AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur Hope (35)

ordinary_reader
ordinary_reader   11 novembre 2019
Beaucoup de garçons rêveraient d'être dans cette pièce. Une salle remplie de filles aux jambes longues et aux cheveux brillants. Les mannequins, ça fait bander. Tu parles d'un fantasme. La réalité est moins sexy, croyez-moi. Les cheveux sont abimés par les produits utilisés sur les shootings, la peau marquée par le manque de sommeil. Les ongles rongés par l'anxiété. Les coeurs aussi. On n'est pas toujours gentilles. Parce qu'on a nos vies, nos problèmes et le manque de sommeil. Parce qu'on nous a dit trop tôt qu'on allait réussir. On se retrouve piégées au pays des "peut-être", des "demain". Hope, une vraie saleté.
Commenter  J’apprécie          216
iris29
iris29   04 mai 2017
Je crois que c'est ça mon truc : regarder, observer, absorber . Une éponge de vies .
Commenter  J’apprécie          212
le_Bison
le_Bison   19 janvier 2020
Après une semaine enfermée dans ma chambre, je n'ai pas eu le choix. Mon père en a fini avec la compassion. Je pourrais très bien mentir et sécher les cours. Mais je n'en ai pas l'énergie, et puis il n'y a plus de Coca dans le frigo. Il faut sortir en acheter. Mon premier choix de tenue s'est arrêté sur mon pyjama. Là encore, mon père n'est pas d'accord. J'aurais pu dire merde, mais je réserve ce mot à d'autres. Il a envoyé Katy dans ma chambre. Moment de complicité belle-mère-fille ? Pas du tout. Elle ne sait pas quoi me dire, alors elle me donne son shampoing. "Il fait de très beau cheveux, tu vas voir." C'est naze, comme cadeau de consolation. J'ai les cheveux gras, merci, je suis au courant. C'est peut-être parce que je ne vais pas très bien. Entre nous, offrir du shampoing à qui que ce soit, même à quelqu'un que l'on n'aime pas trop, c'est nul. Il sent bon, manquerait plus qu'il pue, en plus. C'est assez rare pour un shampoing. Quoique, je me rappelle que ma grand-mère, celle qui est morte, en avait un qui sentait vraiment mauvais. Les vieilles plantes, le genre de shampoing que l'on trouve en pharmacie, qui a pris l'odeur des médicaments. A chaque flacon vide, elle retournait acheter le même. Je n'ai jamais compris. Du coup, ses cheveux sentaient le vieux, comme elle. Celui de Katy est à la moelle de bambou. Je passe sous l'eau glacée afin de me réveiller. Le cauchemar continue. Katy me désespère : "L'eau froide c'est bon pour les cheveux, elle les rend brillants." Elle ferait mieux d'écrire un bouquin de recettes capillaires. Moi, la moelle de Bambou, je m'en fous. Elle fait peut-être briller les cheveux mais pas les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
iris29
iris29   05 mai 2017
La porte était fermée. Les portes ne doivent jamais être fermées dans les lycées ici, justement pour cette raison. Pour que les lèvres des professeurs ne viennent pas s'attarder sur celles des élèves.
Commenter  J’apprécie          180

iris29
iris29   04 mai 2017
Les souvenirs filent des torticolis et rendent malheureux.
Commenter  J’apprécie          184
le_Bison
le_Bison   12 janvier 2020
J'arrive au Starbucks, commande un chai tea. C'est du thé "épicé" avec du lait. Je pose les guillemets parce que moi, je ne le trouve pas du tout épicé. Je vais m'asseoir près de la fenêtre. Je viens souvent ici. Les Starbucks, c'est un peu comme les McDo mais en plus classe. Des lieux de vie. Au lycée, je révisais mes cours au McDonald's de ma ville. J'aimais le bruit, et à chaque fois que je relevais la tête de mon cahier, je tombais sur une nouvelle histoire. Celle d'un premier flirt de collégiens, d'une recette de blanquette, d'un cancer des os au stade quatre ou d'un épisode de Dexter. Il y avait les habitués, dont je faisais partie. En majorité des personnes âgées fuyant une maison vide. Nous avions tous un point commun : la solitude. Je regarde autour de moi, je retrouve mes habitués. Les mamies ont troqué les frites pour le café. Ça parle anglais, polonais, bortsch et météo. J'aime ces lieux, ces maisons qui n'en sont pas, où l'on est un peu moins seul, où il fait un peu moins froid. La grand-mère sort un Kleenex de son sac à main. Toutes les mêmes. Je ris. Je crois que c'est ça mon truc : regarder, observer, absorber. Une éponge de vies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
iris29
iris29   07 mai 2017
Les règles New-yorkaises sont impitoyables. Le cœur et la pitié n'ont pas leur place à Manhattan. Ici, ce que l'on aime, c'est l'ambition et le travail.
Commenter  J’apprécie          170
iris29
iris29   06 mai 2017
Je me suis pesée. Je n'étais pas montée sur une balance depuis ma sortie des Primevères. Le psychiatre craignait l'obsession des chiffres. J'ai pris une grande inspiration. J'ai fermé les yeux. J'ai compté jusqu'à trois avant de les ouvrir. Mon cœur s'est emballé. C'est le passé. C'est la maladie. C'est le contrôle. C'est le jugement. C'est la douleur. C'est le changement. C'est la peur. C'est l'espoir. C'est beaucoup. J'expire pour relâcher la pression. Je ne résiste pas à l'envie de baisser la tête. Entre mes orteils se trouve le poids de ma vie. J'ai pris deux kilos en un an.
Commenter  J’apprécie          173
iris29
iris29   05 mai 2017
Pour la première fois, j'entrevois ce qui plaît à mon père chez elle. Katy est une gentille. Elle apaise par son calme et sa bienveillance. Elle ne parle jamais trop fort. Elle ne juge pas. Elle n'angoisse pas. Elle aide à dormir. Elle aide tout court. Elle est différente de ma mère. Ma mère n'est jamais tranquille. Elle rendait mon père fou. Au début, fou d'amour. A la fin, fou tout court. Ma mère l'a écorché. Katy l'a pansé.
Commenter  J’apprécie          170
le_Bison
le_Bison   04 février 2020
Si j'avais eu du courage, je crois que j'aurais été capable de sauter par la fenêtre. Mais je n'avais pas envie que des dizaines d'inconnus m'épient la bouche ouverte pendant que j'aurais la tête fracassée dans une mare de sang, comme ils l'ont fait avec Vicky.
Dehors, j'entends la pluie tomber.
C'est simple, à présent.
Commenter  J’apprécie          160




    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura