AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709643677
Éditeur : J.-C. Lattès (08/05/2013)

Note moyenne : 2.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
A la veille de ses quarante ans, Paul vient de perdre Maud. Peut-être. Onze ans de mariage balayés par l?aveu d?une aventure ratée avec une étudiante? Et tout déraille. Maud est partie, mais elle a laissé les enfants ? deux anges au regard bleu, adeptes de la manipulation sentimentale et des pires caprices. Parce qu?une calamité n?arrive jamais seule, tous décident alors de s?en mêler : Stéphane, son collègue, et le cortège des fâcheux de l?université ; Tom, son frè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
PascaleAM
  16 juin 2015
"Universitaire, marié à un médecin, une belle femme restée à un petit 38 après deux grossesses. Propriétaire dans un quartier convenable, pas trop ostentatoire ni trop métissé. Un monospace japonais pour les week-ends à Deauville et les vacances. Une citadine italienne rouge pour l'excitation d'une traversée du Champ de Mars sur les chapeaux de roue le dimanche matin. Deux enfants sans handicap ni tare apparente, dont un petit mâle blond aux yeux bleus. Qu'aurais-je pu rêver de plus ?"
Voici comment Paul décrit sa vie !
Et pourtant, il n'a rien compris... Une petite incartade sans importance avec une de ses étudiantes (tout à fait consentante) pour se prouver à lui-même qu'il plaît, sans doute... et voilà que tout s'effondre autour de lui !
Ce roman, plein d'humour, parfois un peu cynique, et de sensibilité m'a semblé correspondre tout à fait à ce qu'on définissait comme "Roman d'apprentissage" aux 18eme et 19eme siècles : un roman qui décrit la maturation du héros qui manque d'expérience au départ et traverse des obstacles ou des épreuves afin de mûrir et d'en tirer des leçons.
Paul n'est pas un tout jeune homme comme le sont souvent les héros des "romans d'apprentissage" (Frédéric Moreau dans "l'Éducation Sentimentale" de Flaubert par exemple) mais au fil des pages, on sent qu'il découvre et comprend ce qu'il n'a pas su voir et apprécier durant les onze années passées auprès de sa femme.
De nombreux passages du roman sont empreints d'un humour parfois un peu sarcastique (en particulier, quand sa mère débarque chez lui "pour l'aider" parce-que tout de même "une mère n'abandonne jamais son fils" !).
Ses relations au quotidien avec ses enfants qui savent très bien profiter de la situation, avec ses collègues, son frère donnent lieu à des moments de lecture assez succulents !
Mais au bout du compte, Paul se rend compte que ce Bonheur, cet Équilibre qui lui semblaient acquis ont été remis en cause par sa faute, pour rien...
«J'ai pris deux siècles en une semaine[-] J'ai payé la leçon au prix fort, bien plus cher que ce j'aurais été prêt à donner de moi-même. Avec le maigre recul dont je dispose, je mesure maintenant ce que j'ai perdu : mes certitudes, pour l'essentiel, broyées par ces jours troublés" dit Paul...
J'ai beaucoup aimé ce roman qui n'est ni trop grave, ni trop sentimental, ni trop manichéen... un peu comme la "vraie" vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ingridfasquelle
  16 août 2013
Avec une plume alerte et jubilatoire, Jean-Marc Rivière nous offre un roman plein d'humour qui désosse le couple, la famille et les certitudes. J'ai aimé être fidèle est un roman drôle, qui sous une apparente légèreté, aborde avec beaucoup de pudeur et de sensibilité le thème de l'infidélité, de la vie de couple et de l'indispensable nécessité de se reconstruire après une rupture.
Le dicton selon lequel faute avouée est à moitié pardonnée n'est pas toujours vrai ! Paul va l'apprendre à ses dépens lorsqu'il avoue à sa femme l'aventure qu'il s'est offerte avec une de ses étudiantes. Quand Maud claque la porte et le laisse se débrouiller seul de l'appartement et de leurs deux enfants, Paul a alors tout le temps de revenir sur son infidélité et de réfléchir à tout ce qui faisait la richesse de sa vie de couple, d'homme marié, fidèle et heureux.
"On s'imagine qu'en cas de séparation on regrettera surtout le sexe, les soirées tranquilles devant la télévisions ou encore les week-end en province chez les copains. En fait, c'est aux détails qu'on mesure tout ce qu'on a perdu. Des éléments autrefois insignifiants s'insinuent au coeur de votre nouvelle existence. Voilà le plus dur : perdre l'anecdotique pour devoir se concentrer sur l'essentiel."
Après les regrets, Paul se livre à une analyse poignante de ses sentiments pour Maud et de leur vie de couple, une introspection qui, en plus de faire voler en éclats certaines de ses certitudes bien ancrées, donne surtout lieu à de jolies réflexions sur les petites choses de la vie, ces petits riens, qui, bout à bout, finissent par donner une définition assez précise de ce qu'est le bonheur conjugal. C'est très touchant !
Au fil des pages, Paul apprend de ses erreurs. Il n'aura de cesse de les réparer, de se débarrasser de sa peau d'adulescent pour devenir enfin un père responsable et un mari impliqué dans une vie de couple harmonieuse. Ballotté dans un tsunami émotionnel qui d'abord le dépasse, Paul s'affirme, Paul progresse. le lecteur ne peut qu'applaudir chacune de ses victoires ! Ses remises en question sont autant d'étapes nécessaires qui le conduiront à se prendre en main ! A défaut d'effacer ses fautes, Paul comprend qu'il va devoir changer. Mais à la veille de ses quarante ans, en a-t-il encore la possibilité ? N'est-il pas déjà trop tard pour oser, enfin, se mettre à nu ?
J'ai aimé être fidèle est un roman plein d'humour, d'émotion et d'humilité. Une très belle réflexion sur la réalité et les difficultés de la vie de couple à recommander à tous ceux qui cherchent la recette secrète de la vie à deux !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lagier
  14 mai 2018
Très déçu par ce roman, qui commençait pourtant vraiment bien. J'ai aimé cette entrée en matière, avec un style original et qui engage à lire la suite. Paul avoue son adultère à sa femme, et la façon dont il narre cet aveu est très bien écrite. Sa femme le quitte aussitôt et la suite est vraiment décevante car il va traîner sa peine tout au long des 251 pages, sans vraiment apporter de réflexion intéressante sur son couple et les mécanismes qui l'ont poussé à agir ainsi. J'exagère un peu ; il y a des tentatives pour expliquer les rouages d'un couple et ce qui peut le pousser à l'usure. Mais j'ai trouvé que cela n'avait vraiment pas de profondeur et restait beaucoup trop superficiel là où il y a tant à dire. Régulièrement l'auteur meuble en faisant des références à des hauteurs ou des artistes, et j'avoue que je n'apprécie pas cette façon de placer des références que nous ne sommes pas censés connaître. Je n'ai au final vraiment pas trouvé d'intérêt à lire ce roman.
Commenter  J’apprécie          10
Ecureuilbleu
  11 juin 2017
Ce roman assez drôle et bien écrit aborde avec humour le thème du couple, de la fidélité et de la famille.
Paul a perdu Maud et retrouvé sa mère qui "Dans l'une de ses vies antérieures, avait probablement donné des cours de sadisme à Attila"
J'ai lu ce livre sans déplaisir, mais sans entrer dans les personnages un peu caricaturaux.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 mai 2013
Jamais je n’aurais cru qu’il pouvait être si difficile de faire avouer quelque chose à un gamin d’à peine six ans. J’avais pourtant vu toutes les saisons de 24 Heures chrono. Je connaissais au moins trente techniques différentes pour faire parler un terroriste et encore douze autres pour lui faire passer l’envie de venir déstabiliser notre merveilleux modèle socio-économique occidental.
Commenter  J’apprécie          20
sorcika01sorcika01   28 mars 2016
« Je n’ai plus de repères. Seulement des questionnements et le souvenir cuisant de mes errements. Je me sens pourtant étrangement serein ce soir, assis devant ce texte inabouti auquel je donnerai peut-être forme un jour. Dépouillé de ma coquille conjugale, vidé de ma consistance sociale, je suis nu sur ma chaise, face à la fenêtre derrière laquelle je ne distingue rien. Mon avenir est noyé dans un épais brouillard fait d’illusions perdues et d’espérances en attente, mais cette incertitude, j’en ai l’intuition, ne m’empêchera plus de trouver le sommeil.
Je suis nu et c’est une bonne nouvelle. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 mai 2013
Comme un alcoolique qui boit à s’en rendre malade la veille de son entrée en cure de désintoxication, j’avais besoin d’enfoncer mon visage dans mon propre vomi. D’affronter ma déchéance dans sa matérialité la plus sordide.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   11 mai 2013
Je pensais faire un échange équitable : son désir (réel ou simulé, ce n’était pas important – je n’étais pas naïf à ce point) pour mon corps entre deux âges contre le privilège de découvrir ce qui se cachait derrière la figure tutélaire qu’elle voyait en cours toutes les semaines. Elle me rendait un fragment de ma jeunesse perdue. Je lui entrouvrais la porte du monde adulte.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 mai 2013
Mon avenir est noyé dans un épais brouillard fait d’illusions perdues et d’espérances en attente, mais cette incertitude, j’en ai l’intuition, ne m’empêchera plus de trouver le sommeil.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : ruptureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre