AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791095438120
300 pages
L' Iconoclaste (20/01/2016)
3.83/5   118 notes
Résumé :
« Quand Guillaume Agnelet a quitté la barre, j'ai baissé la tête, je tremblais. Sur mon carnet j'ai griffonné mise à mort d'un homme. Deux jours après la déposition du fils, la cour d'assises a déclaré son père, Maurice Agnelet, 76 ans, coupable de l'assassinat de sa maîtresse et l'a condamné à vingt ans de réclusion criminelle. L'affaire avait trouvé son épilogue judiciaire.
C'était l'histoire d'un secret de famille. Personne n'avait rien su, rien deviné. J... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 118 notes
5
8 avis
4
14 avis
3
9 avis
2
1 avis
1
0 avis

cuisineetlectures
  19 mai 2016
En quelques lignes adressées au Procureur de Chambéry, Guillaume Agnelet met fin à une bataille judiciaire de plus de trente ans :
« J'ai souhaité vous rencontrer pour vous faire part de mon cas de conscience lié au procès de mon père. Je suis convaincu qu'il est bien le meurtrier d'Agnès le Roux. J'en suis arrivé à cette conclusion à la suite des révélations que m'ont faîtes à la fois mon père et ma mère. [..] La démarche que je fais aujourd'hui après de vous me coûte énormément. Je sais que ce témoignage va sceller la rupture avec ma famille, c'est-à-dire avec ma mère et mon frère. Je crains également la réaction de mon mère qui, d'un moyen ou d'un autre, cherchera probablement à se venger. Je suis prêt à venir témoigner devant la cour d'assises de Rennes dans les jours qui viennent »
Guillaume Agnelet vient de briser un secret familial en mettant un terme au soutien indéfectible qu'il porte à son père, Maurice Agnelet. Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire au Monde, fascinée par cette tragédie familiale, s'attache tout particulièrement au parcours chaotique de Guillaume Agnelet, celui d'un fils aimant, dévasté par le plus cruel des dilemmes, sortir de l'enfer d'un mensonge familial sordide ou briser sa famille en envoyant son père en prison.
L'intime conviction est au coeur de cette affaire judiciaire, celle de Guillaume Agnelet pris en étau entre l'acharnement de son père à prouver son innocence, celle de Renée le Roux, la mère d'Agnès le Roux menant une bataille judiciaire infatigable pour faire triompher la vérité et enfin celle du jury, qui a condamné Maurice Agnelet à vingt ans de réclusion criminelle.
Récit passionnant de l'ultime rebondissement de l'affaire Agnès Le Roux, La déposition est écrit d'une plume affutée, alerte et concise. C'est intense, mystérieux, captivant. A lire d'une traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
PrettyYoungCat
  05 août 2021
Dans la même veine que "L'adversaire" d'Emmanuel Carrère, nous nous penchons sur l'histoire vraie d'un crime. Mais cette fois, pas du côté de l'accusé, mais de sa famille.
"La loi dit que lorsqu'on est le père, la mère, le frère, la soeur, l'enfant ou le conjoint de l'auteur d'un crime, se taire n'est pas un délit pénal mais un conflit moral qu'il appartient à chacun de résoudre comme il peut."
Alors qu'est-ce qui pousse Guillaume Agnelet à témoigner contre son père, Maurice Agnelet, accusé du meurtre de sa maîtresse Agnès le Roux alors même qu'il a consacré trente ans de sa vie à protéger celui-ci ?
- "Est-ce que, aujourd'hui, vous brisez un secret de famille ?"
- "Oui. J'ai cru qu'avec le temps, ils atterriraient. Que l'on pourrait se retrouver un jour pour parler de notre guerre. Mais pas pour la nier. La vérité pouvait être un ciment entre nous, elle ne l'a pas été. Ce que je sais maintenant, c'est que le secret tue plus que la vérité."
Tout l'enjeu de ce livre est donc moins de s'intéresser au crime (qui n'a pas de corps) qu'à ce qui se joue au sein d'une famille. A quel éclatement, à quel écartèlement elle fait face pour tenir debout tant bien que mal. Entre conflits de loyauté et poids terrible à porter, à trainer malgré soi... se taire ou parler, avouer ou s'avouer, croire ou dénier, accabler pour cesser de s'accabler, enfermer pour se libérer,...
Un exercice alléchant que ce dédale psychologique d'une chronique judiciaire vécue sous le prisme de la famille de l'accusé. Mais je n'ai néanmoins pas été plus emballée que cela... Finalement cet aspect psychologique est plus esquissé que creusé. Pascale Robert-Diard est chroniqueuse judiciaire. Elle nous livre donc un regard assez distancié et factuel sur cette histoire. C'est donc une certaine profondeur d'analyse plus psychologique de ce qui s'est joué intérieurement pour cette famille qui m'a manqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
LuMM
  03 mai 2019
Point de départ du livre: l'affaire Agnelet revient pour la la troisième fois devant la justice.
Jusque là, le clan a fait bloc autour de l'accusé, ex-femmes, enfants, tous ont soutenu l'ancien avocat niçois suspecté d'avoir tuée l'héritière Agnès Leroux.
À la surprise générale, lors de cette troisième audience, une voix discordante va s'élever: celle du deuxième fils, Guillaume. La déposition dont il est question dans le titre, c'est la sienne.
Pascale Robert-Diard est chroniqueuse judiciaire et elle restitue à merveille l'ambiance de la cour, la tension du prétoire, mais la déposition est avant tout le récit d'un huis-clos familial, où comment la figure tutélaire et toxique de Maurice Agnelet a pu, pendant des décennies imposer le déni, voire le mensonge à ceux qui l'ont côtoyé.
Commenter  J’apprécie          290
Josephine2
  22 février 2016
Pascale Robert-Diard est chroniqueuse judiciaire au Monde. Elle a suivi l'affaire Maurice Agnelet, soupçonné et condamné à 20 ans de réclusion pour la disparition d'Agnès le Roux, après 4 procès, sur une durée de 30 ans, suite à l'acharnement de la mère d'Agnès le Roux.
Le dénouement viendra du plus jeune fils de Maurice Agnelet, qui témoignera contre son père, lors du dernier procès, alors qu'il prenait le parti de son père lors des premiers.
Pascale Robert-Diard a voulu comprendre pourquoi Guillaume Agnelet avait décidé, ce jour-là, à ce procès, de dénoncer son père.
Et c'est là l'intérêt de ce livre. C'est de découvrir comment Guillaume vit et se construit alors que son père est soupçonné d'être un assassin. Trente ans de lutte pour croire, au début, à l'innocence de celui-ci, d'échapper à l'emprise et au charisme de Maurice Agnelet, qu'il exerce également sur son entourage, sa famille, ses maîtresses, ses amis, ses connaissances. Comment vit-on un tel drame, lorsque dès le plus jeune âge on vit avec des soupçons, entouré de juges d'instruction ?
Guillaume cherchera de l'aide auprès de sa mère, de son frère, mais aussi auprès des connaissances de son père. Tous se détourneront. Ils ne comprennent pas que Guillaume est à bout. A bout de tous les mensonges qui lui pourrissent la vie. Il veut en finir une fois pour toute, dire la vérité, afin de pouvoir vivre enfin, même s'il y perdra sa famille.
Pas facile pour les Juges et Jurés de déterminer la vérité lorsqu'elle est à ce point éparpiller au fil du temps et que le corps reste introuvable.
Maurice Agnelet se croyait à l'abri, mais, lorsque le grain de sable s'immisce, alors…
Sans parti pris, sans discrimination, Pascale Robert-Diard nous livre un témoignage intéressant. Elle l'aborde sous un angle nouveau : le point de vue d'un proche de l'accusé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Peluche0706
  04 septembre 2016
C'est l'histoire d'une famille qui se déchire, une famille qui ne voulait pas en arriver là, d'une famille qui voulait oublier le passé, une famille complètement détruite.
Agnès le Roux disparaît un jour du mois d'octobre 1977. A ce jour encore, on ne sait pas ce qu'il lui est arrivé, si elle décédée, si elle a été tuée, par qui, quand ni où. Héritière d'une part importante du casino tant convoité de Nice, Maurice Agnelet son compagnon lui fait changer de vote au dernier moment lors d'un conseil d'administration. de fait, Maurice Agnelet obtient une belle part d'argent. Et peu de temps après, un voyage organisé avec lui, elle disparaît.
L'originalité de l'affaire est que les procès se sont succédés : Maurice Agnelet est soupçonné très vite du fait de son comportement pour le moins étrange : il ne s'inquiète pas de la disparition de sa maîtresse, ne l'appelle pas pour essayer d'obtenir des nouvelles, ment à plusieurs reprises à la famille le Roux lors de leurs nombreux appels inquiets,…
Guillaume, l'un de ses fils, devient son plus fidèle défenseur. Il soutient son père, l'aide à préparer sa défense, jour et nuit, liste les arguments à avancer lors du procès, filme son père pour analyser le jeu de défense de son père. Seulement, les procès s'accumulant, les 3 fils qui étaient enfant à l'époque du début de l'affaire deviennent adultes. Et Guillaume commence à se poser des questions. A 3 reprises, tour à tour son père et même sa mère font des allusions qui ont choqué le jeune Guillaume. Ces paroles lui reviennent au fur et à mesure de l'avancée des procès et petit à petit, ces confidences deviennent de plus en plus lourdes.
Le lien père-fils est très intéressant dans ce livre. La personnalité très égocentrique de Maurice Agnelet va faire que la fameuse déposition de Guillaume va avoir des répercussions sur toute la famille. En fait, Maurice a une emprise psychologique sur toute sa famille. Un psychiatre va même dire que « […] Dans son lien à autrui, Maurice Agnelet est indifférent à celui qui est au bout du lien. […] Toute personne qui tente de lui échapper doit être réduite ». Si bien que même si son frère Thomas et sa mère Anne sont bien concernés par ces confidences, ils nient ces paroles et ne soutiennent pas Guillaume.
Ce qui est intéressant également dans cette histoire est de voir que la famille de la victime n'est pas la seule à souffrir de cette situation. La famille de l'accusé est victime elle-même de l'affaire. Les journaux, les procès, la police fouillent dans leur intimité et les liens familiaux qui devraient être plus forts que tout se défont. Un secret trop lourd à porter détruit tout et Guillaume va faire sa déposition, étonnamment avec le coeur léger, répétant à qui veut l'entendre, que son but est de témoigner, et en aucun cas de se venger sur sa propre famille. Les larmes au bord des yeux, la confrontation avec eux sera dure.
Une chose est sûre, c'est qu'à ce jour, nul ne sait ce qu'est devenu le corps d'Agnès le Roux. Malgré les nombreux procès de Maurice Agnelet, nous ne connaîtrons jamais la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Telerama   24 février 2016
Pascale Robert-Diard n'a pas son pareil pour ausculter les tréfonds de la nature humaine sans avoir l'air d'y toucher ; pas une phrase plus haute que l'autre, pas d'effet de manche, de broderie littéraire, elle déroule les faits comme les âmes.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
Il sait presque tout de son intimité, rien n’est plus impudique, obscène même, qu’un dossier d’instruction. Il y a les témoignages de ses nombreux amis, ceux de sa famille, toute l’enquête qui a radiographié sa vie, mais il y a surtout ses mots à elle. Ceux qu’elle couchait frénétiquement sur les pages de son journal intime, de son écriture ronde, presque enfantine, l’écriture d’une jeune femme amoureuse et triste, qui abdiquait sa fierté, sa raison, son indépendance devant lui, l’amant, et se reprochait à la fois d’être trop soumise et de ne pas l’être assez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MeresauvageMeresauvage   08 août 2016
La loi, qui connaît mieux la vie qu'on ne le dit parfois, a prévu des cas comme ça. Elle dit que lorsqu'on est le père, la mère, le frère, la soeur, l'enfant ou le conjoint de l'auteur d'un crime ou d'un délit, on ne peut être puni pour ne pas l'avoir dénoncé. Que se taire n'est pas un délit prénal mais un conflit moral qu'il appartient à chacun de résoudre comme il peut.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
Il dit des choses que les autres pères ne disent pas. Par exemple que le bien et le mal n’existent pas. La morale non plus. Il dit que lui, il est « amoral, pas immoral, hein, tu comprends la différence, fils ? ». Il enseigne à son garçon que l’important, dans la vie, c’est « pas vu, pas pris ».
Commenter  J’apprécie          30
emi13emi13   28 juin 2017
Il y tenait beaucoup , Maurice , à la tradition d'offrir à chacun de ses amis ces boules dont les fruits collaient aux mains des enfants , et dont il leur répétait chaque année avec solennité qu'elles portaient bonheur. P 219
Commenter  J’apprécie          20
MeresauvageMeresauvage   08 août 2016
Il se sent soldat, "sergent d'infanterie", dit-il, préparant l'offensive. Le procès de son père est devenu son combat, ses ennemis sont devenus les siens, l'enquête et les charges qui pèsent contre lui ne sont rien d'autre que des obstacles placés par leurs adversaires et qu'il faut trouver le moyen de surmonter, de contourner. Il n'y a plus de place pour le trouble. Le trouble, c'est bon pour les temps de paix, et là, c'est la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pascale Robert-Diard (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascale Robert-Diard
Depuis 20 ans, ses chroniques judiciaires dans les colonnes du Monde sont lues avec beaucoup d'intérêt. Pascale Robert-Diard a elle aussi suivi le procès des attentats du 13 novembre 2015, mais c'est pour son premier roman "La petite menteuse" aux éditions de l'Iconoclaste, qu'elle est présente aujourd'hui. Ce livre fait à la fois réfléchir sur la vérité judiciaire, le mensonge adolescent et le conflit de génération face aux accusations de violences sexuelles. 
Alice Keridreux défend Lisa, une adolescente de 15 ans qui accuse un homme d'un viol qui sera condamné à 10 ans de prison. Lors du procès en appel, la jeune fille dit vouloir "rétablir la vérité". 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : Cours d'assisesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

La petite menteuse

Quel âge a l’avocate Alice Keridreux ?

La trentaine
La quarantaine
La cinquantaine
La soixantaine

14 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : La petite menteuse de Pascale Robert-DiardCréer un quiz sur ce livre