AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'Agent des Ombres, Tome 7 : Chiens de Guerre (6)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Tatooa
  27 avril 2017
Bon, je crois que je vais arrêter pour l'instant parce que, finalement, laisser du temps entre les tomes à partir du tome 5, c'est plutôt une bonne idée...

Même si c'est la suite directe de "Guerrier des lunes", bah j'aurais mieux fait de pas le lire de suite. Quoi que... Je sais pas trop, parce qu'en fait, c'est Constance qui m'a considérablement agacée. Plus que ça même... Mais qu'elle est c** quoi ! Hallucinant. Je sais pas si l'auteur a vécu un truc du genre, mais franchement, elle mérite des baffes ! Donc je suis pas sûre que même dans 6 mois j'aurais apprécié davantage le bouquin, mdr ! Et que Gheritarish me manque. Il me manque encore plus qu'à Cellendhyl, je crois ! arfeu ! le fait qu'il soit revenu "côté lumière", c'est dérangeant je trouve... Mais c'est bien fait car on sent bien qu'il n'est pas dans son élément, il est pas à l'aise, mais du coup nous non plus.

Je me demande encore une fois si l'auteur sait où il va. On dirait que oui, mais que c'est long pour y arriver, flûte quoi !!! ça traîne un peu trop en digressions, là...
Bon dans ce bouquin j'ai préféré les "méchants", et franchement j'ai un doute quant au fait qu'ils étaient vraiment les méchants, même si la psychopathie de Danseur ne plaide pas pour eux, mdr ! Vargh Loken est un super personnage, et ses "Chiens de guerre" aussi ! Non di zou ils sont formidables eux ! Sans scrupules et archi violents, mais formidables quand même ! Pi c'est Vargh qui veut se venger donc du coup je suis "de son côté", voilà, c'est dit et c'est comme ça. Muarf !

Il y a encore ici et là quelques maladresses dans le style, mais bon, ça reste correct. Là où c'est toujours parfait, c'est dans les combats, très visuels, vraiment excellents.

Sur le fond, les révélations se font au compte-gouttes, à force ça épuise un peu la patience... C'est là qu'on se dit que l'auteur sait où il va, et heureusement, en fait. Aussi Cellendhyl redevient "lui-même" à la fin du bouquin, non mais sans blague, il était temps, quoi ! Et Morion, même si on le voit peu, est génial dans ce tome...

Bref, pour l'instant je lâche un peu l'affaire, même si Gheritarish réapparaît dans le tome suivant, et OUF !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155
balrog
  03 novembre 2012
Je commence vraiment à être déçu par la tournure que prend cette série...
Il y a pas mal de choses négatives à dire sur cet opus, je vais essayer d'être bref et objectif.
Premièrement, (et c'est ce qui fait chuter la note) la principale erreur du précédent tome n'a pas été corrigée...à savoir que dans Guerrier des Lunes, l'auteur s'était planté sur le nom de la lune blanche en passant de "Yrénas" à "Ystaris", je pensait que cette belle bavure (car c'en est une, vu le titre du livre) allait être corrigée dans Chiens de Guerre... Ben non ! La jumelle de Felleyran la Bleue est "définitivement " devenue Ystaris la Blanche. Alors peut-être que ça sonne mieux aux oreilles de Mr Robert, mais dans les miennes, ça sonne qu'on nous prend pour des cons ! Désolé, mais c'est quand même fou... de la part d'un écrivain de ne pas se souvenir d'un nom -qu'il a lui même crée - aussi important et aussi récurrent que Yrénas !
Je pousse ma gueulante là dessus car la relecture et la correction ne sont visiblement pas les points forts de M.Robert; c'est pourtant l'étape la plus importante avant de commercialiser un livre.
Pour l'histoire, (là ça n'engage que moi) heureusement qu'il y a les chiens de guerre pour foutre le bronx dans la capitale, parce que notre bon Cellendhyll lui, il vit les joies du concubinage avec son Amante Constance - une femme pas très fute-fute - et ça se résume à : bouffer, baiser et se prendre la tête...du moins pendant la première moitié du livre.
Donc oui, heureusement qu' il y a Vargh Loken et sa bande pour faire couler le sang, et pour ça, on peut dire qu'ils le font bien ! Les chiens de guerre sont vraiment bien décrits, autant physiquement que psychologiquement, et même si on n'évite pas certains archétypes, le groupe a du charisme, c'est le point fort de cette histoire. M.Robert est plus a l'aise avec les méchants qu'avec les gentils.
Ensuite il y a Priam...Ah Priam...franchement, il n'est puissant et resplendissant que sur la magnifique couverture de Julien Delval qui prouve une fois de plus son talent d'illustrateur.
Ouais, Priam va décevoir ceux qui pensaient qu'il allait assumer ses actes et démontrer sa poigne. Non, il va s'excuser et se rabaisser... de dieu vivant il passe à l'état non pas d'homme, mais de larve, donc ça contraste un peu trop. D'autant plus que Cellendhyll cède à tout les caprices du monarque; Cell' doit être un peu "aveuglé" par la Lumière ! Tellement aveuglé qu'il est incapable de se demander si ça ne serait pas les Melfynn qui en veulent à sa peau -Estrée l'avait pourtant prévenu dans Belle de Mort - depuis près de trois tomes maintenant. Non, Cellendhyll préfère affuter son "excellent flair" d'enquêteur... Ça fait sérieusement regretter le temps du Chaos et des Ténèbres !
Au niveau des combats il y a une baisse de régime mais on sent que l'auteur fait un effort pour ne pas se répéter, quitte à créer parfois des voltes et des parades un peu compliquées. En parlant de combat, la technique dite du " Hyoshi' Nin " devient franchement abusée ! L'auteur nous avait déjà fait le coup avec le combat opposant Cellendhyll à Melkior, une rencontre qui avait durée dix secondes, dont on avait rien vu mais qui aurait put être épique. Là il réitère avec non pas un, mais deux ennemis mit K.O en un rien de temps grâce au Hyoshi' Nin, et toujours pareil, personne ne sait ce qui c'est passé. Une technique bien arrangeante pour l'auteur et bien frustrante pour le lecteur car en trois lignes tout est réglé, un combat qui s'annonçait palpitant s'achève brusquement.
Pour l'intrigue, il n'y a pas vraiment de suspense ni de trop de surprise. Dès le départ, l'identité de "la dame" saute malheureusement aux yeux, tout comme celle de l'interlocuteur mystère du monarque. La nouvelle trame qui se profile n'est encore une fois pas des plus originale, (SPOIL :le coup du tombeau vide on nous l'a déjà fait cent fois) mais curiosité oblige j'emprunterais (...) surement la suite. C'est à croire que cette nouvelle saison n'est pas vraiment à la hauteur de la première, qui présentait déjà des défauts mais qui était nettement plus passionnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Suny
  24 novembre 2012
Toi qui bois avidement tout ce que je peux raconter, tu sais le culte que je voue à Cellendhyll de Cortavar, le héros créé par Michel Robert. le septième tome de ses aventures étant sorti en octobre, c'est les yeux écarquillés et la bave aux lèvres que je l'ai commandé en septembre. Bon, les événements ont fait que j'ai pas pu l'ouvrir avant novembre, et c'est pas faute de l'avoir reluqué tous les jours avec envie. Mais, bref, dès que j'ai pu j'ai sauté dessus. Et j'ai assez vite déchanté.
La fin du sixième tome promettait un début de septième explosif. Eh bien, non. La première moitié est longue, l'histoire met trop de temps à se mettre réellement en place, les vraies actions sont trop sporadiques pour tenir réellement en haleine. Mon Cellendhyll adoré s'est bien ramolli. Est-ce la faute de l'amour ? En tout cas, il passe bien trop de temps à se poser des questions et à jouer l'amoureux. Heureusement, il finit par se reprendre et se rattrape dans le dernier tiers, dégommant tout sur son passage, comme à son habitude, puis nous quittant sur un mystérieux mystère… Mais voilà, le mal est fait. Mais que se passe-t-il ?? Est-ce moi ou est-ce que mon auteur favori se ramollit lui aussi ? J'espère bien que non ! Allez, tout le monde a droit à un coup de mou, et j‘attends tout de même le tome 8 avec impatience, en espérant que les réponses seront au rendez-vous !
Lien : http://jaimeleslivresetjensu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MissJZB
  10 octobre 2012
L'agent des ombres est une série que je suis avec beaucoup d'enthousiasme depuis pas loin de deux ans. Je me souviens avoir englouti les cinq tomes, constituant le premier cycle, en l'espace d'une semaine… Je ne m'attendais donc pas à être déçue comme je l'ai été par Chiens de guerre. C'est très difficile de mettre des mots sur cette déception, car cela ne fait que la rendre plus concrète, alors que je préfèrerais l'oublier. Oui, il y a du positif dans ce livre, mais il ne compense pas l'impression générale négative que j'en garde.

Commençons par ce qui m'a posé problème. Ce tome porte le nom des chiens de guerre, un corps militaire d'élite, anciennement rattaché à la Lumière avant d'être dissout pour des motifs obscurs. Pendant la moitié du livre, j'ai eu l'impression de suivre leur histoire plutôt que celle de Cellendhyl. En fait, un peu comme si je lisais un spin-off. Ces guerriers ont beau être la réussite de ce tome en termes de psychologie et de présence, ils font de l'ombre à l'ange, qui n'avait pas besoin de ça... Englué dans une relation peu crédible avec Constance de Winter, la Phoenix de Priam, il en devient puéril, et se questionne sans cesse sur ce qu'il attend d'une relation. Ses réflexions intérieures sont lassantes, car répétitives et formatées. Par moments, on se croirait dans un manuel de conseils sur les relations de couple.
Concernant la jeune femme, j'avais déjà soulevé, dans ma chronique du tome 6, le fait qu'on ne percevait en rien le potentiel inhérent à sa fonction, et ce n'est pas avec cet opus-ci qu'on comprendra comment la jeune femme s'est hissée au sommet. En effet, alors qu'elle mène l'enquête, Cell démontre une meilleure intuition tandis que la Phoenix piétine, courant à droite et à gauche, créant du courant d'air plus qu'autre chose. D'ailleurs, en parlant de l'intuition de l'ange, je suis sceptique quant au coup des « prémonitions » qu'il peut avoir, de même quand il ressort mot pour mot ce que la troupe d'élite a fait le chapitre précédent, comme preuve d'une déduction hors norme. Je n'ai pas du tout été convaincue.
Quant à Priam, il a perdu de sa superbe, il est trop bon enfant avec Cell, un Cell qui lui pardonne tout, nous faisant écarquiller les yeux. J'espère d'ailleurs qu'il y a une explication magique derrière ces amen récurrents…

Plus généralement, une sensation désagréable persiste, celle de lire des scènes emboîtées les unes aux autres. On voit le fil conducteur, mais il s'effiloche dangereusement tant on a l'impression que l'alternance de points de vue n'est pas bien maîtrisée. Je reviens, encore une fois, sur la surdose de chiens de guerre. J'ai également connu un moment d'interrogation profonde sur la fin du tome. Les chiens de guerre ont perpétré une série d'attentats auxquels on n'entend rien, surtout quand on sait que leur but ultime était d'enlever l'empereur. Que de chemins détournés pour en arriver là…

Évidemment, il y a du positif dans ce tome. L'écriture est toujours aussi précise et riche en sensations visuelles, sensorielles et gustatives, et l'univers toujours aussi vivace. Les scènes de combat sont denses et variées, notamment celles durant lesquelles Cell affronte des adversaires à sa mesure. Il y a toujours du sexe dans cet univers de violence, ces scènes sont sympas, quoiqu'un peu télécommandées. Les personnages secondaires viennent densifier l'ensemble, je pense notamment aux Nodus, des soldats au service de la Lumière, ou encore à Rathe le Corbeau (et sa famille!!!!!!) et Morion d'Eodh que nous retrouvons avec joie pour des scènes très appréciables. En leur présence, il y a comme un air de nostalgie qui flotte, et qui nous donne à penser que la série peut retrouver son niveau. La dissociation entre le Chaos et la Lumière est palpable, on perçoit bien la dichotomie entre les deux entités. La fin est de qualité, quoiqu'un peu prévisible, et comme toujours (et heureusement!), il y a quelques complots qui se profilent à l'horizon azuré. Les ennemis d'hier n'ont pas oublié l'ange, la baronne Melfynn est toujours aussi tordue et fait des siennes dans ce tome. À côté, de nouveaux protagonistes oeuvrent dans l'ombre et semblent mener un double-jeu pour prendre dans leurs diaboliques filets l'ancienne ombre.

Vous l'aurez compris, je suis donc déçue. J'attends de l'ange qu'il se ressaisisse et redevienne le combattant fougueux qu'il était sur tous les plans de sa vie. J'ai une certaine appréhension à lire le prochain tome, même si paradoxalement, j'en ai besoin pour exorciser ma déception…
Lien : http://www.place-to-be.fr/in..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
boutentrain
  21 novembre 2012
L'Agent des Ombres, Tome 7 : Chiens de Guerre de Michel Robert des éditions Fleuve Noir.

Que dire de ce deuxième opus de la saison 2 de l'ange du chaos.

Déjà je l'ai trouvé mieux réussi que le précédent. Il y a dans ce volume une entrée dans l'action qui attise la curiosité. J'ai trouvé également que l'equipe, le groupe des chiens de guerre sont plutot bien reussi. On s'y attache, sauf bien sur un personnage détestable qui est celui de Danseur, mais qui n'en ait pas moins essentiel et intéressant.

La partie sur l'idyle catastrophique entre Constance et notre Héro est parfois un peu lourde surtout pour un personnage de la trampe de Cellendhyll. D'ailleur ce fut assez surprenant dans le tome précédent. En effet, j'ai trouvé qu'il s'était facilement laissé remit avec une femme pour quelqu'un qui était censé faire un trait sur les histoires amoureuses depuis Estrée.

Concernant les combats de Cellendhyll ont peut dire qu'on est toujours attiré par celle ci. Il a des techniques de combat rapprochées assez incroyables que l'on ne trouve pas vraiment chez d'autres auteurs du même genre.

Mise à part qu'ici j'aurais aimé qu'il développe ces techniques d'adeptes qui ont l'air d'être très interessantes.

Sinon ce qui est toujours agréable chez Michel Robert c'est qu'il y a toujours une vrai fin à chaque tome. Bien sur il ouvre suffisament sur la suite pour donner envie d'avoir la suite, mais cela fait plaisir d'avoir de vrais fins.

Pour ma part j'ai passé un très agréable moment à lire ce roman. Vivement que la suite sorte.

Ma note : 4/5
Lien : http://boutentraindelalectur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aranae
  11 novembre 2012
Quel plaisir de retrouver notre Ange favori dans le septième volet de ses aventures ! On aurait pu craindre qu'arrivé au septième tome, les aventures de Cellendhyll se seraient essoufflées. Que nenni messires et gentes dames !

Suivez donc le quotidien mouvementé de Cellendhyll à travers sa mission toujours aussi périlleuse, mais aussi dans ses relations tumultueuses avec Constance de Winter, la dame de confiance de Priam.

Le lecteur un peu effrayé par la tournure des événements de la fin du tome 6 peut se rassurer : l'action occupe une place toujours aussi importante ! Celle-ci arrive de manière ponctuelle. Certes, on peut parfois s'y attendre, mais les combats sont toujours aussi beaux que leur prévisibilité est toute pardonnée !

L'auteur développe toujours sa sensibilité poétique dans les descriptions, notamment celles des paysages qui n'ont rien à envier à de grands romans. Si vous êtes amateur de grands paysages au cinéma, vous aimerez les descriptions réalisées par Michel Robert !

Un nouveau personnage apparaît et amène dans son sillage de nombreuses questions qui préparent (on l'espère en tout cas) un nouveau tome plein de promesses : Vargh Loken, qui dévoile un lourd secret... Cellendhyll est un personnage qui prend de l'envergure et s'épaissit : de peines de coeur en trahison, l'Ange semble être devenue une personne à part entière, dépassant par là le simple personnage romanesque. Une personne que l'on préfère avoir de son côté bien sûr !

Ce septième tome nous mène toujours plus loin dans l'univers de l'Ange du Chaos et dans ses aventures à la recherche de son passé...

Lien : http://laplume-ou-lavie.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1368 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre