AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791096622184
Éditeur : Plumes Solidaires (05/03/2018)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 9 notes)
Résumé :
C'était parti pour ressembler à une croisière de rêve et c'est très vite devenu le pire de ses cauchemars. Jamais Mimi n'aurait imaginé se retrouver dans une situation aussi effroyable. Où trouvera-t-elle la force de survivre ? Tandis qu'elle entend des hurlements sur le pont, elle se demande une dernière fois pourquoi elle a mis les pieds sur ce bateau maudit.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Wolkaiw
  10 juin 2018
Vents mauvais est un thriller atypique dans lequel l'aspect psychologique occupe une place importante. D'entrée de jeu, l'auteure donne le ton avec un prologue très intéressant qui semble dresser un premier portrait des personnages. Une atmosphère lourde et malsaine se dégage des premières pages, installant progressivement une certaine tension qui ne cessera de croître au fil des pages.
Et si votre soeur, en voyage sur un bateau, ne vous donnait subitement plus de nouvelles ? Et si vous sentiez que quelque chose ne tourne pas rond ? Que les événements prennent une tournure dont vous ne soupçonnez pas la portée ? Et si un simple voyage en mer pouvait devenir un cauchemar vivant ? Peut-être décideriez vous d'agir, d'en apprendre plus.. Sans doute ressentiriez-vous le besoin de creuser la piste de ce qui vous tracasse, de ce qui vous empêche de dormir le soir… C'est sur ce tableau peu glorieux que nous allons suivre quelques personnages, entre terre et mer, entre désillusions et frayeurs..
Vous découvrirez ici un univers maritime tout à fait passionnant. Je n'y connais absolument rien en navigation mais je me suis laissée prendre au jeu du vocabulaire marin, ce dernier apporte une certaine profondeur au récit, presque une touche de véracité sans pour autant alourdir et freiner la lecture. L'ambiance dans laquelle nous somme progressivement plongés est très particulière, lourde et malsaine. Nous suffoquons presque avec Mimi, la jeune demoiselle disparue en mer ; comme elle nous découvrons un monde totalement étranger, dur et déstabilisant, fascinant mais dangereux.
Au fil du pages, des personnages ainsi que des identités s'affirment, tantôt étranges et originaux, tantôt suspects voire clichés mais sans jamais tomber dans les préjugés. Chacun d'entre eux témoignent d'une construction complexe et réfléchie, d'un réel travail afin de leur donner une profondeur, autant en ce qui concerne les dialogues que la psychologie des uns et des autres. À travers leurs histoires et vécus, une violence sous-jacente se dessine et prend forme. Les séquelles du passé sont encore perceptibles et rendent le récit dur et éprouvant. À bien des égards quelques scènes peuvent sembler choquantes mais elles n'en demeurent pas moins nécessaires pour faire avancer l'intrigue et lui donner une tournure quasi dramatique.

Deux groupes de personnages évoluent en parallèle, d'un côté les membres de l'équipage, de l'autre celles et ceux qui enquêtent sur la jeune Mimi. J'ai trouvé le procédé intéressant car il permet non seulement de suivre l'avancée des deux partis mais il accentue la tension et l'angoisse que le lecteur peut ressentir. L'enquête avancera-t-elle assez rapidement ? Mimi va-t-elle survivre ? Quand et comment les deux groupes vont-ils se rencontrer ? Ce sont ces questions qui alimentent et rythment la lecture. Les différentes rencontres que les personnages vont être amenés à faire ajoutent un peu de piment à l'histoire, brisent la routine qui s'installe.
Avant d'aller plus loin dans cette chronique, je souhaiterais aborder un aspect qui m'a profondément frustrée voire mise en colère. Il s'agit de la mise en page, autant en ce qui concerne le roman que la fin et toutes les informations complémentaires que l'on peut habituellement trouver. J'ai constaté un très gros soucis de mise en page tout au long de la lecture, d'énormes blancs entre les paragraphes - qui n'avaient pas lieu d'être - des pages qui ne comportent qu'un petit paragraphe au milieu de ladite page. Je m'excuse du sarcasme mais le moins que l'on puisse dire est que le texte était aéré. Je ne sais pas si le logiciel a eu un problème mais c'est assez perturbant de tourner les pages et de remarquer d'énormes blocs blancs çà et là. Toutefois, ce n'est pas ce qui m'a le plus gêné durant la lecture. Je ne sais pas comment vous lisez, mais personnellement dès que je sais que la fin d'un livre approche, je suis à l'affût du moindre indice, de la moindre petite parole pouvant trahir tel ou tel comportement. Quelle ne fut donc pas ma surprise de constater qu'arrivée à 80 % de mon ebook, le mot « FIN » apparaissait… Je sais bien qu'il est nécessaire pour un éditeur de laisser une place pour les commentaires, remerciements, pour la présentation des autres livres de la maison, mais je trouve qu'utiliser un cinquième du volume ebook ( 40 pages sur 208 ) représente une expérience frustrante pour le lecteur qui ne pense pas arriver si vite à la fin de l'histoire… Ce que je trouve vraiment révoltant concerne les notes à la fin du livre, à savoir les traductions de certaines expressions étrangères. Chacune des traductions prend une page entière d'ebook, ce que je trouve énorme étant donné la taille des expressions qui souvent ne dépassent pas 2/3 mots. Je sais que mettre en page un livre représente un travail énorme et je ne dénigre pas ce qui a été fait, je pointe du doigt les manquements pour que la ME puisse éventuellement effectuer des modifications. Sachez toutefois que cela n'enlève rien à la qualité du livre mais qu'il s'agit d'un aspect que je tenais à signaler étant donné que ma lecture fut très frustrante et arrêtée presque brutalement à 40 pages de la fin du livre…
Pour en revenir au fond, Claire Rivieccio – sans mauvais jeu de mot – mène habilement la barque qu'est son roman. La plume est fluide et agréable, l'immersion est certes difficile mais on se laisse facilement et rapidement entraîner par le tourbillon de péripéties. Au fil de la lecture, j'ai développé un certain ressentiment vis à vis de quelques personnages vraiment détestables. L'auteure joue avec notre patience et ce que nous sommes prêts à tolérer ou non, elle installe une réelle fracture entre ce que nous acceptons et ce que nous réprouvons. À plusieurs reprises, des éléments du passé resurgissaient comme pour tenter de justifier tel ou tel comportements, sans toutefois donner aux lecteurs la force d'accepter ce qui a été fait. Ces passages m'ont particulièrement plu et je crois que j'aurais aimé en avoir davantage. Tensions et dangers vont grandissants avec peur et espoir, nous sommes assaillies de doutes et d'inquiétudes, complètement incertains quant aux futurs de tous les personnages.
Vents Mauvais propose une balade particulière mais plaisante dans laquelle les secrets et non-dits jouent un rôle primordial. Rêves et désillusions ne cesse de gagner du terrain en même temps que nous découvrons et surtout comprenons l'horreur de la situation. L'histoire est vraiment intéressante et bien écrite mais aurait pu être un peu plus approfondie, notamment en ce qui concerne la fin. J'ai passé un bon moment avec ce livre qui a su briser la monotonie de quelques heures de train en m'embarquer dans un univers original et méconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs
  11 juillet 2018
Je remercie la maison d'éditions Plumes Solidaires pour m'avoir proposé la lecture de ce thriller par le biais du site simplement. Entre la couverture et le résumé, je ne me voyais pas refuser cette proposition. Un semblant de huit clos sur un bateau qui semblait m'appeler.
C'est un peu cela et en fait c'est bien cela. Mimi et son copain Cyprien sont embarqués sur un bateau du nom de Narval. (ou le Narval; j'ai un doute soudain avec la particule). Avec Bijou et Double-Zéro, ils font partie de l'équipage de cette coque qui prend l'eau bien trop vite et bien trop régulièrement. Wilfried et Ghetty en sont les propriétaires. Ces deux-là... ils font froids dans le dos du départ. Mimi ne cesse de se poser des questions. Surtout lorsque Bijou disparaît après avoir essuyé une bonne tempête. Poser des questions, fouiner, n'est pas au gout des propriétaires. Cela va les mettre dans une... rage folle. Mimi aurait dû se tenir tranquille car qui sait comment tout cela va se terminer ?
Moi je sais !!!!! Oui, je suis méchante, sadique et tout et tout, mais bref avant d'arriver à la fin, autant partir de bons pieds, car il vaut mieux être bien arrimé. La moitié du livre se passe sur ce foutu rafiot, oui il va avoir tous les noms possibles et inimaginables au vu du nombre de fois qu'ils risquent tous de passer par dessus bord... à cause de la tempête bien entendu. L'autre moitié du livre se passe en dehors donc de cette coquille de noix, avec d'autres personnages. Les chapitres sont alternés et ainsi nous pouvons suivre l'évolution de ceux qui se demandent à quelle sauce ils vont être mangés et les autres qui se rongent les sangs. Deux jeunes gens qui désirent aller dans les îles Canaries et qui se retrouvent sur une misère de bois, obligés de faire des restrictions en tout genre. Et puis le capitaine de ce truc qui flotte est si gentil, si généreux si... bref les conditions sont optimales pour trembler de peur au moindre bruit.
L'atmosphère sent le renfermé, pourtant on se retrouve en pleine mer ! L'auteur débute sur un prologue qui m'a d'abord fait penser à une vieille histoire de pirate. Que nenni, nous sommes en plein contemporain avec des personnages qui ne déméritent pas. Mimi est sur ce bateau et depuis presque 3 semaines, elle n'a pas donnée de nouvelles à sa soeur Nathalie. Cette dernière ne cesse de se poser des questions, surtout que le peu qu'elle a reçu ne lui plait pas. Elle va engager un détective privé, dragueur de surcroit, mais qui semble bon dans son domaine. Celui-ci a des contacts et va aller jusqu'au bout du monde pour tenter de retrouver cette frangine en un seul morceau.
Un voyage en mer qui se voulait idyllique et qui devient un véritable cauchemar. Alors, alors, j'en vois venir quelques uns. Pourquoi lorsqu'il y a une escale ils ne se tirent pas ? Peut-être parce que les passeports ont été pris, peut-être parce qu'ils ne savent pas où ils sont, peut-être... Il y en a beaucoup de peut-être, mais au final le résultat reste le même. Apprendre à connaître les personnages devient un besoin vital. J'ai rigolé (jaune, rouge, vert peut importe) lorsque l'on sait qui sont Wilfried et Ghetty. Très rapidement on comprend que ce sont des psychopathes en puissance.
Et puis il y a Nath que l'on ne voit pas beaucoup mais qui a une vie plutôt tranquille, sauf si on compte son copain G2M qui aime bien fumer des joints. Mais ce ne sont que des détails. Elle stresse à mort pour sa petite soeur qui a disparu. Même lorsqu'une carte arrive, elle comprend qu'il faut faire quelque chose. C'est déjà en marche avec le fameux Fred Delfrédo. On le suit pas à pas dans son enquête. Il nous montre des coins reculés insoupçonnés, des coutumes particulières. Trafic en tout genre, armes, drogues, etc... La Police dans ces endroits ? Autant faire justice soit même ou graisser des pattes comme il se doit.
Mimi et Cyprien, ainsi que Double-Zéro vont devoir composer avec leurs envies, leurs angoisses et surtout le fait qu'ils commencent à voir clair dans le jeu de leurs... tortionnaires. le mental est important dans une pareille situation. Hors Wilfried est doué pour casser la psychique des gens. Mimi est courageuse. Plus elle "dépérit" et plus on a envie de la secouer. Partir à la nage serait un super moyen si au moins elle voyait la côte quelque part avec des âmes qui vivent. Car W et G sont doués pour passer entre les mailles des filets.
Le récit est plutôt froid. Certaines scènes pourraient être plus dures si l'auteur mettait des émotions. le découpage de parcelles du corps pourrait être plus gores si ce n'était pas raconté comme détaché de la scène. Oui, "pourrait" à plusieurs reprises ce qui fait que les scènes m'ont fait rire. J'ai beaucoup aimé ce style d'écriture, sans trop entrer dans les détails, donnant juste assez pour suivre l'histoire des deux côtés. J'avoue qu'il y a des passages que j'aurai aimé voir plus long, surtout les explications du passé de l'un et de l'autre des personnages.
Coté bémol, j'ai été "surprise" de voir le mot "fin" bien avant la fin du livre. Habituellement il y a un extrait d'un autre livre de la maison d'édition, là il y a tout de même plus de trente pages. Pour un extrait, je trouve que c'est énorme. Et cela me pose un tout petit souci, car la fin, l'épilogue, arrive trop vite à mon gout, comme s'il manquait un morceau de l'histoire.
En conclusion, un voyage que tout le monde devrait éviter. Une histoire prenante qu'on ne lâche pas facilement. le paradis sur mer n'est qu'un mot qui peut sous-entendre tout et n'importe quoi. Il m'a juste manqué quelques points, un peu plus d'approfondissement sur le final aurait été grandement apprécié. Embarquement réussi ! Il faut juste faire attention à ne pas débarquer trop vite et trop bruyamment !
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/vents-mauvais-claire-rivieccio-a146142070
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yumiko
  30 juillet 2018
Ce roman avait tout pour me plaire avec son résumé plus qu'alléchant et qui laissait présager d'une histoire pleine de tensions et de scènes peut-être un peu rudes. Si cela a bien été le cas, je dois admettre que j'avais imaginé un rythme plus rapide, ce qui n'a pas été le cas durant la première partie du roman. de ce fait, j'ai mis du temps à entrer dans l'histoire et à être pleinement prise par l'action.
C'est dommage car les idées sont bonnes et le récit est vraiment très sombre et très noir, de quoi régaler les fans de thriller comme moi. Nous craignons le pire tout le long pour cet équipage qui a eu la mauvaise idée de monter à bord de ce bateau et suivre le détective privé qui les traque est un plus car il permet d'amener un peu plus de tension à l'histoire.
Après, je dois admettre que les dérives du détective sont un peu excessives et font prendre une tournure étrange au roman, mais bon, finalement, cela va avec l'ambiance instaurée par cette histoire et n'ajoute qu'un peu plus de noirceur au récit. J'ai trouvé un peu dommage que la soeur de Mimi soit aussi peu exploitée par contre, cela aurait été chouette de la voir davantage.
Donc cette histoire nous emmène dans un huit-clos sombre et avec certaines scènes à éviter aux âmes sensibles, mais globalement il manque un peu de liant dans le récit et de rythme au début pour emporter totalement le lecteur dans ce voyage aux portes de l'enfer. Cela reste une bonne découverte, surtout avec la qualité de la deuxième partie du roman, quand le rythme s'accélère vraiment et que l'histoire prend son envol.
En bref, ce roman aura été une découverte sympathique avec le côté sombre que j'attendais, mais j'espérais un récit encore plus rythmé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Khiad
  20 juin 2018
Avant de commencer ma chronique à proprement parler, je vais juste évoquer avec vous un point qui m'a un peu fâchée : le nombre de pages du livre. On me "vend" un ebook de 208 pages. Je m'attends donc à avoir une histoire d'à peu près 200 pages... Et bien non. Alors que l'on se dit que l'on va savourer la fin, on subit une cruelle désillusion : l'histoire s'arrête abruptement dans les pages 160... le reste (une quarantaine de pages) est majoritairement pris par l'extrait d'un autre livre et par les traductions de mots/d'expressions en espagnol utilisés dans le récit, à raison d'une traduction par page...
Je trouve ce choix vraiment dommage. Après, je peux comprendre que cela ait été fait (pure spéculation de ma part !) dans le but de ne pas effrayer les lecteurs avec un livre "trop petit", des lecteurs qui pourraient se dire que l'intrigue ne saurait être assez développée avec si peu de pages. Mais bon...
J'ai découvert ici la plume de Claire Rivieccio pour la première fois et c'est une bonne surprise. Son style est agréable et fluide, tout en sachant adapter le rythme en fonction de l'action et de l'intensité des scènes. Une très bonne qualité.
Ce livre est entre terre et mer, et en plusieurs voix. Je m'explique. On suit deux aventures "différentes" mais étroitement liées : celles de l'équipage du voilier ainsi que celles des gens qui ne sont pas sur le bateau, tout en ayant le point de vue de plusieurs personnages des deux côtés. J'aime beaucoup cette alternance qui, je trouve, apporte toujours un petit plus au récit.

Mais quid de l'histoire ? Alors, en gros, pour ne pas trop vous en dire, Cyprien et Mimi (fraîchement amoureux) embarquent sur un voilier, le Narval, qui doit les emmener de Honfleur jusqu'au Sénégal. le jeune homme est novice, rêveur, mais volontaire, séducteur aussi, et il n'a pas eu de mal à convaincre la jeune femme de tout abandonner pour le suivre jusqu'au bout de son rêve... qui se transformera peu à peu en cauchemar !
A bord du Narval, on trouve également Bijou et Double-Zéro, deux hommes (l'un blanc, l'autre sénégalais) qui ont la mer dans la peau et préfèrent passer leur temps sur l'océan plutôt que sur la terre ferme. Il y a aussi Wilfried, distant, blessant, fin manipulateur, seul maître à bord et Ghetty, hautaine, méprisante, petite fille, capricieuse : les propriétaires du voilier. Des gens très particuliers... mais Wilfried est aussi un excellent skipper qui connait par coeur son navire et le contrôle d'une main de maître.
De l'autre côté, il y a Nathalie, dit Nath, la grande soeur de Mimi qui s'inquiète de ne plus avoir de nouvelles depuis deux semaines. Après tout, c'est sa petite soeur et elle était contre ce voyage ridicule avec ces inconnus. Sur le conseil d'une collègue, elle va aller engager un détective privé, Delfrédo, pour la retrouver. Ce dernier va donc se lancer à la poursuite de cet insaisissable Narval.
Vous l'aurez compris, nous sommes sur un mi-thriller/mi-policier maritime. C'est un peu dépaysant, mais le fait que l'auteure connaisse son sujet le rend accessible et plaisant à lire. Plus réaliste aussi, parce que l'on se raccroche à des faits, à des gestes, à du vocabulaire. Je n'y connais rien du tout en navigation, mais je ne me suis pas du tout ennuyée, même avec les termes et les actions un peu plus techniques.
Niveau personnages, j'ai trouvé le couple de skipper bien travaillé et assez approfondi, avec chacun leur caractère, mais aussi ce même attachement profond et réciproque qui les unit. J'ai beaucoup aimé le personnage de Double-Zéro, ce marin sénégalais plutôt flegmatique et économe de paroles. Il a la mer dans le sang et a ce je ne sais quoi qui a fait que je m'y suis beaucoup attachée. Quant aux autres personnages, ils sont aussi travaillés, mais j'ai moins accroché. Surtout à Delfrédo, malgré le fait qu'il ne lâche rien durant son enquête.
Niveau suspense, il est relativement présent, vu qu'on se demande quasiment tout le long si les personnages vont s'en sortir et, si oui, comment. Il y a quand même un moment où l'auteure à réellement réussi à me surprendre, pour mon plus grand plaisir. On sent aussi une certaine forme d'oppression au sein du voilier quand, en pleine mer, on se retrouve dans un huis-clos en plein coeur de la tempête. Et je ne parle pas forcément que de phénomène météorologique...
Concernant la fin, je ne peux pas dire que j'ai été déçue, mais j'aurais aimé un peu plus d'action à un moment. Argh ! C'est compliqué de vous donner clairement mon ressenti sans spoiler... Disons juste que j'aurais aimé qu'elle soit un peu plus approfondie. Néanmoins, j'ai apprécié l'épilogue.
En résumé, nous avons là un petit thriller/policier maritime qui nous entraine du nord de la France jusqu'au Sénégal en passant par les Îles Canaries et les Antilles. J'ai aimé le choix de l'auteure de faire se situer une partie de l'intrigue sur un bateau, avec tout ce que cela comporte : gros temps, termes techniques, conduite, gestion, paysages... On a vraiment la sensation de voyager. Les personnages ne sont pas en reste et sauront certainement provoquer en vous plusieurs sentiments contradictoires.
Si je vous conseille ce livre ? Oui, je pense que c'est une expérience à tenter. ;-)
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
edco6974
  21 juillet 2018
Avis impartial

Ce livre m'a été proposé via le site simplement pro.
Le livre est très bien écrit. L'histoire se tient très bien.
On peut y découvrir beaucoup de détails sur la façon de naviguer, sur l'histoire de marins.
Je trouve que l'auteure a une très belle plume et elle écrit bien.
Ceux qui aiment la marine seront comblé car elle y consacre une très grande part.

Mon avis personnel
Voilà, pour ma part après avoir lu le résumé, je m'attendais à un véritable thriller étant donné que ce roman portait cette étiquette.
J'ai été donc déçue par ce livre car il y a peu de rebondissements, l'enquête pour retrouver le Narval et son équipage où se trouve Mimi (Sa soeur inquiète a engagé un détective privé pour la retrouver).
En fait, j'ai l'impression que l'enquête est passée au second plan et qu'elle a plus mis en valeur, le bateau et son trajet et la façon de naviguer.
Par la suite, je m'attendais à des passages assez "trash" mais il y a quelques passages ça et là mais qui ne sont pas comme je l'espérais... C'était court et parfois hors contexte, assez flou. Il est vrai que Ghetty et Wilfried sont étranges mais c'était trop bizarre, ça manquait de cohérence.
En résumé, si vous aimez les histoires de marins vous l'apprécierez peut-être mais si vous êtes fan de thriller alors vous serez déçus... Maintenant, cette chronique ne représente que mon avis personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   11 juillet 2018
Ce soir, on n’allumera pas les feux de position. Pire : Au grand dam du skipper, Ghetty va se retrouver privée d’eau chaude et de chauffage. Moins grave, car cela ne nuit pas à leur confort : Le carré et la cabine avant, ainsi que tout ce qui s’y trouvait, ont pris l’eau.
Wilfried fait hisser la grand-voile à Bijou avant de définir le cap et de répartir les quarts pour la nuit. D’abord Double-Zéro jusqu’à minuit, puis Bijou jusqu’à six heures. Lui-même prendra la relève au petit matin avec Cyprien car le bateau est trop difficile à manœuvrer pour un novice. Quant à Mimi, elle attendra qu’on le vide complètement avant de barrer puisque, d’après Wilfried, elle n’a ni l’endurance ni les réflexes d’un bon marin. Et ce dernier d’enfoncer le clou en ajoutant qu’à cause d’elle et de Cyprien, les deux autres sont obligés d’endurer des quarts longs de six heures chacun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AzaLeonaAzaLeona   25 juillet 2018
Au petit jour, la tempête fait rage et les rouleaux déchaînés déferlent sur le pont. Malgré le fort roulis d’avant en arrière, Cyprien et Double-Zéro, épuisés par des heures de pompage, gisent endormis sur les banquettes du carré. Mimi, elle, n’a pas trouvé le sommeil de la nuit. Le visage plaqué contre un hublot latéral, elle observe la côte qui se rapproche de plus en plus. À croire que le Narval va se fracasser sur les nombreux récifs qui affleurent droit devant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszsgabrielleviszs   11 juillet 2018
Tout ça pour qui ? Pour quoi ? se demande encore et encore Delfrédo dans la moiteur de la mangrove. Elle est bien loin la petite histoire de disparition qui lui promettait un hiver au soleil. Cette affaire ne ressemble plus à rien : la croisière de la malheureuse Mimi est tout simplement en train de les précipiter dans les filets d’un couple d’assassins. Il aurait fallu prévenir la police, alerter l’armée ou les ambassades et leur confier cette enquête qui dépassait largement son niveau de compétence. Au lieu de quoi, flanqué de cette bande d’idiots, il s’était élancé à la poursuite des méchants sur les eaux troubles de la Casamance avec, pour toute artillerie, une poignée de mystérieux grigris. Bravo Delfrédo ! Champion du monde de l’inconscience ! Zorro en culottes courtes ! D’Artagnan à deux balles ! Dommage qu’il soit si tard pour t’en apercevoir…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   11 juillet 2018
Les coups pleuvent. Crochet du droit, crochet du gauche, la mâchoire de Cyprien explose, son oreille se déchire, il s’effondre dans les filières. Le pied de Wilfried le cueille à l’estomac, le môme se tord. Une manchette tombe sur ses reins, il se redresse. Un coup de poing lui ouvre l’arcade sourcilière, et le sang gicle à l’horizontale. Wilfried cogne dans les genoux à présent, Cyprien s’écroule en chasse-neige, anesthésié ; il essaye de rouler sur le côté pour se protéger et dégringole au fond du cockpit.
— Tu crois que je suis en train de te frapper ? Tu te trompes, je suis en train de te parler, alors, écoute-moi bien parce que je n’aime pas me répéter.
Le skipper lui défonce encore le ventre et la figure à coup de docksides. Il ne vise plus, il tabasse, il massacre. Cyprien dégueule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KhiadKhiad   20 juin 2018
Tous les marins le savent : Les tempêtes ont le pouvoir étonnant de donner la parole au Grand Bleu. Prédateur en puissance, ce dernier ne fait pas dans les sentiments ; bien au contraire, en mal de noyés, il leur hurle des horreurs pour qu’ils n’oublient pas qu’ils n’ont que la vie à perdre. La vie, ni plus ni moins.
Jetés comme des mauvais sorts, ces étranges feulements transpercent les coques et font douter les hommes de leur supériorité et de leur santé mentale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : merVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre