AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266283839
Éditeur : Pocket (24/05/2018)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 58 notes)
Résumé :
« Une histoire émouvante, délicate et revigorante comme une tasse de thé, enivrante comme un parfum et chaleureuse comme un air de jazz. »

Diretta News

Paris, novembre 2004.

Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d'une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  19 juillet 2018
Viola Consalvi vivait en Italie avec son compagnon Michel, iridologue. Il décède d'une maladie inattendue et elle se retrouve confrontée à l'abîme d'un deuil douloureux. Quelques années auparavant, elle avait abandonné ses études de médecine car elle ne voulait pas suivre les traces de son père, cardiologue. Elle voulait prendre une autre voie que lui. Elle avait effectué ses études de naturopathe à Paris et là, elle avait fréquenté la petite herboristerie de Montmartre tenue par Gisèle. A ses heures libres, elle avait travaillé pour elle.
En plein deuil, désespérée, manquant de confiance en elle, elle revient en France et retrouve Gisèle toujours aux commandes de son magasin.
A quelques pas, et, évènement téléphoné, se trouve un certain Romain qui a repris le snack de son oncle.
Le roman est parsemé de recettes de tisanes, de mélanges de fleurs de Bach, d'huiles essentielles qui présentent un centre d'intérêt personnel.
J'ai revu mon père et sa mère dans les livres de Maurice Mességué. Evidemment, toute jeune, je m'intéressais aux tisanes de ma grand-mère et j'allais cueillir quelques plantes avec elle. Elle les faisait sécher dans son grenier. J'ai encore la délicieuse odeur du tilleul en mémoire olfactive.
On aborde aussi le reiki, les chakras moins connus pour moi.
J'ai déploré quelques longueurs dues au manque d'évènements et à la fadeur relative des personnages mais dans l'ensemble, Donatella Rizzati nous livre un bon roman qui nous livre des recettes de naturopathie et nous fait déambuler dans les rues de Montmartre avec une belle écriture et une traduction de qualité.
Challenge pavés 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Livresque78
  03 juin 2017
La petite herboristerie de Montmartre est une bouffée d'air à prendre à un moment  de votre choix, mais je vous suggère de la prendre maintenant.
Cette lecture est ce que l'on appelle une lecture Feel good, il est vrai qu'elle fait du bien, elle donne envie de prendre soin de soi. Mais c'est aussi une roman qui parle du deuil et de la nécessité de regarder de l'avant, de continuer à vivre, à aimer, à prendre du plaisir.
Pas de chaudes larmes, car n'oublions pas qu'on reste dans un roman de l'été, un moment léger et agréable. Là est donc, je trouve, le talent de l'auteur, car elle parvient à parler de sujets difficiles et qui touchent beaucoup d'entre nous tout en restant « Feel good ».
Ponctué de petites recettes de beauté ou de bien être ce roman nous fait un peu l'effet de lire quelques pages d'un livre de recettes de notre grand-mère, cela donne envie de toutes les essayer.
Lien : https://livresque78.wordpres..
Commenter  J’apprécie          360
prune42
  29 novembre 2018
Après la mort inattendue de son mari Michel, Viola Consalvi quitte Rome et son pays natal pour aller à Paris séjourner quelque temps chez son amie Gisèle. Celle-ci tient une herboristerie dont Viola était tombée sous le charme il y a quelques années, d'autant que le jeune femme est naturopathe. Mais le souvenir de Michel, très présent en Viola, lui interdit d'être heureuse à nouveau. Elle fait la rencontre de Romain, le propriétaire d'un bar parisien, et en vient à éprouver des sentiments assez confus pour lui. Grâce aux initiatives de Viola, l'herboristerie prend un nouvel essor. Mais il est plus facile d'aider les autres que de faire la paix avec soi-même ; Viola ne sait plus où elle en est, surtout quand elle découvre un lourd secret familial…
J'étais très impatiente de lire ce roman italien quand je l'ai découvert car j'étais très intriguée et intéressée par son thème, la naturopathie. J'attendais beaucoup de cette lecture, la 4ème de couverture m'avait vraiment séduite. Or j'ai été un peu déçue, je le reconnais, car au point de vue connaissances mêmes, je suis restée sur ma faim. Il est bien question de plantes, d'aromathérapie, de fleurs de Bach, de reiki et même d'irodologie (discipline que je ne connaissais pas) mais je trouve que l'auteur ne rentre pas assez dans les détails. D'ailleurs, les "recettes" données dans le livre sont pour moi impossibles à réaliser, trop compliquées ou pas assez précises. Quant à l'irodologie, cela reste une discipline assez obscure pour moi malgré cette lecture et les portraits des différents types de personnalités d'après cette méthode m'ont laissée dans le questionnement. Par contre, je vais faire quelques recherches personnelles sur le reiki car cela a suscité ma curiosité et mon intérêt.
L'intrigue en elle-même n'avance pas assez vite pour moi, on tourne un peu en rond notamment en ce qui concerne la relation entre Viola et Romain et on se lasse à force, c'est bien dommage…
J'imaginais un autre dénouement que celui-ci aussi, j'ai été un peu déçue de ce côté-là également.
Pour résumer, je dirais que même si j'ai été sensible au thème du livre et au charme mystérieux et désuet de cette boutique, certaines choses ne m'ont pas convaincue er je n'ai pas eu le coup de coeur que j'attendais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Analire
  08 août 2017
La petite herboristerie de Montmartre, c'est une bouffée d'air frais que j'ai lu dans climat étouffant d'été. Une histoire paisible et relaxante, qui m'a apporté plaisir et détente.
Après le décès subit de son mari, Viola, une jeune trentenaire italienne, perd goût à la vie. Pour changer d'air et se ressourcer, elle décide de retourner à Paris, ville où elle a réalisée ses études de naturopathe, et où elle a rencontré Gisèle, gérante d'une boutique d'herboristerie, devenue une très grande amie. Elle replonge avec extase dans ce lieu magique de la boutique de l'herboristerie, et réapprend peu à peu, à vivre, à prendre soin d'elle, à aimer.
C'est une histoire poétique qui met en avant une jeune femme, abattue par le deuil, qui va aller de l'avant pour tenter de se reconstruire. Mais rassurez-vous, point d'atermoiements dans ce roman, seulement des touches d'espoir et une légèreté qui donne du baume au coeur. de belles leçons de vie vous y attendent.
Pour les plus téméraires, des petites recettes à base d'herbes sont disséminées ici et là dans le roman. Ainsi, au fil de votre lecture, vous pourrez découvrir différents remèdes, notamment pour rétablir l'équilibre du cinquième chakra, pour préparer un bain relaxant parfumé au miel et au citron, ou encore pour apprendre à confectionner des huiles essentiels au lavande. Des recettes qui vous feront vous sentir mieux, en accord avec vous-même et avec la vie. En tout cas, j'en ai repéré quelques-unes, que je vais sans doute tester prochainement…
Donatella Rizzati met en avant un concept de médecine traditionnelle, qui vise à améliorer l'organisme par des moyens naturels et biologiques. J'ai apprécié découvrir ce monde à part que je ne connaissais pas. J'ai beaucoup aimé découvrir la boutique atypique de Gisèle, une herboristerie traditionnelle, comme il n'en existe que trop peu dans le monde. C'est un lieu convivial, où il y fait bon vivre. En tout cas, j'aurais adoré trouver ce genre de boutique dans les villes où je me rends, flâner entre les rayonnages, respirer les nombreux parfums et embruns qui se dégageaient des fioles…
Une histoire légère et paisible, à lire idéalement l'été. Vous n'y retrouverez pas de prise de tête, seulement de bons moments de lecture, qui vous apporteront une paix intérieure et un calme relatif. Une romance vite lue… mais vite oubliée aussi.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Lectrice-Lambda
  24 mai 2017
« La petite herboristerie de Montmartre » met en scène Viola, une femme italienne qui vient de perdre son mari. Désespérée et perdue, elle décide de partir à Paris retrouver Gisèle, une vieille femme qui tient une herboristerie à Montmartre. Elle l'avait rencontré par hasard lorsqu'elle faisait ses études de naturopathie en France et elle est devenue depuis sa mère de coeur.
Va-t-elle réussir à redonner un équilibre à sa vie à Paris ?
Ce livre est une belle surprise.
Je suis littéralement tombée amoureuse de l'ambiance romantique qui se dégage de ce texte. C'est une histoire remplie de sentiments et de ressentiments, de leçons de vie, de nostalgie, d'amour et de rancoeur. Donatella RIZZATI dépeint chaque sentiment avec une extrême facilité et avec beaucoup de justesse. Elle touche directement notre coeur de lecteur et j'ai été littéralement transportée dans son univers.
L'histoire se passe entre Paris et l'Italie, même si la plus grande partie de l'histoire se passe dans notre belle capitale parisienne. Il y a beaucoup de passages dans lesquels Viola se promène de ruelles en ruelles et de parcs en places. A travers ces instants, on sent vraiment tout l'amour que l'auteur porte à Paris. Je ne sais pas si elle y a vécu ou si elle a déjà eu l'occasion de la visiter, mais dans tous les cas on sent que c'est une ville qu'elle porte dans son coeur.
Des thématiques difficiles sont abordées. La mort, la maladie, le deuil, la perte de confiance, l'abandon, l'amour, la trahison, nos personnages sont en quelque sorte des écorchés de la vie qui ont tous comme point d'ancrage Gisèle, cette bonne vieille femme qui a le coeur sur la main.
Ce récit est également porté par des sujets plus culturels puisque la naturopathie, le reiki, l'iridologie sont mis en avant. On apprend beaucoup de choses vis-à-vis de ces sujets et j'ai trouvé que c'était très intéressant. L'iridologie est d'ailleurs le thème qui ressort le plus, car en plus d'être la science favorite du défunt mari de Viola, l'auteur met en avant dans tout son texte la vision. Beaucoup de passages clés de son histoire mettent en valeur des passages où la vue joue un rôle très important.
Enfin, à chaque chapitre décisif, on retrouve à la fin des petites fiches avec de vraies recettes de tisanes et de cosmétiques à faire soi-même, mais aussi des petits passages explicatifs sur l'iridologie et le reiki. J'ai beaucoup apprécié ces petits apartés qui nous permettent de souffler un peu dans notre lecture. Malheureusement, parfois, c'est compliqué de tout comprendre car certaines fiches sont écrites avec des termes scientifiques bien précis, sans aucune explication pour les personnes novices comme moi.
Par contre, j'ai trouvé les personnages en demi-teinte.
Tels quels, enlevés de toute scène ou action, je les trouve un peu fades et agaçants, contradictoires et souvent avec un comportement enfantin. Mais parfois, leurs imperfections donnent naissances à des scènes d'une incroyable beauté. Je retiens surtout la scène lorsque Romain cuisine pour Viola, en comparant la cuisine et la séduction. Cet instant est tout simplement magique et parfait, et même si Romain est un personnage qui m'a souvent énervée, je suis tombée amoureuse de lui à cet instant.
Quant à la fin, elle me plait bien.
Elle est pleine de surprises ( certaines que l'on voit venir, d'autres non ), lumineuse et toute en sensibilité. Elle m'a pleinement comblée et m'a fait terminer cette lecture avec le sourire aux lèvres.


En conclusion, « La petite herboristerie de Montmartre » est un livre feel-good comme on les aime. Donatella RIZZATI nous plonge dans un Paris romantique à souhait, avec des personnages imparfaits, mais qui dépeignent la réalité telle qu'elle est : belle et douce, mais aussi cruelle.
J'ai été vraiment touchée par cette histoire de vie, par les messages véhiculés par l'auteur et même si ce n'est pas un coup de coeur, c'est une histoire qui a réussi à me faire du bien.

Un livre à lire si vous cherchez un roman feel-good pour passer un bon moment de lecture, toute en émotions.
Lien : http://lectrice-lambda.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   19 juillet 2018
Mes cheveux ressemblent à ceux de Méduse : ils sont trop longs et des mèches partent dans tous les sens. Ces derniers mois, j'ai perdu le contact avec moi-même, physiquement aussi. Pas une seule fois, je n'ai pris le soin de mon corps, l'abandonnant comme une s'il n'était plus qu'un vieille boîte vide et sans intérêt. Volontairement. M'offrir quelque chose, c'était manquer de respect à Michel.
Commenter  J’apprécie          180
jeunejanejeunejane   19 juillet 2018
- Voilà...Je n'ai jamais pu te donner la vie Viola, et c'est une cicatrice qui ne s'est jamais refermée. Un jour, ton père biologique risquait de refaire surface et de t'emmener avec lui. J'avais peur que tu le préfères à moi, parce que vous partagiez les mêmes gènes. C'est pour ça que j'ai tant insisté pour t'envoyer à la fac. Je voulais que tu me ressembles en grandissant.
Commenter  J’apprécie          160
prune42prune42   27 novembre 2018
C'est donc ça, la mort d'une histoire d'amour. Un brin d'air qui se déplace. Une couleur qui pâlit. Etre assis et ne plus sentir un corps. L'esprit accroché à un instant irrévocable. C'est la certitude que demain et hier n'existeront plus. Qu'il n'y aura plus qu'un avant et un après. C'est rester éveillé parce que le sommeil vous oublie. C'est tolérer les automatismes d'un corps qui vit avec le regard indifférent d'un étranger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
prune42prune42   29 novembre 2018
L'amour est quelque chose de rare et précieux. Si tu croises sa route, ne le laisse pas s'enfuir. Même s'il faut pour ça pardonner l'impardonnable. Suis ton coeur, Viola, pas des règles ou des principes. L'amour et la passion n'en ont pas. Ce sont des anarchistes.
Commenter  J’apprécie          80
veronique55veronique55   09 juillet 2018
Page 223 En ce qui me concerne, préparer soigneusement un plat, c’est raconter une histoire. Pense à tous les écrivains qui ont dédié des pages mémorables à la nourriture. Les salades sur extravagantes qui trônent sur la table de Jay Gatsby, par exemple: elles sont le symbole de la richesse écrasante du parvenu américain. Il y a aussi la soupe d.Oliver Twist, cette espèce de brouet dégoûtant qui évoque immédiatement la massse des pauvres affamés et miséreux de l.Angleterre du XXI siècle...
Généralement, on préfère associer la nourriture et le sexe. ça rappelle Henry Miller et sa faim insatiable. Ou Amado et sa Doña Flor , qui se lance dans des étreintes passionnées avec son mari entre deux bons petits plats.
Lentement le pilon en bois transforme la gousse d.ail en une crème blanchâtre avec le gros sel. Puis c.est au tour des feuilles de basilic, qu.il écrase d.un geste d.expert. Très vite, elles commencent à rendre des huiles essentielles au parfum intense. Je le regarde verser une poignée de pignons dans le bol ainsi que quelques cuillères de parmesan râpé, sans cesser de remuer. Peu à peu la crème prend forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : naturopatheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
518 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
.. ..