AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782917084625
256 pages
Éditeur : Attila (04/10/2012)
4/5   5 notes
Résumé :
Un roman à tiroirs dans la tradition du XVIIIe siècle, servi par une écriture d'une poésie et d'une profondeur abyssales. Un cercle de cavaliers en rupture de bataille échange, dans un vertige de spéculations, des récits et des réflexions sur l'ordre du monde, et l'iniquité qui perce derrière. Un monde fait de signes, qu'ils décryptent en s'interrogeant sur les déserts, les empires, les frontières, les cités légendaires, le mépris des bornes et du monde fini, et la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MarianneL
  26 avril 2013
« -Eh bien, imaginez une rivière. Son eau coule et serpente en mille ruisseaux à travers les prairies, entre les pierres ; elle cascade d'étage en étage et glisse en murmurant vers la mer qui l'accueille et la réchauffe en son éternité. En chemin, elle reçoit mille petites sentes d'eau, et l'ondée du ciel qui vient, goutte à goutte, la rejoindre ; et chaque goutte a son histoire. Représentez-vous la joie, le plaisir toujours recommencé, de la source à l'embouchure…
-Mais, objecta Noémi, qui tient le rôle de la rivière dans ces collines-ci ?
-Je crois, répondit Kuenlun, que c'est le conteur. »
Philippe Riviale a ce grand talent de conteur, un talent qui vous donne à croire que la vérité va vous être dévoilée, que la vacuité de l'existence, l'absence de sens peuvent être supportés, dans l'attente de cette révélation. Et la musique de ses mots, la douceur de son texte captive et envoûte.
Dans la cité d'Uz, dans un lieu et en une époque indéterminés, pour des récits qui ont une portée universelle, trois hommes, Moukden, Baïkal et Kuenlun, et par moments une jeune femme, Noémi, manipulent des idées et content des histoires, cherchant à atteindre et transmettre la sagesse, loin de l'opulence des affaires, « un or terne et misérable », partageant ces histoires dans lesquelles seuls des individus isolés parviennent à leur plénitude, à surmonter l'oppression, la peur et la résignation, à se libérer de la marchandisation du monde, monde dans lequel le savoir est, le plus souvent, un outil de pouvoir et les portes de la sagesse fermées au plus grand nombre.
Paru en 2012 aux éditions Attila, ce texte fut écrit trente ans plus tôt, contemporain donc des « Jardins statuaires » de Jacques Abeille, avec lequel il a en commun une langue superbe et ciselée, les réflexions sur la barbarie et l'éloge de la féminité. Les labyrinthes et les mystères de ces contes, étrangers et familiers, ont aussi une grande parenté avec Borges dans ces récits qui ont l'étoffe des rêves.
« N'y a-t-il pas beaucoup de manie de persécution dans ce monde ? Cette civilisation dans laquelle les puissants commandent qu'on fasse circuler les marchandises, tant que cela accroît le stock de leur or ; cet ordre, fondé sur un désordre appauvrissant ou nul ne se reconnaît, ne se protège-t-il pas du savoir et de l'intelligence par de multiples moyens de pression et de répression ? Lorsqu'il s'agit d'empêcher les hommes de rechercher le bonheur par des voies qui déplaisent aux puissants, n'avons-nous pas des gouvernements, des polices, des lois et des tribunaux, des peines et des prisons, pour les contraindre à oublier leurs rêves, et les mêler dans le dégoût aux assassins, aux escrocs et aux voleurs ?
Notre homme, sur les grands chemins, ou au coeur des cités, ne se prend pour rien d'autre que pour lui-même ; il n'a pas de frayeur. Il ne risque que sa vie. Mais, quand il rentre au logis, y a-t-il plus urgent et plus nécessaire que de prendre note, de méditer ? Il s'installe face à la mer ; là, il rédige, adresse des messages, tient ses amis au courant de ses progrès, les supplie de ne pas perdre courage. Des oiseaux voyageurs lui apportent, de cent endroits, des lettres sur de tout petits papiers, d'une extrême importance. Alors, il est l'âme d'une vaste conjuration. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Readingintherain
  14 novembre 2012
[...]Le roman à tiroirs, pour moi, c'est plutôt un mauvais souvenir. Ça ne signifie guère que le Sopha de Crébillon fils, cause quasi unique de l'arrêt de mes études de lettres il y a quelques années. Ça, l'envie de travailler tout de suite et l'amûr, mais on dira que c'est à cause du livre. du coup quand j'ai lu « roman à tiroirs » sur la quatrième de couverture j'ai un peu grimacé, genre aïe aïe aïe. Mais en même temps, j'ai décidé de faire confiance à Attila. Bon, ok, dit comme ça, ça fait un peu peur, mais je rappelle aux plus jeunes de nos lecteurs qu'Attila dans le cadre de ce blog n'est pas un guerrier Hun mais une jeune maison d'édition qui fait des miracles en littérature et de nombreux trous dans mon portefeuille.[...]
Lien : http://www.readingintherain...
Commenter  J’apprécie          00


autres livres classés : libertéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4198 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre