle se lance dans un « je t'aime moi non plus » dont elle ne sortira pas indemne et fomente des idées de vengeance…
Pour autant la pauvre Mary ne renonce pas à être heureuse, même s'il lui en coûte quelques déceptions gratinées. Elle sait qu'il suffit de croire en ses rêves et de se battre pour les réaliser.
Quand Trevor débarque en sauveur pour endosser le rôle du meilleur ami, elle va devoir choisir entre son ancienne vie et la possibilité d'un nouvel amour.
A travers leurs délires, Mary et Lola vivent une belle complicité, une histoire d'amitié, de rêves et de détermination.
Ma réaction à la présentation.
BENEDICT CUMBERBATCH !!!!!!
Oui, je suis une femme qui a une très grande faiblesse, regardez la série Sherlock puis tous ses films et osez me juger après ça !
Promesse d'humour british, une histoire de couple apparemment virevoltante, une amitié forte au coeur du tout, ce n'est pas mon style de prédilection côté lecture mais ça s'annonçait très bien et sauf à virer fleur bleue, il n'y a avait pas de raison d'être déçue.
Pour un selfie avec lui : qu'en penser après la lecture ?
(Parenthèse vie perso, un bouquin qui me parle d'Angleterre, Londres, Brighton quand j'attends toujours – après 2 mois bloquée en France à attendre une autorisation légale – d'y aller, j'avoue que c'était clairement écrit pour moi; promis ça n'a pas influencé ma chronique pour autant)
Ce livre est vendu comme un « feel good » tout public, une romance contemporaine sur fond d'humour, façon vaudeville déjanté.
Dans les faits c'est absolument le cas, je l'ai débuté et je ne me suis pas arrêtée avant la dernière page.
La vraie dernière page puisque, à la fin du livre, il y a un pseudo point de vue secondaire comme une ultime touche d'humour avant les remerciements de l'auteur et c'était absolument génial !
Qu'en penser ?
L'histoire est belle, bien écrite, hyper rythmée, vous pourriez la lire en écoutant « Tutti Frutti » de Little Richard tellement c'est rock ‘n' roll.
Sur le plan des personnages, Sam Riversag arrive à donner à Mary – notre personnage principal en pleine tourmente amoureuse, familiale puis professionnelle – une superbe consistance avec tout les paradoxes dont les humains peuvent faire preuve dans la tempête de leurs sentiments.
Elle ne tombe dans aucun cliché, les dialogues paraissent si authentiques qu'on prononce la moitié des phrases nous-même.
Mais la force du livre ne réside pas là.
La force du livre c'est que tout en voulant écrire du « feel good », tout en dévoilant une comédie romantique moderne, tout en dosant son humour british avec succès, Sam Riversag apporte une parfaite illustration, une métaphore sublimée, à l'idée de Sartre selon laquelle, « l'enfer, c'est les autres ».
Et elle le fait si bien que « Huis Clos », l'ouvrage sacré de Sartre qui évoque la question, semble n'être qu'un brouillon pompeux et réservé à une élite intellectuelle en comparaison de ce récit si parfaitement écrit pour le plus grand nombre.
J'aime… un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ?
Ok, le titre de la chronique spoil la réponse mais oui, j'aime à la folie.
Et c'est une très bonne surprise.
La dernière fois que j'ai goûté à du vaudeville, c'était au théâtre, pour l'excellente pièce « Chat et souris » et ensuite, j'avoue avoir vécu un grand nombre de déceptions amoureuses en littérature; Sam Riversag me réconcilie donc avec le genre et pour cela, je lui suis extrêmement reconnaissante !
Le livre se lit tout seul, le vocabulaire est accessible au plus grand nombre, les personnages touchants le sont vraiment et on adore détester les autres, bref, tout ce qu'on attend d'un bon livre au coin du feu en plein hiver, sous un plaid bien douillet, une tasse de thé et son nuage de lait à la main.
Et finalement, le visage superbe au regard hypnotique de Benedict Cumberbatch…
Remerciements et autres infos utiles
Un énorme merci à Sam Riversag pour cette opportunité.
Pour un premier SP, je pense avoir lu le meilleur livre qu'on pouvait me soumettre.
C'était un pur moment de bonheur et ça met la barre très haut pour les suivants !
Vous avez aimé cette chronique et vous avez envie d'acheter le livre ?
Vous pouvez le trouver sur Amazon, pour l'énorme fortune de 0.99 € au format Kindle (numérique) ou 6.25 € au format Broché.
Lien : https://multi-scope-studio.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
KellyAddictionLivresqueKellyAddictionLivresque   02 janvier 2018
Ensuite, ce fût la fête. Après s'être engueulés devant la fille (la honte), au point qu'elle ait préféré filer, on s'est jeté à la face tous les reproches qu'un vieux couple pourrait avoir à se faire, sauf qu'on était pas un vieux couple, on n'était ensemble que depuis trois ans, enfin presque. Deux ans trois mois et trente jours. Vingt neuf. Disons vingt huit. Je l'ai foutu dehors, on ne savait plus qui avait le droit de rester dans l'appartement. Chacun a commencé à faire sa valise, menaçant l'autre de le planter là aussi sec. On s'est regardé, l'air féroce.


Et puis on a regardé du côté du chat. La pauvre bête n'a rien compris quand on lui est tombé sur le râble. Il m'a eu de vitesse, il l'a attrapée, et moi j'ai attrapé le vide. Elle s'est échappée de ses bras en hurlant, et moi aussi j'ai hurlé après lui. Alors il m'a giflée. Pas la petite gifle. Une vraie gifle. Une qui fait mal. C'était ma première gifle d'adulte.


Si vous n'avez jamais reçu de gifle adulte, vous ne pouvez pas comprendre. J'ai senti monter une réaction genre guerre des Roses, et je me suis immédiatement transformée en Kathleen Turner. J'ai poussé un cri sauvage (ce fut mon premier cri de guerre), et je lui ai balancé mon genou là où il ne fallait pas, comme dans les films, Geronimo!

Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Il s'est écroulé sans que je n'aie le moindre remords.

Après ça la situation est redevenue immédiatement très calme. Avec une maîtrise exemplaire du côté des deux parties, le protocole de séparation a tout de suite été défini et conclu. Je garderais le chat ET l'appartement, il prendrait ses affaires et partirait s'installer avec sa poufiasse, libre de tout engagement. Je lui faisais cadeau de mes vœux, j'étais magnanime. Je n'avais encore jamais eu de réaction sanguine, mais comme on dit, il faut se méfier de l'eau qui dort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KassandraBlakeKassandraBlake   06 janvier 2020
Dix minutes plus tard, ce fut incroyable, mais j'eus droit à des félicitations. J'étais passée reine en mobilisation des orteils. J'arrivai à bouger rien que le plus petit d'avant en arrière, en laissant tous les autres immobiles. Essayez donc, vous verrez que ce n'est pas facile...
Commenter  J’apprécie          20
NaheikoNaheiko   02 avril 2019
❝Vous savez ce que c'est, quand on n'a pas d'atomes crochus, et que les phéromones vous agitent le cerveau au point que Cupidon en profite pour vous balancer lâchement sa flèche...❞
Commenter  J’apprécie          10
bookalaumabookalauma   23 avril 2019
Si vous n'avez jamais reçu de gifle adulte, vous ne pouvez pas comprendre. J'ai senti monter une réaction genre guerre des Roses, et je me suis immédiatement transformée en Kathleen Turner.
Commenter  J’apprécie          10
bookalaumabookalauma   23 avril 2019
C'est quand tout vous échappe que vous comprenez que vous étiez heureuse. Il faudra que je m'en souvienne si par inadvertance il me reprend l'envie de ma plaindre.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Sam Riversag (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sam Riversag
Avis sur le roman "Pour un selfie avec lui" de Sam Riversag par Laurine. Lu en service presse sur Simplement Pro.
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Sam Riversag (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17142 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..